Agrégateur de flux

LinuxMAO — Éditorial de novembre 2017

Linux France - Mardi 7 Novembre

Novembre est un nom qui porte mal son nom. Pourquoi ? Vous le saurez dans la deuxième partie de cet article.

Cela n’empêche pas que c’est bien ce bon vieux novembre des brumes et des frimas que nous allons traverser ensemble sur LinuxMAO. Il n’y aura ni brouillard ni froid ici, juste l’habituel noyau magmatique, fait d’entraide et de partage, irradiant sa constante chaleur quels que soient les mois, les saisons et les années. N’en déplaise aux romains, à Charly et aux députés de l’an I !

Sommaire Préambule

Novembre hérite son nom du chiffre 9, novem en latin. Dans l’antique calendrier romain, c’était le neuvième mois de l’année puisque celle‐ci débutait en mars. En 1564, Charles IX promulgua l’édit initialisant l’arithmétique du temps telle que nous la connaissons, avec le 1er janvier 1565 comme point d’origine. Je t’ai ignoré, Charly, et pourtant j’aurai usé de ta trouvaille chaque jour de ma vie. Quelle ingratitude !

Novembre passa ainsi du rang de neuvième mois de l’année à celui de onzième, devenant une absurdité étymologique au même titre que septembre, octobre et décembre (7, 8 et 10). En 1792, les députés de la Convention décidèrent que l’an I de la République débuterait le 22 septembre 1792 et adoptèrent un découpage du temps d’une jolie complexité avec sextiles, bissextiles, décades et les sans‐culottides qui sont les six jours d’ajustement destinés à rattraper les décalages en fin d’année. Chaque mois ne comptait, en effet, que trente jours. Bref, une machinerie infernale, pas mnémotechnique pour deux sous, incapable de faciliter les décomptes du citoyen n’ayant connu que l’ancestral calendrier de Charly. Novembre se trouva ainsi partagé entre Brumaire et Frimaire, mois des brumes et mois des frimas.

Ce calendrier fut aboli par l’Empire, le 22 fructidor de l’an XIII (9 septembre 1805). L’expérience avait produit des résultats médiocres, elle dura à peine treize ans et prit fin le 1er janvier 1806. Charly obtint ainsi sa revanche, car c’est à nouveau son rythme qui régit le tempo universel.

Quoi de neuf ?

Depuis la parution du dernier éditorial, nous ont rejoint : Alodaf, alexchant, dmaxy, Baz, jcelerier, Anastasia.01, technomagniaque, gp4004, FLB44, fdf, oranjezhadu, lordarkrems, Christine Gallot, EIJULES, bobby12, Kuluse, C4-53, leclar, Respire, Fonky62, Gopherlechien, rosjjim, Upal, Burnus_1er, Odysseus Libre, yomboul, Soss, BaguetteAgile72, Oscardici, popayann, Valtena, yannboc, lemaitresantos, fourat, Lysergik et aletheia.

Bienvenue à vous toutes et tous !

Les entretiens sont relancés après plusieurs années de silence radio. Pour inaugurer cette renaissance, sub26nico a soumis des questions à bluedid29, vous pouvez lire ses réponses dans la nouvelle : Les entrevues de LinuxMao-bluedid29.

Musique sur linuxmao

La douzième joute de LinuxMAO se clôt sur la victoire d’olof. Compliments !
Les participants devaient livrer leurs interprétations autour du thème imposé : Cuba.
Ce fut une joute riche et très diverse. Les sept participants nous ont laissé entendre chacun sa sensibilité, chacun sa technique et chacun sa façon singulière d’aborder le thème.
Quand aux styles musicaux, ils couvrent, une fois encore, un vaste territoire qui va du R’n’R à la manipulation conceptuelle de matière sonore audio‐numérique.
Aucun n’a démérité, tous ont travaillé d’arrache‐pied et méritent félicitations et encouragements.
ProgramLyrique a piloté avec brio le vaisseau amiral, collecté les œuvres et dépouillé les votes, nous livrant le résultat final dès son retour de Chine. Un grand merci !

Rappelons ici que chaque participant aux joutes met sa sensibilité et beaucoup de son temps en partage.
Les votes et commentaires n’ont pour seul objet que la mise en évidence de points techniques perfectibles, jamais la mise en cause de styles, de parti‐pris créatifs ou de sources d’inspiration.

Dernière minute : olof ayant remporté deux joutes, ce n’est pas au vainqueur de choisir le thème de la treizième joute mais à l’organisateur. ProgramLyrique vous invite donc à participer autour du thème : Qi Gong sur gratte‐ciel.

Autres productions musicales :

Musique libre en dehors de LinuxMAO

Liste de lecture des nouveautés pour le mois d’octobre 2017 chez les copains de Dogmazic.

Nouvelles du monde

Le manuel d’utilisation des logiciels d’openavproduction (luppp, sorcer, artyfx et fabla) a été traduit en français. Voir à ce propos cet article du blogue de LibraZiK.

La dixième édition des Journées méditerranéennes du logiciel libre (JM2L) se tiendra le samedi 25 novembre 2017 au Technopole Sophia Antipolis à Biot (06). Notez la présence d’une salle entière consacrée à la MAO sous GNU/Linux avec des ateliers d’utilisation, une conférence autour la programmation d’applications MIDI sous GNU/Linux, une conférence autour de l’utilisation de MuseScore, et une autre conférence sur l’improvisation musicale avec GNU/Linux sur le film d’animation ZeMarmot. Toutes les informations sur le site de linux-azur.org.

Nouveautés sur LinuxMAO

Des chiffres :
Le nombre de visiteurs uniques du mois d’octobre 2017 est de 39 807 ce qui constitue le nouveau record de fréquentation du site avec une moyenne de 2 279 visiteurs uniques par jour. linuxmao.org, c’est à ce jour, 6 203 utilisateurs inscrits, 2 259 pages de documentation, les plus de 82 300 messages dans les « forums », et d’autres fioritures.

D’autre part, nous avons eu 36 nouvelles inscriptions depuis la rédaction du dernier éditorial du site, c’est à dire en 33 jours.

Nouvelles pages :

Côté administration :

  • nettoyage et amélioration de l’intégration des pages du portail développeur ;
  • il y a eu un problème avec les membres inscrits avec une adresse en yahoo.fr vers le 14 ou 15 octobre. Les notifications envoyées par le site semblent avoir été interprétées comme du pourriel et ont donc été refusées par Yahoo. Ça semble avoir été rétabli à présent. Voir le fil de discussion : comptes avec adresse yahoo.fr.
Côté logiciel sur LinuxMAO Côté logiciel en dehors de LinuxMAO

Depuis la publication du dernier éditorial, olinuxx, sub26nico, r1 et Nolwen ont relevé les mises à jour suivantes pour ce mois‐ci :

  • après 12 ans de silence (oui, douze ans !), Gnuitar sort en version 0.4.0alpha ;
  • nouvelle version 3.2.2 de DRC ;
  • Aubio passe en version 0.4.6 ;
  • Guitarix2 mis à jour en version 0.36.0 ;
  • Bitwig Studio passe en version 2.2 ;
  • Rivendell passe en version 2.17.0 ;
  • UbuntuStudio 17.10 est disponible ;
  • nouvelle mise à jour pour la Vee One Suite en version 0.8.5 ;
  • Fluidsynth passe en version 1.1.8, ajoutant entre autres le support pour la lecture des banques de son au format SF3 ;
  • zam-plugins passe en version 3.9 ;
  • praxis live passe en version 3.3.0 ;
  • VCV rack passe en version 0.4.0 ;
  • OcenAudio passe en version 3.3.1 ;
  • LMMS voit une nouvelle version « release candidate » 1.2-rc4 poindre le bout de son nez .
  • Audacity passe en version 2.2.0. Nouveau logo, quatre thèmes pour l’interface (dont un pour les malvoyants), une refonte des menus et des préférences. À noter que la liste de discussion Audacity-French hébergée par Yahoo! va disparaître, remplacée par la liste hébergée par Framalistes ;
  • Open Stage Control est maintenant en version 0.21.1 ;
  • abGate passe en version 1.1.9.
Post‐scriptum

Merci à sub26nico, olinuxx, allany et r1 pour l’écriture de cet édito, et on se retrouve le mois prochain pour une revue de l’actualité du mois écoulé !

Bonne musique à toutes et tous !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Conférence GStreamer 2017 : Oxydation de GStreamer

Linux France - Mardi 7 Novembre

Rustifiez votre multimédia !
Voici une traduction de la présentation Oxidising GStreamer — Rust out your multimedia!, qui a eu lieu le 22 octobre 2017 à Prague dans le cadre de la Conférence GStreamer 2017.

Merci à Sebastian Dröge pour cette présentation et pour son autorisation de traduction.

  

Sommaire Résumé

Dans la suite logique de ma présentation de l’année dernière, je vais vous tenir au courant de ce qu’il s’est passé depuis autour de GStreamer pour le développement d’applications et d’extensions en Rust.

C’est maintenant le bon moment pour utiliser Rust dans le cadre de vos développements GStreamer au lieu du C ou du C++ et même à la place de Python ou de C#. Vous bénéficierez ainsi de plus de sûreté, d’une meilleure productivité et pourquoi pas d’un certain plaisir à développer, tout en conservant un haut niveau de performance et un faible surcoût qui ne se rencontrent généralement qu’en utilisant le C ou le C++ et avec en plus la possibilité d’exécuter votre application sur des équipements embarqués.

Alors que l’apprentissage d’un nouveau langage peut sembler superflu et qu’il y a trop de langages de nos jours, je vais vous montrer pourquoi vous devriez vous en préoccuper et pourquoi le langage en question semble être un candidat parfait pour les applications multimédias et pour plein d’autres cas d’utilisations sur environnements embarqués. Je vais vous indiquer comment vous mettre le pied à l’étrier et vous présenter quelques courts exemples de code.

Sebastian Dröge est un développeur de logiciels libres et l’un des mainteneurs et développeurs principaux de GStreamer. Il est impliqué dans le projet depuis plus de dix ans. Il contribue également à plusieurs autres projets tels que Debian, GNOME et WebKit. Après son _master en sciences des Systèmes d’Information à l’Université de Paderborn en Allemagne, il commence à travailler en tant qu’entrepreneur autour de GStreamer et des technologies connexes. Sebastian est l’un des fondateurs de Centricular, une société proposant des services de conseil. Depuis son nouveau domicile en Grèce, il travaille à l’amélioration de GStreamer et de l’écosystème du logiciel libre en général._

En plus des sujets relatifs au multimédia, Sebastian s’intéresse au traitement numérique du signal, aux langages de programmation, à l’apprentissage automatique, aux protocoles réseau et aux systèmes distribués.

Introduction, Qui ?

Aujourd’hui, nous allons parler de l’oxydation de GStreamer ou comment « rustifier » votre multimédia. Je suis Sebastian Dröge, je participe au développement de GStreamer depuis 2006 environ. Actuellement, je suis en charge de la préparation des versions. J’ai touché à pratiquement tout dans GStreamer. Je suis aussi l’un des cofondateurs de Centricular. Nous proposons du conseil autour de GStreamer et des logiciels libres de cette catégorie. C’est tout ce que j’ai à dire à mon sujet, passons au contenu.

Quoi ?

Je vais vous parler de Rust et de GStreamer. Je suppose que certains d’entre vous ne connaissent pas Rust, je vais donc commencer par une courte introduction. Si vous souhaitez approfondir, rendez‐vous sur le site Web, la documentation est de très bonne qualité. Je ne vais pas vous expliquer ce qu’est GStreamer, je pense que vous le savez déjà.

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de ce sujet l’année dernière, je vais donc évoquer ce qu’il s’est passé depuis, puis entrer un peu plus dans les détails sur la manière de développer des applications et des extensions GStreamer avec Rust. Je vous montrerai aussi quelques exemples de code. Enfin, je vous parlerai de ce à quoi on peut s’attendre pour l’avenir.

Qu’est‐ce que Rust ? Définition

C’est « un langage de programmation système qui vise à garantir un typage sûr et une gestion sûre de la mémoire ». Les développements ont commencé chez Mozilla. Tout est open source. De nos jours, le langage bénéficie d’une large communauté et une bonne proportion des développeurs n’est plus employée par Mozilla. C’est une communauté assez diversifiée. La conception du langage suit les pratiques du développement open source. Ils utilisent un processus d’appel à commentaires (Request For Comments) pour toutes les modifications du langage. Chaque membre de la communauté peut apporter des éléments à la discussion, c’est très transparent… ça me plaît bien !

Qu’est‐ce que ces mots signifient au juste et plus particulièrement « gestion sûre de la mémoire » ? En fait, c’est un peu l’argument de vente de Rust. On sait tous ce qui peut arriver en C, si on déréférence le mauvais pointeur ou si l’on dépasse les limites d’un tableau : le truc part à veau‐l’eau. Rust empêche cela. Le typage est aussi beaucoup plus sûr qu’en C. Le C apporte un peu de sécurité pour le typage, mais bon… passons !

Selon moi, la caractéristique la plus importante est qu’il s’agit d’un langage de programmation système. Il travaille vraiment près du matériel, il n’y a pas de gros environnement d’exécution. Tout ce que vous écrivez tourne vraiment sur le processeur. Toutes les abstractions que le langage propose sont sans surcoût, du moins c’est la manière dont ils en font la pub, et je le crois aussi. Mais je dirais que c’est à vous de le vérifier par vous‐même.

Une autre caractéristique importante est l’existence d’un système très puissant permettant l’interopérabilité avec des bibliothèques écrites en C. Quel que soit l’existant écrit en C dont vous disposez, vous pouvez l’utiliser depuis votre code écrit en Rust.

