Agrégateur de flux

GNOME 3.28

Linux France - Mercredi 21 Mars

GNOME a annoncé, mercredi 14 mars, la version 3.28 de son environnement de bureau, qu'elle a baptisé Chongqing en référence à la ville chinoise qui a accueilli le rassemblement GNOME Asie de 2017. Comme tous les six mois, nous profitons de la sortie de la dernière mouture pour parler un peu de ce qu'il s'est passé durant le dernier cycle de développement, dans GNOME et autour. On verra que c'est toute la chaîne d'approvisionnement des logiciels qui est en cours de mutation, puisque la communauté s'est officiellement dotée d'une instance Gitlab comme nouvelle forge logicielle, que la compilation de plusieurs briques importantes de GNOME est désormais confiée à Meson, et que Flatpak continue son bonhomme de chemin.

Sommaire GNOME Shell Des fenêtres sur mesure

Le code n'ayant été prêt que quelques jours après la fenêtre de tir de 3.26, il a été livré dans une 3.26.1. Nous n'avions donc pas pu parler de ce changement lors de notre précédent article.

Dans GNOME Shell, les fenêtres pouvaient être glissées vers les bords de l’écran pour n’en occuper que la moitié gauche ou la moitié droite. Pratique, mais assez limité. Maintenant, lorsque plusieurs fenêtres se répartissent la surface de l’écran, il est possible de les redimensionner simultanément. C'est-à-dire que lorsqu'on réduit l'espace occupé par une fenêtre, sa voisine s'aggrandit automatiquement pour occuper l'espace libéré !

Cela constitue une étape importante vers le "quarter tiling", ou le redécoupage du bureau pour afficher quatre fenêtres en même temps. Cette fonctionnalité attendue de longue date est-t-elle dans GNOME 3.28 ? Hé bien non, et à moins de se sentir capable de l'implémenter, il faudra attendre encore un peu ! Cette fonctionnalité ne devrait pas voir le jour avant GNOME 3.30 si l'on en croit la page wiki dédiée, et son développeur quelque peu surmené a du s'accorder un peu de répit.

UX hackfest

Du 14 au 17 novembre dernier s'est tenu à Londres un petit évènement en comité réduit. Quelques développeurs et "UX designers" réunis autour de GNOME Shell ont donc pu travailler sur la vue d'ensemble des activités ("activities overview"), la gestion des fenêtres, ou encore l'accueil des utilisateurs lors du premier lancement du Shell. Parmi les participants figuraient notamment Allan Day (évidemment), Tobias Bernard, Robin Tafel (Endless) et Cassidy Blaede (Elementary, System76).

Si le sujet vous intéresse et que l'anglais ne vous fait pas peur, sachez qu'une page wiki pointe sur différentes ressources. On vous recommande tout particulièrement l'article de Cassidy Blaede, qui montre que des pistes de réflexion vraiment sympas mériteraient d'être développées, notamment du côté de l'écran de connexion. L'illustration ci-après n'est qu'une piste parmi d'autres, elle ne sera probablement jamais implémentée…

Le Shell perd ses icônes

Héhé ! Il y a un troll récurrent une tradition avec GNOME c'est qu'on accuse toujours ses participants de retirer des fonctionnalités, sans jamais reconnaître les ajouts. On a avec Fichiers (autrefois connu sous le nom de Nautilus) un joli cas d'étude. On se souvient peut-être, il y a plus de 3 ans maintenant, que Carlos Soriano avait repris la maintenance de Nautilus, le navigateur de fichiers. Il avait très rapidement mis l'accent sur le nettoyage de code pour implémenter les maquettes des designers, comme à l'époque où il s'agissait de mettre en place les nouveaux menus et popovers. Depuis, chaque nouvelle version de Fichiers s'est avérée plus fonctionnelle et plus agréable que la précédente. En particulier, la fonctionnalité de renommage en masse des fichiers est déconcertante de facilité et d'efficacité. La gestion (extraction et compression) des archives aussi. Mais un changement n'a pas plu : le retrait de la gestion du bureau.

Hé oui. La gestion du bureau, c'est-à-dire la superposition d’icônes sur le fond d'écran lorsqu'aucune fenêtre n'est affichée, était confiée au navigateur de fichiers. Oui oui, même lorsque l'utilisateur n'avait pas demandé à lancer celui-ci, il fallait bien qu'il tourne s'il fallait afficher les icônes sur le bureau… Une fonctionnalité « historique » (presque aussi vieille que GNOME qui vient de fêter ses 20 ans…) qui rendait la gestion des vues très compliquée, si compliquée que Soriano l'avait pointée du doigt comme l'un des monstres de Nautilus. A l'époque de la 3.22 déjà, le mainteneur avait séparé cette partie du reste du code. Hélas cette tentative avait entraîné plus de problèmes qu'elle n'en avait résolu, et le développeur principal a dû annoncer en décembre la décision de ne plus prendre en charge cette fonctionnalité qui n'était de toute façon plus maintenue depuis belle lurette.

Dans son annonce, il a pris le temps de contextualiser, expliquer la problématique, présenter les alternatives et même réaliser un prototype d'extension pour GNOME Shell, cela n'a pas suffit à éviter quelques commentaires rageux. Didier Roche (Canonical) n'a pas manqué de rappeler ces éléments et a eu la délicatesse d'inviter Soriano a reclarifier les choses sur ce que cela allait entraîner en particulier pour les utilisateurs d'Ubuntu.

Applications

Pour les nouveautés des applications du bureau, nous vous invitons à parcourir les très bien faites notes de version.

Soulignons-en tout de même quelques unes :

  • Fichiers vous permet à présent de mettre en favoris des fichiers et des dossiers, qu'il pourra vous restituer ensuite d'un clic sur l'item correspondant du panneau latéral (profitons-en pour signaler l'intronisation d'un deuxième mainteneur pour Fichiers) ;
  • Photos permet dorénavant l'import de vos clichés depuis un média externe, ainsi que leur tri lors de l'importation (et bien d'autres choses que vous découvrirez en lisant ce billet de blogue) ;
  • L'arrivée d'une nouvelle application (en préversion) : Utilisation, qui rappellera le bon vieux Moniteur Système à certains d'entre vous.
  • le transfert de fichiers vers vos machines virtuelles par glisser-déposer fait son apparition dans Machines

N'oubliez pas d'aller consulter la page dédiée aux développeurs et administrateurs systèmes, vous y verrez que le développement de Builder a été comme d'habitude très actif (vous pouvez aussi parcourir aussi la catégorie ad hoc du blogue de Christian Hergert) !

Développement Nouvelle Forge : Gitlab

Historiquement, le projet GNOME utilisait cgit et bugzilla pour héberger son code et suivre les remontées de bogues. Trouvant l'expérience utilisateur insatisfaisante, une étude a été conduite pour évaluer des outils alternatifs (Gitlab et Phabricator) et la possibilité de les utiliser. C'est finalement GitLab qui a été retenu.

Un programme pilote a été lancé pour vérifier que GitLab remplissait bien toutes les conditions nécessaires. Ce programme a consisté à migrer quelques applications volontaires sur une plateforme GitLab pour effectuer un test grandeur nature et récolter des retours d'expériences de la communauté. En parallèle, GNOME a travaillé de concert avec les équipes de GitLab pour résoudre les points bloquants et autres problèmes.

Les retours ont été globalement très positifs. Il a donc été décidé en décembre dernier d'accélérer la migration de tous les projets qui le souhaitaient. À l'heure d'écriture de ces lignes, une cinquantaine de projets ont déjà franchi le pas (ce qui était très facile, à en croire certains), et beaucoup d'autres attendent. Il est à noter que les scripts de migration permettent de migrer les rapports de bogue ouverts.

GNOME n'est pas le seul projet libre d'envergure à migrer ses outils. Debian a également mis en place sa propre instance gitlab. Rappelons que si les versions retenues par GNOME et Debian sont libres, la société développe son modèle économique sur une stratégie OpenCore : certaines fonctionnalités sont propriétaires. C'est pourquoi on ne s'étonnera pas de lire que Gitlab a réalisé une levée de fonds de 20 millions de dollars notamment auprès de GV (Google Ventures), moins de 2 ans après la fermeture de Google code.

Compilation avec Meson

Le logiciel Meson permet de simplifier et d'optimiser la compilation d'un projet, dans le même esprit que CMake et les autotools. En 2016, la dépêche sur GNOME 3.22 parlait d'un début de migration des autotools vers Meson. Le mouvement continue avec la liste croissante des logiciels GNOME construits à l'aide de cet outil.

2017 a été une année très favorable à Meson avec les migrations de GStreamer, tracker, GTK+, xmlrpc-c, et des débuts de migration chez Xorg et Mesa. Au point que Christian Schaller, le responsable de l’équipe Red Hat en charge de l’environnement de bureau GNOME, prédit que Meson devrait devenir en 2018 le système de construction de la communauté Linux. Ce ne sont pas les développeurs d'Elementary qui vont lui donner tort.

Livraison Flatpak ouvre grand son portail

Si vous venez souvent sur LinuxFr.org, vous avez probablement déjà entendu parler de Flatpak, ce moyen pour faciliter l'installation des applications sur l'ensemble des distributions. Bien qu'il soit présenté comme communautaire, vous savez peut-être qu'il est conçu par Alex Larsson, travaillant pour RedHat. Vous savez également que cette proposition est apparue à peu près à la même période que le Snap, qui est lui porté par Canonical. Et que de toute façon AppImage existe depuis bien plus longtemps et que de toute façon on est en plein dans le xkcd sur la prolifération des normes (qu'on affichera pas ici parce que tout le monde l'a déjà lu 927 fois, pas vrai ?).

Hé bien sachez aujourd'hui que les développeurs de Snap et Flatpak ont réussi à s'entendre sur un truc ! Le truc en question ce sont les portails. En effet, les deux formats isolent les applications dans des bacs à sable dans lesquels elles n'ont pas accès à grand-chose. Les portails permettent aux applications isolées d'accéder à des ressources situées en-dehors de leur bac à sable.

Suite à l'initiative de J. Henstridge (aucun lien de parenté avec N. Henstridge) visant à faire fonctionner les portails avec les snaps, A. Larsson a procédé à quelques changements pour lui faciliter le boulot. Il a implémenté le "document portal" dans xdg-desktop-portal plutôt que dans Flatpak lui-même, ce qui permet à Snap (et à tout autre outil) de s'appuyer dessus. L'utilité ? Les développeurs d'applications pourront retrouver cette fonctionnalité dans les deux formats, en ciblant une seule API. Les discussions entre Henstridge et Larsson sont sur Github.

Une collection grandissante

Le site Flathub propose d'héberger les applications disponibles sous le format Flatpak. Il accueille un peu plus de 200 applications pour le moment, dont certaines sont développées par des lecteurs assidus de LinuxFr.org ! À noter que Flatpak a été conçu pour être décentralisé (il s'agit d'un système de classe 4 dirait sans doute Stéphane Bortzmeyer), c'est-à-dire qu'il est possible d'utiliser d'autres dépôts que Flathub pour y puiser ses flatpak, voire de proposer ses propres dépôts. Si l'interface de Flathub est quelque peu rudimentaire, on remarquera qu'une nouvelle version du site est en beta, et elle n'est pas sans rappeler le gestionnaire de Logiciels de GNOME.

Parmi les nouveaux venus, on trouve par exemple GIMP, dont la sortie stable est officiellement distribuée sur Flathub. Web (alias Epiphany) est également disponible. Cela résout au passage le problème de sécurité (dont nous nous sommes fait l'écho dans les précédentes dépêches) lié à l'inclusion de versions obsolètes de WebKitGTK+, puisque vous aurez ainsi les dernières versions stables d'Epiphany et de WebKitGTK+ (plus ici). Bonus : vous pouvez aussi tester la dernière version de développement sans altérer votre système, avec le paquet Flatpak Epiphany Technology Preview (plus ) !

Une distribution basée sur Flatpak ? Fedora Atomic Workstation

Actuellement les distributions embarquent indifféremment l'ensemble de leurs composants logiciels dans des paquets, qui peuvent dépendre les uns des autres. L'idée derrière le projet Atomic est de fournir le cœur du système d'exploitation sous forme d'images immuables, que l'on pourrait toutefois mettre à jour. On peut se représenter cette mise à jour comme une couche qu'on viendrait superposer à l'image de base. Si un problème venait à être rencontré sur l'une de ces couches, il resterait possible de démarrer sur la précédente, sans le risque d'être bloqué par l'endommagement de la distribution. Ce principe est rendu possible par rpm-ostree), et ça peut être utilisé pour générer des images au format Docker.

Plusieurs déclinaisons de Fedora Atomic existent, dont une dédiée aux postes de travail. En plus de rpm-ostree, Fedora Atomic Workstation repose sur Flatpak pour les applications. Ces dernières reçoivent les mises à jour au fur et à mesure qu'elles sont poussées directement par leurs développeurs (rompant avec les pratiques existant jusqu'ici, selon lesquelles chaque distribution décide de pousser ou non les mises à jour une fois que les développeurs les ont publiées). Bref, applications et système d'exploitation peuvent être mis à jour indépendamment.

Pour en savoir plus, v. le billet de blogue récent de Matthias Clasen et le Wiki Fedora (la récente dépêche « Apports de Fedora à l'écosystème du Logiciel Libre » l'évoquait aussi).

Autour de GNOME Vers les mobiles ?

On se souvient de la campagne lancée récemment par Purism pour financer le développement du Librem 5, ce smartphone dont les premiers visuels montraient une interface ressemblant furieusement à GNOME Shell. Et pour cause, PureOS, la distribution pour ordinateurs de bureaux livrée avec les Librem 13 et Librem 15, est conçue autour de GNOME.

A noter que suite à l'annonce du Librem 5, KDE avait assuré Purism de son soutien. La société semble donc décidée à aider les uns et les autres à faire avancer leur environnement sur le Librem 5, quoiqu'elle investira dans les développements susceptibles de faire advenir un GNOME mobile.

Si voir GNOME débouler dans les poches de tout un chacun est encore un rêve lointain, des progrès sont à signaler. Purism a recruté Adrien Plazas (qu'on connaît bien ici), lequel a commencé à bosser sur un nouveau widget destiné à permettre aux applications Gtk+ de s'adapter aux différentes tailles d'écran de manière dynamique. C'est typiquement utile lorsqu'on bascule un smartphone entre les positions horizontale et verticale. L'idée est illustrée par l'auteur dans un billet de blog, depuis complété par un second billet faisant état de l'avancement de ce widget.

Evidemment, tout cela n'est pas qu'une affaire de code dans Gtk. Vous pouvez vous référer au blog de Purism pour suivre l'avancement du projet, et parcourir en particulier les billets étiquettés design qui laissent entrevoir comment pourrait être utilisée la version mobile de PureOS.

Applications basées sur GTK+

Suite aux versions 5.4 et 6.0, la future version 6.1 de LibreOffice aura droit à des boites de dialogue en GTK+3 ! Le billet de blogue de Caolán McNamara nous présente en images ce changement bienvenu.

Jehan a récemment publié une dépêche narrant le travail en cours sur ZeMarmot et GIMP, notamment l'implémentation d'un système de débug pour ce dernier, dont le but est « d’encourager les gens à nous remonter les erreurs (le programme ne remonte pas les erreurs automatiquement, mais inclut un texte expliquant le processus et permettant de copier toutes les infos utiles d’un seul clic) ».

À noter par ailleurs que Pitivi, qui s'appuie sur GStreamer pour manipuler les flux audio/vidéo, bénéficie ipso facto de toutes les améliorations apportées au fur et à mesure à ce dernier par ses développeurs (dont ceux-là même qui développent Pitivi !), comme celle-ci ou celle-là par exemple.

Un client Matrix vient de voir le jour : Fractal. Il est écrit en Rust, et est lui aussi disponible en flatpak.

WebkitGtk+ dans les distributions

À l'occasion des versions 3.20 et 3.26, Michael Catanzaro avait fait le point sur la sécurité des distributions, à travers le prisme des versions (obsolètes ou à jour) de WebKitGTK+ qu'elles embarquaient. En effet, ce composant critique se retrouve au cœur d'un certain nombre de logiciels du bureau. Jeremy Bicha prend le relais sur cette version, en faisant le bilan cette fois de la dernière version stable de Debian : reçoit-elle bien les mises à jour de sécurité de WebKitGTK+ ? Le bilan dans cet article (spoiler : c'est mieux mais pas parfait).

Et la suite ?

Voilà pour ce petit récapitulatif de ce qu'il s'est passé en coulisses ces six derniers mois. S'il n'y a pas vraiment de changement majeur côté utilisateur, on a vu que GNOME était dans une bonne dynamique, et continuait d'entretenir des relations qu'on espère très constructives, avec les anciens qui ont pignon sur rue (Ubuntu et Fedora), comme avec les plus récents qui continuent de se développer (Elementary, Endless, Purism…).

On peut espérer que les nouveaux outils dont se dote GNOME faciliteront la participation de nouveaux contributeurs pour les versions à venir. Les changements qui devraient avoir lieu avec la 3.30 n'ont pas encore été décidés, mais on peut s'attendre à de nouvelles améliorations côté Flatpak (notamment du côté des portails, maintenant que les Snap peuvent s'appuyer dessus). Le gestionnaire de fichiers, débarrassé de ses poids morts, va pouvoir intégrer de nouveaux widgets.