De la programmation bas niveau avec un air de programmation haut niveau

Si vous regardez le code, cela ressemble parfois à ce que vous écririez en JavaScript ou en Python ou avec un autre langage d’orchestration (scripting). Ça peut sembler de plus haut niveau que ce que vous obtiendriez en C++. Néanmoins, on parle bien de programmation bas niveau : vous conservez le contrôle sur tout si vous le souhaitez. Vous pouvez décider d’où allouer la mémoire — doit‐on utiliser le tas ou la pile — de quand allouer, de quand désallouer. Mais l’important, c’est que vous n’avez pas à vous en soucier. Vous pouvez le faire… vous pouvez aussi, dans une certaine mesure, l’ignorer. Ça n’implique pas une gestion manuelle de la mémoire, c’est le compilateur qui s’assure que vous n’êtes pas en train de faire quelque chose de stupide.

Comme je l’ai dit, Rust ressemble un peu à Python ou à d’autres langages d’orchestration. L’une de ses caractéristiques importantes est l’inférence de type : vous n’êtes pas obligés de préciser systématiquement le type des variables. Généralement, le compilateur se débrouille tout seul, tout en vous garantissant un typage sûr. C’est quelque chose dont le C++ dispose aussi aujourd’hui. Vous avez également d’autres caractéristiques que l’on trouve plutôt dans les langages d’orchestration ou les langages fonctionnels, mais qui sont disponibles pour de la programmation système.

Domaines

Rust est actuellement utilisé pour :

  • du développement d’applications Web. Qui essaierait de développer des applications Web en C aujourd’hui ? Personne ? En revanche, vous pouvez en écrire en Rust ;
  • on l’utilise aussi pour le développement de jeux, la programmation de serveurs, etc ; en gros, tous les domaines pour lesquels vous utiliseriez le C++ ;
  • des gens écrivent aussi des systèmes d’exploitation en Rust, il y en a actuellement deux ou trois en cours d’écriture ;
  • certains l’utilisent pour des développements vraiment très proches du matériel, comme de la programmation de micro‐contrôleurs.

Rust couvre tout le spectre des cas d’utilisation pour lesquels vous utiliseriez un langage de programmation système.

Par ailleurs, Rust est désormais utilisé et poussé par des acteurs de l’industrie. Vous pouvez consulter cette page pour découvrir les sociétés qui déclarent publiquement utiliser Rust. Il y a des noms tels que Dropbox, npm, Atlassian, Coursera, Canonical et bien d’autres.

Rust est ce que le C++ aurait dû être

Selon moi, Rust est ce que le C++ aurait dû être. Bon, un certain nombre d’années se sont écoulées, les gens ont appris de l’histoire. Aujourd’hui, je l’utiliserais pour n’importe quel projet pour lequel j’aurais utilisé le C++ ou même le C auparavant.

Pourquoi Rust ? De la difficulté d’écrire du code sûr en C et en C++

Il est difficile d’écrire du code sûr en C et en C++. Toute personne pouvant dire qu’elle n’a pas subi d’erreur de segmentation durant l’année écoulée n’a probablement programmé ni en C, ni en C++. Vous pouvez facilement faire quelque chose qui fera planter votre système et permettra à un attaquant de prendre le contrôle de la machine de l’utilisateur, sans même vous rendre compte que ce que vous avez écrit n’est pas sûr.

La gestion des erreurs est plutôt compliquée avec ces deux langages. En C, on s’arrange généralement avec les valeurs de retour, vous pouvez facilement les ignorer et personne ne s’en offusquera ! Ça va juste échouer à l’exécution avec des symptômes bizarres. En C++, vous avez bien les exceptions, qui bénéficient de leur propre lot de problèmes. En général, ça entraîne une certaine verbosité qui finit par masquer ce que le programme fait vraiment et rend la tâche encore plus difficile pour faire en sorte que le code soit sûr.

Laissez le compilateur vous aider à écrire du code correct et rapide

Il y a un inconvénient à cela : le compilateur risque de beaucoup se plaindre ! Il vous dira des choses comme : « non, tu ne peux pas faire ça, ce n’est pas sûr ». Ça va vous prendre plus de temps avant de pouvoir exécuter votre code. Mais une fois qu’il s’exécute, vous savez qu’un gros paquet de problèmes ne vont pas se présenter parce que le compilateur vous aura déjà prévenu : « ici, ici et là, tu ne peux pas faire ça, tu devrais faire ça autrement ». Avec le C ou le C++, en général, on fait cela à l’exécution et on sait tous combien il est pénible de déboguer des trucs à l’exécution.

Rust utilise un modèle très puissant de possession et de mutabilité. Il identifie en permanence le possesseur d’une variable et trace si celle‐ci est accessible en lecture seule ou en lecture et en écriture. Par défaut, toute variable est accessible en lecture seule. C’est le contraire de ce que font les C et C++. Avec ces langages, vous pouvez préciser qu’une variable est constante, mais par défaut elle est visible en lecture et en écriture. Rien qu’avec cette approche (chaque variable en lecture seule par défaut) le code est déjà plus sûr et il est plus difficile d’introduire des bogues.

Par défaut avec Rust, le code doit respecter les contraintes de sûreté. Ce qui veut dire que si vous ne sortez pas du bac à sable, votre programme ne plantera pas… Du moins, il ne produira pas d’erreur de segmentation. Vous pouvez toujours introduire des erreurs de logique qui feront que votre programme ne fera pas ce qu’il était censé faire, mais au moins il ne plantera pas.

On bénéficie aussi d’une certaine sécurité pour les fils d’exécution. Vous indiquez si votre type de donnée est sûr pour le partage entre fils d’exécution et/ou s’il peut être transféré d’un fil d’exécution à l’autre. Le compilateur se chargera ensuite de vérifier que ces contraintes sont bien respectées.

Comme je le disais dans la section relative aux erreurs, Rust vérifie la bonne prise en compte des erreurs. Vous ne pouvez pas ignorer les erreurs, vous devez les gérer. Mais la mécanique qui permet de le faire est telle que ça en devient sympa. Ça n’a rien à voir avec ce que l’on doit faire en C : « si ceci échoue, nettoie ceci et sors, si ceci échoue, nettoie cela et sors »… Dans le cas de Rust, c’est vraiment pratique à utiliser.

L’issue de secours : unsafe

Il y a une issue de secours : le mot clé unsafe. Dès qu’il introduit une section de code, vous pouvez faire ce que vous voulez dans cette section, comme vous le feriez en C. Vous pouvez déréférencer des pointeurs, vous pouvez créer des pointeurs à partir de nombres, tout ce qui vous passe par la tête. L’idée principale est que c’est déclaratif. Vous savez alors que vous avez une petite partie de votre code qui n’est pas sûre. Si ensuite votre programme plante, ça viendra de là ! Et si vous voulez relire votre code, vous saurez que ce sera par là qu’il faudra commencer.

Un langage de haut niveau qui n’est pas juste une glorification de l’assembleur

… comme c’est le cas pour le C.

Une autre différence notable par rapport au C est que Rust dispose d’une bonne bibliothèque standard. Elle contient tout un tas de structures de données. On sait tous qu’en C, la bibliothèque standard ne comporte aucune structure de données. Chacun développe ses propres listes chaînées, ses propres tableaux associatifs. La bibliothèque standard de Rust fournit des implémentations très efficaces de toutes les structures de données, d’algorithmes, etc.

Avec tous les langages d’orchestration récents, on trouve des petits outils pour récupérer les dépendances. Pour Nodes.js vous avez npm, pour Python il y a pip. Rust propose la même chose, vous pouvez facilement dire : « je veux telle et telle bibliothèques » et l’outil ira chercher les versions dont vous avez besoin, les compilera et les inclura lors de la construction de votre propre logiciel. Cet outil facilite vraiment l’utilisation des dépendances externes. Ça ne tourne pas au cauchemar comme en C ou en C++ où chaque chose fonctionne à sa manière et où il est très difficile de dépendre de quoi que ce soit. En fin de comptes, ça a poussé pas mal de bibliothèques en C et en C++ à réimplémenter plein d’algorithmes qui existaient déjà partout ailleurs… Mais bon, c’est tellement compliqué de tirer ces dépendances que l’on réimplémente les fonctions nous‐mêmes.

Pourquoi devrait‐on s’en préoccuper ? L’analyse syntaxique de formats de médias

… venant de sources non sûres.

Je passerai assez vite sur le sujet, nous sommes déjà tous au courant des problèmes. L’analyse syntaxique (parsing) des formats multimédias n’est pas chose facile, particulièrement en C ou en C++. Par ailleurs, les données en entrée viennent rarement de sources de confiance. Certaines sources peuvent même proposer des médias qui contiennent intentionnellement quelque chose qui peut nuire à votre machine en exploitant des problèmes dans les logiciels que vous utilisez. C’est pour cela que je pense que, pour nous, Rust serait un bon langage. Il permet d’éviter beaucoup de problèmes de sécurité courants. Tous les problèmes de sécurité que nous avons rencontrés dans GStreamer les années passées auraient pu être évités en utilisant Rust. Je pense que c’est déjà assez éloquent.

Et donc, l’analyse syntaxique est compliquée en C. Il n’y a pas beaucoup de moyens d’abstraction, alors qu’avec Rust on dispose de tout un tas de possibilités pour représenter des abstractions. Il est même possible d’écrire des grammaires formelles. Du moins, quelque chose qui ressemble à de la grammaire formelle. Le code correspondant est ensuite généré automatiquement, ce qui rend la compréhension de ce que fait ce code vraiment aisée en comparaison à du code écrit à la main.

La maîtrise des fils d’exécution concurrents est difficile

… surtout en C !

Rust dispose de tout un tas de fonctionnalités pour nous aider lorsque l’on développe dans un environnement à plusieurs fils d’exécution. GStreamer exploite massivement les fils d’exécution concurrents, ça pourrait donc être une bonne idée…

Programmer comme si on était en 2017

Et par‐dessus tout, nous programmerions comme si nous étions en 2017 et non dans les années 60 du siècle dernier :

  • les langages modernes offrent toute une variété de fonctionnalités et d’outils ;
  • nous ne sommes plus obligés de réinventer des ustensiles de base comme GObject ;
  • nous pourrions attirer de nouveaux développeurs. Plus personne n’a vraiment envie d’apprendre le C de nos jours et encore moins des choses comme GObject, qui entraîne plein de copier‐coller partout. C’est plutôt difficile à prendre en main pour les nouveaux contributeurs.
Cependant, ce n’est pas la panacée

Tout code non trivial comporte des bogues. Mais au moins, une importante classe de bogues peut être évitée.

État, il y a un an Les bindings GStreamer

L’année dernière, nous disposions d’un ensemble de bindings Rust pour GStreamer. Cet ensemble était écrit à la main et ne s’intégrait pas très bien avec le reste du code Rust. Par ailleurs, il imposait aux utilisateurs d’utiliser des sections avec le mot clé unsafe, ce qui est tout simplement rédhibitoire. Il divergeait aussi vis‐à‐vis de certains concepts de GStreamer, ce qui le rendait difficile à appréhender et il était incomplet. Pas mal de gens utilisaient ces bindings, mais ce n’était vraiment pas idéal.

Nous avions aussi ce dont je vous parlais la dernière fois : une manière expérimentale d’écrire des extensions GStreamer. Ce projet était également écrit à la main, il était très incomplet et difficile à faire évoluer. Oublions tout cela, nous sommes en 2017 maintenant !

Écrire des applications GStreamer avec Rust Les nouveaux bindings GStreamer Comparaison par rapport aux anciens bindings

Les nouveaux bindings Rust pour GStreamer sont en grande partie générés à partir des informations d’introspection de GObject. Malheureusement, certaines choses ne peuvent pas être générées automatiquement. Mais, globalement, ça facilite bien l’évolutivité. Ils remplacent complètement les anciens bindings. Ils ne sont pas compatibles au niveau interface de programmation, mais ça ne devrait pas être difficile de modifier un projet basé sur les anciens bindings pour qu’il utilise les nouveaux.

Une évolution importante du point de vue des applications est qu’il n’est plus nécessaire de passer par du code marqué unsafe… Sauf si le développeur le veut, bien sûr, ou s’il veut s’intégrer avec X11, qui n’est pas sûr par conception, mais c’est un autre problème !

Les nouveaux bindings couvrent pratiquement tous les composants du cœur de GStreamer, ainsi que ceux des autres bibliothèques. Ils s’intègrent bien avec les bibliothèques des infrastructures GLib et GTK, ce qui les rend sympas à utiliser ensemble.

Un style idiomatique rustien (en grande partie)

Les bindings sont écrits dans un style idiomatique rustien. Ils devraient être faciles à prendre en main par des développeurs habitués à Rust. Ils auront l’impression qu’il s’agit d’une vraie interface de programmation Rust. Et à la fois, les concepts des bindings correspondent pratiquement trait pour trait aux concepts de GStreamer. Ce qui signifie que vous, en tant que développeurs GStreamer, aurez seulement à apprendre un nouveau langage. En revanche, tous les concepts de GStreamer, c’est‐à‐dire comment l’interface de programmation fonctionne, restent les mêmes.

Les objets

Regardons rapidement quelques‐uns des points d’entrée des bindings. Dans GStreamer, nous avons tout un tas d’objets : les Elements, les Pads, le Pipeline, l’objet Clock, etc. La manière dont ils sont représentés dans les bindings est telle que vous retrouvez précisément les mêmes objets. Ils disposent d’une sorte de mécanisme semi‐automatique et sûr de comptage de références. Vous contrôlez toujours quand le compteur d’une référence est incrémenté, mais le compilateur se charge de vérifier que vous l’incrémentez bien quand c’est nécessaire. Ceci vous permet d’être alertés si vous faites des choses bizarres que vous n’auriez pas voulu faire. Donc, ce n’est pas complètement automatique, mais d’un autre côté, vous ne pouvez pas oublier de déréférencer quoi que ce soit. Quand un objet n’est plus dans la portée courante, quand il n’est plus nécessaire, il est automatiquement déréférencé et détruit au moment voulu.