À plus long terme, une nouvelle version majeure GNOME 4 devrait débarquer afin de profiter pleinement des possibilités de Wayland. En fait, GNOME 3 a été conçu avec X11 en tête, et aujourd'hui, la prise en charge simultanée de Wayland et X11 rend le code inutilement complexe. Pour plus de détails, la page wiki GNOME Shell 4 (en anglais).

Envie de participer ? Rejoignez la communauté LinuxFr.org dans l'espace de rédaction pour suivre le cycle de développement qui vient de s'ouvrir, ou bien rejoignez la communauté GNOME pour créer et présenter les fonctionnalités de demain !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 11 de l'année 2018

Linux France - Lundi 19 Mars

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Contrepoints] Anarchie, cypherpunk et liberté: les racines philosophiques du bitcoin

Par Yorick de Mombynes, le samedi 17 mars 2018. Extrait:

Le bitcoin n’est pas qu’une réaction à la crise de 2008. Il est une réponse à un questionnement philosophique et politique entamé dès les années 1990.

Lien vers l'article original: https://www.contrepoints.org/2018/03/17/311911-anarchie-cypherpunk-et-liberte-les-racines-philosophiques-du-bitcoin

[Developpez.com] L'UE voudrait exiger que les plateformes filtrent le contenu téléchargé pour éviter des violations de copyright

Par Stéphane le calme, le vendredi 16 mars 2018. Extrait:

La proposition vise la musique et les vidéos sur des plateformes de streaming, sur la base d'une théorie d'un «écart de valeur» entre les bénéfices que ces plateformes font des œuvres téléchargées et ce que les détenteurs de copyright de certaines œuvres téléchargées reçoivent. Cependant, la façon dont l’article 13 est rédigé capture beaucoup d'autres types de contenu, y compris le code.

Lien vers l'article original: https://www.developpez.com/actu/193867/L-UE-voudrait-exiger-que-les-plateformes-filtrent-le-contenu-telecharge-pour-eviter-des-violations-de-copyright-y-compris-dans-le-partage-de-code

Et aussi:

[ouest-france.fr] Vire. A la découverte des logiciels libres avec Vire’GUL

Par Sébastien Brêteau, le jeudi 15 mars 2018. Extrait:

Créée en janvier dernier, l’association propose la découverte et l’initiation au monde de Linux et des logiciels libres. Ça commence samedi 17 mars.

Lien vers l'article original: https://www.ouest-france.fr/normandie/vire-normandie-14500/vire-la-decouverte-des-logiciels-libres-avec-vire-gul-5623542

[Les Echos] Darknet: Brève histoire du grand méchant web

Par Marc Lionti, le jeudi 15 mars 2018. Extrait:

Le nom "Darkweb" évoque les bas-fonds du web. Mais qu’est-ce que le Darkweb? À quoi sert-il?

Lien vers l'article original: https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-180404-darknet-entre-fantasmes-et-realite-demystification-du-grand-mechant-web-2161448.php

[Libération] Bercy attaque Apple et Google sur les pratiques de leurs magasins d'applications

Par Christophe Alix, le mercredi 14 mars 2018. Extrait:

L'offensive juridique et fiscale contre les Gafa se poursuit avec la plainte déposée par la DGCCRF contre les deux géants de la Silicon Valley. Ils sont accusés de profiter de leur position dominante pour imposer unilatéralement leurs conditions commerciales aux starts-up.

Lien vers l'article original: http://www.liberation.fr/futurs/2018/03/14/bercy-attaque-apple-et-google-sur-les-pratiques-de-leurs-magasins-d-applications_1636092

Et aussi:

[FIGARO] Mounir Mahjoubi: «Je suis contre toute propriété et vente des données personnelles»

Par Elsa Trujillo, le mardi 13 mars 2018. Extrait:

Lors d'un débat organisé par l'organisation professionnelle Syntec Numérique, le secrétaire d'État au Numérique a pris position à l'encontre du concept de patrimonialité des données.

Lien vers l'article original: http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/03/13/32001-20180313ARTFIG00213-mounir-mahjoubi-je-suis-contre-toute-propriete-et-vente-des-donnees-personnelles.php

[usine-digitale.fr] Sept mesures de Terra Nova pour stimuler l’économie collaborative

Par Christophe Bys, le mardi 13 mars 2018. Extrait:

Étude Le think tank Terra Nova vient de publier un rapport intitulé "Economie collaborative: comment encadrer et encourager le pouvoir de la multitude?" Si ce nouveau secteur est un intéressant réservoir d'innovation, certaines dérives (précarisation du travail, développement d'une économie souterraine) pourraient faire jeter le bébé avec l'eau du bain. Pour éviter cela, le think tank promeut sept mesures qui, si elles ne sont pas bouleversantes, constituent une très bonne synthèse des défis à relever.

Lien vers l'article original: https://www.usine-digitale.fr/editorial/sept-mesures-de-terra-nova-pour-stimuler-l-economie-collaborative.N664889

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Des alternatives à grep, ls et find

Linux France - Lundi 19 Mars

Les outils en ligne de commande comme ls, grep et find existent depuis de nombreuses années et, même s'ils continuent de s'améliorer, il est parfois intéressant de regarder les alternatives. Je vais vous parler de ripgrep, exa et fd.

Ripgrep

Les alternatives à grep ne manquent pas. Déjà, la commande grep de son shell peut être soit le grep du projet GNU ou celui du projet BSD. Il y a aussi le grep intégré à git. Et d'autres outils sont apparus ces dernières années, citons ack-grep, ag (the silver searcher), pt (the platinum searcher) et le petit dernier ripgrep.

Ces outils se battent pour savoir lequel est le plus rapide ou a le plus de fonctionnalités. Personnellement, j'utilise ripgrep car il est très rapide, réalise par défaut une recherche récursive dans les répertoires (un gros manque de GNU grep selon moi, mais c'est probablement bien trop tard pour changer le comportement de GNU grep), a une présentation par défaut des résultats que j'apprécie, et il sait chercher dans des fichiers compressés (gzip, bzip2, xz) avec l'option -z.

Exa

Lister des fichiers est un besoin de base dans un terminal et ls remplit bien ce besoin. Exa est une alternative à ls que j'utilise pour ces couleurs, qui viennent par défaut et que je trouve plus agréables que celles de ls. Il propose également une vue arborescente des répertoires et fichiers, qui remplace plutôt tree. Exa est aussi capable d'afficher le statut git des fichiers et répertoires.

Fd

Fd peut remplacer avantageusement find. Je n'utilise que très peu l'un ou l'autre, mais fd a une syntaxe plus facile à retenir et il est, d'après ses benchmarks, plus rapide que find. Il utilise par défaut l'encodage utf-8, il a une sortie colorée et ignore les fichiers listés dans un .gitignore. Et surtout, ça fait deux fois moins de caractères à taper pour le nom de la commande ;-)

Les points communs Vitesse

On retrouve beaucoup de benchmarks autour de ces outils, les performances sont un vrai enjeu. Mettre 3 secondes au lieu de 15 secondes peut paraître anecdotique pour des recherches un peu compliquées, mais cette différence peut casser le rythme : si une commande prend plus de 10 secondes, je vais sûrement commencer à aller voir ailleurs.

Fonctionnalités et comportement par défaut

Ces outils ont beaucoup de fonctionnalités : les options que l'on peut passer en ligne de commande permettent de changer fortement leurs comportements. Ceci dit, en pratique, je n'utilise que peu d'options (et quasiment toujours les mêmes). Par contre, j'apprécie beaucoup que ces outils cherchent à avoir le comportement par défaut le plus utile.

Intégration avec git

Ces outils ont tous une intégration avec git : ripgrep et fd savent lire les fichiers .gitignore et exa sait afficher l'état git des fichiers. Ce n'est pas un critère très important à mes yeux car je suis à l'aise avec git en ligne de commande. Mais c'est intéressant de noter à quel point git est devenu incontournable en ligne de commande.

Rust

Un fait remarquable est que les trois outils présentés sont écrits en Rust. Il faut croire que ce langage convient bien pour écrire des outils en ligne de commande. C'est un domaine où le temps d'exécution est important (quand on lance une commande, c'est appréciable que le retour soit instantané, ou en tout cas, très rapide). Les langages de script (JavaScript, Ruby, Python) ont un temps de lancement de leur machine virtuelle qui peut casser cette impression de vitesse, je comprends donc que les développeurs d'outils en ligne de commande puissent s'en éloigner. Par contre, il est plus surprenant de ne pas retrouver d'outils en Go, en D, en OCaml ou en Haskell. Peut-être que les lecteurs de LinuxFr.org auront une explication à cela.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Savoir qui bosse où en un clin d’œil grâce à Awayboard !

Linux France - Lundi 19 Mars

Mais où donc travaillent Gunthram et Hannelore ? Sont‐ils au bureau mais pas à leur bureau ? Sont‐ils en télétravail ou bien réellement absents ? Pour réduire encore un peu les interactions sociales au travail, mon collègue Sascha a écrit Awayboard qui permet d’afficher l’information sur un écran de veille au travail !

Le logiciel est une petite application Node.js, qu’on peut simplement préparer et installer grâce à Docker :

% git clone https://github.com/talentsconnect/awayboard % docker build -t awayboard . % docker run -it --rm --publish 5711:5711 awayboard

L’application est ensuite accessible sur http://localhost:5711 — à adapter selon la machine où tourne le conteneur Docker.

Awayboard est distribué sous licence MIT.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

GCompris sort en version 0.90

Linux France - Dimanche 18 Mars

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la nouvelle version de GCompris, le logiciel éducatif pour les enfants de deux à dix ans.

Cette nouvelle version contient entre autres huit nouvelles activités, listées dans la suite de la dépêche. GCompris propose plus de 100 activités, dont des jeux, toujours avec un objectif pédagogique. Lecture, mathématiques, sciences, géographie et découverte de l’ordinateur sont les thèmes abordés par ces activités.

Nouvelles activités
  • Une activité pour comprendre les bases du fonctionnement d'un sous-marin :

  • Une activité pour apprendre l'électronique numérique et créer ses propres circuits :

  • Deux activités pour apprendre à utiliser un calendrier :

  • Deux activités pour apprendre les liens de parenté :

  • Deux activités pour associer les lettres minuscules à leur lettre majuscule :

Autres changements
  • Comme à chaque version, Timothée a mis beaucoup de graphismes à jour afin d'harmoniser l'ensemble des images des différentes activités.

  • La traduction de l'ensemble du logiciel et les voix d'introduction des activités ont été faites en Irlandais Gaélique. Le logiciel est, dans cette version, traduit dans 14 langues entièrement et 16 à plus de 65%.

  • Une version beta pour raspberry pi est disponible. Elle utilise le moteur de rendu logiciel de Qt, qui permet d'avoir un rendu bien plus fluide et agréable que le rendu openGL de base (qui était injouable de par sa lenteur).

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie de Firefox 59

Linux France - Dimanche 18 Mars

La version 59 de Firefox est sortie le 13 mars. Elle apporte son lot de nouveautés, ses améliorations de performances (notamment pour les utilisateurs de macOS) et un souci toujours accru de protéger la vie privée de ses utilisateurs (versions bureau et mobile).

Nouveautés communes aux versions bureau et Android

La navigation en mode privé n’enverra plus le chemin dans l’en‐tête Referer pour éviter le traçage entre sites.

Nouveautés pour le bureau

La page d’accueil a été améliorée : elle se charge plus rapidement, il est possible de faire du glisser‐déposer pour réarranger les sites les plus vus et de nouvelles possibilités vous sont offertes pour personnaliser la page.

Mozilla croit en la décentralisation d’Internet et a ajouté la possibilité pour les extensions de pouvoir attraper les liens dat://, ipfs:// et ssb://, trois protocoles en vue.

Dans les préférences, une partie sur les permissions (localisation, caméra, microphone, notifications, etc.) a été ajoutée afin de voir quelles sont les autorisations et blocages effectués. Il est également possible de bloquer totalement les demandes, mais Mozilla prévient que cela risque d’empêcher le bon fonctionnement de quelques sites Web.

Les WebExtensions ont également eu leur lot de nouveautés comme, par exemple, la possibilité d’enregistrer des scripts de contenus de manière dynamique.

Off‐Main Thread Painting continue d’être proposé à de nouveaux utilisateurs. Dans la version 58 de Firefox, c’était activé par défaut pour Windows. C’est maintenant aux utilisateurs de macOS d’avoir la fonctionnalité par défaut avec la version 59. Et GNU/Linux pour la prochaine version ?

Les captures d’écran de Firefox peuvent maintenant être éditées (recadrage, annotations).

La prise en charge des protocoles de communication en temps réel (RTC) a été améliorée. Et la spécification Pointer Events a été implémentée, permettant de mieux gérer les souris, écrans tactiles et autres mécanismes de saisie avec un pointeur.

Enfin, notons que le moteur de recherche Qwant est dans la liste des moteurs de recherche par défaut pour les utilisateurs de la version française de Firefox 59.

Nouveautés pour Android

La compatibilité avec les sites de diffusion vidéo a été améliorée grâce à la prise en charge du protocole HLS (HTTP Live Streaming). Le travail sur les performances continue en tâche de fond.

Et pour le futur ? F-droid

Firefox pourrait faire son apparition sur F-Droid avec la version 60. En effet, un drapeau --without-google-play-services a été ajouté pour se passer des services Google Play à la compilation de Firefox, ce qui est un prérequis pour rejoindre le marché d’applications F-Droid.

Blocage des fenêtres modales

Firefox a été l’un des premiers navigateurs à bloquer les fameuses « pop‐ups ». Depuis, les fenêtres modales en JavaScript sont devenues un moyen populaire, mais tout aussi désagréable, de fournir la même (anti)fonctionnalité. La question de bloquer ces fenêtres modales est à l’étude. Si vous voulez aider, vous pouvez installer l’extension In‐Page Pop‐up Reporter qui va fournir des informations à Mozilla à ce sujet.

Et du côté des extensions Ghostery

L’extension Ghostery est (finalement) passée sous licence libre MPL 2.0 (mais, personnellement, je continue de préférer uBlock Origin comme bloqueur de publicités).

Grammalecte

Grammalecte a sorti une nouvelle version, la 6.0.2. Elle apporte des nouveautés, mais certains utilisateurs ont été surpris par la nouvelle permission demandée, à savoir sur l’API « downloads ». Comme son auteur l’explique, Grammalecte ne s’en sert pas pour espionner les fichiers que vous avez téléchargés, mais juste pour permettre d’exporter certaines données depuis Grammalecte (c’est la seule façon que les extensions ont pour écrire sur le disque dur).

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

C++17 libère size(), data() et empty()

Linux France - Samedi 17 Mars

Cette évolution est dans la continuité de la libération de begin() et end() en C++11. Ces trois nouvelles fonctions, size(), data() et empty(), avaient été oubliées lors des deux dernières évolutions. Le C++17 corrige le tir.

Tout d'abord nous allons revenir sur les raisons de cette évolution, puis nous détaillerons ce qu'apporte chacune de ces trois fonctions, et pour conclure nous verrons comment on va pouvoir les utiliser.

    Sommaire Première possibilité

    On choisit un titre de ce style :

    Membre ou libre, dog.kick() ou kick(dog) ?

    Avantages : c'est un verbe, qui agit sur le chien; c'est en VO ; les autres exemples renforcent vraiment mon goût pour cet exemple-ci.
    Inconvénients : problème avec les âmes sensibles ; on ne code pas en VF

    Membre ou libre, jean.nom() ou nom(jean) ?

    Les accesseurs c'est mal, il n'y a pas de verbe.

    Membre ou libre, conteneur.size() ou size(conteneur) ?

    Les opérations qui modifient sont préférables, car elles sont encore plus pertinentes relativement à j'envoie un message qui altère l'objet. Et puis, justement on rajoute size(), donc autant employer un autre exemple.

    Membre ou libre, chien.courir() ou courir(chien) ?

    Il y a une ambiguïté pour savoir qui donne l'ordre, même si le monde du développement nous permet de savoir ce qu'il se passe par habitude.

    Membre ou libre, chat.attrape(souris) ou attrape(chat,souris) ?

    On introduit ici un autre aspect: le dispatch multiple.

    Membre ou libre, objet.service() ou service(objet) ?

    Ça manque de verbe.

    Type de fonction Exemple fonction membre objet.fonction() fonction libre fonction(objet) Seconde possibilité

    On choisit un titre plus général, suivit d'une liste d'exemples :

    Fonction membre ou fonction libre ? Fonction membre Fonction libre objet.fonction() fonction(objet) dog.kick() kick(dog) jean.nom() nom(jean) conteneur.size() size(conteneur) chien.courir() courir(chien) chat.attrape(souris) attrape(chat,souris) objet.service() service(objet) Ce que cela permet

    Cette question de notation assez anodine a des répercussions non anodines, elles, sur ce qu'il nous est permis de faire.

    D'un côté nous sommes dans la continuité du choix de la notation d'envoi de messages choisie par Smalltalk, et de fait nous tendons à penser que nous faisons de l'Orienté Objet, alors que de l'autre nous avons l'impression de faire du C ou du Pascal. Et pourtant, ce n'est guère différent (en termes d'ordre) de la notation d'appel employée en CLOS, dialecte OO du LISP. En effet dans ce dernier, nous aurions employé (f x y).

    Dans l'article « comment prendre en charge les multi-methods en C++ », Jean-Louis Leroy discute justement de la perception de ces choix de notation. Il est difficile de ne pas abonder dans son sens sur deux autres points.
    Prononcé à voix haute « kick dog » passe mieux que « dog kick ». Et surtout, qui est véritablement acteur :

    • le chien, qui va alors aboyer et renoncer, parce que c'est dans sa nature ?
    • un tiers, qui est l'auteur du coup de pied ?

    Mais mettons de côté ces aspects philosophiques, et recentrons-nous sur les répercussions plus techniques et objectives. Mettons de côté aussi les aspects de dispatch-multiple (la page en VF est un peu pauvre sur le sujet) où une symétrie fait que x.f(y) n'a certainement pas plus de légitimité que y.f(x) et de fait que f(x, y). Ce n'est pas le point de cette évolution du standard.

    Alors que Alexander Stepanov préparait avec Lee Meng une bibliothèque template générique dès le début des années 90, et qu'ils la peaufinaient pour satisfaire les exigences du comité de standardisation du C++, ils avaient dû faire des concessions pour qu'elle soit validée par ce que nous pourrions qualifier d'intelligentsia OO. Stepanov se défend d'avoir conçu cette bibliothèque en suivant le paradigme objet, et évoque dans son Notes on Programming sa concession au sujet de size() qu'il aurait préférée libre. Ainsi, plutôt que d'employer size(v), nous employons depuis v.size(). Cette bibliothèque, vous en avez probablement entendu parler, c'est la STL qui fut incorporée dans la bibliothèque standard du C++ en 98.

    While we could make a member function to return length, it is better to make it a global friend function. If we do that, we will be able eventually to define the same function to work on built-in arrays and achieve greater uniformity of design. I made size into a member function in STL in an attempt to please the standard committee. I knew that begin, end and size should be global functions but was not willing to risk another fight with the committee. In general, there were many compromises of which I am ashamed. It would have been harder to succeed without making them, but I still get a metallic taste in my mouth when I encounter all the things that I did wrong while knowing full how to do them right. Success, after all, is much overrated. I will be pointing to the incorrect designs in STL here and there: some were done because of political considerations, but many were mistakes caused by my inability to discern general principles.)

    Traduction:

    S'il est possible de créer une fonction membre pour retourner la taille [de vector], il est préférable d'en faire une fonction générale.Ce faisant, nous pourrons par la suite utiliser cette même fonction sur les tableaux de base et obtenir ainsi une conception beaucoup plus uniforme. J'ai fait de size une fonction membre dans la STL pour plaire au commité de standardisation.Je savais que begin, end et size pouvaient être des fonctions génériques, mais je ne souhaitais pas entrer à nouveau en conflit avec le comité. Globalement, je ne suis pas très fier de nombre de compromis. Sans ceux-ci, il aurait été plus difficile de réussir, mais j'ai toujours un arrière-goût amer lorsque je tombe sur tous ces trucs que j'ai mal faits alors que je savais parfaitement comment les concevoir correctement. Finalement, ce succès est pas mal surestimé. Je pointerai les conceptions erronées dans la STL ici et là : si certaines sont dues à des considérations politiques, la plupart étaient des erreurs provoquées par mon incapacité à dégager de grands principes.

    Des années plus tard, dans ses GOTW compilés dans Exceptional C++, Herb Sutter nous fait réfléchir à l'interface monolithique de std::string, et à toutes ses fonctions qui auraient pu être libres plutôt que membres dans cette classe standard—qui représente des chaînes de caractères. Sa préconisation est d'élargir au maximum l'interface des classes par l'extérieur et de garder membres uniquement les fonctions qui ont besoin d'aller taper dans les membres privés, ou qui peuvent être supplantées par redéfinition (overridding en VO).

    De ce côté-là std::string est clairement un contrevenant à la règle. Pire, qui n'a jamais croisé des classes de chaînes définies juste parce qu'il manquait des petites choses à std::string par exemple std::string::trim_right(), std::string::toupper(), std::string::split()… ?

    Où est le mal à cela ? Si nous définissons My::String::trim_left(), nous avons ce que nous voulons non ? Et si nous voulons l'appliquer sur une std::string ou un char const*, nous avons juste à construire un objet My::String à partir de ces derniers.
    Quoi? Il faut encore gérer un autre type foss::string ? Bah nous convertissons d'abord vers un char const* ou vers une std::string, puis vers une My::String. Non ?

    Il se trouve que justement C++17 nous apporte std::string_view, une classe qui veut les unifier toutes, et qui garantit une efficacité équivalente au couple pointeur + taille quand nous manipulons des tableaux en C, et que d'autres pourraient suivre. C'est juste une vue sur une chaîne valide, un machin qui permet de regarder sans toucher, sans posséder, et sans allouer! Malheureusement vu que split() aurait été définie membre d'une classe tierce, nous ne pourrions pas l'appliquer directement sur la string_view. Techniquement, de quoi a-t-on besoin pour définir split() ? D'un moyen de tester chaque caractère, ou mieux d'une fonction (libre, tant qu'à faire) qui permette de chercher un index dans une chaîne, et aussi de pouvoir définir des sous-chaînes.

    Quel rapport avec std::size() & cie? Nous sommes dans la même problématique.
    Nous voudrions pouvoir écrire des algorithmes génériques sans avoir besoin de savoir ce que nous manipulons, et sans avoir besoin de payer une conversion chère vers un type bidon. Et si la chose que nous manipulons n'a pas le service, nous le lui rajoutons par l'extérieur.

    Étendre par l'extérieur est ce qui nous ouvre le plus de possibilités, et en plus nous restons dans le credo C++ de ne pas avoir à payer pour ce dont on n'a pas besoin.

    C'est ce sur ce sujet que Herb Sutter et Bjarne Stroustrup se sont entretenus début 2014: proposer une unification des appels de fonctions, Unified Call Syntax, entre f(x,y) et x.f(y).
    Si, pour maintenir une certaine compatibilité, ils ont convenu que ces deux écritures pouvaient définir des comportements différents, ils se sont entendus pour définir qu'en cas d'échec d'une écriture, le compilateur testerait l'autre.
    Il s'en est suivi une levée de boucliers pour finalement ne proposer qu'une seule traduction:
    f(x,y) rechercherait x.f(y) si la première écriture ne fonctionne pas.

    Détaillons ces nouvelles fonctions std::empty()

    C'est la plus simple du lot. Elle indique si son paramètre est vide. Elle s'applique à n'importe quoi qui puisse être vide.

    Par défaut, elle sait s'appliquer à des tableaux statiques C (elle renvoie toujours faux dans ce cas), à n'importe quoi qui dispose d'une fonction membre empty(), ou encore aux std::initializer_list.

    std::size()

    Cette fonction est beaucoup plus intéressante.

    Savez-vous comment obtenir le nombre d'éléments dans un tableau statique en C ?
    Si vous connaissez la réponse, vous connaissez aussi probablement sa limitation:

    #define size(T) (sizeof(T)/sizeof(T[0])) int const t[] = {1, 2, 3}; void f() { printf("f: %zu\n", size(t)); } void g(int const t[3]) { printf("g: %zu\n", size(t)); } int main(){ f(); g(t); }

    Une compilation en 64 bits (modèle LP64 ou LLP64) donnera:

    f: 3 g: 2

    Et oui, g() reçoit non pas un tableau, mais un pointeur! Cela fait toute la différence. Autant dire que cette approche nous trahit facilement.

    Fort heureusement, nous sommes en C++, et dans ce dernier on peut forcer g() à attendre un tableau en recevant une référence sur un tableau:

    void g(int (&t)[3]); ... int t3[] = {1, 2, 3}; int t2[] = {1, 2}; g(t3); // compile correctement g(t2); // est rejeté par le compilateur

    Là, vous me direz, « la taille elle est écrite en dur dans le type du paramètre formel, ça ne sert à rien! » OK, templatisons, et enchaînons pour obtenir directement la taille d'un tableau.

    template <std::size_t N> std::size_t size(int (&t)[N]) { return N; }

    Et le truc qui serait cool, c'est

    struct nombres { enum type { un, deux, trois, MAX__}; char const* chaines[] = { "un", "deux", "trois", "quatre" }; } static_assert(nombres::MAX__ == size(nombres::chaines));

    Sauf que la fonction size() n'est pas constexpr. En C++11, c'est facile à rajouter, et pourtant officiellement, c'est std::extend<decltype(tab)>::value que nous avons. En C++17, ça y est, nous avons std::size().

    Note: en C++98, nous devions recourir à boost ou à Loki pour avoir un équivalent au static_assert du C++11, et à d'autres feintes telles que la suivante pour avoir une taille exploitable dans une expression constante :

    namespace{ template<typename T, std::size_t N> char (&array_size_helper(T (&)[N]))[N]; }// namespace #define array_size(array) (sizeof ::array_size_helper(array)) std::data()

    Ici rien de bien compliqué de prime abord: nous avons une fonction qui nous renvoie l'adresse où est stocké le premier élément d'une séquence d'éléments contigus en mémoire.

    De même, cela est défini automatiquement sur tout conteneur qui expose une fonction membre éponyme, sur les tableaux statiques à la C, et sur les std::initializer_list.

    Nous pouvons nous poser la question de l'intérêt, car il suffisait d'écrire :

    template <typename Collection> void dump(Collection const& c) { api_c_(&c[0], &[size(c)]); }

    Sauf que? Et si l'opérateur d'accès indexé sur la collection spécifiait dans ses préconditions que l'index devait être strictement inférieur à la taille ?

    reference operator[](size_t index) [[expects: index < size()]] // syntaxe probable -- post C++17 [[pre: index < size()]] // syntaxe alternative possible -- post C++17 { assert(index < this->size()); // syntaxe 98-17 return quivabien(index); }

    Bon, pour le second paramètre réel passé à api_c on peut écrire &c[0]+size(c). Seulement, si la collection est vide, nous sommes de nouveaux grillés—à supposer que la fonction avec une API C n'exige pas que le premier pointeur pointe bien vers un élément déréférençable, même si le second pointeur est égal au premier, chose qui est le cas de beaucoup de fonctions du standard C.

    Bref, vous l'aurez compris, data() ne s'encombre pas avec ces considérations. Et depuis sa libération elle est donc compatible avec les tableaux statiques.
    Bonjour data(c). Adieu &c[0].

    Et pour s'en servir ?

    C'est bien beau tout ça, mais nous n'avons pas abordé la façon dont nous pouvons nous en servir.

    Vous devez vous dire que nous sommes un peu bêtes. Il suffit d'écrire, pour reprendre le dernier exemple :

    template <typename Collection> void dump(Collection const& c) { api_c_(std::data(c), std::data(c)+std::size(c)); // Ou si on suppose que les préconditions de l'API C soient exagérées if (!std::empty(c)) api_c_(std::data(c), std::data(c)+std::size(c)); }

    Et voilà ! Non ?

    Pouvons-nous nous en servir sur un type blas::vector qui expose data, empty et size en membre ? Oui, c'est prévu pour ! C'est donc parfait.

    Mais… Et si ces fonctions n'étaient pas membres mais libres. Ou pire et si elles avaient une version membre dont le nom commençait par une majuscule ?

    Ah. Il n'y aurait qu'à définir une surcharge de std::empty(blas::vector const& v) qui renvoie v.Empty(). Le hic est que, bien que la norme nous autorise à procéder ainsi dans ce cas de figure précis (i.e. rajouter une spécialisation pour un type non standard dans l'espace de noms std), il est fortement encouragé de procéder autrement. On préfère ignorer ainsi les exceptions à l'interdiction de rajouter des définitions dans std::. Il faut bien reconnaitre qu'il est plus simple de retenir une règle générale que d'expliquer les exceptions autorisées.

    [C++11: 17.6.4.2.1/1]: The behavior of a C++ program is undefined if it adds declarations or definitions to namespace std or to a namespace within namespace std unless otherwise specified. A program may add a template specialization for any standard library template to namespace std only if the declaration depends on a user-defined type and the specialization meets the standard library requirements for the original template and is not explicitly prohibited.

    Traduction:

    Le comportement d'un programme C++ est indéfini s'il ajoute des déclarations ou définitions à l'espace de nom std ou à un espace de nom au sein de std, sauf indication contraire. Un programme pourra ajouter une spécialisation pour tout modèle de l'espace de nom std si et seulement si, cette déclaration concerne un type défini par l'utilisateur, que cette spécialisation convient aux exigences du modèle de base et qu'elle n'est pas explicitement interdite.

    Procédons autrement donc. Si seulement nous pouvions nous contenter d'un empty(v) sans avoir besoin de taper ces fichus noms d'espaces de noms (sic), ça serait parfait. Il se trouve que … justement, si ! Nous pouvons le faire.

    Si on écrit

    template <typename Collection> void dump(Collection const& c) { if (!empty(c)) api_c_(data(c), data(c)+size(c)); }

    cela va compiler avec n'importe quel type défini par l'utilisateur qui dispose de fonctions empty(), data() et size() qui sont définies dans le même espace de noms que celui où ce type utilisateur est défini.
    On appelle ce principe le Koenig Lookup (comme dans Andrew Koenig) ou encore plus généralement aujourd'hui l'Argument-Dependent (name) Lookup, §3.4.2 de la norme.

    Il ne reste que les cas des tableaux statiques à la C. Ce ne sont pas des types définis dans un espace de noms. L'ADL ne peut pas être appliqué. Ainsi pour eux, on a besoin de rajouter ces trois lignes au début de la fonction:

    using std::empty; using std::data; using std::size;

    Pour blas::vector, il ne nous reste qu'à définir ces trois fonctions dans l'espace de noms blas. Si maintenant cette bibliothèque nous interdit aussi de définir quoi que ce soit dans son espace de noms… il n'y a plus qu'à ouvrir une fiche d'anomalie sur leur tracker en leur expliquant qu'il serait vachement sympa qu'ils ouvrent la compatibilité avec le C++, avec explications sur l'ADL/KNL à l'appui.

    Si maintenant vous deviez écrire une bibliothèque d'une qualité et d'une robustesse à toute épreuve, vous êtes invités à lire ce billet fort instructif d'Eric Niebler, qui est au cœur de la STL v2, au sujet du design de points de customisation.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Actualités Debian février/mars 2018

    Linux France - Vendredi 16 Mars

    Quelques annonces de février et mars 2018 du côté projet Debian :

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Meilleures contributions LinuxFr.org : les primées de janvier et février 2018

    Linux France - Mardi 13 Mars

    Nous continuons sur notre lancée de récompenser ceux qui chaque mois contribuent au site LinuxFr.org (dépêches, commentaires, logo, journaux, correctifs, etc.). Vous n’êtes pas sans risquer de gagner un abonnement à GNU/Linux Magazine France ou encore un livre des éditions Eyrolles ou ENI. Voici les gagnants des mois de janvier et février 2018 :

    Abonnement d’un an à GNU/Linux Magazine France (éditions Diamond) :

    Livres des éditions Eyrolles et ENI :

    Les livres qu’ils ont sélectionnés sont en seconde partie de la dépêche. N’oubliez pas de contribuer, LinuxFr.org vit pour vous et par vous !

    Certains gagnants n’ont pas pu être joints ou n’ont pas répondu. Les lots ont été réattribués automatiquement. N’oubliez pas de mettre une adresse de courriel valable dans votre compte ou lors de la proposition d’une dépêche. En effet, c’est notre seul moyen de vous contacter, que ce soit pour les lots ou des questions sur votre dépêche lors de sa modération.

    Les livres sélectionnés par les gagnants :

    Tous nos remerciements :

        Éditions Diamonds   Éditions ENI       Éditions Eyrolles Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Revue de presse de l'April pour la semaine 10 de l'année 2018

    Linux France - Lundi 12 Mars

    La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [l'Humanité.fr] «Dégoogliser Internet, oui, mais en agissant autrement»

    Par Pierre Duquesne, le vendredi 9 mars 2018. Extrait:

    FramaPad, Mastodon, Qwant… une trentaine de services alternatifs à Google sont proposés par des militants d’un numérique éthique.

    Lien vers l'article original: https://humanite.fr/degoogliser-internet-oui-mais-en-agissant-autrement-651759

    Et aussi:

    [ZDNet France] Debian et Kali Linux débarquent sur le Windows Store

    Par Louis Adam, le mercredi 7 mars 2018. Extrait:

    Debian est une distribution qui met l’accent sur l’utilisation de logiciels libres. Kali Linux est une distribution destinée aux experts en cybersécurité et embarque un certain nombre d’outils de test d'intrusion.

    Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/debian-et-kali-linux-debarquent-sur-le-windows-store-39865128.htm

    [Numerama] Vers un coup de pouce de l'éducation nationale en faveur des logiciels libres éducatifs?

    Par Julien Lausson, le mercredi 7 mars 2018. Extrait:

    Et si le ministère de l'éducation nationale donnait un coup de pouce en faveur des logiciels libres éducatifs? C'est la question que pose une députée LREM au ministre Jean-Michel Blanquer. Plus généralement, elle interroge sur le rapport de ministère sur le logiciel libre et son utilisation à l'école.

    Lien vers l'article original: https://www.numerama.com/politique/334245-vers-un-coup-de-pouce-de-leducation-nationale-en-faveur-des-logiciels-libres-educatifs.html

    Voir aussi:

    [L'Informaticien] Joyeux anniversaire l’Open Source!