Dans GStreamer, nous utilisons l’héritage. Rust ne gère pas l’héritage : il n’y a pas de classes, ni de vraie notion d’héritage. À la place, on peut utiliser des traits. Cela peut sembler un peu compliqué, un peu bizarre, mais si vous utilisez l’interface Rust, vous allez vous rendre compte qu’elle fonctionne de la même façon que si vous utilisiez, par exemple, les bindings C++ de GStreamer. Ça donne une sensation de quelque chose de naturel.

Comme je l’ai déjà dit, il y a une sorte de sûreté des fils d’exécution (thread safety) et elle est contrôlée à la compilation. Par exemple, on sait tous que les Elements de GStreamer sont censés être thread safe, on peut donc les échanger entre fils d’exécution et on peut les partager entre plusieurs fils d’exécution. Le compilateur n’ira pas se plaindre de tels agissements. En revanche, quelque chose comme GstAdapter n’est pas thread safe. Donc, si vous tentez de l’utiliser dans d’autres fils d’exécution, vous allez devoir le migrer, car vous ne pouvez pas en disposer depuis deux fils d’exécution différents. Si vous faites cela, le compilateur vous dira : « non, tu ne peux pas faire ça ». C’est une caractéristique plutôt sympa.

Vous disposez également de toute l’interface standard GObject de GStreamer. Vous retrouverez : les propriétés, les signaux, toutes les méthodes… Tout ce dont vous avez besoin.

J’aurais dû mentionner ceci auparavant : tout est garanti contre l’utilisation inappropriée de pointeurs NULL. Il n’y a aucun pointeur NULL caché. Vous devez gérer explicitement tout ce qui peut être NULL, vous ne pouvez pas ignorer ce genre de problèmes. Donc, dans toute l’interface, lorsque quelque chose renvoie un Element, il y aura bien un Element derrière. Il est impossible qu’il ne soit pas disponible. Ça ne peut pas planter ensuite, vous ne pouvez pas vous retrouver face à un pointeur NULL. Et, bien sûr, si l’appel est susceptible d’échouer, vous devez gérer ce cas. Le compilateur ne vous laissera pas utiliser la valeur retournée sans avoir vérifié au préalable qu’elle est bien valide.

Les MiniObjects

Les MiniObjects sont probablement le recoin le plus obscur de GStreamer. Ils sont générés automatiquement dans la plupart des autres bindings, ce qui les rend un peu inhabituels vis‐à‐vis du langage cible. Avec Rust c’est différent : la plupart des concepts autour des MiniObjects correspondent à ce que l’on fait déjà en Rust. Par exemple, le concept de mutabilité des MiniObjects est tel que vous ne pouvez modifier un MiniObject que s’il n’est utilisé qu’à un seul endroit à un instant donné, sinon vous devez le copier. C’est quelque chose qui trouve un équivalent direct en Rust. Le compilateur vous empêchera de modifier des MiniObjects qui ne sont pas en mode écriture. À titre de comparaison, en C on a pas mal de code qui modifie des MiniObjects alors qu’ils ne sont pas en mode écriture. L’approche de Rust me semble présenter un avantage significatif.

Les types basés sur les MiniObjects paraissent aussi typiquement rustiens. Ils comprennent les Caps, les Structures, même quelque chose comme GstFraction, qui semblait un peu bizarre à l’utilisation en Python par le passé, ressemble vraiment à quelque chose que vous auriez utilisé en Rust.

Qu’est‐ce qui manque ?

J’ai dit que la plupart du cœur de GStreamer était déjà disponible. Il manque encore :

  • GstMemory, GstAllocator, GstMeta et GstCapsFeatures, non pas parce qu’ils présentent une difficulté, mais plutôt parce que je n’en ai pas encore eu l’utilité et apparemment personne n’en a eu besoin pour le moment ; donc, si quelqu’un rencontre un problème pour lequel le besoin se fait sentir, criez, on pourra les ajouter à ce moment‐là ;
  • il manque aussi des trucs mineurs comme les TypeFinders ; ils sont du même acabit : faciles à ajouter en cas de besoin ;
  • les objets dans la catégorie des GstControlBindings ;
  • à part pour celles du cœur, les bibliothèques des autres modules ne sont pas entièrement couvertes. Mais, par exemple, pour la bibliothèque Audio, GstAudioInfo est disponible, pour la bibliothèque Video, vous avez déjà VideoInfo et VideoFrame. Il y aussi GstAdapter, AppSrc et AppSink.

Tout ce dont vous avez habituellement besoin est donc disponible et, pour le reste, criez et on l’ajoutera !

Est‐ce utilisable ? Oui !

Selon moi, tout est déjà très utilisable. Je l’utilise moi‐même pour pas mal d’applications de test afin de m’assurer que tout fonctionne correctement ou pour écrire des cas de test quand quelque chose ne marche pas. De part mon expérience, je peux dire que c’est facile et généralement plus rapide à écrire que l’équivalent en C. C’est facile à déboguer, ou du moins aussi facile à déboguer que le C. Vous pouvez toujours utiliser gdb, obtenir la pile d’appels, scruter les variables, etc. Ça marche de la même manière qu’avec du C. Et généralement, ça donne plus ou moins le même code machine que ce que vous obtiendriez avec du C. Si vous lisez ce que le compilateur produit, il est assez facile de savoir ce qui se passe, comment les correspondances avec le C se concrétisent. Donc c’est prêt à être utilisé !

Quelques exemples de code Création d’Elements

Voici un exemple de création d’Elements. Ça ne devrait pas être trop difficile à lire :

let pipeline = gst::Pipeline::new(None); // 1 let src = gst::ElementFactory::make("filesrc", None) .ok_or(MyError::ElementNotFound("filesrc"))?; // 2 let dbin = gst::ElementFactory::make("decodebin", None) .ok_or(MyError::ElementNotFound("decodebin"))?;
  • En 1, on génère un nouveau Pipeline. Ici, on ne lui donne pas de nom particulier. En C, on passerait NULL, en Rust on indique None. On récupère toujours un Pipeline. Si vous regardez l’interface en C, vous verrez que ça ne renvoie jamais NULL, donc on récupère vraiment un Pipeline.
  • En 2, on veut construire une variable src. On utilise donc gst::ElementFactory::make, ce qui est très similaire à ce que vous feriez en C. L’objectif est de créer une source sur un fichier avec l’extension filesrc. Bien sûr, il peut arriver que l’extension filesrc ne soit pas disponible sur votre machine, cette fonction est donc susceptible d’échouer en renvoyant None. Vous pouvez indiquer comment gérer les différents cas avec la fonction ok_or : « si tout est ok, alors renvoie ce que la fonction gst::ElementFactory::make a généré, sinon renvoie un type d’erreur dédié ». Pour cela, vous pouvez créer une sorte d’énumération d’erreurs et préciser les différents cas tels que ElementNotFound, à quoi vous pouvez ajouter une variable. Dans notre cas, on a indiqué le nom de l’Element. À la fin de la ligne, on trouve un point d’interrogation. Il est là pour indiquer ceci : « en cas d’échec, sors de la fonction et renvoie l’erreur en question ». L’appelant peut donc gérer l’erreur et prendre les mesures appropriées, mais dans la fonction en question on s’arrêtera là en cas d’erreur. Bien sûr, il n’y aura pas de fuite mémoire, tout ce qui doit être déréférencé et détruit le sera automatiquement.
Création de Caps

Voici maintenant un exemple de création d’un objet Caps :

let caps = gst::Caps::new_simple( // 1 "video/x-raw", // 2 &[ // 3 ("format", "BGRA"), // 4 ("width", &(1080i32), // 5 ("height", &(720i32)), // 6 ("framerate", &gst::Fraction::new(30, 1)), // 7 ], );
  • en 1, vous utilisez gst::Caps::new_simple exactement comme en C ;
  • en 2, vous indiquez le nom, rien de spécial à signaler ici ;
  • en 3, vous fournissez un tableau de propriétés qui sont en fait des tuples ;
  • en 5, je pense que ce qu’il faut retenir, c’est que vous n’indiquez pas seulement la valeur pour la propriété, vous devez aussi préciser son type. Assez souvent, c’est quelque chose qui tourne mal en C : les gens fournissent un entier non signé ou un entier sur 64 bits pour une propriété donnée et ça ne fonctionne pas comme prévu ensuite. Ici, vous devez être explicite. En interne, ça ne va pas créer d’objet GValue, si vous lisez le code généré, il sera très similaire à ce que vous auriez obtenu avec du C.

Question d’un membre du public :

— L’esperluette est nécessaire dans ce cas ?
— En fait, l’esperluette n’est pas indispensable ici. L’esperluette crée une référence, c’est comme un pointeur dont la valeur ne peut pas être NULL.
— Et donc, elle indique si ta constante est statique ou non ?
— En fait… Bon, parlons‐en après, cela nécessiterait d’entrer un peu plus dans les détails. En bref, l’esperluette introduit une référence et les références ne peuvent jamais être NULL. Le compilateur s’assure que cette valeur est toujours valide au moment où tu l’utilises. Donc, tu ne peux pas libérer ce qui en dépend, sinon ça ne sera pas accepté à la compilation. Mais, la raison exacte pour laquelle nous avons besoin d’une esperluette ici nécessiterait une explication dans laquelle je ne souhaite pas m’engager maintenant. Ça a un rapport avec le fait que chacun des éléments présente un type différent : en 4 il s’agit d’une chaîne de caractères, en 5 et 6 ce sont des entiers signés, en 7 on trouve une fraction.

N. D. L. T. : À ce stade de la présentation, Sebastian commence à être à court de temps. Il décide donc de passer quelques exemples. Vous pouvez les retrouver dans les planches au format PDF.

Le signal pad-added

Le signal pad-added fait partie des choses utilisées fréquemment. Voici un court exemple utilisant ce signal :

let pipeline = _; // 1 decodebin.connect_pad_added(move |dbin, src_pad| { // 2 let sink = gst::ElementFactory::make( // 3 "fakesink", // 4 None // 5 ).unwrap(); // 6 pipeline.add(&sink); // 7 let sink_pad = sink.get_static_pad("sink").unwrap(); // 8 src_pad.link(&sink_pad); // 9 sink.sync_state_with_parent(); // 10 });
  • En 2, on utilise un decodebin qui a été créé auparavant. On le connecte au signal pad-added en lui passant une fermeture (closure). En C, vous auriez à définir une nouvelle fonction, sa déclaration, tout cette verbosité… Ici, vous pouvez écrire la fonction directement avec la connexion au signal. Tout ce qui est disponible en amont peut être capturé dans la fermeture. Par exemple, le pipeline défini en ligne 1 est utilisé à l’intérieur de la fermeture à la ligne 7. Rust s’assure que tout ce qui est capturé est utilisé en respectant les règles de sûreté. Vous pouvez être amenés à devoir copier les objets pour les utiliser à l’intérieur d’une fermeture parce qu’il peut y avoir des cas pour lesquels l’utilisation du même objet ne serait pas sûre. Mais, généralement, c’est très pratique à utiliser et vous pouvez simplement écrire vos gestionnaires de signaux directement sans code superflu. Vous vous demandez peut‐être à quoi correspond ce truc avec les | en ligne 2. C’est la façon dont on définit une fermeture : vous retrouvez les arguments decodebin et src_pad qui correspondent à ceux passés lors de l’invocation du signal pad-added.
  • À l’intérieur de la fermeture, on crée un fakesink (lignes 3 à 6),
  • que l’on ajoute au pipeline (ligne 7).
  • On récupère ensuite le pad « sink » (ligne 8), que l’on relie au pad « src » du decodebin (ligne 9).
  • Finalement en 10, on lance la synchronisation.

Toute personne ayant déjà utilisé GStreamer devrait être en mesure de lire cet exemple et de comprendre exactement tout ce qu’il s’y passe.

Réaction d’un membre du public :

— inaudible
— Ce n’est pas ton cas ?
— Est‐ce que Rust permet à gst_element_sync_state_with_parent de devenir thread safe ? (rires)
— Bien sûr que non, parce que l’implémentation est en C et que cette fonction est défectueuse par conception. Il faut que l’on trouve une meilleure solution à cela. La fermeture que tu passes ici est marquée comme devant respecter des contraintes de sûreté pour l’exécution en environnement à plusieurs fils d’exécution. Donc, tu ne peux pas simplement utiliser une autre référence vers un GstAdapter là‐dedans par exemple, parce que GstAdapter ne respecte pas ces contraintes. Tu ne peux rien utiliser qui ne soit pas thread safe dans cette fermeture, à moins de migrer la variable à l’intérieur, ou dit autrement : à moins que l’unique référence restante sur cet objet se trouve à l’intérieur de la fermeture au final.

Mapping de Buffer

En Python le mapping de tampon est un peu étrange. En Rust, on peut le faire de façon assez élégante :

let mut buffer = gst::Buffer::with_size(320 * 240 * 4).unwrap(); // 1 { // 2 let buffer = buffer.get_mut().unwrap(); // 3 let mut data = buffer.map_writable().unwrap(); // 4 for p in data.as_mut_slice().chunks_mut(4) { // 5 p[0] = b; p[1] = g; // 6 p[2] = r; p[3] = 0; // 7 } // 8 } // 9
  • En 1, on crée un nouveau Buffer. On a besoin d’un Buffer mutable pour pouvoir écrire dedans.
  • Ensuite de 2 à 9, on est obligé d’écrire un truc un peu moche. Il s’agit d’un nouveau bloc qui limite la validité des variables qu’il contient. Elles seront libérées à la fin du bloc et le destructeur sera exécuté.
  • En 4, on mappe le Buffer en écriture. À la fin du bloc, la fonction unmap est exécutée automatiquement.
  • On peut aussi mentionner que le Buffer doit être récupéré sous une forme mutable (ligne 3) avant de pouvoir en extraire une map en écriture. Toutes ces fonctions peuvent échouer, c’est pour cela qu’on utilise unwrap. En cas d’échec, cette fonction termine l’application. Bien sûr, il y a des façons plus élégantes de gérer cela. Je ne les ai pas indiquées parce que ça surchargerait la planche. Il faudrait un peu de code pour gérer le cas d’erreur.
  • De 5 à 8, on itère sur la zone mémoire et on renseigne les valeurs des composantes R, G et B. On peut simplement utiliser les itérateurs de Rust pour parcourir le Buffer par tronçons de 4 octets, c’est ce que l’on peut lire en ligne 5.

Une fois compilé, ça ressemble pratiquement à ce que vous auriez obtenu si vous l’aviez écrit en C.

Quelques liens
  • Les bindings sont actuellement sur mon dépôt GitHub. J’ai l’intention de les déplacer vers freedesktop à un moment donné, mais j’aimerais qu’on migre d’abord vers GitHub_. Je n’ai pas envie de les déplacer deux fois, donc pour le moment ils restent sur GitHub.
  • Vous pouvez trouver plein d’exemples de code ici.
  • La plupart des tutoriels de GStreamer ont aussi été portés ici. Je n’en ai écrit qu’un, les autres ont été portés par des contributeurs. Donc, grâce à eux, vous disposez des tutoriels.
Écrire des extensions GStreamer en Rust

Je vais vous parler rapidement de la manière d’écrire des extensions GStreamer en Rust. Comme je l’ai dit plus haut, l’année dernière nous disposions d’une infrastructure écrite à la main. La plupart de l’infrastructure pour les extensions est toujours écrite à la main, mais ce qui est important c’est qu’elle s’appuie désormais sur les nouveaux bindings Rust de GStreamer. Toute l’infrastructure hors sous‐classes est générée automatiquement et prise en charge par les bindings. Évidemment, toute l’infrastructure pour les sous‐classes, la surcharge des méthodes virtuelles et l’installation des propriétés sont encore écrites à la main.

La différence par rapport à l’année dernière, c’est que vous pouvez maintenant utiliser des méthodes virtuelles et vous pouvez définir des propriétés. Par ailleurs, les gens qui implémentent des Elements ne sont plus obligés d’écrire du code Rust non sûr (déclaré unsafe), ils peuvent le faire, mais ils n’y sont plus contraints.

Le but de tout cela est de pouvoir écrire des extensions GStreamer en implémentant simplement des traits Rust, sans utiliser quoi que ce soit qui ne fasse pas partie du langage, de façon à ce que cela soit très facile pour des gens connaissant Rust d’écrire des extensions GStreamer.

Comme je l’ai dit, une partie du code est encore écrite à la main. Tout cela va être amélioré. Les gens de GNOME travaillent actuellement sur des solutions à base de macros qui font en gros la même chose que les GST_DEFINE_…s, mais d’une manière plus sympa. À l’avenir vous pourrez écrire du code qui ressemblera à du Vala ou du C#, et les macros convertiront cela en quelque chose de similaire à ce que j’ai écrit à la main. Ceci dit, c’est pour plus tard, cela va prendre un peu de temps avant d’en arriver là.

Classes de base disponibles

Actuellement, des classes de base sont disponibles pour :

  • les Elements ;
  • BaseSrc, BasSink et BaseTransform ;
  • Thibault, qui est peut‐être parmi nous, travaille actuellement sur le binding VideoDecoder et il a aussi l’intention d’écrire un décodeur d’images GIF ;
  • il y a une chose que je voudrais souligner ici. Chaque fois que vous faites quelque chose que vous n’êtes pas autorisé à faire, par exemple ce que je faisais tout à l’heure avec unwrap (la création d’un Element pouvant échouer, car il peut ne pas être disponible), et donc si vous utilisez unwrap, en cas d’erreur, Rust va paniquer. Ce que l’on entend par là, c’est que la pile va être déroulée et…

N. D. L. T. : l’organisation informe Sebastian qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps.

Elements disponibles

Nous disposons des Elements suivants :

  • démultiplexeur FLV ;
  • source HTTP ;
  • source et « dissipateur » (sink) depuis et vers un fichier ;
  • source et « dissipateur » (sink) depuis et vers Amazon S3 ;
  • il y a quelques jours, j’ai réécrit en Rust l’Element AudioEcho qui existait déjà en C ;
  • et bientôt, si tout va bien, on aura aussi un décodeur d’images GIF (animées).

Une anecdote intéressante : lorsque j’ai écrit l’Element AudioEcho en Rust, il était environ 1,7 fois plus rapide que l’implémentation en C. Ce n’est pas parce que Rust est plus rapide, mais plutôt parce qu’il était plus difficile de faire en sorte que l’équivalent en C soit rapide. J’ai trouvé l’expérience intéressante. Ce n’était pas exactement l’objectif initial lorsque j’ai entrepris la réécriture de cet Element, mais ça montre bien que l’on n’a pas affaire à un langage de haut niveau qui ralentirait les choses, c’est vraiment un langage que l’on peut utiliser pour ce genre de développements.

État actuel
  • les bindings sont encore assez jeunes ;
  • ils sont utilisables pour une implémentation nécessitant les classes de base que je mentionnais plus haut ;
  • les fonctionnalités manquantes seront ajoutées le moment venu.

Si vous voulez écrire des extensions GStreamer en Rust maintenant, lancez‐vous, dites‐moi s’il manque des choses et je les ajouterai ou je vous aiderai à les ajouter. Jusqu’à présent, j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire des extensions GStreamer en Rust, j’ai beaucoup plus apprécié cela que d’en écrire en C. Donc, essayez et voyez si c’est le cas pour vous aussi !

N. D. L. T. : Sebastian passe les exemples de code par manque de temps. Vous pouvez les retrouver dans les planches au format PDF.

Quelques liens

Si vous voulez voir à quoi cela ressemble, c’est sur mon dépôt GitHub. Les extensions sont également dans le dépôt.

À venir…

Encore quelques mots à propos de l’avenir : mon objectif est que l’on écrive de plus en plus de code en Rust plutôt qu’en C. Commençons d’abord par les extensions externes. Plus tard, on pourra aussi envisager de remplacer le code du cœur. Mais, ça, c’est pour l’avenir. Il n’y a pas de raison de se faire du souci pour le moment. Nous pouvons faire tout cela de façon itérative en remplaçant des petites portions de code grâce au système FFI de Rust qui rend les choses vraiment faciles pour s’intégrer dans du code C existant. Vous pouvez remplacer un simple module ou même une simple fonction si vous le souhaitez.

Globalement, je voudrais faire en sorte que les bindings soient mieux finis. Que l’infrastructure pour écrire des extensions soit mieux finie aussi, plus complète, mais bon, je suppose que c’est assez évident.

Et le plus important, c’est que j’aimerais faire en sorte que plus de personnes s’intéressent et s’impliquent dans l’utilisation de Rust, ce qui était le but principal de cette présentation. J’espère avoir atteint mon objectif. Jetez‐y un œil, essayez‐le, j’espère que vous ne le regretterez pas. Moi, je ne le regrette pas ! Plus généralement, je dirais : n’écrivez plus de projets en C, c’est une mauvaise idée. Regardez tous les CVE des projets à base de C… Ce n’est pas une bonne idée !

Merci / Questions ?

On n’a plus le temps pour des questions, donc passez me voir après. Voici encore quelques liens. Il y a pas mal d’informations sur le site Web de Rust, la documentation est de très bonne qualité, vous y trouverez probablement toutes les réponses aux questions que vous vous posez :

Merci !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Les journaux LinuxFr.org les mieux notés du mois d'octobre 2017

Linux France - Dimanche 5 Novembre

LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l'équipe de modération avant publication. C'est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux-ci s'appellent des journaux. Voici un florilège d'une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois d'octobre passé.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    MongooseIM 2.1.0, MongoosePush, MongooseICE, Tide

    Linux France - Dimanche 5 Novembre

    MongooseIM est une plateforme open source de chat ou messagerie instantanée, permettant de construire des applications et clients intégrant des fonctionnalités de chat, qu'ils soient mobile ou desktop.

    La plateforme MongooseIM (par Erlang Solutions) passe en version 2.1.0, faisant un grand pas en avant. Le serveur central MongooseIM, qui donne son nom à la plateforme, codé en Erlang sous licence GPLv2, a reçu énormément d'attention tant au niveau code qu'au niveau documentation. MongoosePush est un tout nouveau serveur de « Notifications Push » pour les systèmes Apple iOS et Android, codé en Elixir sous licence Apache 2.0. MongooseICE est un serveur STUN et TURN, pour découvrir les adresses IP dans le cadre de communications temps-réel pair-à-pair, ou pour relayer le flux, il est également codé en Elixir sous licence Apache 2.0. Finalement, Tide est une infrastructure de tests de charge en continu, intégré à GitHub.

    Sommaire Petit bout d'histoire et de contexte

    Dans ses version 1.x, c'est-à-dire de 1.0 à 1.6, MongooseIM était un serveur discret et autonome. Puis, avec sa version 2.0, MongooseIM a pivoté vers une plateforme homogène et cohérente. Généralement une plateforme permet de construire quelque chose par dessus, et plus précisément la plateforme MongooseIM permet de construire des applications de chat (ou messagerie instantanée) en utilisant ses composants logiciels.

    Les composants logiciels sont basés sur des standards ouverts tels que XMPP et REST/OpenAPI/JSON. Cette plateforme convient au déploiement de serveurs XMPP fédérés standards prêt à l'emploi, aussi bien qu'aux entreprises (de la startup en amorçage ou solo-preneuriat, au grand groupe ou à la licorne) pour construire leur propre application de chat (ou application fournissant tout autre service, auquel on ajoute du chat). Le serveur MongooseIM permet de connecter plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs.

    Les composants livrés avec la plateforme MongooseIM 2.0 étaient (et sont toujours) :

    • amoc : A Murder of Crows, outil de test massivement parallèle en Erlang sous licence Apache 2.0
    • Escalus : client XMPP en Erlang sous licence Apache 2.0
    • XMPPFramework : bibliothèque XMPP en Objective-C pour iOS (tiers)
    • Jayme : bibliothèque REST en Swift pour iOS par Inaka
    • Smack : bibliothèque XMPP en Java pour Android par IgniteRealTime (tiers)
    • Retrofit : bibliothèque REST en Java pour Android par Square (tiers)
    • Mangosta iOS et Mangosta Android : clients iOS et Android, libres sous licence Apache 2.0, orientés "team chat" (comme Slack, HipChat, MatterMost, Rocket.Chat, Zulip, Let's Chat, Cisco Spark, Matrix/Riot, Ring, Gitter, Flock, Keybase, Microsoft Teams, Google Hangouts Chat, Unify Circuit, RingCentral Gip, Zang Spaces, Mitel MiTeam, Flowdock, etc.), et social (comme Movim et Salut à Toi).

    Portée par cette logique de plateforme, MongooseIM 2.0 avait aussi apporté une API REST (OpenAPI avec du JSON), à la fois pour les backends/serveurs à des fins de contrôle et d'échange de données dans l'infrastructure, et aussi pour le frontend/client/app pour simplifier et fluidifier le développement pour les non-aficionados de XMPP.

    La version 2.1 est le renforcement de cette posture de plateforme, améliorant l'existant et apportant encore de nouveaux composants logiciels à l'écosystème. Le futur de cette plateforme est suggéré à la fin cet article, dans la partie feuille de route, ouverte à votre influence.

    MongooseIM 2.1.0

    Cette version 2.1.0 est un grand pas en avant en terme de qualité. Le focus a été porté sur la cohérence du code et de la documentation.

    Voici un survol très rapide des changements majeurs :

    • Compatibilité Erlang/OTP 20
    • Recherche full text sur MAM (Message Archive Management)
    • XMPP pipelining
    • Distribution Erlang chiffrée par TLS (à l'intérieur d'un cluster)
    • Accumulateurs, méta-données sur les messages pour une inspection et une traçabilité plus fines
    • Authentification par JSON Web Token
    • Passage à rebar3
    • Configuration des pools pour SGBDR
    • Bien meilleure couverture de tests (69 % à ce jour)
    • Améliorations de MAM, MUC light, et nos API REST (OpenAPI+JSON) côté serveur et côté client
    • Énormément de travail de fonds sur la documentation

    Pour les plus voraces en détails :

    MongoosePush et MongooseICE

    MongoosePush est un tout nouveau serveur de « Notifications Push » pour appareils iOS et Android. Ces notifications passent par les serveurs tiers APNS (Apple Push Notification Service) et FCM (Firebase Cloud Messaging, anciennement GCM pour Google Cloud Messaging) pour atteindre l'appareil. Vous pouvez l'utiliser avec la XEP-0357: Push Notifications. Sinon, il est possible d'utiliser le module mod_aws_sns passant par Amazon AWS SNS (Simple Notification Service) ou le module mod_http_notification de notifications générique par HTTP.

    MongooseICE est un serveur STUN et TURN, donc il permet deux choses dans le cadre de communications binaires temps-réel pair-à-pair : de découvrir les adresses IP des appareils désirant entrer en communication, ou de relayer le flux binaire entre les deux appareils. Cela aide énormément à l'établissement des appels voix et vidéo et aussi du partage d'écran, par exemple. Ce type de serveur est généralement couplé avec MongooseIM qui route la partie « signalling » par Jingle.

    MongoosePush et MongooseICE sont tous les deux des serveurs autonomes et indépendant, pouvant fonctionner en dehors de la plateforme MongooseIM. Il sont tous les deux codés en Elixir, et sont tous les deux placés sous licence Apache 2.0.

    Le schéma de composants de la plateforme MongooseIM ressemble désormais à ceci :

    Tide

    Tide est une infrastructure que l'on a développé en interne à Erlang Solutions, en relation étroite avec l'équipe MongooseIM. Il nous sert pour les tests de charge en continu. Nous passons donc au stade public.

    Tide s'intègre au processus de développement sur git (GitHub). Chaque merge de pull request est testé et graphé. Cela nous permet de détecter toute régression en terme de performance. L'analyse n'est pas aisée et nécessite toujours de l'expertise humaine.