    Par Bertrand Garé, le mercredi 7 mars 2018. Extrait:

    Le 3 février dernier, l’Open Source fêtait ses 20 ans! Pourquoi le 3 février? Il fallait bien fixer une date. On en a bien donné une à la naissance de Jésus. Alors, comme pour le Messie, il en fallait une pour consacrer la naissance d’un mouvement qui se veut bien plus large que le simple accès au code d’un logiciel.

    Lien vers l'article original: https://www.linformaticien.com/actualites/id/48573/joyeux-anniversaire-l-open-source.aspx

    [MiniMachines.net] Comment le prix des licences de Windows 10 modèle le marché PC

    Par Pierre Lecourt, le lundi 5 mars 2018. Extrait:

    Depuis toujours Microsoft dispose d'un outil qui modèle le marché informatique à sa convenance. Un coin du voile se lève sur le prix des licences de Windows 10 et des exigences de Microsoft.

    Lien vers l'article original: http://www.minimachines.net/actu/prix-licences-de-windows-10-59893

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    LinuxMAO — Éditorial de mars 2018

    Linux France - Dimanche 11 Mars

    Comme tous les mois, LinuxMAO vous apporte ici son lot de nouveautés et vous permet de vous tenir au courant de l’actualité musicale. Nouveaux projets, nouvelles publications, nouvelles réalisations, dernières mises à jour de logiciels… Allez vite lire la deuxième partie de la dépêche.

    Alors, les Romains avaient fait de Mars leur dieu de la guerre. Il était fils de Jupiter. Pas le nôtre, de Jupiter, mais l’original ! Sa mère, Junon, s’était débrouillée pour enfanter du petit guerrier sans avoir eu de rapport charnel avec son époux. Il faut dire qu’il l’avait agacée à propos des origines de leur fille, Minerve, dont la mère biologique était une nymphe de passage. Une fleur magique aurait finalement fécondé Junon, sur les conseils de Flore… la bien nommée !
    Et voilà Mars scintillant dans les mythologies, au sein de notre calendrier, dans la ronde des planètes les plus illustres (avec ou sans les moustiques de Monsieur Bowie) ainsi qu’au firmament des barres chocolatées.

    Comme quoi la vraisemblance n’est pas la garantie du succès, hormis sur LinuxMAO, où tout demeure tangible et vérifiable…

    Quoi de neuf ?

    Depuis la parution du dernier éditorial, nous ont rejoint : rojo, Ignorante, OlivSteelPan, horsdelacage, ohedidonc, TX230, tonyhifipro, garmin, Echo1, mzf, Maharmouzet, minou, ssachot, Widmir, MatM, jlcord, Psychogay, anais, omalley, Abdelaid, surian, tiseon, javez846, Tetard.48, sergey, Dubistor, VoiceOverTroubledWater, Leo Philippon, Oa, TanjTelbi, eleonore, Motokiyo, jmbnet, dubuiss, smart’S, Hachesse.
    Bienvenue à vous toutes et tous !

    Musique sur LinuxMAO

    Les votes sont toujours ouverts pour la joute no 13, venez écouter les morceaux des participants et laisser vos commentaires.

    Quelques productions autonomes ont été partagées dans la section de forum dédiée à cela :

    Musique libre en dehors de LinuxMAO

    Liste de lecture des nouveautés pour le mois de février 2017 chez les copains de Dogmazic.

    Nouveautés sur LinuxMAO Des chiffres

    Le nombre de visiteurs uniques du mois d’octobre 2017 est de 32 779. LinuxMAO.org, c’est, à ce jour, 6 335 utilisateurs inscrits, 2 289 « pages de documentation », les plus de 84 800 messages dans les « forums », et d’autres fioritures.

    D’autre part, nous avons eu 36 nouvelles inscriptions depuis la rédaction du dernier éditorial du site c’est‐à‐dire en 28 jours.

    Nouvelles pages Côté administration

    Comme pour le mois de janvier 2018, le train‐train habituel de modération des forums et d’entretien du site. La page Spencer Jackson a été intégrée dans la structure du Portail Développer. L’hibernation se passe bien, on attend les premiers miels de printemps tranquillement. Grouha !

    Samuel, en phase intense de création et d’enregistrement, préfère se retirer de l’équipe d’administration. Il continuera, nous assure‐t‐il, à participer à la vie des forums, ainsi qu’il le fait régulièrement depuis dix ans. Merci, Samuel, pour tout le travail accompli et heureux de toujours te compter parmi nous, administrateur ou pas !

    Côté logiciel sur LinuxMAO Côté logiciel en dehors de LinuxMAO

    Depuis la publication du dernier éditorial, olinuxx, r1 et Houston4444 ont relevé les mises à jour suivantes pour ce mois‐ci :

    Post‐scriptum

    Merci à sub26nico, allany, r1 et olinuxx pour l’écriture de cet édito, et l’on se retrouve le mois prochain pour une revue de l’actualité du mois écoulé !

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Les journaux LinuxFr.org les mieux notés du mois de février 2018

    Linux France - Dimanche 11 Mars

    LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l’équipe de modération avant publication. C’est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

    Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux‐ci s’appellent des journaux. Voici un florilège d’une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois de février passé :

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Agenda du Libre pour la semaine 11 de l’année 2018

    Linux France - Samedi 10 Mars

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 59 événements (2 en Belgique, 51 en France, 0 au Luxembourg, 4 au Québec, 1 en République Démocratique du Congo, 1 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire [FR Limoges] Expolibre - Mois du Logiciel Libre 12ème édition - Du jeudi 1 mars 2018 à 10h00 au samedi 31 mars 2018 à 18h00.

    La Bfm vous invite à découvrir Expolibre, une exposition sur la philosophie et les enjeux du logiciel libre, réalisée par l'APRIL.
    L'exposition est également visible à la Bfm La Bastide du 3 au 14 mars 2018.

    Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, afin de garantir certaines libertés, dont le contrôle du programme par l’utilisateur et la possibilité de partage entre individus.

    Du 3 au 31 mars 2018, l’espace multimédia de la Bfm Centre-Ville propose également des animations autour des logiciels libres afin de promouvoir leur utilisation par le grand public

    Des ateliers thématiques sont également proposés par les espaces multimédia de la Bfm Centre-ville et de la Bfm La Bastide (sur inscription à partir du samedi 3 mars).

    [FR Lannion] 3 eme Concours de contribution OpenStreetMap - Du jeudi 1 mars 2018 à 11h00 au vendredi 23 mars 2018 à 12h00.

    La Ville de Lannion* et Lannion-Trégor Communauté* organisent le 3ème
    Concours de contributions à OpenStreetMap

    Ouvert à tous, ce concours permet à chacun de participer de façon ludique à la cartographie de notre
    territoire de vie le Trégor.

    La thématique proposée cette année est « Randonnée et déplacements doux».

    Vous êtes randonneurs, à pied, à vélo, cyclotouristes, utilisateurs de Vélek'tro, vous réalisez tout ou partie de vos déplacements en mode doux**, vous aimez le Trégor tout simplement, alors partagez vos expériences sur le territoire de Lannion-Trégor Communauté grâce à la cartographie OpenStreetMap.

    Les contributeurs inscrits au concours sont invités à compléter les données OpenStreetMap - routes, chemins, pistes cyclables, cheminements, itinéraires équestres, voies navigables, etc… ainsi que tous les
    points d’intérêt qui jalonnent vos itinéraires - parking, rack et arceaux à vélos, abris, bancs, bornes, signalétiques, … .
    Au-delà de ces quelques exemples non exhaustifs, toutes vos contributions seront prises en compte dans
    le cadre de ce concours.

    Les prix des meilleurs contributeurs seront remis lors de la journée :

    • Prix du contributeur (indépendant),
    • Prix du collectif contributeur,
    • Prix Coup de Coeur,

    Vous retrouverez le formulaire d'inscription et toutes les informations sur la manière de contribuer sur lannion.bzh ou sur lannion-tregor.com

    * En tant qu'organisateur de ce concours, la Ville de Lannion et Lannion-Trégor Communauté contribuent également à l'actualisation des données OSM et à la mise en ligne de données Opendata sur différents portails

    ** mode doux cheminements accessibles par tout moyen autre que motorisé, permettant de se déplacer pour un motif utilitaire ou de loisirs

    [FR Ramonville-Saint-Agne] Atelier mettre des photos en ligne - Du samedi 10 mars 2018 à 14h00 au samedi 17 mars 2018 à 18h00.

    Atelier

    Comment illustrer son site web avec des photos, qui ne seront ni trop grosses ni trop petites, bien contrastées, tout ça sans ralentir son site

    Les TP seront réalisés à partir d'un site sous spip, mais les règles sont applicables à n'importe quel site web.

    Comme d'habitude c'est gratuit, mais

    Merci de prendre avec vous un ordinateur portable si vous le pouvez, et sinon de nous prévenir afin que nous en préparions un pour vous. Si vous venez avec votre ordinateur, attention il y a des trucs à installer dessus

    [FR Castelnau-le-Lez] Section GNU/Linux Ubuntu et Logiciels Libres - Le lundi 12 mars 2018 de 10h00 à 12h00.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres, pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien.

    Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

    Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes

    • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
    • Préinscription aux prochains Cafés Numériques et Install-Party
    • Premières explorations du système
    • Installations et configurations complémentaires
    • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
    • Prise en main, découverte et approfondissement du système

    Les Section GNU/Linux ont lieu à la Mjc André Malraux de Castelnau-le-Lez, tous les lundis de 10h00 à 12h00, sauf vacances et fériés.

    [QC Montréal] 3L-Logiciels Libres en Liberté - Le lundi 12 mars 2018 de 16h00 à 20h00.

    Slogan de 3L : Prenez votre autonomie Libriste en mains!
    Accueil rencontre:
    (3L)-Logiciels Libres en liberté groupe d’utilisateurs de Logiciels Libres, de niveau débutant qui tiendra sa rencontre régulière mensuelle tout les 3ième lundi de chaque mois.

    [FR Grenoble] Atelier cartographie Open Street Map - Le lundi 12 mars 2018 de 18h30 à 21h00.

    Le collectif OpenStreetMap Grenoble vous invite à son prochain atelier OSM

    Que vous soyez débutant ou confirmés, cette soirée est ouverte à tous

    Cette soirée sera dédiée à l’accueil des nouveaux contributeurs, ainsi qu’au partage d’expérience pour les anciens contributeurs.

    A partir de 18h30 à La Coop-Infolab. 31 rue Gustave Eiffel – 38000 Grenoble

    Inscription

    C’est quoi OSM

    OpenStreetMap (OSM) est un projet international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde. Nous collectons des données dans le monde entier sur les routes, voies ferrées, les rivières, les forêts, les bâtiments et bien plus encore Les données cartographiques collectées sont ré-utilisables sous licence libre ODbL (depuis le 12 septembre 2012).

    [FR Rennes] Réunion mensuelle OpenStreetMap - Le lundi 12 mars 2018 de 19h00 à 21h00.

    Les contributeurs OSM 35 proposent chaque 2e lundi du mois une réunion autour du projet de cartographie collaborative OpenStreetMap. L'occasion de découvrir le projet, de venir échanger sur les nouveautés, de partager vos initiatives.

    Plus d'informations sur la communauté locale

    [FR Lyon] Debian - Le lundi 12 mars 2018 de 19h30 à 21h30.

    Atelier / discussion autour du système d'exploitation GNU/Linux Debian organisé par l' ALDIL en partenariat avec la MJC de MontChat.

    En complément des découvertes et bidouilles des 4e lundis du mois à la MJC, ces ateliers sont des séances d'approfondissement d'usages de Debian et dérivés.

    De la ligne de commande, des fichiers de config, un atelier pour plonger dans le système, voire s’amuser avec des Raspberry Pi.
    Possibilité de soirées thématiques.

    Public averti ou sans allergie au Doliprane. Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

    De 19h30 à 21h30 dans l'espace EPN de la MJC de Montchat.

    [FR Rennes] CampOSV - Hackathon et Conférences Véhicule Libre - Du mardi 13 mars 2018 à 09h30 au jeudi 15 mars 2018 à 18h00.

    Le CampOSV est un campement de prototypage continuel, qui a pour objectif de concevoir des véhicules libres, leurs briques technologiques et leurs services associés, en cohérence avec leur écosystème.

    Lancé en 2015, le CampOSV est présent ponctuellement dans l’espace public, comme en mars 2018 lors de l’événement InOut à Rennes, sur le site PSA de La Janais.

    Cette édition proposera divers ateliers de prototypage sur des sujets techniques, mais aussi économiques, juridiques et sociétaux, ainsi que des conférences autour du logiciel et de la conception Libre.

    Emplacement exact: https://www.openstreetmap.org/way/182896969

    Page Web de l'événement https://www.inout2018.com/programme/hackathon-camposv/42

    Il préférable de s'inscrire au plus tard le lundi 12/03/2018 pour participer.

    Conférences

    | Nom de l'intervenant | Thématique | Date de l'intervention | Langue |
    | Alain Heureux | Ouverture du CampOSV inOut 2018 | Mardi 13 mars 2018 - 9h30 | Français |
    | Thomas le Texier | Les modèles économiques de l'innovation ouverte | Mardi 13 mars 2018 - 11h à 11h30 | Français |
    | Roberto di Cosmo | Economie du Libre | Mardi 13 mars 2018 - 11h30 à 12h30 | Français |
    | Cédric Coulon | Droit et conception automobile | Mercredi 14 mars 2018 - 11h00 à 11h30 | Français |
    | Marco Ciurcina | "Biens communs digitaux et droit" | Mercredi 14 mars 2018 - 11h30 à 12h30 | Français |
    | Bernard Multon | Energies renouvelables et véhicules électriques | Jeudi 15 mars 2018 - 11h30 à 12h30 | Français |
    | Richard Stallman | Privacy by design | Jeudi 15 mars 2018 - 17h00 à 18h00 | Français |

    [BE Herstal] Atelier de formation à Gimp (Retouche photos) - Le mardi 13 mars 2018 de 13h00 à 15h00.

    Formation donnée sur 4 jours (13/03 - 20/03 - 27/03 - 17/04)

    Les ateliers sont gratuits et le nombre de places limitées (4 à 8 personnes max). Pour participer à un/plusieurs atelier(s), il est obligatoire de s'inscrire au préalable auprès de l'animateur au 0479 94 69 29 ou par courriel (voir ci-dessous).

    GIMP est un outil d'édition et de retouche d'image, diffusé sous la licence GPLv3.

    [FR Quimper] Permanence Linux Quimper - Le mardi 13 mars 2018 de 17h00 à 18h00.

    Tous les mardis de 17h à 18h, Linux Quimper vous donne rendez-vous au Centre social des Abeilles, 4 rue Sergent Le Flao à Quimper (entrée libre et gratuite).

    Curieux, déjà utilisateur, expert, vous êtes les bienvenu-e-s pour un dépannage, une installation, un conseil, une aide, discuter, échanger, etc… sur Linux et les logiciels libres.

    N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation ou un dépannage de Linux ou avec votre périphérique récalcitrant (imprimante, scanner…).

    Pour les ordinateurs fixes, apportez uniquement votre Unité Centrale, nous avons écrans, claviers, souris.

    Pour une installation d'une distribution GNU/Linux de votre choix sur votre ordinateur, pensez à

    • Sauvegarder vos données personnelles
    • Libérer de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmenter Windows si vous voulez le conserver.

    Renseignements 07 68 59 17 32

    [FR Vert-Le-Grand] Libre en Fête - Du mardi 13 mars 2018 à 17h00 au samedi 17 mars 2018 à 18h00.

    Découverte d'une sélection de logiciels libres et de distributions Linux
    mardi 13 17h-20h
    mercredi 14 14h-19h
    vendredi 16 17h-20h

    Install Party
    samedi 17 10h-18h

    Venez avec votre ordinateur, votre disque dur ou votre clé USB et repartez avec les logiciels que vous aurez choisis.

    [FR Biot] RAL Learning Centre - Le mardi 13 mars 2018 de 18h00 à 20h30.

    Certains les appellent install party, d’autres encore Soirées Linux, mais les Rencontres Accès Libre sont tout cela en même temps, et bien plus encore…

    C'est l’occasion de

    • discuter, échanger, expliquer
    • installer des logiciels libres
    • et, toute autre idée coopérative de solidarité à but non lucratif

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Lille] Contribuer à Wikipédia - vaincre sa wikitimidité - Le mardi 13 mars 2018 de 18h00 à 20h00.

    Animé par 2 contributeurs expérimentés

    C’est entré dans les mœurs une date à vérifier, une définition à trouver, et hop, un petit tour sur Wikipedia Mais comment marche ce formidable outil Une encyclopédie libre, qu’est-ce que c’est Comment je peux moi aussi y contribuer sur des sujets qui me passionnent

    Cette soirée permettra d’avoir des clés pour travailler de façon collaborative au profit de la vulgarisation scientifique et de communs comme l’environnement. L’outil présenté sera le wiki en tant qu’outil d’archivage, d’amélioration continue et de collaboration. Quelques autres outils seront abordés.

    Avant de venir, préparez votre ordinateur portable et créez-vous un compte sur Wikipédia.