    Ce graphe montre un des progrès de MongooseIM sur l'année en cours. Il mesure le TTD (Time To Delivery) d'un cluster MongooseIM, c'est-à-dire la durée entre l'instant où le message est reçu de l'expéditeur et l'instant où le message est envoyé au destinataire. Il ne prend pas en compte le réseau entre l'utilisateur et le cluster MongooseIM.

    Pour l'instant Tide est réservé à un usage dédié à la plateforme MongooseIM, et nous pensons ouvrir cette infrastructure à nos clients, et éventuellement à d'autres usages.

    Mini-livre blanc sur la construction et la croissance d'applications de chat

    Ce mini-libre blanc, sous forme de PDF, « Boost your engine growth with chat and social value » (Augmentez la puissance de votre moteur de croissance avec de la valeur autour du chat et du social) est dédié aux décideurs des entreprises et administrations, type CTO ou DSI, CEO, fondateurs de startups… Il évolue autour des applications de chat, ou applications intégrant du chat.

    La problématique solutionnée par ce papier tourne autour des même doutes et risques que l'on retrouve dans ces types d'entreprises. Comment séduire une base d'utilisateurs autour de votre application en construction ? Que faire pour auto-entretenir cette communauté ? Comment créer une dynamique de viralité ?

    À travers des modélisations telles que les « Pirate Metrics » (AARRR) ou la loi de Metcalfe, je m'efforce de mettre en évidence les effets attendus des fonctionnalités majeures du chat. Cela permettra aux stratèges de reconnecter la réalité du chat au business qu'ils sont en train de bâtir.

    Feuille de route (« roadmap ») à court et moyen terme

    MongooseIM 2.1.1 sera une version d'optimisation et de maintenance. Elle sera probablement rendue publique avant la fin de l'année, en fonction des retours que l'on recevra. On peut déjà annoncer toujours plus de qualité, de performance et de documentation.

    Ensuite, les versions MongooseIM 3.x livreront la capacité de déployer MongooseIM à l'échelle planétaire, avec du géo-clustering. Cela permet aux utilisateurs d'une région de se connecter de manière transparente à un cluster local, afin de réduire la latence du réseau utilisateur, et de bénéficier d'un routage ultra-rapide entre régions.

    Appel de l'aventure

    Si vous avez le temps et le courage de jouer avec MongooseIM, MongoosePush, MongooseICE et Tide, nous serons heureux d'en discuter ouvertement avec vous. Devant la variété de nos composants logiciels, vous trouverez sans doute votre bonheur, si vous souhaitez hacker. La documentation est continuellement ouverte à toute suggestion, bien évidemment.

    Vous souhaitez contribuer, influencer ?

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Agenda du Libre pour la semaine 45 de l'année 2017

    Linux France - Samedi 4 Novembre

    Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 35 événements (0 en Belgique, 29 en France, 0 au Luxembourg, 4 au Québec, 1 en Suisse et 1 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire [FR Montpellier] Framapermanence - Le lundi 6 novembre 2017 de 18h00 à 21h00.

    Réunion du framagroupe local. Ces réunions ont pour objective de monter des projets en droite ligne des activités de Framasoft: Dégooglisons Internet, les Chatons, framalibre, framakey, framapack…

    Les thèmes qui seront abordés

    • discussion autour du projet CHATONS Montpellier, hébergement, nom…
    • nom de domaine bim.land
    • BIM Bienvenue sur l’Internet Montpelliérain (BIB, Iloth, Montpel’libre)
    • organiser des Framapermanences
    • des Framapéros
    • dégooglisons internet
    • discussions libres
    • échanges d’idées
    • faire des perspectives pour les actions futures
    • tout simplement, passer un moment convivial

    Ces dernières années ont vu se généraliser une concentration des acteurs d’Internet (Youtube appartient à Google, WhatsApp à Facebook, Skype à Microsoft, etc.). Cette centralisation est nuisible, non seulement parce qu’elle freine l’innovation, mais surtout parce qu’elle entraîne une perte de liberté pour les visiteurs. Les utilisateurs de ces derniers services ne contrôlent plus leur vie numérique leurs comportements sont disséqués en permanence afin de mieux être ciblés par la publicité, et leurs données, pourtant privées (sites visités, mails échangés, vidéos regardées, etc.) peuvent être analysées par des services gouvernementaux.

    La réponse que souhaite apporter Framasoft à cette problématique est simple mettre en valeur, pour chacun de ces services privateurs de liberté, une alternative Libre, Éthique, Décentralisée et Solidaire.

    Ainsi, nous vous invitons à venir participer aux Framapermanences qui auront lieu à la Maison des Adolescents de l’Hérault, le premier lundi de chaque mois, de 18h00 à 21h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription.

    [FR Grenoble] Atelier Open Street Map - Le lundi 6 novembre 2017 de 18h30 à 21h00.

    Le collectif OpenStreetMap Grenoble vous invite à son prochain atelier OSM Que vous soyez débutant ou confirmés, cette soirée est ouverte à tous

    Cette soirée sera dédiée à l'accueil des nouveaux contributeurs, ainsi qu'au partage d'expérience pour les anciens contributeurs.

    A partir de 18h30 à La Coop-Infolab. 31 rue Gustave Eiffel – 38000 Grenoble

    C’est quoi OSM

    OpenStreetMap (OSM) est un projet international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde.

    Nous collectons des données dans le monde entier sur les routes, voies ferrées, les rivières, les forêts, les bâtiments et bien plus encore

    Les données cartographiques collectées sont ré-utilisables sous licence libre ODbL (depuis le 12 septembre 2012).

    Pour plus d'information inscrivez-vous à la liste locale OSM de Grenoble

    [FR Marseille] Réunion OpenStreetMap PACA - Le lundi 6 novembre 2017 de 19h00 à 23h00.

    Réunion mensuelle des contributeur.ice.s d'OpenStreetMap de Marseille et d'une partie de la région PACA.

    Activités habituelles

    • Initiation à la contribution à OpenStreetMap.
    • Actualité dans l'écosystème OSM.
    • Préparation des prochaines cartoparties et participations à divers événements en lien avec la cartographie libre.
    • Et divers choses comme QGIS, Mapillary, Umap, applications mobiles OSM, etc.

    Thèmes particuliers possibles pour cette réunion

    • Utilisation de l'imagerie aérienne fournie par le CRIGE-PACA sur la zone de The Camp à Aix La Duranne
    • Retour des 2 cartoparties à Martigues

    Thèmes particuliers possibles pour cette réunion

    • Cartoparties potentielles à plannifier
      • Site de fouilles de la corderie
      • Jardin des vestiges
      • Jardin Puget
      • Font-Vert Cartopartie + utilisation uMap

    Page du Wiki d'OpenStreetMap sur les réunions de Marseille

    Pour celles et ceux qui compteraient participer à la réunion et qui viennent pour la première fois, nous avons pour habitude que chacun.e amène quelque chose à boire et/ou à grignoter.

    La réunion est ouverte à tou.te.s.

    Entrée Libre.

    [FR Montpellier] Points Libres - Le lundi 6 novembre 2017 de 19h00 à 21h00.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres, pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien.

    Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

    Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes

    • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
    • Préinscription aux prochains Cafés Numériques et Install-Party
    • Premières explorations du système
    • Installations et configurations complémentaires
    • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
    • Prise en main, découverte et approfondissement du système

    Les Points Libres ont lieu à la Maison des Adolescents de l’Hérault, le premier lundi de chaque mois, de 19h00 à 21h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible et auprès de la MDA34.

    Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie la Maison des Adolescents de l’Hérault et Montpel’libre.

    Notre bibliothèque de livres, documents, revues… GNU/Linux, systèmes et logiciels libres est disponible à la consultation dans la salle des partenaires, au premier étage.

    La Maison des Adolescents (MDA34) est un lieu ressource pour les jeunes de 11 à 21 ans et leur famille. L’accueil y est immédiat, sans rendez-vous aux heures d’ouverture. C’est gratuit et anonyme. Il est possible d’y rencontrer différents professionnels à l’écoute des adolescents (et de leurs parents s’ils les accompagnent): éducateurs, psychologues, assistantes sociale, infirmiers, médecins… Retour ligne automatique.
    Accueillir, écouter, accompagner, informer, orienter sont les missions de la MDA 34.

    [FR Lyon] Apéro Admin Sys - Le lundi 6 novembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Rencontre mensuelle devant une bière ou autres types de boisson des administratrices/administrateurs système, devops, ….

    Des sujets à aborder, n'hésitez pas à les soumettre

    Une présentation sur un sujet qui vous tient à cœur n'hésitez pas non plus.

    Aussi sur https://www.meetup.com/Auvergne-Rhone-Alpes-Apero-Admin-Sys/

    [FR Lyon] Vie Privée - Le lundi 6 novembre 2017 de 19h30 à 21h30.

    Présentation d'outils et conseils en sécurité informatique, pour protéger sa vie privée numérique sur ordinateur ou smartphone.

    Chaque lundi une soirée à thème en partenariat avec Café Vie Privée-Chiffrofête et la MJC de Montchat.

    Pour participer, il vous suffit de venir, avec ou sans ordinateur, des questions, de la curiosité et de la bonne humeur.

    L'occasion de découvrir et s'entraider sur différents outils informatiques libres, entre utilisateurs débutants et plus avertis.

    Tout public - Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

    De 19h30 à 21h30 dans l'espace EPN de la MJC de Montchat.

    [FR Montpellier] Rencontre du Groupe Blender - Le mardi 7 novembre 2017 de 17h00 à 19h00.

    Nous avons le plaisir de vous annoncer cette réunion du groupe Blender à Montpellier (le premier mardi du mois).

    Rencontrer un groupe d’utilisateurs du logiciel de modélisation 3D Blender pour échanger et actualiser ses connaissances sur ce logiciel à la fois très puissant et riche en potentialités. Attention, il ne s’agit pas d’ateliers d’initiation à Blender.

    Les thèmes que nous vous proposons d’aborder

    • les activités du Groupe Blender de Montpel’libre et Les Fées Spéciales
    • premiers pas dans l’univers 3d
    • prise en main des outils de base
    • inscriptions aux formations Blender
    • présentation de YafaRay, moteur de rendu d’images de synthèse libre utilisant la technique du lancer de rayons intégré à Blender
    • les nouveautés de la dernière version de Blender

    Faites passer l’info autour de vous.

    Les compte-rendus et contenus des réunions précédentes.

    Blender est un logiciel libre de modélisation, d’animation et de rendu en 3D. Cette réunion se veut pour partager du temps autour du projet, s’entre-aider, s’émuler, s’amuser, produire, ou tout simplement discuter. Cette réunion s’adresse à toutes les personnes débutantes, confirmées et même curieuses de l’image en 3D.

    Quelques liens utiles
    Magazine sur Blender Linux pratique hors-série n°37. Pour apprendre à créer une séquence d’introduction en 3D.

    Ces rencontres du groupe Blender ont lieu le premier mardi de chaque mois de 17h00 à 19h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie Montpellier Méditerranée Métropole, la Médiathèque Federico Fellini, Les Fées Spéciales et Montpel’libre.

    [FR Quimper] Permanence Linux Quimper - Le mardi 7 novembre 2017 de 17h00 à 18h00.

    Tous les mardis de 17h à 18h, Linux Quimper vous donne rendez-vous au Centre social des Abeilles, 4 rue Sergent Le Flao à Quimper (entrée libre et gratuite).

    Curieux, déjà utilisateur, expert, vous êtes les bienvenu-e-s pour un dépannage, une installation, un conseil, une aide, discuter, échanger, etc… sur Linux et les logiciels libres.

    N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation ou un dépannage de Linux ou avec votre périphérique récalcitrant (imprimante, scanner…).

    Pour les ordinateurs fixes, apportez uniquement votre Unité Centrale, nous avons écrans, claviers, souris.

    Pour une installation d'une distribution GNU/Linux de votre choix sur votre ordinateur, pensez à

    • Sauvegarder vos données personnelles
    • Libérer de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmenter Windows si vous voulez le conserver.

    Renseignements 07 68 59 17 32

    [QC Québec] Linux Meetup Québec - Le mardi 7 novembre 2017 de 18h00 à 20h45.

    Bonjour à tous!
    Vous êtes invités à participer au prochain Linux-Meetup de Québec qui aura lieu le mardi 7 novembre 2017 au Centre des loisirs St-Louis de France de 18h à 20:45h. Vous pouvez souper sur place avec nous et les discussions sur Let’s Encrypt commenceront vers 19h.
    Nous invitons tous les amateurs de logiciels libres (peu importe la plate-forme) à venir discuter. C’est vraiment une excellente occasion de socialiser et de faire connaissance avec d’autres qui partagent les mêmes intérêts.

    [QC Montréal] Mardi c'est Wiki à BAnQ - Le mardi 7 novembre 2017 de 18h15 à 21h00.

    Wikimédia Canada, BAnQ, la Fondation Lionel-Groulx et l'Acfas, collaborent pour offrir gratuitement aux usagers de la Grande Bibliothèque, à Montréal, des ateliers de formation portant sur le processus de contribution à l’édition francophone de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
    18 h 15 - Accueil
    18 h 30 - Formation à Wikipédia (débutants)

    [FR Grenoble] Atelier IoT – The Things Network - Le mardi 7 novembre 2017 de 18h30 à 21h00.

    The Things Network est le 1er réseau IoT ("Internet of Things" ou "Internet des Objets") gratuit, ouvert et mondial.

    The Things Network est une communauté mondiale très active de 23826 utilisateurs et plus de 90 pays impliquées dans ce réseau mondial de données sur l'Internet des Objets.

    Vous voulez découvrir The Things Network et vous impliquer dans sa communauté d'utilisateurs

    The Things Network Grenoble vous invite mardi 7 novembre à partir de 18h30, à La Coop Infolab.

    Le réseau The Things Network Grenoble a été crée en août 2016.

    La communauté IoT est très forte mais dispersée, l'objectif est de rassembler et d'unir cette communauté d'utilisateurs.

    Toutes les personnes intéressées par le réseau IoT sont les bienvenus, la communauté est ouverte à tous

    Atelier gratuit sur inscription

    [QC Montréal] Linux-Meetup Montréal - Le mardi 7 novembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Local de la rencontre : à confirmer
    Programmation de la rencontre
    Ce mois-ci, le thème de la soirée sera …

    [FR Paris] Atelier Barcamp IA & Droit - Le mardi 7 novembre 2017 de 18h30 à 20h30.

    Bonjour à tous,

    Lors des 6 derniers mois, magistrats, avocats et juristes de l'association Open Law, dont la démarche est résolument orientée sur la production de ressources ouvertes, ont travaillé d'arrache-pied pour créer un jeu de données de Natural Language Processing (NLP) en langue française.

    Dans ce jeu, chaque paragraphe de plusieurs centaines de décisions de justice récentes a été typé à la main (parmi plus de 30 catégories) grâce au logiciel open source Brat. L'objet de ce jeu de données, qui a vocation à être publié sous licence ODbL, est de permettre d'apprendre à reconnaitre la structure d'une décision de justice.

    Le dataset pourra être exploité grâce des algorithmes opensource. Quant aux développements logiciels, le parser original étant en Scala-Xml, ils feront appel à des compétences en R, Python ou Scala.

    Le 7 novembre prochain au Square, un événement est organisé pour faire se rencontrer juristes et développeurs afin de déterminer des cas d'usage concrets pour ce jeux de données.

    Affichage du plan des décisions, recherche ciblée dans la jurisprudence, extraction d’informations précises, outils de justice prédictive…

    Quels usages et quels services peuvent être créés grâce à ce dataset Telle est la problématique qui sera mise à l'honneur à l'occasion de ce prochain rendez-vous, au cours duquel nous définirons ensemble les défis qui seront portés le 7 décembre prochain lors du hackathon IA & Droit organisé dans le cadre du Paris Open Source Summit.

    Nous espérons vous retrouver nombreux pour contribuer en participant à cette aventure

    Inscription obligatoire et gratuite https://huit.re/wyFQrPn5

    mardi 7 novembre 2017
    18:30
    Le Square
    3 passage Saint-Pierre Amelot 75011, Paris

    [FR Paris] Une introduction à git et au versionning - Le mardi 7 novembre 2017 de 19h00 à 21h00.

    Ce soir, votre belle-mère vient diner chez vous et pour l’épater vous avez décider de sublimer votre recette fétiche.

    Petit problème, finalement la mayonnaise ne va pas bien avec l’ananas Que faire Dans la vrai vie, vous pouvez jeter votre gâteau.

    Si seulement vous aviez utilisé git… 

    Bien sûr, les solutions pour revenir en arrière sont nombreuses, mais le Ctrl+Z ne vous aidera pas si votre ordi a planté, SVN ne vous sauvera pas si son serveur est inaccessible et les .zip par version vous exposent à un gros risque de colère de vos collègues.

    Alors pourquoi git va-t-il devenir votre nouveau super-héros Simplement

    • Git marche en local (pas besoin d’un serveur distant) : vous avez toutes vos versions directement sur votre machine
    • Git vous permet de gérer plusieurs versions (ou branches) en même temps
    • Git est décentralisé (chaque utilisateur à une version complète de dépôt)

    À propos de git

    Git est un logiciel de gestion de versions décentralisé.

    C’est un logiciel libre créé par Linus Torvalds, auteur du noyau Linux, et distribué selon les termes de la licence publique générale GNU version 2.

    En 2016, il s’agit du logiciel de gestion de versions le plus populaire qui est utilisé par plus de douze millions de personnes. (source Wikipedia)

    Successeur de CVS, Mercurial et SVN dans la gestion de code source il est maintenant incontournable dans le développement sur des technologies récentes.

    Son utilisation a explosé avec la création du site GitHub qui offre à tous les projets open-sources un serveur git gratuitement.

    Le caractère libre et décentralisé de git a permit l’essor d’outils libre (comme Silex) et c’est pour ça que nous avons décidé de lui rendre hommage aujourd’hui

    Pré-requis

    Si vous venez avec votre ordinateur vous pouvez dores et déjà installer la dernière version de git (V2.14.2). Un peu de connaissance du terminal sera un plus.

    Aucune connaissance de programmation n’est nécessaire

    Au programme

    Après avoir rapidement expliqué le principe de git, nous mettrons en application ses principales fonctionnalités

    • Revenir en arrière
    • Mettre de côté des bouts
    • Faire des branches
    • Fusionner des branches

    Encore une fois, nous ne ferons qu’utiliser git avec des fichiers textes, il n’y aura aucun développement

    [FR Paris] Tuppervim #58 - Le mardi 7 novembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Le tuppervim est un évènement mensuel organisé dans les locaux de Mozilla.

    Il a lieu un mardi du mois (généralement le premier).

    Le texte suivant a été honteusement copié du site http://tuppervim.org

    Qui

    On y parle de Vim avec des gens intéressés par le partage des connaissances sur Vim ou d’autres outils dans le même esprit ligne de commande, ergonomie…

    • Les Vimistes avancés et autres gourous de la ligne de commande sont bien évidemment les rock-stars de ces soirées
    • Les utilisateurs d’Emacs, Geany, SublimeText, Atom… sont bienvenus en tant que Mécréants ou pour profiter des sessions Défonceuse (V. plus bas).
    • Les néophytes curieux peuvent venir découvrir Vim, ses possibilités et nos bonnes pratiques / tuyaux pour progresser. Attention bien faire le vimtutor au préalable, pour profiter au mieux de l’atelier.

    Il y a des Mozilliens, contributeurs et employés, mais pas seulement. Que vous soyez un noob ou un nerd, nous vous garantissons un accueil amical et respectueux de votre intégrité physique seuls les canards ne peuvent bénéficier de cette garantie contractuelle.

    Pourquoi

    • Partager des astuces sur Vim ou des outils du même acabit (enlarge your productivity) ;
    • passer un bon moment entre nerds, l’apéro faisant partie intégrante du concept.

    Comment

    L’idée est de rester informel et spontané, le but étant (idéalement) que chacun reparte avec deux ou trois astuces qu’il pourra mettre en œuvre dans le mois qui suit. Il faut savoir se limiter partager 50 astuces dans la même soirée, c’est la garantie que personne n’en retiendra aucune. Voilà quelques thèmes récurrents…

    la config
        Petit tour de table où chacun présente une à trois lignes de son ~/.vimrc.

    le 6 trous
        Une session de VimGolf permet de démarrer la soirée sur des astuces relativement basiques — genre 3 min par trou, 6 trous max. Le meilleur vimgolfeur présente sa solution sur l’écran.

    le greffon
        Un volontaire chaque mois pour présenter un greffon Vim, aider à son installation par les plus crétins d’entre nous et montrer à quoi ça lui sert dans son workflow courant.

    la défonceuse
        Le truc qui défonce de l’ours par pack de six. L’astuce qui roxxe dans le terminal, dans bash ou zsh. L’outil en ligne de commande qui arrache le stérilet de sa tante (ranger, mutt, dwm…). L’application qui enlarge la productivity comme jamais. Au choix.

    le mécréant
        À chaque session on peut accueillir un utilisateur d’un autre éditeur, pour qu’il nous présente une ou deux (pas dix) fonctionnalités qui défoncent dans son éditeur. De là

    • si la fonctionnalité est naze, on se moque vigoureusement et si on arrive à convaincre le mécréant de la supériorité de Vim, on boit des canons (plein) ;
    • si la fonctionnalité est classe, on cherche à avoir la même dans Vim (config et/ou greffon) ; si on n’y parvient pas, on brûle le mécréant.

    Cool je viens

    Pour des modalités d'organisation nous vous conseillons de vous inscrire sur le pad suivant https://public.etherpad-mozilla.org/p/TupperVim-1706

    Vous pouvez également vous inscrire à la mailing list http://mozfr.org/mailman/listinfo/tuppervim dont les archives sont disponibles ici

    Le site officiel tuppervim.org

    Et encore rejoindre le canal irc #tupperVim sur irc.mozilla.org

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 8 novembre 2017 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [FR Marseille] Libday - Conférences Logiciel Libre - Le jeudi 9 novembre 2017 de 09h00 à 18h00.

    Le LibDay est une journée de conférences autour du Libre pour les professionnels et les établissements publics.

    L'opus 2017 du Libday (http://libday.fr) rejoint le DevOps D-DAY le 9 Novembre 2017 à l'Orange Vélodrome.

    7 conférences seront proposées pour un public varié (DSI/Dev(Ops)/Admin sys)

    Les vidéos du Libday 2016 sont visibles sur http://marseille.libday.fr/media2016/

    Les inscriptions sont déjà ouvertes donnant accès au Libday et au DevOps D-DAY
    Inscriptions https://www.eventbrite.fr/e/billets-devops-d-day-3eme-edition-et-libday-31879935746

    L'appel à conférenciers est en cours et le programme sera annoncé en début d'été #savethedate

    [FR Martigues] Découvrir les Logiciels Libres - Le jeudi 9 novembre 2017 de 16h30 à 18h30.

    L'association ULLM (les Utilisateurs de Logiciels Libres du Pays Martégal) en collaboration avec EPN Martigues vous présente le programme de ses ateliers.

    Le jeudi de 1{::}6{::}h{::}3{::}0 à 1{::}8{::}h30

    Découverte des Logiciels Libres.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Grenoble] BarCamp Grenoble CivicLab - Le jeudi 9 novembre 2017 de 18h00 à 21h00.

    Porteurs de projets Grenoble CivicLab

    Vous avez besoin d’avancer sur des options techniques, de vous organiser, d’un coup de main d’expert dans un domaine pointu, de mieux cerner les usages possibles autour de votre dispositif

    Cet atelier co-construction en format BarCamp est l’occasion de soumettre une problématique et de bénéficier des bonnes volontés et des ressources du réseau CivicLab.

    Le principe: présenter une question, une problématique aux participants afin de réfléchir ensemble à une solution pour faire avancer le projet.

    Usagers, citoyens, étudiants, développeurs, designers…

    Venez découvrir l’avancée des projets Grenoble CivicLab, faire bénéficier les porteurs de projet de vos savoirs et savoir-faire, ou partager vos avis et idées pour résoudre leur problématique.

    Rendez-vous jeudi 9 novembre de18h à 21h à La Coop

     

    Grenoble CivicLab

    Grenoble CivicLab, c’est un challenge où tout le monde peut participer pour inventer les services numériques de la ville de demain.

    Grenoble CivicLab est ouvert à tous.

    Du simple usager à la start-up, de l’étudiant au développeur, du curieux à l’expert, toutes les énergies sont les bienvenues

    Des ateliers d’appui technique accompagneront les groupes projets jusqu’à fin février 2018, date de dépôt des prototypes.  

    [FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 9 novembre 2017 de 18h30 à 20h30.

    Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

    Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second mardis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

     Ses rencontres sont ouvertes à tous.

    [QC Montreal] Rencontres du Libre - Le jeudi 9 novembre 2017 de 18h30 à 21h30.

    La prochaine Rencontre du Libre du CLA se tiendra le jeudi 9 novembre 2017, de 18:30 à 21:30 heures à la salle Saint-Urbain du 3e étage de la Maison Notman, située au 51 rue Sherbrooke Ouest à Montréal.
    Assemblée extraordinaire des membres du Club Linux Atomic (CLA)
    La premier segment de cette rencontre débutera par la tenue d’une assemblée extraordinaire des membres ayant comme thème l’intégration du Club Linux Atomic à FACIL. Consultez l’information pertinente de cette assemblée. Les membres ont reçu l’avis de convocation par courriel.

    [FR Lyon] Voyager dans le temps avec Darktable - Le jeudi 9 novembre 2017 de 19h00 à 21h00.

    Atelier gratuit de 19h00 à 21h00
    Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com

    L'EPN des Rancy (située au 249 rue vendôme, lyon 3) vous propose la découverte et expérimentation des logiciels libres d’infographie, retouche d’images, et création d’animation 2D/3D et audiovisuelle avec les étudiant(e)s de la Licence Colibre.

    Chaque séance sera l’occasion de découvrir une technique de création visuelle utilisant un logiciel libre pratique et adapté

    Ce jeudi 9 novembre, Venez découvrir et prendre en main le logiciel lors des jeudis du graphisme

    Darktable est un logiciel de traitement de photo.

    Au cours de cette séance vous transporterez des photos d’aujourd’hui vers la fin du XIXème siècle, vers les années 50 ou les années 70 grâce à des effets intégrer à ce logiciel qui fera le bonheur des photographes exigeants ou débutants.

    N'hésitez pas à venir nombreux.

    [FR Vergèze] Jeudis du libre - Le jeudi 9 novembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Bonjour à Toutes et Tous,

    Ceci est une date prévisionnelle, elle sera par la suite maintenue ou invalidée. Ceci afin de vous permettre de réserver vos soirées pour Gard-Linux.

    Cette page sera mise à jour en temps voulu.

    N'hésitez pas à aller sur notre site.

    Soirée ouverte à tous - Repas tiré du sac

    A Jeudi

    PS

    Première visite adhésion non-obligatoire.

    Votre adhésion est un soutien que nous apprécions. Merci d'y penser.

    Êtes-vous intéressé par UNE REUNION SUR NÎMES Vous pouvez mettre vos commentaires sur notre site ou nous contacter par courriel.

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 9 novembre 2017 de 19h30 à 22h30.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April, … y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    [FR Tain-l'Hermitage] Alchimie 12 - Du vendredi 10 novembre 2017 à 08h00 au dimanche 12 novembre 2017 à 16h00.