    Rendez-vous à la MRES - 23 rue Gosselet - 59000 LILLE

    Inscription mres@mres-asso.org ou 03 20 52 12 02

    • Maison Régionale de l'Environnement et des Solidarités (MRES), 23 rue Gosselet, Lille, Hauts-de-France, France
    • Tags wikipédia, atelier, communs
    [FR Montpellier] Atel’libre Bricolotech Arduino, Raspberry Pi, Thymio, Imprimante 3D, CNC - Le mardi 13 mars 2018 de 18h00 à 20h00.

    Montpel’libre a le plaisir de vous informer qu’elle va très prochainement organiser des ateliers autour des pratiques numériques et des nouvelles technologiques, qui consistent a utiliser les bricolotech sur d’Arduino, Raspberry Pi, Orange Pi, Thymio, Imprimante 3D, CNC… et bien d’autres bidouillages.

    Chaque mardi et chaque vendredi un accompagnement dans le traitement de dispositifs techniques vous sera proposé. Des thèmes divers comme par exemple mini ville, puis d’autres seront à explorer.

    Les places à cet atelier sont limitées, il est donc préférable de s’inscrire avant.
    Entrée sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Vendredi 2 mars 2018 de 18h00 à 20h00 (tous les mardis et vendredis)
    Mardi 6 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 9 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Mardi 13 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 16 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Mardi 20 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 23 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Mardi 27 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 30 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    9, rue de la Poésie 34000 Montpellier

    [FR Nantes] Rencontre mensuelle OpenStreetMap - Le mardi 13 mars 2018 de 18h30 à 21h30.

    Tous les les contributeurs nantais à la carte participative libre OpenStreetMap se réunissent.

    Ces rencontres libres et gratuites sont ouvertes à tout le monde.

    Venez nous rencontrer et faire connaissance. Selon vos souhaits, questions, nous vous montrerons ce qu'est OpenStreetMap, comment l'utiliser ou y participer.

    Le lieu de réunion est équipé d'ordinateurs mais n'hésitez pas à apporter vos appareils numériques ordinateurs portables, tablettes, smartphones.

    Plan d'accès.

    [FR Brignoles] Réunions Formations & Débats - Le mardi 13 mars 2018 de 18h30 à 23h00.

    GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une soirée atelier / présentation qui aura lieu le mardi 13 mars 2018, dès 18h30, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.

    À partir de 19h30, ateliers proposés par Jérôme Décamps

    • Information sur l’utilisation du site.
    • Linux Les dépôts miroir.

    À partir de 20h30, ateliers proposés par Eric Rojas

    • Outils bureautique LibreOffice

    Cette soirée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.

    Un accès haut débit (Ethernet & Wifi) est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.

    [FR Lyon] Réunion OpenStreetMap - Le mardi 13 mars 2018 de 18h30 à 20h30.

    Les mappeurs OSM de Lyon se rencontrent régulièrement le 2 mardi de chaque mois, et chacun peut s’inviter et participer à ces rencontres.

    Le CR de la rencontre précédente se trouve sur la page du Wiki-OSM au lien Lyon/Réunion 13 février 2018.

    Si vous souhaitez mettre un sujet particulier à l’ordre du jour de la rencontre à venir, vous pouvez l’indiquer sur la page préparatoire au lien Lyon/Réunion 13 mars 2018.

    Venez nombreux

    [FR Grenoble] Human Talks - Le mardi 13 mars 2018 de 19h00 à 22h00.

    La Coop accueille les Human Talks de Grenoble mardi 13 mars à partir de 19 h

    Qu’est-ce que les Human Talks

    Human Talks, c’est un événement mensuel pour les développeurs.
    Chaque mois, des développeurs se succèdent pour présenter en 10 minutes un sujet de leur choix (language, méthode de programmation, projet perso, design…)
    Quelque soit votre niveau vous pouvez proposer un talk aux organisateurs du Human Talks de votre ville.
    L’accès est gratuit

    • Des Talks de 10 min accessibles à tous
    • Pour les développeurs et par des développeurs
    • Un événement gratuit pour découvrir des sujets tech variés
    • Un excellent moyen de partager ses passions

    Plus d’infos sur humantalks.com

    Pour s’inscrire c’est par ici

    [FR Vanves] Formation LINUX (2/3) : configuration des services réseau et installation de l'interface graphique - Le mardi 13 mars 2018 de 19h30 à 22h00.

    Le Libre Vanvéen organise une formation à l'installation de LINUX en 3 séances à l'attention des personnes n'ayant pas de compétences particulières en informatique mais souhaitant se mettre aux logiciels libres et à LINUX pour leur permettre d'installer eux mêmes LINUX sur leur ordinateur.

    Formation LINUX (1/3) : installation du système de base

    Formation LINUX (2/3) : configuration des services réseau et installation de l'interface graphique

    • configuration des services, réseaux et utilisateurs
    • installation du serveur graphique, et installation d'un gestionnaire de fenêtres (XFCE) et d'un gestionnaire de connexion graphique (lightDM)
    • configuration du gestionnaire de fenêtres et modification de la configuration système pour utiliser le graphisme

    à suivre:

    Formation LINUX (3/3) : Mises à jour et maintenance, installation des applications

    [FR Quetigny] Promouvoir, découvrir, tester, installer Linux et d'autres logiciels libres - Le mardi 13 mars 2018 de 20h30 à 23h30.

    Nous sommes une association d'utilisateurs de logiciels libres et de GNU Linux en particulier.

    Nous utilisons toutes sortes de distributions GNU / Linux (Ubuntu, CentOs, Fedora, Debian, Arch…) et toutes sortes de logiciels pourvu qu'ils soient libres (VLC, LibreOffice, Firefox, Thunderbird, GPG, Tor, OpenNebula, LXC, Apache…).

    Nous partageons volontiers nos connaissances des logiciels libres et l'entraide est de mise dans nos réunions.

    Les permanences servent à se rencontrer et à partager nos expériences et notre savoir sur le logiciel libre.

    Vous souhaitez nous rencontrer nous vous accueillerons à notre permanence.

    On adore les gâteaux et les chocolats, vous pouvez donc en apporter-)

    [FR Rexpoëde] Libre en fête - Le mercredi 14 mars 2018 de 10h00 à 17h00.

    évènementLogiciels Libres

    Des valeurs d’entraide et de coopération, un bien commun accessible à tous favorisant le partage des connaissances, une communauté vivante prête à aider les nouveaux venus, etc.{::}*

    N’oubliez pas votre matériel (smartphone, tablette, ordinateur portable), pour la copy party *

    [FR Nantes] Apéro Monnaie Libre - Le mercredi 14 mars 2018 de 19h00 à 22h00.

    Pour venir découvrir, échanger des biens et services, se certifier, nous organisons des Apéros mensuelles tous les deuxièmes mercredis de chaque mois

    L'objectif de ces rencontres est de permettre de développer le réseau d'échanger de la Ğ1 à Nantes. En tant que nous venus, vous serez accompagnés dans la découverte des portefeuilles Cesium, ou pour les utilisateurs avancés, Sakia.

    Nous vous expliquerons les tenants et aboutissants des certifications qui permettent de vérifier nos identités de manière décentralisées.

    C'est aussi le parfait endroit pour échanger quelques produits en Ğ1. N'hésitez pas à prévenir sur ĞChange des produits que vous souhaitez échanger.

    Vous pouvez dors et déjà réserver le deuxième Mercredi de chaque mois à 19h, au Bar Pioche à Talensac. N'hésitez pas à nous prévenir de votre présence en envoyant un mail à l'adresse de contact

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 14 mars 2018 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [FR Martigues] Les Logiciels Libres - Le jeudi 15 mars 2018 de 16h30 à 18h30.

    Comment utiliser les logiciels libres avec l’association des (ULLM)

    Traitement des images (photos,dessins) avec GIMP et KRITA  à la EPN Médiathèque de Martigues

    Entrée Libre

    [FR Lyon] Le jeudi, c’est Wiki Le Wiktionnaire - Le jeudi 15 mars 2018 de 17h00 à 19h00. [FR Paris] Rencontre avec Yann Kervran, ses livres, son choix de licence - Le jeudi 15 mars 2018 de 18h00 à 20h00.

    Un nouvel événement parisien autour de la maison d’édition Framabook avec Yann Kervan, auteur de la nef des loups qui viendra nous parler des deux tomes des enquêtes d’Ernaut de Jérusalemmais aussi des difficultés pour un auiteur, de se faire publier et vendre quand on choisit une licence libre. 

     La nef des Loups Dans cette première enquête, à mi-chemin entre polar médiéval et roman d’aventure, Yann Kervan nous embarque dans un huis clos à la fois haletant et érudit. Sur cette inquiétante nef des fous, c’est aussi une partie de nous-mêmes que nous retrouvons, comme si nous étions compagnons d’Ernaut. En maître du genre, l’auteur ne fait pas que nous envoûter, il nous transporte dans ce monde tourmenté des croisades.

    Car lorsque la lumière inonde les cœurs, l’ombre n’est jamais bien loin, tapie au revers… Et ce furent des torrents de boue qui se déversèrent, des hordes de malins qui œuvrèrent en cette semaine sainte entre toutes… »

    [FR Montpellier] Aprilapéro - Le jeudi 15 mars 2018 de 18h18 à 20h20.

    Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d’échanger, de partager un verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l’actualité et les actions de l’April.

    Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l’April ou pas. N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

    Nous vous invitons donc à venir nous rejoindre dans une ambiance conviviale, à partager cet apéro, chacun porte quelque chose, boissons, grignotages… et on partage.

    Au programme des discussions

    • LoRdi Région Libre, renommé en MCNL pour Mon Cartable Numérique du Lycéen
    • référentiel Prestataires avec la CCI
    • pack Logiciels Libres CCI
    • échanger des expériences
    • discussions libres
    • échanges d’idées
    • faire un bilan des événements passés
    • faire des perspectives pour les actions futures
    • tout simplement, passer un moment convivial

    Entrée libre et gratuite sur inscription.

    Les Aprilapéro Montpellier auront lieu le 3e jeudi de chaque mois

    Jeudi 15 mars 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 19 avril 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 17 mai 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 21 juin 2018 de 18h18 à 20h20

    Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

    [FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 15 mars 2018 de 18h30 à 20h30.

    Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

    Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second mardis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

     Ses rencontres sont ouvertes à tous.

    [FR Lyon] L’aquarium avec Synfig - Le jeudi 15 mars 2018 de 19h00 à 21h00.

    Atelier gratuit de 19h00 à 21h00

    Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com

    L'EPN des Rancy (située au 249 rue vendôme, lyon 3) vous propose la découverte et expérimentation des logiciels libres d’infographie, retouche d’images, et création d’animation 2D/3D et audiovisuelle avec les étudiant(e)s de la Licence Colibre.

    Chaque séance sera l’occasion de découvrir une technique de création visuelle utilisant un logiciel libre pratique et adapté.

    Ce jeudi 15 mars, Venez découvrir et prendre en main le logiciel Synfig

    Synfig est un logiciel d’animation avec lequel vous créerez un aquarium dans lequel vous animerez poissons, algues et bulles qui remontent à la surface.  

    N'hésitez pas à venir nombreux.

    [FR Paris] Certification PGP et CAcert - Le jeudi 15 mars 2018 de 19h00 à 20h00.

    Vous souhaitez renouveler votre certificat CAcert Augmenter son niveau de confiance Augmenter le niveau de confiance de votre clé publique PGP

    Venez rencontrer des certificateurs autour d'un verre

    En pratique

    Pour votre clef PGP, préparez

    • deux documents d'identité français parmi la carte nationale d'identité, le passeport, la carte d'identité militaire, le permis de conduire, …
    • un petit papier imprimé avec l'identifiant et l'empreinte de votre clef, en autant d'exemplaires que vous espérez rencontrer de gentils autres porteurs de clefs.

    Pour votre certificat CAcert, préparez

    • deux documents d'identité français parmi la carte nationale d'identité, le passeport, la carte d'identité militaire, le permis de conduire
    • des formulaires d'accréditation imprimés, pré-remplis avec vos coordonnées en cliquant ici, ou vierges en cliquant là. Deux exemplaires pour chaque accréditation un pour vous, un pour le gentil accréditeur.

    Tous les détails sur le wiki de CAcert et Meetup

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 15 mars 2018 de 19h30 à 22h30.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h).

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April, … y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    [FR Paris] Apéro du Libre - Le jeudi 15 mars 2018 de 19h30 à 23h00.

    Tous les 15 du mois, Parinux vous convie à l'Apéro Parisien du Libre (APL). Cet événement informel et convivial réunit les personnes intéressées par le monde du Libre.

    Pour le 15 mars, à l'occasion de Libre en Fête, nous vous donnons rendez-vous à la Brasserie O'Neil  à partir de 19h30 pour échanger autour du Libre avec les bénévoles de l'association Parinux.

    Tou·te·s sont les bienvenu·e·s, qu'ils/elles soient membres ou non, que ce soit pour découvrir l'association, se renseigner sur ses activités, ou simplement partager un bon moment avec d'autres bénévoles du Libre

    [FR Nanterre] Expo libre - Du vendredi 16 mars 2018 à 09h00 au samedi 24 mars 2018 à 18h00.

    Dans le cadre de "Libre en fête", le centre social et culturel Parc en Ciel accueille l'expo Libre pour sensibiliser les habitants du quartier à l'usage des logiciels libres.

    Venez nombreux.

    [FR Antibes] Rencontre Accès Libre (RAL) - Le vendredi 16 mars 2018 de 18h00 à 21h00.

    Certains les appellent install party, d’autres encore Soirées Linux, mais les Rencontres Accès Libre sont tout cela en même temps, et bien plus encore.

    C'est l’occasion de

    • discuter, échanger, expliquer
    • installer des logiciels libres
    • et, toute autre idée coopérative de solidarité à but non lucratif

    Entrée Libre. Tout Public

    [FR Montpellier] Atel’libre Bricolotech Arduino, Raspberry Pi, Thymio, Imprimante 3D, CNC… - Le vendredi 16 mars 2018 de 18h00 à 20h00.

    Montpel’libre a le palisir de vous informer qu’elle va très prochainement organiser des ateliers autour des pratiques numériques et technologiques, qui consistent a utiliser les bricolotech sur d’Arduino, Raspberry Pi, Orange Pi, Thymio, Imprimante 3D, CNC… et bien d’autres bidouillages.

    Chaque mardi et vendredi un accompagnement dans le traitement de dispositifs techniques vous sera proposé. Des thèmes divers comme par exemple mini ville, puis d’autres seront à explorer.

    Les places à cet atelier sont limitées, il est donc préférable de s’inscrire avant.
    Entrée sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Vendredi 2 mars 2018 de 18h00 à 20h00 (tous les mardis et vendredis)
    Mardi 6 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 9 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Mardi 13 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 16 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Mardi 20 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 23 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Mardi 27 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    Vendredi 30 mars 2018 de 18h00 à 20h00
    9, rue de la Poésie 34000 Montpellier

    [FR Dijon] Atelier de création numérique et électronique - Le vendredi 16 mars 2018 de 20h30 à 23h59.

    Le fablab et hackerspace L'abscisse vous propose comme tous les vendredis soir un atelier de création numérique et électronique.

    L'atelier est équipé de différents outils perceuse, CNC, Arduino, Raspberry Pi, ordinateurs, oscilloscope, multimètre.

    Une ressourcerie est à disposition, vous y trouverez des composants électroniques et des pièces détachées à prix libre.

    Vous pouvez venir découvrir l'atelier et les usagers du fablab à partir de 20h30.

    Vous pouvez aussi venir pour participer aux travaux numériques en cours, partager vos connaissances et vos savoir-faire.

    Tous nos travaux sont libres et documentés sous licence libre.

    [FR Nancy] Atelier préparation serveur pour installes parties - Le vendredi 16 mars 2018 de 20h30 à 23h59.

    Le vendredi 16 mars à partir de 20h30, aura lieu à la MJC des trois maisons un atelier d'installation d'un système GNU/Linux sur un ordinateur qui sera ensuite utilisé comme serveur.

    Son intérêt principal sera de se substituer aux dépôts Ubuntu, afin de permettre lors des installe parties, de mettre à jour les systèmes et installer des logiciels non proposés par défaut, sans être perturbé par des ralentissements de connexions Internet.

    Plus précisément, suite à l'installation du système, nous pré-configurerons les logiciels adéquats pour permettre sa disponibilité dans un réseau local. Il suffira après cette démarche que l'un des membres ayant une bonne connexion à son domicile charge une copie des dépôts qui atteint les 100 go (la connexion Internet de la MJC ne le permet pas). S'agissant d'un serveur, tout se fera via un terminal.

    Un second atelier aura lieu pour tester le système configuré, et les dépôts chargés. Un tutoriel sera aussi rédigé afin de permettre à tous membres de savoir comment l'utiliser.

    Nous comptons très largement sur la réussite de ces deux ateliers, pour organiser par la suite de nombreuses installe parties.

    [QC Trois-Rivières] World Create Day à Trois-Rivières - Le samedi 17 mars 2018 de 09h00 à 17h00.