    Venez fêter notre 12ème édition de l'Alchimie

    L’association Triple A est heureuse de vous annoncer que l’Alchimie 12 se déroulera du vendredi 10 au dimanche 12 novembre 2017 à l'Espace Rochegude de Tain l'Hermitage (26). Cette douzième édition accueille tous les passionnés de technologie, du débutant à l’expert, chacun a sa place. Ces trois jours seront agrémentés de stands, de conférences ainsi que de concours à l’attention des plus créatifs. Cette année est aussi marquée par les 20 ans de l’association Triple A

    L’Alchimie 12 fait l’objet d’une demoparty favorisant la créativité dans le cadre de concours (graphismes 2D et 3D, musiques, animations 3D, programmation sur tous types de machines, court-métrages vidéo). Les archives des productions précédentes sont disponibles sur le site scene.org et les résultats de 2015 sont quant à eux disponibles sur le site de Triple A.

    Les portes sont ouvertes au public durant une demi-journée. Cela permet à chaque participant de faire découvrir sa passion, ses recherches, ses travaux. C'est une occasion unique de transmettre ses connaissances et de faire des rencontres.

    Les Logiciels Libres seront représentés notamment par le GULL de Drôme-Ardèche, G3L, le L0AD (Laboratoire Ouvert Ardèche-Drôme, un hackerspace) ainsi que des systèmes d'exploitation libres comme Haiku ou AROS.

    Si vous souhaitez participer à l’organisation, proposer une animation ou une conférence, ou aider à trouver des partenaires, vous pouvez prendre contact avec les organisateurs ou utiliser le forum.

    L’Alchimie 12, le salon de la récréation numérique à ne pas manquer en 2017:-)

    [FR Le Tholonet] Réunion mensuelle de l'Axul - Le vendredi 10 novembre 2017 de 20h00 à 23h55.

    Les membres de l'Axul (Association du Pays d'Aix des Utilisateurs de Linux et des Logiciels Libres) vous invitent à leur réunion mensuelle qui aura lieu le vendredi 10 novembre de 20h00 à 23h55 au 1er étage du centre culturel Georges Duby du Tholonet (859 avenue Paul Julien, à proximité de la place du marché) à Palette, premier village sur la D7n au Sud-Est d'Aix.

    Ordre du jour

    • 20h00 - 20h15 Accueil
    • 20h15 - 20h30 Présentation des participants et organisation de la soirée
    • 20h30 - 22h30 Atelier à préciser
    • 22h30 - 23h55 Discussion générale
      • Compte rendu du Samedi Libre du 4 novembre
      • Autres interventions de l'Axul…
      • Information sur les ateliers Arduino, Raspberry Pi…
      • Autres questions

    Événements ultérieurs

    • Samedi Libre du 2 décembre 2017

    La plupart des réunions donnent lieu à une présentation ou à une démonstration liée au Logiciel libre.

    Ces réunions libres et gratuites sont ouvertes à toutes et à tous, débutant(e)s ou expert(e)s GNU/Linux, membres ou non de l'Axul.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Nancy] Réunion - Le vendredi 10 novembre 2017 de 20h30 à 23h59.

    Le Mirabellug se réunira le vendredi 10 novembre à partir de 20h30, toujours ouvert au public qui voudrait mieux nous connaître.

    Installation d’un système d’exploitation Linux pour un particulier, son pc retrouvera une activité soutenue.

    Discussions sur le sujet de notre serveur qui sera mobile pour nos installe-parties, et d’autres projets en cours.

    Et toujours dans une ambiance conviviale, et nous ne manquerons pas de nous soutenir par menus grignotages.

    [FR Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 11 novembre 2017 de 09h00 à 12h00.

    Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres?

    Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec le plein de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.

    C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [TN El Ghazela Ariana] Drupalcamp Tunis 2017 - Du samedi 11 novembre 2017 à 09h00 au dimanche 12 novembre 2017 à 17h00.

    Drupalcamp est un événement à but non lucratif, l'édition de cette année est organisée par Entreprise Emerya en collaboration avec la communauté Drupal Tunisia et aura lieu le 11/12 Novembre 2017 au Technopole El Ghazala.

    Le but de l'événement est de regrouper des experts Drupal qui vont partager leur connaissances et expertise autour du CMS ainsi que les technologies en relation.

    Des conférences et des ateliers de formation gratuites en Drupal, Symfony et Angular sont prévues.

    Des stages de fin d'étude et plusieurs CDI français et tunisiens à pourvoir.

    [FR La Couronne] Permanence - accueil public - Le samedi 11 novembre 2017 de 10h00 à 13h00.

    Notre permanence d'accueil avec le sourire, le café et les gâteaux

    Lieu de rencontre et d'échange convivial pour discuter informatique et outils numériques.

    Cette association permet à chacun de découvrir également l'univers de Linux et par extension de tous les **logiciels* et matériels libres*.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Valbonne] Rencontre accès Libre - Le samedi 11 novembre 2017 de 10h00 à 12h00.

    Linux Azur propose une rencontre accès libre au Cyberkiosc de Valbonne.

    Venez découvrir et les logiciels libres.

    Venez nombreux.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [CH Pully] Intergen.Digital - Le samedi 11 novembre 2017 de 10h00 à 17h00.

    Entraide numérique de 7 à 107 ans, accès libre entre 10h et 17h, avec ses propres équipements, sinon, nous pourrons en prêter.

    Venir avec un peu à boire et à manger, et en famille, c'est plus sympa, seniors et juniors…

    cf http://pully.intergen.digital

    +infos mailto:pully@intergen.digital

    NB Il devrait aussi y avoir un INTERGEN.DIGITAL à Yverdon, au Y-Park, chez Innopark, le même jour, et nous connectons en webconf.

    Si envie de faire chez vous aussi http://new.intergen.digital

    Plan d'accés

    [FR Saint-Aunès] Permanence Emmabuntüs et Logiciels Libres - Le samedi 11 novembre 2017 de 11h00 à 18h00.

    Rendez-vous mensuel, le deuxième samedi.
    Pour les animateurs, réservez les repas et le covoiturage le jeudi au plus tard.Dans le cadre de notre partenariat avec la communauté Emmaüs, l’équipe de Montpel’libre vous donne rendez-vous chez Emmaüs pour une journée d’information et de sensibilisation à l’utilisation des Logiciels Libres. Nous vous présenterons Ubuntu et bien sûr l’une de ses dérivées Emmabuntüs. Assistance à la vente sur les aspects techniques

    • Vous désirez un ordinateur à votre service
    • Vous désirez un ordinateur qui va vite
    • Vous désirez un ordinateur qui ne communique aucune données à des inconnus
    • Vous désirez un ordinateur qui n’a pas besoin d’antivirus

    Il vous suffit pour cela de venir nous rencontrer à la boutique informatique.

    • Vous rencontrerez des personnes qui sont là pour vous parler de Logiciels Libres.
    • Vous rencontrerez un équipe de passionnés prête à répondre à vos questions et vos attentes.
    • Vous pourrez acheter un ordinateur déjà installé et configuré, prêt à être utilisé.
    • Vous pourrez acquérir un ordinateur reconditionné avec la distribution Emmabuntüs.

    Pour cela, il vous suffit de venir nous voir sur les stands informatiques. Les prix sont très attractifs. Toutes les sommes sont intégralement encaissées par la communauté Emmaüs. Nous vous apporterons notre expertise technique.

    Les permanences Emmabuntüs ont lieu à la Communauté Emmaüs de Saint-Aunès, le deuxième samedi de chaque mois, de 11h00 à 18h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie Emmaüs, Emmabuntüs et Montpel’libre.

    Une nouvelle présentation d’Emmabuntüs est disponible ainsi qu’un tutoriel pour la compléter en serveur de culture libre et la vidéo : Emmabuntüs, des ordinateurs pour tous.

    Communauté Emmaüs, La Vieille Cadoule, 34130 Saint-Aunès

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 11 novembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L

    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

    Comment fonctionne l'école

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [FR Montpellier] Wikipermanence - Le samedi 11 novembre 2017 de 18h00 à 22h00.

    Une Wikipermanence est une rencontre physique entre des Wikipédiens chevronnés et de nouveaux ou futurs wikipédiens qui souhaitent acquérir des connaissances et des conseils sur le fonctionnement de Wikipédia. Il ne s’agit pas d’une simple rencontre entre Wikipédiens la Wikipermanence organisée par le groupe local de Montpellier est là pour répondre aux questions, permettre des démonstrations, offrir une aide aux premiers pas et permettre un suivi.

    Pour cette soirée, chacun amène ce qu’il veut à manger et à boire pour un repas partagé.

    Cette rencontre nous permettra d’aborder les sujets suivants

    Si vous avez des propositions, n’hésitez pas à compléter la page dédiée sur Wikipédia.

    N’hésitez pas à venir c’est sans inscription, et vous l’aurez deviné, libre et gratuit

    Wikipédia est une encyclopédie libre rédigée collaborativement par des milliers d’internautes. Mais, saviez-vous que vous pouviez y participer En apportant des connaissances, en créant ou améliorant des articles, en prenant des photos, ou simplement en corrigeant des fautes, vous pouvez contribuer à ce grand projet d’encyclopédie collaborative.

    Alors, venez participer aux rendez-vous des Wikipermanences de Montpellier qui auront lieu à l’Atelier de Pigistes, le deuxième lundi de chaque mois, de 18h00 à 22h00

    • lundi 11 septembre 2017 de 18h00 à 22h00
    • lundi 9 octobre 2017 de 18h00 à 22h00
    • lundi 13 novembre 2017 de 18h00 à 22h00
    • lundi 11 décembre 2017 de 18h00 à 22h00
    • lundi 15 janvier 2018 de 18h00 à 22h00
    • lundi 12 février 2018 de 18h00 à 22h00
    • lundi 12 mars 2018 de 18h00 à 22h00
    • lundi 16 avril 2018 de 18h00 à 22h00
    • lundi 14 mai 2018 de 18h00 à 22h00
    • lundi 11 juin 2018 de 18h00 à 22h00
    • lundi 9 juillet 2018 de 18h00 à 22h00

    Lundi 11 septembre 2017 de 18h00 à 22h00
    Atelier des Pigistes au 171, rue Frimaire, 34000 Montpellier

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    La version 2.0 d'evQueue est disponible

    Linux France - Vendredi 3 Novembre

    Après plus de 2 ans d’évolutions, l’équipe de développement est fière de vous présenter la version 2.0 d’evQueue, l’ordonnanceur de tâches événementiel open source (GPL 3).

    evQueue est un ordonnanceur de tâches événementiel léger. Il permet la planification de tâches (remplacement de cron), mais également la gestion d’enchainements complexes intégrant des boucles et des conditions. Le moteur permet d’utiliser la sortie d’une tâche pour instancier dynamiquement de nouvelles branches d’exécution.

    L’objectif est d’extraire le flux de contrôle du code afin de donner une meilleure visibilité aux administrateurs système et aux développeurs. De plus, ce mode de fonctionnement assure la réutilisabilité du code avec le développement de briques élémentaires. La parallélisation intégrée des tâches via un système de files permet l’accélération des traitements intensifs en CPU, mais également le contrôle des ressources.

    Le projet propose deux orientations :

    • Un planificateur de tâches, qui peut être utilisé de façon autonome ;
    • Une API réseau qui permet la manipulation du moteur à distance, et particulièrement depuis des pages Web. Ceci permet de rendre asynchrones les traitements intensifs ou longs : redimensionnement d’images, calculs, exports SQL, envoi vers des FTP… Un suivi asynchrone pourra alors être proposé en AJAX, ce qui améliore l’expérience utilisateur et supprime les limitations de temps d’exécution du serveur Web.

    La version 2.0 propose une interface de création de workflow en drag’n drop (glisser-déposer) complètement refondue ainsi que le support de la haute disponibilité. Il est ainsi possible d’utiliser evQueue en mode cluster (tous les noeuds étant actifs) afin de garantir une fiabilité accrue.

    Un support GIT a également été ajouté afin de faciliter la gestion d’environnements multiples (développement, production…).

    evQueue est développé et maintenu par l'équipe informatique de l'UFC-Que Choisir. Il est totalement intégré à notre SI depuis 2013. Environ 5000 traitements sont exécutés chaque jour.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    F-Droid 1.0 est sorti

    Linux France - Vendredi 3 Novembre

    Une nouvelle version de F-Droid est sortie (le 10 octobre 2017) : la version 1.0 ! L'équipe qui est derrière affirme penser que F-Droid est maintenant mûr pour tous les utilisateurs et utilisatrices (d'Android à priori, puisque les personnes qui l'utilisaient déjà avant la 1.0 le considéraient vraisemblablement comme assez mûr pour eux). Ce projet a déjà été abordé sur LinuxFr.org : au moment où il y a eu plus de 1000 applications, puis pour sa version 0.88 et ensuite pour sa version 0.100. F-Droid gérerait maintenant plus de 60 langues, aurait plus de 100 contributeurs et contributrices, et le dépôt par défaut contiendrait plus de 2500 applications.

    Sommaire F-Droid, c'est quoi ?

    F-Droid est un gestionnaire de sources d'applications avec une interface graphique (comme APT + GNOME Logiciels dans « le monde Debian », du moins si on on ne prend pas en compte certains "détails"). Comme le nom peut le laisser penser, il est destiné à Android. Plus précisément, il fonctionne sur AOSP, donc aussi bien les versions d'Android avec les applications privatrices de Google (Services Google Play, Google Play Store, Google Now, etc) que les versions d'Android sans aucune de ces applications.

    C'est aisément compréhensible quand on connaît son but : proposer un système libre de marché(s) d'applications sur Android et donc sans dépendance privatrice (ce qui pour l’anecdote l'a amené à être utilisé à Cuba). Il le fait sur la « partie technique » (le serveur) mais aussi sur la partie visuelle (l'application), ainsi que sur la « partie données ».