    Ellektro Lab est fière d’accueillir à Trois-Rivières le 17 mars prochain, l’événement “World Create Day”, une journée consacrée à la création et au partage de connaissances en électronique et en technologie. Ce grand rassemblement techno ouvert à tous et gratuit est l’occasion ainsi que l’endroit pour échanger vos idées ou jaser de technologie avec des gens curieux et passionnés.Vous pourrez vous initier au Arduino et au Raspberry Pi puis voir comment certains utilisent ces technologies au travail, dans les arts ou dans la vie quotidienne. Nous vous invitons à venir créer votre projet ou vous joindre aux équipes qui se seront formées en début de journée.Pour participer à cette journée, nous vous demandons d’apporter le matériel nécessaire dont vous aurez besoin pour travailler. Il sera possible de se procurer des kits de départ et d’autres composantes sur place (moyennant quelques coûts à déterminer) si vous avez le goût de vous lancer dans l’aventure et d’expérimenter d’avantage.D’ici là, nous aimerions recevoir les idées de projets sur lesquels vous aimeriez travailler, ceci nous aidera à mieux planifier les activités et surtout, commander et recevoir le matériel à temps.Consultez cet événement Facebook afin de connaître le lieu de l’activité ainsi que les autres détails concernant cette journée. Merci de partager et au plaisir de vous voir !

    [FR Orgelet] La journée du libre - Le samedi 17 mars 2018 de 09h30 à 17h30.

    Nous vous proposons lors de cette journée une install-party (Ubuntu-KDE) ponctuée d'ateliers autour des logiciels et des jeux libres.

    Un atelier spécifique Ubuntu-KDE sera mis en place afin de facilité la prise en main.

    Une inscription préalable serait souhaitable. 

    Vous pouvez également nous contacter pour de plus amples renseignements.

    [FR Lyon] Libre en fête - Organiser son site wordpress - Le samedi 17 mars 2018 de 10h00 à 12h00.

    Atelier gratuit - samedi 10 mars de 10h00 à 12h00

    Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com

    L'EPN des Rancy (située au 249 rue vendôme, lyon 3) vous propose dans le cadre de l'évènement national Libre en Fête (qui fait la promotion des logiciels libres), de vous initier à la publication sur le web.

    Les étudiantes et étudiants en communication de la licence professionnelle Colibre animeront cet atelier.

    Ce samedi 17 mars organiser son site wordpress

    Cette séance vous permettra de prendre en main un site réalisé sous wordpress et de l’organiser avec des catégories et des mots clés pour structurer la navigation et le référencement de vos pages et de vos articles.

    Niveau Savoir utiliser un traitement de texte, un navigateur web, un clavier et une souris.

    Avoir une adresse courriel accessible depuis le web pour pouvoir recevoir des informations pendant la séance. Si pour ce dernier point, vous en avez besoin d’une, nous en faire la demande à l’inscription. 

    Cet atelier est ouvert à tous.

    Venez nombreux

    [CD Kisangani] Wikipermanence RDC - Le samedi 17 mars 2018 de 10h00 à 19h00.

    Dans le cadre du Mois international de la contribution francophone, une série d'atelier de formation à Wikipédia est organisé chaque samedi du mois de mars à Kisangani.

    L'objectif principal de cet atelier est de démystifier Wikipédia et ses projets frères, de permettre aux participants de rencontrer des contributeurs expérimentés, de former les néophytes sur les règles de Wikipédia, puis d'améliorer et de créer des articles.

    Cet atelier s'inscrit parmi des dizaines d'autres organisés dans toute la francophonie.

    Plan d'accés

    [FR Arvieu] Le Libre en Fête Install Party - Le samedi 17 mars 2018 de 10h00 à 17h00.

    de 10 h à 12 h Présentation des distributions Linux et des environnements de bureau. Comment préparer son ordinateur et  démonstration de ré-installation d’un système d'exploitation et des logiciels GNU/Linux sur un ordinateur

    de 12 h à 17 h Install Party et réponses aux questions des visiteurs.

    [FR Limoges] Install party - MDLL - Le samedi 17 mars 2018 de 10h00 à 17h00.

    De 10h à 17h, des utilisateurs expérimentés vous accueillent pour vous faire découvrir GNU-Linux et les logiciels libres, dans le cadre de la 12 édition du Mois du Logiciel Libre.

    Ils pourront également vous accompagner si vous souhaitez les installer sur votre ordinateur (dans ce cas nous vous recommandons de faire au préalable une sauvegarde de toutes vos données).

    Cette journée est organisée en partenariat avec les associations Alternatives87 (Association de promotion du logiciel libre en Haute-Vienne) et PULLCO (Association pour la promotion de l'utilisation des logiciels libres en Corrèze).

    [FR Saint-Denis] Assemblée générale de l'April - Du samedi 17 mars 2018 à 13h00 au dimanche 18 mars 2018 à 19h00.

    L'assemblée générale de l'April aura lieu le samedi 17 mars 2018 de 14h à 18h (accueil à partir de 13h00) à l'université Paris 8 à Saint-Denis (bien que l'AG se tienne en 2018, elle concerne le bilan de l'année 2017 mais bien sûr les perspectives 2018 seront abordées).

    Il s'agit d'un des événements importants de la vie de l'association, l'occasion de voter les rapports moral et financier, faire un point sur l'année qui vient de s'écouler, de rencontrer les autres adhérents et d'élire le conseil d'administration.

    L'assemblée générale est l'occasion d'organiser un week-end de réunion des membres. Le dimanche 18 mars 2018 sera consacré à des ateliers en petits groupes ou discussions en plénière. Ce week-end est en cours d'organisation, plus de détails bientôt. Cette partie atelier est ouverte à tout le monde et aura lieu à la Fondation pour le Progrès de l'Homme à Paris. Une soirée festive est prévue le samedi soir et des ateliers sont prévus le dimanche. Le lieu pour la soirée n'est pas encore fixé.

    Dans l'objectif de renforcer encore ses liens avec les groupes d'utilisateur de logiciels libres, l'AG de l'April est ouverte à des représentants de groupes d'utilisateurs. N'hésitez pas à nous contacter.

    Tous les détails pratiques seront disponibles sur la page suivante.

    [FR Pamiers] Animations "Libre en Fête" - Le samedi 17 mars 2018 de 13h00 à 23h00.

    Dans le cadre du "Libre en Fête", ateliers et conférences tout au long de l'après-midi au FabLab de Pamiers

    [BE Liege] Café crypté - Atelier d'autodéfense numérique - Le samedi 17 mars 2018 de 13h30 à 17h30.

    Le Café crypté est un moment qui existe dans le but de comprendre et d'analyser les dangers du profilage commercial et de la surveillance généralisée sur internet et donc le droit à la vie privée mais aussi, le café crypté existe afin de partager, utiliser et créer collectivement des moyens de préserver nos libertés.

    Le Café crypté est ouvert à toutes et tous, militant.e.s ou non militant.e.s, quelles que soient les compétences informatiques de chacune et chacun. Il est, par contre, préférable de venir avec son ordinateur portable, smartphone ou tablette.

    Les ateliers commencent à 13h30 et se terminent à 17h30, une discussion collective autour d'une thématique en particulier alimentera le début de l'atelier.

    Ateliers limités à 20 personnes, venez quand vous voulez, l'espace est ouvert.

    Information alexandre@barricade.be

    Une coorganisation Barricade - Bawet

    Prochains ateliers 21 avril - 19 mai - 16 juin

    Affiche

    [FR Martigues] Install Party - Le samedi 17 mars 2018 de 14h00 à 17h00.

    Recup’ Test’ Install’…Parties avec l'ULLM

    Envie de redonner une seconde vie à vos ordinateurs

    Envie de bidouiller vos vieilles machines

    Envie de tester des systèmes alternatifs à Windows

    Envie d’installer un système totalement libre sur votre machine

    Le temps d’une après-midi par mois, une occasion de rencontrer des utilisateurs expérimentés.

    Entrée Libre, tout public.

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 17 mars 2018 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L

    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

    Comment fonctionne l'école

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [FR Bouguenais] Linux-Nantes au Cybercentre - Le samedi 17 mars 2018 de 14h00 à 18h00.

    Dans le cadre de l'initiative sera présente de 14 à 18 heure, au Cybercentre de Bouguenais.

    Au cours de cet évènement, nous proposons

    • une Install Party
    • une Install Party
    • une présentation des jeux libres

    D'autres associations ayant à coeur le Libre et la créativité seront présentes.

    Pour vous rendre au Cybercentre

    http://www.openstreetmap.org/node/1720553524http://www.linux-nantes.org/Comment-se-rendre-au-local.html

    [CH Genève] Atelier Wikipedia - Le samedi 17 mars 2018 de 14h00 à 18h00.

    Deux ateliers Wikipedia sont organisés chez itopie informatique

    Atelier d'initiation "Le quartier de St-Gervais"

    Apprendre à contribuer, avec pour thématique "Le quartier de St-Gervais, ses rues et son histoire".

    Notre lieu de rencontre se trouve au cœur d'un quartier charmant et riche d'histoire.

    L'occasion d'apprendre à contribuer en étoffant les articles de Wikipedia qui traitent du quartier de St-Gervais, de ses rues, de ses monuments.

    Les photographes peuvent apporter leurs appareils et, en quelques pas dans le quartier, produire des images à verser aux communs pour illustrer les articles.

    Les contributeurs expérimentés qui voudraient se joindre à nous sont également les bienvenus.

    Atelier spécialisé "Notation musicale dans les projets Wikipedia"

    Apprendre à intégrer des partitions dans les projets Wikipédia à l'aide de la balise .

    Les projets Wikimedia intègrent un logiciel d'édition musical libre et gratuit, Lilypond.

    Ceci permet notamment d'intégrer des partitions dans les articles de Wikipedia et de développer des cours sur la musique dans Wikiversité.

    Cet atelier propose donc une initiation aux bases de Lilypond et de l'édition musicale dans les projets Wikimedia.

    Inscriptions sur l'événement du calendrier itopie.

    Plus d'information directement sur Wikipedia.

    [FR Boé] @Café médiathèque de Boé - Le samedi 17 mars 2018 de 14h00 à 17h00.

    Dans le cadre d'un @café la médiathèque de Boé invite l'association aGeNUx à vous faire découvrir et échanger sur le Logiciel Libre et système GNU/Linux.

    Sur place démo et install d'un système d'exploitation libre par les bénévoles d'aGeNUx.

    http://www.agenux.org

    Entrée libre bien entendu

    [FR Fontenay-le-Fleury] Les journées du N.A.T Internet est-il gratuit - Le samedi 17 mars 2018 de 14h00 à 17h00.

    L'association Root66 en collaboration avec les bibliothèques de Saint-Cyr-l'École, de Fontenay-le-Fleury et de Bailly organisent (NAT= le Numérique Accessible à Tous).

    Ce festival a pour but l'organisation de conférence-rencontre/Ateliers dans les bibliothèques susmentionnées, sur le thème du numérique, la vulgarisation, ainsi que la promotion des logiciels libres.

    Pour sa première édition 2018, le thème choisi est la protection des données personnelles

    Résumé de l'édition 20018

    Par le simple fait d’entretenir une vie connectée, nous participons à la collecte de nos données personnelles (nom, prénom, âge, sexe, lieu de résidence, loisirs et déplacements, etc…). L’usage qui peut en être fait est un véritable enjeu économique et sociétal.

    L’association Root66 et les bibliothèques de Bailly, Fontenay-le-Fleury et Saint-Cyr-l’École proposent un cycle de conférences-rencontres sur le sujet et des solutions simples à mettre en œuvre.

    Conférence du Samedi 17 mars : Internet est-il gratuit

    Conférence animée par Sylvain Ster, juriste au CECIL*

    Résumé

    Depuis quelques décennies, Internet a conquis la moitié de la population mondiale en s’érigeant comme une plateforme mondiale d’échanges sociaux, culturels et économiques. Cette popularisation provoque de profonds bouleversements sociétaux, de sorte qu’il est légitime de parler de Révolution numérique. Révolution qui, comme toujours, entraîne son lot de défis à relever.

    Internet est incontestablement devenu un lieu où prospèrent massivement de nouvelles activités économiques, avec pour particularité d’offrir des services qui sont, la plupart du temps, gratuits. Du moins en apparence.

    En effet, la lucrativité de ces activités ne réside pas, comme c’est le cas pour une entreprise traditionnelle, dans la production d’un objet ou d’un service et de sa vente, mais dans la récolte massive, puis dans l’utilisation des données personnelles que le client fournit gratuitement à l’entreprise en échange de l’accès à un service.

    Cette captation colossale d’informations gérées par des monopoles économiques dans des conditions relativement opaques, souvent qualifiée de Big Data, institue un marché mondial de données personnelles qui n’est pas sans questionner directement certains de nos droits et libertés fondamentaux.

    La question de la gratuité d’Internet servira à s’interroger sur le prix que nous payons actuellement pour l’utilisation du web et conduira à présenter des alternatives pour un Internet moins pollué par les publicités, moins intrusif dans notre vie privée et plus démocratique.

    [FR Castelnau-le-Lez] Ateliers d’initiation au développement web - Le samedi 17 mars 2018 de 14h00 à 18h00.

    Tous les samedis et sur deux créneaux horaires de 14h à 16h pour les novices et de 16h à 18h pour les amateurs, nous vous proposons à nouveau l’atelier d’initiation au développement web, à la Mjc de Castelnau-le-Lez.

    Le but de cet atelier est de faire découvrir le métier de technicien développeur web PHP, partager ses connaissances et son savoir-faire dans le domaine.

    Les inscriptions se feront à la Mjc avec deux séances découverte.

    Programme novice

    • Comprendre les langages de balisage HTML et CSS
    • Utiliser les navigateurs pour inspecter son code
    • Comprendre l’algorithmique avec Javascript et PHP
    • Utiliser les frameworks jQuery et Bootstrap

    Programme amateur

    • Créer des pages dynamiques avec PHP
    • Apprendre l’AJAX
    • Envoyer des e-mail avec PHP
    • Créer un site web depuis un template et un framework PHP

    Prérequis (pour une réussite garantie)

    • Ordinateur portable
    • Motivation
    • Projet concret
    • Travail à la maison

    Pourquoi Lors des séances, chacun a besoin de sa machine pour faire les expériences et montrer les notions non acquise durant la semaine.

    Programmer c’est facile, mais ça demande de la patience et de la motivation, car il s’agira souvent de résoudre des casses-têtes et plus fréquemment encore de corriger ses propres erreurs.
    D’après l’expérience du formateur, le seul moyen d’accomplir ces taches, c’est d’avoir un projet, un objectif.

    Le nombre de places par séance est limité à 6 personnes. Cela permet d’être disponible pour tout le monde.
    Aussi, il sera demandé au bout de quelques semaines à ce que l’on soit vraiment intéressé par le sujet et d’avoir le temps de s’y investir. Ça serait dommage de partir en milieu d’année en laissant une chaise vide

    Attention Cette session de partage d’expérience n’a pas pour vocation de faire de vous des professionnels ou de faire concurrence à des programmes de formations diplômantes.

    Cette formation est juste proposée par un professionnel avec qui vous pourrez discuter et poser des questions en relation à votre projet web.

    Les Ateliers d’initiation au développement web ont lieu à la Mjc André Malraux de Castelnau-le-Lez, tous les samedis de 14h00 à 18h00, sauf périodes de vacances.

    [FR Arzacq-Arraziguet] Libre en fête en Soubestre - Le samedi 17 mars 2018 de 15h00 à 23h00.

    16h00

    • Présentation des logiciels libres (Yann)
    • Présentation du serveur Greli.net (Marc)
    • Présentation de l'association YACO (Yann)
    • Retour d'expérience utilisateurs.
    • Débat sur les données personnelles.

    19h00

    • Repas partagé

    20h00

    [QC Montréal] Camp FACiL - Du samedi 17 mars 2018 à 18h00 au dimanche 18 mars 2018 à 18h00.

    Merci de nous signaler votre intention de participer en vous inscrivant

    Qu'est-ce qu'un Camp FACiL ? Il s'agit d'une réunion générale des membres et adeptes de FACiL pour faire avancer des projets en cours, effectuer des petites tâches qui traînent, régler des problèmes, des irritants ou simplement discuter de travaux que l'on entend réaliser ultérieurement. Tout le monde est libre de participer en fonction de ses disponibilités, de ses compétences et de ses préférences. C'est naturellement une bonne façon d'apprendre à se connaître et de prendre le pouls de la communauté de bénévoles que nous formons !
    Voir la proposition de programme et les suggestions de tâches.

    [FR Vanves] 10è Festival Cinéma-Ecologie - Le samedi 17 mars 2018 de 19h00 à 23h00.

    Écologie et pouvoir citoyen

    Après avoir discuté lors de l’édition précédente du rôle des citoyens et des entrepreneurs dans la gestion apaisée de la transition écologique,

    Les films que nous vous proposons cette année vous dévoileront d’autres façons d’aménager les territoires et d’y vivre tranquillement à l’opposé des projets de taille inhumaine et non respectueux de l’environnement.

    Les échanges qui auront lieu à l’issue des projections permettront de réfléchir à des solutions à mettre en œuvre dans les lieux où nous vivons.

    Venez nombreux au théâtre du lycée Michelet, entrée libre et gratuite.

    Pour retrouver le programme complet http://www.laruchedevanves.org/festival

    Écologie et pouvoir citoyen.
    Après avoir discuté lors de l’édition précédente du rôle des citoyens et des entrepreneurs dans la gestion apaisée de la transition écologique,
    Les films que nous vous proposons cette année vous dévoileront d’autres façons d’aménager les territoires et d’y vivre tranquillement à l’opposé des projets de taille inhumaine et non respectueux de l’environnement.
    Les échanges qui auront lieu à l’issue des projections permettront de réfléchir à des solutions à mettre en œuvre dans les lieux où nous vivons.
    Venez nombreux au théâtre du lycée Michelet, entrée libre et gratuite.
    Pour retrouver le programme complet http://www.laruchedevanves.org/festival

    Programme ici

    https://docs.google.com/viewerng/viewer?url=http://www.laruchedevanves.org/wp-content/uploads/2018/02/Festival-2018-4-pages.pdf

    [FR Saint-Ouen] Atelier Pure Data - Le dimanche 18 mars 2018 de 12h00 à 18h00.

    Atelier débutant

    Deux journées pour accéder aux premiers éléments de compréhension du logiciel multitâches Pure Data.

    L’occasion de débuter en programmation informatique + en multimédia temps réel (son, 3D, vidéo…) dans l’esprit de la culture libre.

    [Montréal] Réunion ordinaire du CA de FACIL - Le dimanche 18 mars 2018 de 14h00 à 16h00.

    Le conseil d'administration (CA) de FACIL se réunit pour traiter des affaires courantes de l'association.
    Par souci de transparence, les réunions du CA sont ouvertes aux membres.
    Pourquoi vouloir assister aux réunions?

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Quel terminal pour 2018 ?

    Linux France - Samedi 10 Mars

    Vous connaissez les terminaux, ces petites fenêtres le plus souvent noires où l'on tape des lignes de commande bizarres ? Hé bien, vous risquez d'être surpris : le choix du logiciel pour faire ça n'est pas aussi simple que ça en a l'air et des gens continuent de proposer de nouvelles alternatives. Cette dépêche vise à présenter rapidement quelques fonctionnalités intéressantes que les terminaux historiques ne géraient pas forcément et à présenter quelques terminaux.

    Les fonctionnalités Apparence et polices

    Historiquement, les terminaux avaient une couleur pour le texte et une autre pour le fond. Si on s'en tient à ce siècle, les terminaux étaient principalement en 16 couleurs au début, puis certains terminaux ont commencé à gérer des palettes de couleur plus étendues (256 couleurs par exemple) et aujourd'hui, certains terminaux savent manipuler des couleurs sur 24 bits.

    De même, les terminaux utilisaient surtout des jeux de caractères où un caractère était codé sur un octet, mais la prise en charge d'unicode est maintenant répandue. Il faut néanmoins se méfier, certains terminaux annoncent gérer l'unicode mais ne savent pas afficher les caractères codés sur 4 octets comme les émojis.

    La prise en charge des polices peut également réserver certaines surprises. Tous les terminaux ne savent pas afficher des ligatures comme on peut trouver dans Fira Code ou les polices avec les symboles Powerline.

    Et on peut également citer la possibilité d'avoir des coins arrondis ou de la transparence parmi les fonctionnalités proposées par des terminaux.

    Multiple terminaux

    Certains logiciels proposent de gérer plusieurs terminaux. Cela peut se faire avec un seul processus qui contrôle plusieurs fenêtres pour gagner en mémoire vive, mais l'approche la plus courante consiste à avoir une seule fenêtre avec plusieurs onglets. Enfin, il existe des terminaux qui reprennent l'approche des gestionnaires de fenêtres pavants : une seule fenêtre peut être découpée pour afficher plusieurs terminaux et des raccourcis clavier permettent de contrôler le placement des terminaux et passer de l'un à l'autre.

    Performances

    A priori, un terminal ne serait pas l'endroit où l'on accorderait la plus grande importance aux performances. Pourtant, la latence des terminaux n'est pas toujours suffisamment faible pour se faire oublier.

    On peut également citer la vitesse de défilement ou la quantité de mémoire utilisée.

    Simplicité / fonctionnalités

    Certains terminaux se veulent volontairement limités en termes de fonctionnalités. D'autres font plus de choses, et certains vont jusqu'à proposer des greffons ou des API pour permettre des usages avancés.

    Dans les fonctionnalités que l'on retrouve chez certains mais pas chez d'autres, il y a la possibilité de remonter dans l'historique du terminal (le scroll-back est parfois laissé à un logiciel tiers comme tmux dans certains terminaux), pouvoir cliquer sur les liens, pouvoir lancer des commandes au démarrage du terminal, l'affichage d'images directement dans le terminal, la prise en charge de Wayland, etc.

    Les terminaux Les grands classiques

    Tout d'abord, il y a les grands classiques. Le plus connu est xterm, suivi par rxvt et son fork rxvt-unicode.

    Ceux intégrés à un environnement de bureau

    Les principaux environnements de bureau ont leur terminal : Konsole pour KDE, Gnome terminal pour Gnome et xfce terminal pour xfce.

    Les terminaux légers

    st est un terminal codé en peu de lignes de C, avec un choix fort de ne pas prendre en charge certaines fonctionnalités et de ne pas faire de gros efforts pour les performances.

    qterminal est un terminal léger s'appuyant sur Qt.

    Ceux utilisant la bibliothèque VTE

    Il existe plusieurs terminaux s'appuyant sur la bibliothèque VTE (ou des forks de cette bibliothèque). Citons termite, sakura et GTKterm.

    Les rapides en OpenGL

    Alacritty est un terminal récent qui utilise la carte graphique (OpenGL). C'est probablement le terminal le plus performant aujourd'hui. Par contre, il ne couvre que peu de fonctionnalités (pas encore d'historique par exemple).

    Kitty est un autre terminal qui tire parti de la carte graphique. Il propose également pas mal de fonctionnalités.

    L'artillerie lourde

    Hyper est un terminal en HTML/CSS/JS (c'est du electron derrière). Ça ouvre des possibilités intéressantes pour les greffons et l'affichage d'images ou vidéos, mais ça a également des inconvénients (on peut par exemple se poser la question des performances).

    Et le gagnant ?

    Il n'y a pas vraiment de gagnant. Différentes personnes ont différents critères. Pour certains, la prise en charge des ligatures est primordiale alors qu'elle peut être totalement inutile pour quelqu'un d'autre.

    À titre personnel, j'ai testé pas mal de terminaux et je suis resté sur urxvt. Kitty me semble particulièrement intéressant, mais un bug de ma carte graphique m'empêche de l'utiliser. Alacritty me semble encore un peu trop jeune et limité en fonctionnalités. Je ne suis pas à l'aise avec les versions extrêmes : st est trop limité à mon goût alors que Hyper est trop lourd. Je n'ai pas particulièrement apprécié les terminaux liés à un environnement de bureau (mais je n'utilise pas d'environnements de bureau) et je suis tombé sur plusieurs bugs gênants pour les terminaux avec la bibliothèque VTE.

    Et vous, chers lecteurs, qu'utilisez-vous ? Et pourquoi ?

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    CAmpOSV le 13/14/15 mars prochain a Rennes

    Linux France - Vendredi 9 Mars

    Le prochain CampOSV se déroulera les 13/14/15 mars prochain sur le site PSA Rennes, dans le cadre de l'événement InOut.

    En bref, au programme il y aura :

    • des ateliers de prototypage : un véhicule autonome en énergie solaire, l'instrumentation d'un châssis en matériaux recyclés, un handivéhicule, La plateforme libre de design collaboratif d'objets complexes..

    • des conférences dont Richard Stallman, Roberto Di Cosmo, Marco Ciurcina, Bernard Multon, Alain Heureux, Cédric Coulon, Thomas Le Texier. On parlera communs, logiciel libre, énergies renouvelables, d'un point de vue juridique, économique, technique.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Inverse annonce la sortie de la version 4 de SOGo!

    Linux France - Jeudi 8 Mars

    Cette version offre de nouvelles fonctionnalités telles le support complet pour le S/MIME, une nouvelle vue calendrier, une meilleure gestion des événements répétitifs et des sources d'authentification SQL. De plus, SOGo v4 apporte un grand nombre d'améliorations et de correctifs à la version précédente au niveau du protocole Enterprise ActiveSync et de l'interface web.

    SOGo est un collecticiel (groupware) axé sur l’extensibilité et le respect des standards ouverts. Il permet aux utilisateurs Mozilla Thunderbird / Lightning, Apple Calendar/Contacts (macOS et iOS) et Microsoft Outlook de collaborer dans un environnement moderne et cohérent. Il propose les composants classiques des collecticiels : carnet d’adresses, gestion de courrier électronique et calendriers partagés. Finalement, SOGo supporte aussi le protocole Enterprise ActiveSync pour la synchronisation des appareils Android, iOS, Windows Phone, BlackBerry et même Microsoft Outlook 2013/2016. SOGo est traduit dans 34 langues.

    SOGo est édité sous licence GPL v2.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Khaganat, des stands et des avancées

    Linux France - Jeudi 8 Mars

    Khaganat est un projet visant à créer, entre autres, un MMORPG 100 % libre. Code, mais aussi graphismes, univers, histoires, outils, méthodes… Porté par une association et fonctionnant uniquement avec des énergies bénévoles, le projet avance doucement, mais sûrement. Alors, quoi de neuf depuis la dernière dépêche ?

    Sommaire

    Notre première dépêche présentait notre projet. N'hésitez pas à la (re)lire pour nous situer si besoin. Nos avancées sont également (presque) régulièrement présentées sur notre blog et si vous souhaitez plus de détails, vous pouvez aussi lire les archives.

    En quelques mots, Khaganat est le nom de l'association et d'un projet visant à favoriser le développement d'univers sous licences libres, à travers divers média. L'un des média qui nous occupe le plus est le MMORPG : en effet, quoi de mieux qu'un jeu vidéo multijoueur pour créer à plusieurs et partager histoires, images, musiques et autres ? Pour cela nous utilisons le moteur et une partie des assets de Ryzom, qui a libéré ces données il y a plusieurs années, et nous mettons en place notre propre univers : le Khanat.

    En vrac, quoi de neuf ?

    Depuis notre première communication ici, il y a eu un très gros changement sur la partie "jeu" : plus besoin d'activer les comptes à la main, il suffit de télécharger le client, de vous créer un compte et de vous connecter. La zone où vous arriverez reste un espace de test, il ne s'agit pas d'un jeu "jouable". Vous pouvez cependant admirer le village qui s'est construit et les quelques quêtes (pas forcément très finalisées). Vous allez aussi rencontrer divers bugs, fichiers de traduction manquants et autres bizarreries. Nous restons en pré-alpha. Pas la peine de nous faire de rapport de bug à ce stade, car beaucoup de choses vont changer au fil du temps.

    Visuellement et en vrac, les autres ajouts visibles :

    • des objets équipables : des peluches pendo, des klums, un hareng baveur, une bouteille et l'emote pour la boire, un balai magique…
    • des montures, dont une aquatique (mais vous pouvez aussi nager avec sur la terre ferme, petit bug qui nous amuse bien), et des familiers qui vous suivent partout
    • des créatures : pleins de pendos et une créature aquatique, le limbe'u, que vous pouvez voir en vidéo
    • des éléments de décors et des bâtiments, dont une tente bien confortable quand il pleut sur le Khanat !
    • Un grand lot d'emotes (animations des personnages en leur passant une commande) ont été mis en place.


    Et si vous souhaitez tester Khaganat en local, avec le serveur, vous pouvez le faire via Docker.

    L'autre changement d'importance, nous le devons à la communauté de LinuxFr.org, et nous tenions à l'en remercier officiellement. Après la publication de notre dernière dépêche, nous avons eu un déferlement de visiteuses 1 , avec beaucoup de personnes qui nous ont aidées, que ce soit par quelques remarques ou en s'installant plus durablement et en contribuant au projet. S'intégrer dans notre projet n'est pas toujours évident, tant il est gigantesque… et du fait que nous fonctionnons beaucoup en autonomie, nous avons du mal à trouver des "petites" tâches faciles à confier aux arrivantes. Grâce à ces visites et au fil des mois, nous avons amélioré certains aspects pour faciliter la contribution, mais il reste encore beaucoup de travail et la participation au projet reste complexe.

    Parmi les améliorations destinées à faciliter la contribution côté dev, nous avons migré le projet sous Git (auparavant sous Mercurial). Aujourd'hui Git est le gestionnaire de version le plus populaire, beaucoup de gens nous ont expliqué qu'ils contribuaient plus facilement s'ils pouvaient utiliser cet outil, et il faut avouer que c'est puissant. Nous sommes aussi passées à la forge Gitlab, hébergée sur notre domaine. Gitlab a des qualités et des inconvénients et, si vous argumentez correctement avec notre sysadmin, il est probable qu'elle se laisse convaincre d'installer une autre forge… mais en attendant, le système de ticket de Gitlab est opérationnel et bien fait, et le reste fonctionne. Nous aimerions, à terme, avoir un miroir sur Github afin de profiter de son effet réseau social, mais les sources seront toujours hébergées chez nous.

    Nous avons aussi rédigé pas mal de documentation sur comment participer, comment nos dépôts sont disposés, etc.

    Enfin, et sur l'aspect contributif plus général, une grosse partie de notre documentation a été traduite en anglais. Nous ne cherchons pas forcément à devenir un projet international, car il est plus facile de travailler dans sa langue natale (le français pour la plupart d'entre nous) et que, justement, il y a pleins de gens compétents dans la francophonie, mais ces traductions permettent de rendre plus accessible notre travail de documentation et donc de permettre à d'autres projets d'émerger, ailleurs dans le monde. Faire le choix du français pour le projet s'est révélé vraiment positif pour nous : certaines de nos contributrices les plus prolifiques ne parlent pas du tout anglais et ne nous auraient pas rejointes si nous avions été exclusivement, ou même majoritairement, anglophones, tandis que des personnes dont le français n'est pas la première langue (ni même la langue du tout…) sont venues nous voir et ont participé, et continuent de le faire pour certaines. En particulier, le gros de la traduction en anglais a été fait par un Suédois qui ne parle que suédois et anglais ; et notre client est compilé par un Suisse allémanique. Rassurons les puristes : nous demandons à ce que les commentaires dans le code restent en anglais. Mais pour tout le reste notre motto est d'oser faire, et de faire au plus confortable, tant qu'il y a de la doc ; il sera toujours possible de la passer ensuite dans un traducteur automatique si nécessaire.

    Il reste à donc à rédiger tout ce qui manque (en français et en anglais) pour compléter la documentation générale : 1730 pages existent déjà rien que sur le wiki technique, dont beaucoup de fiches sur les arguments des "datasheets" (fichiers XML de définition des différents éléments utlisés pour le gameplay : définition des caractéristiques, des objets, créatures… qui sont ensuite appellés pour être instanciés). C'est un travail titanesque, loin d'être terminé et essentiel. Cette documentation a pu progresser en grande partie grâce à notre partenariat avec Ryzom Forge, qui nous a permis de regarder des éléments du code qui n'ont pas été libérés et qui permettent de mieux comprendre comment tout s'agence. Nous vous invitons d'ailleurs à lire l'article de blog présentant le bilan des deux ans de collaboration Ryzom/Khaganat, qui aurait mérité une dépêche ici, mais bon, avec des "yaka" nous aurions un MMORPG jouable depuis longtemps ! Cette partie de la documentation est d'ailleurs malheureusement au point mort, faute de pouvoir y consacrer assez de temps : la personne la plus compétente sur le sujet se concentre sur des activités rémunérées (et donc, pas le projet). Nous aimerions lui financer un mois ou deux sur le sujet, sans oser pour le moment lancer un crowfunding, car c'est complexe à gérer et nous ne sommes pas sûrs du tout d'avoir assez de gens prêts à nous financer. Nous y revenons en fin de dépêche.

    Pour le reste, il y a tous ces changements qui peuvent paraître mineurs vus de l'extérieur, mais qui font tellement de bien aux contributrices et qui méritent d'être mentionnés. Côté univers, l'encyclopédie continue à s'étoffer, avec des bestioles, de la géographie, des détails variés, et un projet qui commence à voir le jour : la rédaction d'un "guide", destiné aux joueuses de JDR sur table et pour celles qui veulent une introduction structurée au monde. Reprenant les articles de l'encyclopédie, mais de façon à introduire les divers concepts et le vocabulaire en douceur, ce guide donnera lieu, à terme, à une publication papier, epub et pdf. À terme… Il y a aussi de nouvelles histoires pour voir le monde en action.

    Côté son, nous avons désormais une musique originale, la sangaka pour compléter un article qui existait depuis longtemps. Même s'il n'y a pas de sons en jeu actuellement, car cela fait partie des choses que Ryzom n'a pas pu libérer, nous avons travaillé en amont à trouver des sons pour redonner vie à l'univers, avec beaucoup de matérieux bruts à exploiter. Il nous reste à comprendre le pipeline de son, et nous manquons de gens capables de travailler sur cette partie. C'est dommage, car nous avons des artistes intéressés pour participer… mais puisque nous ne pouvons pas intégrer leur production en jeu pour le moment, c'est un peu décourageant.

    D'une manière générale, si le gestionnaire de bug intégré à Gitlab fonctionne bien avec les gens qui développent, ou qui sont habitués à travailler avec les développeuses, ce n'est pas du tout compris par d'autres profils, dont les conteuses d'histoires… Nous avons donc, en parallèle, le TAF ou "Trucs à faire" qui a l'avantage et l'inconvénient de fonctionner de la façon bordélique et parfois pas vraiment à jour qui convient aux artistes.

    Événements

    Nous avons commencé notre vie publique par la dépêche sur LinuxFr.org, nous l'avons continuée par des interventions dans quelques manifestations libristes. À chaque fois, cela a été une expérience fabuleuse.

    Notre première sortie a été au Capitole du Libre 2016 à Toulouse, où nous avons présenté Khaganat lors d'une conférence. Pas de retour vidéo, et c'était peut-être aussi bien, parce que c'était la première !

    Nous sommes ensuite intervenues en 2017 aux Journées du Logiciel Libre de Lyon ( compte-rendu complet ici ), en deux conférences, une sur les aspects sociaux du projet et l'autre sur la technique.

    Puis nous avons ouvert un stand aux RMLL2017. Tenir un stand est absolument génial. Nos petites créatures en patarev attirent le monde, nous présentons des images du jeu, nous pouvons discuter avec des gens qui ne sont pas forcément des joueurs et qui nous apportent beaucoup de bonnes choses. Nous avons réitéré nos deux conférences. Les vidéos sont en lignes, si vous souhaitez voir ce que ça donne. Camille, l'auteur de Nylnook, était sur le stand à côté de nous et nous a fait un chouette concept art de créature.

    Nous avons clos l'année 2017 avec un retour au Capitole du Libre, avec le stand, et une seule conférence sur l'aspect technique.

    Ces sorties ont été l'occasion de discuter du projet avec des gens d'origines variées, de renforcer des partenariats et d'en envisager d'autres.

    Pour 2018, vous nous trouverez sur un stand aux JDLL (c'est bientôt !) et au Capitole du Libre. Rien d'autre de prévu pour le moment, mais ça peut changer : suivez le blog ou le tag #khaganat sur Diaspora pour être au courant.

    PyNeL et plugin Blender

    Le moteur de jeu et les outils qui vont avec ont été développés en grande partie dans les années 2000, et plutôt côté 2002 que 2010. C'est là qu'on voit le chemin parcouru par le libre et l'open… Car ce qui a été développé s'appuyait beaucoup sur des logiciels propriétaires. À la libération du code en 2010, les membres de Ryzom Core ont porté une partie des choses vers des outils et des briques libres, puis ont aussi tenté de développer Ryzom Core Studio au fil de quelques GSoC, mais le résultat n'a pas complètement abouti. Aujourd'hui encore, intégrer des objets 3D et des animations au serveur de jeu demande 3DSMax (logiciel de 3D propriétaire) et Windows. Mais, si ce n'était que ça… le problème, c'est que ça marche bien avec une vieille version de 3DSMax, sous Windows Xp. Et vu les changements que 3DSMax a mis en place ces dernières années, il n'y a aucun espoir de maintenir le plugin qui permet de tout convertir pour le serveur de jeu.

    Ces contraintes sont un frein énorme à notre développement. Grâce aux compétences des unes et des autres, nous avons pu mieux comprendre comment tout ça s'emboitait et comment s'y prendre pour s'en sortir. Plusieurs solutions ont été envisagées, explorées, puis abandonnées. Les contraintes de ces briques propriétaires nous ont fait perdre énormément de temps et d'énergie… Mais aujourd'hui, nous savons comment nous y prendre ! Nous envisageons de mettre en place de quoi lier les formats de notre moteur de jeu OpenNeL 2 et Blender pour s'appuyer sur ce dernier comme outil de LevelDesign et de design 3D. D'autant plus qu'avec la version 2.8 et le projet Blender 101, il est prévu d'incorporer et de faciliter de tels usages. Nous reviendrons dans quelque temps pour détailler un peu l'idée que nous souhaitons porter, mais si vous aimez le C++, Blender et Python, vous pouvez déjà venir nous voir et demander après YannK, il va adorer.

    Des sous ! Et de la contribution.

    Khaganat a besoin de sous pour fonctionner. Nous arrivons à boucler notre budget année après année, mais sans avoir de marge et le moindre souci de serveur nous met dans les choux. Cela a d'ailleurs été le cas en 2017 : nous avions un gros serveur kimsufi qui tombait régulièrement. Après des mois à tenter de voir si ça venait de nous, nous avons fini par migrer sur un serveurs plus petit, ce qui fait moins de frais à terme (et moins de puissance…). Payer la mise en place d'un nouveau serveur (et les deux serveurs le temps du transfert) a suffi à mettre en péril notre équilibre financier, conduisant à quémander des sous en milieu d'année à nos contributrices régulières. À noter que nos dépenses concernent principalement l'entretien des serveurs, ce qui fait environ 500€ par an : aussi, si vous avez la possibilité de nous faire un don, petit ou gros, cela peut vite nous soulager. Actuellement, ces frais sont couverts par 3 donatrices principales et quelques autres ; si une seule des trois arrête ses dons, nous serons contraintes d'éteindre les serveurs, donc nous avons donc besoin de plus de contributrices financières ! Si vous pouvez et souhaitez nous aider, tout est détaillé sur la page de soutien du projet.

    Au sein de notre équipe, nous avons des membres qui aimeraient consacrer plus de temps à Khaganat et moins à chercher des sous dans des jobs alimentaires. Vous pouvez donc soutenir les gens qui travaillent sur Khaganat et qui souhaitent se faire rémunérer via le compte de l'équipe sur Liberapay.

    Nous hésitons à investir dans des goodies, à vendre sur les stands ou via Enventelibre.org, ou même à monter un crowfunding : il n'y a pas encore grand chose de vendeur du côté MMORPG et nous n'avons aucun idée de combien de personnes seraient prêtes à nous soutenir. Nous profitons donc de la dépêche pour vous proposer un petit sondage : cela nous aidera à voir où notre énergie serait le mieux employée, et de trouver des moyens plus sympas pour nous financer que de simplement agiter notre sébile.

    La contribution ne passe pas que par l'argent, tout le monde est bienvenu pour participer au projet, en donnant de son temps, de ses compétences ou tout simplement de sa bonne humeur. Car Khaganat est aussi et avant tout un espace d'échange et nous aimons discuter des expériences de chacune, y compris sur des projets parallèles (comme ./play.it et Universe ). À côté des papotages (forme de contribution très importante, vraiment), le travail ne manque pas ; actuellement nous sommes particulièrement intéressées par les gens qui maitrisent Python, Django, le C++, Blender, Xen, et pas forcément tout en une fois ! Si vous préférez écrire, raconter des histoires, rédiger un guide pour du jeu de rôle (à tout hasard…), inventer des écosystèmes, dessiner, réaliser des vidéos, il y a aussi de quoi faire. Enfin, si vous aimez faire des modèles 3D, des animations, des bruitages, de la musique, nous seront heureuses d'accueillir vos propositions, même si pour le moment nous pouvons difficilement les intégrer dans le jeu. Mais ça viendra.

    N'hésitez pas à venir nous saluer sur IRC, généralement à partir de 21H (UTC+1), c'est là que vous trouverez la plupart d'entre nous. Nous utilisons deux canaux sur Freenode : #khanat pour les discussions générales, et #krypte pour les conversations techniques.

    Notes
    1. Ha oui, dans les choses qui peuvent surprendre de prime abord, sur Khaganat le féminin l'emporte dans les accords. Vous pouvez retrouver toute l'explication sur ce billet de blog

    2. Nevrax Library, moteur développé à l'origine par le studio Nevrax pour le jeu Ryzom, libéré sous le nom Ryzom Core. Nous avons choisi de nommer notre fork de la façon originelle pour rendre hommage aux créatrices. 

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Sortie de la version 7.12.0 de Bokeh

    Linux France - Mercredi 7 Mars

    Bokeh est un portail documentaire libre et communautaire sous licence AGPLv3. Voici quelques évolutions majeures de cette version :

    • refonte complète de l'explorateur de fichiers ;
    • possibilité d'intégrer un kiosque de notices dans un article ;
    • suivi des nouvelles fonctionnalités de Bokeh depuis l'interface d'administration ;
    • amélioration de la compatibilité du serveur OAI avec Gallica et Europeana ;
    • ajout des connecteurs de ressources numériques: Skilleos, Omeka, Music Me.

    La suite de la dépêche détaille ces fonctionnalités.

    Refonte complète de l’explorateur de fichiers

    L'explorateur de fichiers utilisé auparavant (composant externe) a été supprimé en faveur d’une version réécrite et intégrée au cœur de Bokeh pour répondre aux besoins de traitement formulés par les personnes en charge de l’administration des portails. Vous pouvez maintenant manipuler les fichiers et dossiers (import, déplacement par glisser-déposer, renommage, …), retailler et compresser les images tout en conservant les liens avec les données qui les référencent (articles, fiches bibliothèques, profils, …).

    En sélectionnant un fichier, vous pouvez aussi visualiser et modifier les articles, fiches, … qui l’incluent. Voir en vidéo

    Intégration d’un kiosque de notices dans un article

    Bokeh intègre l’éditeur CKEditor 4 pour créer du contenu riche (notamment pour les articles). L'équipe de développement a créé un plugin qui permet d’insérer un kiosque de notices. Techniquement on retrouve les même paramètres et modes d’affichage que la boîte Kiosque ; le plugin offrira le même rendu. Voir en vidéo

    Suivi des nouvelles fonctionnalités

    Le développement de Bokeh avance à un rythme soutenu. Les personnes qui n’administrent pas régulièrement l’outil peuvent se sentir déroutées de voir des changements. De plus l’équipe de développement veut communiquer au mieux les nouvelles fonctionnalités aux utilisateurs et utilisatrices.

    Chaque intégration de branche fonctionnelle s’accompagne d’une description, d’une vidéo et d’une entrée dans la page Fonctionnalités côté administration. Bokeh notifie les administrateurs et administratrices des nouvelles fonctionnalités à leur publication. La personne peut alors déclarer qu’elle en a pris connaissance et revenir sur les descriptions archivées des fonctionnalités si besoin. Voir en vidéo

    Gallica et Europeana

    Bokeh fournit un serveur OAI-PMH version 2.0 permettant à des tiers de moissoner les notices présentes sur le portail. Cela permet par exemple à Gallica de moissonner le portail des Médiathèques de Moulins pour importer leur patrimoine numérisé.

    Nouveaux connecteurs de ressources numériques

    Chaque nouvelle version de Bokeh apporte son lot supplémentaire de connecteurs. Ceux-ci permettent d’aspirer des catalogues numériques externes pour les fédérer avec les fonds physiques des médiathèques. Bokeh propose aujourd’hui près d’une trentaine de connecteurs.

    Les nouveaux :


    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Elastic inclura X-Pack dans sa distribution

    Linux France - Mercredi 7 Mars

    Dans un article de blog, en anglais, Shay Banon, le créateur de ElasticSearch, annonce qu’ils vont “ouvrir” le code de X-Pack, la suite d’extensions propriétaires de l’ensemble de produit Elastic. Mais cette ouverture n'en est pas une au sens où on aurait aimé l'entendre !

    ElasticSearch est un moteur de recherche open source (Apache 2.0) qui a été conçu pour le passage à l’échelle (scalability), c’est-à-dire une capacité à se répartir sur plusieurs serveurs. Il permet aussi l’agrégation de données (sommes, moyennes, et bien plus…). Il est très utilisé aujourd’hui, au point d'être considéré comme un leader dans le domaine des moteurs de recherche.

    Il est complété par d’autres outils open sources : Kibana qui permet de créer des graphiques avec des données issues d’ElasticSearch, Logstash qui permet de récupérer des données en temps réel, les transformer, les filtrer et les envoyer vers une base de donnée qui peut être ElasticSearch, Beats qui est un agent de collecte de données fonctionnant avec ElastiSearch.

    Le modèle économique d’Elastic est basé sur trois choses : une offre hébergé de leurs outils, une offre de support / conseil / formation et une offre d’extensions propriétaires X-Pack. Ce pack contient des extensions gratuites (mais pas open-source) et d’autres qui demandent l’achat d’une licence (abonnement). Pour le moment il devait être installé à part. Il offre par exemple des modules de sécurité, de génération d’alertes, de surveillance des performances, de création de rapports automatisés, d’auto-création de graphes ou d’utilisation de l’apprentissage automatique directement dans le cœur d’ElasticSearch.

    La nouvelle c’est donc que la suite Elastic contiendra maintenant le X-Pack. Ce dernier sera d’ailleurs mis dans le même dépôt “ouvert” que les autres produits Elastic (sur Github) mais en conservant sa licence propriétaire. On pourra donc en lire le code, mais il faudra respecter la licence. L’auteur dit également qu’il sera possible de faire des rapports d’anomalies ou d’amélioration comme sur le produit libre.

    Le billet de blog détaille les raisons de ce choix, mais justifie surtout l’existence du X-Pack comme un moyen d’avoir un modèle d’affaire (business model) viable pour l’entreprise. Il donne quelques explications sur le choix de ce modèle qui serait le plus sain pour la communauté.

    Ce choix de laisser voir le code propriétaire à tous est assez intéressant et assez nouveau. Il est évident que le but de l’opération est d’amener plus de monde à utiliser le X-Pack. Le risque est que la limite sera beaucoup moins claire pour l’utilisateur, avec notamment des produits gratuits, mais propriétaires, inclus dans la distribution d’un produit open-source. Certains verront aussi ce choix comme une possibilité d’étouffer les alternatives open-source (ou partiellement open-source) au X-Pack. Le billet de blog est lui même empreint d'un ton ambigu en utilisant le mot “ouverture” pour le X-Pack. C'est la FAQ qui donne une information plus neutre.

    On peut se demander si ce style d’ouverture fonctionnera, voire fera école, et s'il aura un impact négatif ou positif pour la communauté du logiciel libre.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Linux From Scratch 8.2 : C’est vous qui faites !

    Linux France - Mercredi 7 Mars

    Comme chaque début d’année, c’est la période pour une nouvelle version de Linux From Scratch.

    Linux From Scratch, ou LFS pour les intimes, est un livre décrivant pas à pas la construction à la main d’une distribution GNU/Linux, l’occasion idéale pour en apprendre plus sur GNU/Linux et créer la vôtre ! Tout cela 100 % traduit en français.

    Quoi de neuf dans cette version ?

    Cette nouvelle version contient une mise à jour majeure de la chaîne d’outils avec les versions glibc-2.27, binutils-2.30 et gcc-7.3.0. En plus de cela, 5 paquets ont été déplacés depuis BLFS vers le livre LFS de base. Il s’agit de libffi, openssl, python3, ninja et meson. Enfin, le noyau Linux a été mis à jour vers la version 4.15.3. Tout cela, en plus des habituelles améliorations des explications et des descriptions.

    Vous remarquerez aussi que nous avons refait notre site à neuf pour en améliorer l’ergonomie et la navigation entre les différentes pages. Cette publication est aussi l’occasion de vous annoncer la reprise de la traduction de CLFS que nous avons terminée pour la dernière version de développement.

    Est‐ce difficile ?

    Bien que cela nécessite de bonnes connaissances de base à propos de GNU/Linux, le livre décrit avec précision chaque étape de la construction du système afin de rendre la construction abordable par le plus grand nombre.

    Le système

    Celui‐ci est construit principalement en deux étapes. D’abord, la mise en place d’une chaîne de construction temporaire (aussi appelée toolchain) qui permet d’être indépendant du système hôte et d’assurer une construction stable, peu importe la distribution hôte choisie.

    Ensuite, la construction du système final amorçable. Celui‐ci ressemblera à n’importe quelle distribution classique à l’exception du gestionnaire de paquet, que Linux From Scratch ne fournit pas par défaut. Libre à vous d’en ajouter un grâce à l’une des multitudes d’astuces disponibles (et traduites !), ou bien de créer le vôtre !

    Et sans le système hôte ?

    Si vous souhaitez construire un système GNU/Linux pour une machine où cela est peu pratique (vous n’avez pas de système installé, la machine est lente, etc…), vous pouvez toujours vous tourner vers Cross Linux From Scratch (CLFS) ou « LFS en compilation croisée ». Il s’agit d’un livre possédant des instructions similaires à LFS, mais il donne la possibilité de construire le système depuis n’importe quelle machine, en ciblant n’importe quelle autre machine. Par exemple, il devient possible de construire un système LFS pour les processeurs ARM depuis une machine équipée d’un processeur X86 plus véloce.

    L’équipe de traduction a fourni beaucoup d’efforts pour vous permettre de lire la toute dernière version de développement dans votre langue préférée. Nous avons choisi de n’en traduire que la version de développement car la dernière version stable en anglais est un peu datée.

    Et après ?

    Linux From Scratch fournit la base d’une distribution GNU/Linux avec des paquets comme systemd ou SysVinit, ainsi que les principaux outils en ligne de commande dont l’éditeur de texte vim (des instructions sont disponibles afin de le remplacer par votre éditeur de texte favori).
    Afin d’avoir un système GNU/Linux répondant à vos besoins, vous voudrez sans doute poursuivre l’aventure en installant une multitude d’autres paquets tels que le serveur X. C’est l’objet d’un second livre, Beyond Linux From Scratch (BLFS) ou « Au‐delà de LFS », lui aussi disponible en version 8.2.

    À quoi cela nous mène ?

    LFS est à l’origine de plusieurs petites distributions, telles que NuTyX ou 0linux, celles‐ci ayant la particularité d’introduire de nouveaux concepts au niveau de la gestion des paquets. D’autre part, l’objectif de LFS est principalement pédagogique, c’est entre autre pour cela qu’il est apprécié et utile afin de comprendre comment est structuré un système d’exploitation GNU/Linux.

    Et maintenant ?

    À vous de jouer, rejoignez l’aventure ! Faites nous des retours, sur nos lieux de rencontres habituels : liste de diffusion, IRC, forum.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Pages