    En effet, il propose une source d'applications, dans laquelle toutes les applications sont libres ou presque. Des exceptions peuvent être faites si le code est libre mais que des contenus ne sont pas libres, comme OsmAnd, ou qu'il y a au moins une dépendance non libre (comme certains paquets de contrib de la distribution Debian). D'une manière plus générale, des « anti-fonctionnalités » sont acceptées, mais elles sont indiquées.

    Cependant une ou plusieurs autres sources peuvent être ajoutées dans l'application graphique. De plus, il est bien entendu possible de créer la sienne, à travers un dépôt local (comme le permet l'application), ou sur un système non AOSP (comme le permet le paquet fdroidserver de Debian).

    Les valeurs du libre que porte cette application lui ont amené des soutiens. Par exemple, la FSFE (Free Software Foundation Europe) la recommande pour libérer son Android, et elle est pré-installée sur Replicant (une ROM Android entièrement libre) et CopperheadOS (une ROM Android pensée pour la sécurité mais intégrant des binaires non libres pour la gestion du matériel).

    Les nouveautés

    Il y a eu beaucoup de nouvelles choses et d'améliorations dans la version 1.0. La liste suivante n'est donc pas exhaustive.

    • L'interface graphique a changé et est plus dans l'air du temps.
      • Plutôt que de cliquer sur l'application pour voir sa fiche et ensuite pouvoir la télécharger et l'installer, il est maintenant possible de la télécharger et l'installer sans passer par sa fiche.
    • Toutes les méta-données textuelles sur les applications peuvent maintenant être traduites (nom de l'application, description, etc.).
    • Dans les méta-données des applications, il peut y avoir des images (comme des captures d'écran).
    • Les applications avec au moins une vulnérabilité connue sont indiquées comme telles. Cela se fait avec l'étiquette KnownVuln. Pour le moment, les 2 potentielles vulnérabilités sont la signature en MD5 et l'utilisation d'une version d'OpenSSL connue comme trouée.
    • Un dépôt F-Droid peut maintenant contenir n'importe quel type de fichier : applications, sons, vidéos, livres numériques, ZIP, etc.
    • Quand il y a un ou plusieurs systèmes de donation pour donner à celles et ceux qui font une application, cela est mis en avant dans l'écran sur les détails de l'application. Des systèmes de donation ont été introduits au fur et à mesure et d'autres seront probablement ajoutés dans le futur (cela pourrait par exemple être le cas de Duniter qui semble avoir une communauté motivée et pleine d'ambition).
      • Bitcoin et Flattr ont été gérés à partir de la version 0.50 du 20 août 2013.
      • Litecoin a été géré à partir de la version 0.54 du 5 novembre 2013.
      • dogecoin a été géré à partir de la version 0.58 du 11 janvier 2014.
    Captures d'écran F-Droid avec les droits root/SuperUser

    Comme sur tout système POSIX, il est possible d'avoir les droits root/SuperUser sur Android. Ils permettent de faire logiciellement tout et n'importe quoi, potentiellement pour le meilleur mais aussi pour le pire. Le risque de son mauvais usage est souvent la raison officielle pour justifier que les droits root/SuperUser ne sont pas accordés par défaut sur les systèmes Android pré-installés, mais ça c'est le cas « optimiste » puisqu'il n'y a parfois aucune façon officielle de les avoir. Pourtant ils sont indispensables pour un contrôle total de son système, donc in fine de son appareil, et ne pose pas de problème particulier sur GNU/Linux où (quasiment ?) toutes les distributions n'en privent pas par défaut les utilisateurs et utilisatrices (certes il y a beaucoup plus de personnes connaisseuses en informatique mais pas uniquement). En outre, on peut remarquer que cette position est méprisante vis-à-vis des clients et clientes : elles pré-supposent que les gens n'ont pas les connaissances pour utiliser "correctement" ces droits (ou choisir des personnes compétentes pour en faire "correctement" usage), voire qu'ils ne les auront jamais (et qu'ils sont donc incapables d'apprendre au moins sur ce sujet) quand il n'y aucune façon officielle de les avoir. On peut noter que, d'après la Free Software Foundation Europe, changer de système d'exploitation n'annulerait pas la garantie de l'appareil en Union Européenne grâce à la directive 1999/44/CE (or changer de système d'exploitation, parfois appelé ROM dans « le monde Android », peut permettre d'avoir les droits root/SuperUser).

    Pourquoi parler de tout cela ? Parce que ces droits peuvent être bien pratiques pour une application et lui donner un avantage compétitif. Sur Android, aucune application ne peut installer ou mettre à jour une autre application sans que ce soit explicitement validé par l'utilisateur ou l'utilisatrice, à moins d'avoir les droits root/SuperUser ou d'être une application système. C'est une bonne mesure de sécurité que ce soit comme cela par défaut, mais il devrait être possible d'accorder ce privilège avec n'importe quel système (pré-installé ou non), avec potentiellement une indication sur les dangers que cela représente avant la potentielle confirmation.

    Il est possible que vous ne voyez toujours pas là où il y a potentiel avantage compétitif si c'est pour tout le monde pareil. Mais ce n'est pas pour tout le monde pareil, puisque certaines applications sont pré-installées, parfois avec au moins un privilège système, comme c'est par exemple le cas du Google Play Store quand il est pré-installé. En effet, une installation standard de F-Droid doit demander au système pour installer ou mettre à jour une application, ce qui amène le système à demander confirmation à l'utilisateur ou l'utilisatrice. Il n'y a pas cela avec le Google Play Store, qui peut afficher sa propre fenêtre voire aucune et n'a pas besoin de l'approbation par l'utilisateur ou l'utilisatrice via une fenêtre système. Les personnes (physiques mais bien plus souvent morales) qui pré-installent les systèmes Android peuvent donc faire une distorsion de concurrence (ce qui est problématique, mais il faudrait aussi se pencher sur des cas plus graves comme Apple iOS et les ordinateurs artificiellement réduits à des consoles de jeux vidéos s'il y avait une envie de condamnation par une institution judiciaire).

    Pour que F-Droid puisse aussi profiter de cet avantage compétitif et donc pouvoir être au niveau du Google Play Store (les mises à jour automatiques sont bien pratiques), une extension a été faite (elle se nomme F-Droid Privileged Extension). Pour l'installer, il faut les droits root/SuperUser ou pouvoir la flasher (comme n'importe quel ZIP de mise à jour Over-The-Air). Pour les concepteurs et conceptrices de ROM, il est possible de l'intégrer à la ROM (l'extension sera donc pré-installée) et il y a des instructions pour aider à cela.

    Créer votre propre dépôt

    f-droid.org est juste un dépôt parmi des centaines d'autres créés par des personnes physiques ou morales à travers le globe. N'importe qui peut donc créer son dépôt pour partager les fichiers qu'il désire (que ce soit des applications ou autre chose), sans dépendance à F-Droid.org.

    Les outils de fdroidserver (qui est packagé par Debian) permettent de faire un dépôt F-Droid, ce qui n'est pas nouveau. Cela nécessite de savoir utiliser un terminal textuel, éditer manuellement des fichiers de "méta-données" (pour modifier les détails des paquets), copier les captures d'écran dans le bon dossier, etc. Maintenant avec Repomaker, il y a une interface web simple pour créer des dépôts, donc moins de connaissances particulières sont nécessaires. Mais les utilisateurs et utilisatrices de la ligne de commande n'ont pas été oublié·e·s : la gestion de beaucoup d'APK (le format pour application d'Android) avec fdroidserver a été améliorée, en se basant sur les retours de Izzysoft et Metro Tech & Solutions.

    Il y a aussi de nouvelles options pour publier des dépôts. Un serveur web standard et Amazon S3 (pour les personnes prêtes à sacrifier la décentralisation d'Internet et la vie privée au profit du confort) sont pris en charge depuis longtemps. Maintenant, vous pouvez publier vos dépôts sur GitLab (dont la version communautaire est libre) et sur GitHub (qui n'est pas libre et pose d'autres problèmes).

    Contribuez à F-Droid

    Il y a plusieurs manières de contribuer, telles que :

    Si vous cherchez un bon endroit pour commencer, vous pouvez voir les tâches étiquetées comme réalisables par un nouveau ou une nouvelle.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Mr.Boom version Linux

    Linux France - Vendredi 3 Novembre

    Mr.Boom est un jeu MS-DOS, clone de Bomberman, codé en pur assembleur à la fin des années 90.
    Il vient d'être converti en C.

    Le jeu est identique à la version DOS à part l'ajout de l'IA… Il est disponible en version SDL2 et RetroArch (pour toutes les plateformes qu'il supporte : Android, Linux, Apple macOS, Nintendo GameCube, Nintendo Wii, Raspberry Pi, Sony Playstation 3, Sony Playstation Portable, Microsoft Windows, Microsoft Xbox, Microsoft Xbox 360…).

    Il s'agit d'un clone de Bomberman. La version DOS était uniquement multi-joueurs ("trouvez-vous des amis!", dit la documentation), mais la version Linux fournit des bots. Il est possible de jouer en réseau jusqu'à 8 joueurs, avec un mode par équipes (2 ou 4 équipes).

    Fait intéressant, le code original en assembleur a été converti à l'aide d'un outil appelé asm2c. Il a été développé pour l'occasion et est écrit en Swift. Cela a évité une réécriture manuelle de tout le code source.

    Compilation libretro make clean make Version SDL2 Debian apt-get install libsdl2-dev libmodplug-dev libsdl2-mixer-dev libminizip-dev make clean make mrboom LIBSDL2=1 make install Apple macOS brew install SDL2 minizip zlib SDL2_mixer --with-libmodplug make clean make mrboom LIBSDL2=1 make install Microsoft Windows pacman -S mingw-w64-x86_64-toolchain pacman -S mingw-w64-x86_64-SDL2main pacman -S mingw-w64-x86_64-SDL2_mixer pacman -S mingw-w64-x86_64-SDL2 pacman -S mingw-w64-x86_64-libmodplug make clean make mrboom LIBSDL2=1 MINGW=mingw64 Paquets déjà faits

    Pour plus d'informations, vous pouvez consulter sa page sur repology.org.

    Configuration pour Raspberry Pi

    Pour avoir une vitesse correcte sur Raspberry Pi, assurez vous d'être en mode 60Hz VGA dans /boot/config.txt :

    hdmi_group=1 hdmi_mode=4 Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Atelier Barcamp IA & Droit le 7 novembre 2017 à Paris

    Linux France - Jeudi 2 Novembre

    Lors des 6 derniers mois, magistrats, avocats et juristes de l'association Open Law, dont la démarche est résolument orientée sur la production de ressources ouvertes, ont travaillé d'arrache-pied pour créer un jeu de données de Natural Language Processing (NLP) en langue française.

    Le 7 novembre prochain au Square, un événement est organisé pour faire se rencontrer juristes et développeurs afin de déterminer des cas d'usage concrets pour ce jeux de données. Affichage du plan des décisions, recherche ciblée dans la jurisprudence, extraction d’informations précises, outils de justice prédictive… Quels usages et quels services peuvent être créés grâce à ce dataset ? Telle est la problématique qui sera mise à l'honneur à l'occasion de ce prochain rendez-vous, au cours duquel nous définirons ensemble les défis qui seront portés le 7 décembre prochain lors du hackathon IA & Droit organisé dans le cadre du Paris Open Source Summit.

    Date et lieu :

    Dans ce jeu de données, chaque paragraphe, de plusieurs centaines de décisions de justice récentes, a été typé à la main (parmi plus de 30 catégories) grâce au logiciel open source Brat. L'objet de ce jeu de données, qui a vocation à être publié sous licence ODbL, est de permettre d'apprendre à reconnaitre la structure d'une décision de justice.

    Le dataset pourra être exploité grâce des algorithmes opensource. Quant aux développements logiciels, le parser original étant en Scala-Xml, il fera appel à des compétences en R, Python ou Scala.

    Nous espérons vous retrouver nombreux pour contribuer en participant à cette aventure !

    Inscription obligatoire et gratuite : https://huit.re/wyFQrPn5

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Movim 0.12 – Lovejoy

    Linux France - Jeudi 2 Novembre

    Movim est un client web pour le protocole XMPP (anciennement nommé Jabber). Il est écrit en PHP (pour la partie serveur) et JavaScript (pour la partie client). Il dispose des fonctions de discussions 1-à-1, en salons, et des fonctions orientées réseau social. Il permet aussi la visioconférence en version bêta.

    La nouvelle version 0.12 de Movim, Lovejoy, apporte un grand nombre de nouvelles fonctionnalités. Au sein de cet article nous passerons en revue les plus importantes.

    Sommaire Une nouvelle façon de parcourir votre liste de contacts et vos Communautés

    La page Contacts de Movim a été entièrement repensée. Elle donne maintenant un accès direct aux publications de vos amis et aux informations générales. Le panneau latéral permet aussi de découvrir plus de nouvelles publications et personnes.

    La page Communauté, introduite dans la version 0.11, a été réorganisée et vous permet maintenant de voir ce qui se passe sur votre #pod d'un regard.

    Publiez d'un simple clic

    Vous voulez envoyer rapidement une photo à vos amis ? Partagez vos émotions et réflexions ? Le nouveau widget Publication Rapide vous le permet simplement.

    Si vous voulez toujours écrire une publication plus sophistiquée avec formatage, vous pouvez utiliser le bouton "+" pour accéder à l'éditeur complet.

    Également, Movim sauvegarde automatiquement le brouillon de vos publications, afin que vous puissiez y revenir plus tard.

    Organiser et explorer les publications

    Étiqueter les articles dans Movim a été grandement simplifié. En ajoutant simplement des #hastags vous pouvez ranger vos publications par catégories. Vous pouvez aussi désormais explorer les articles publiés publiquement possédant des étiquettes similaires.

    Contenu inapproprié au travail (NSFW)

    Pour protéger les jeunes enfants explorant le réseau nous avons ajouté un filtre automatique des contenus pour adulte (activé par défaut). Quand vous publiez des contenus inappropriés ou pouvant heurter leur sensibilité vous pouvez les étiqueter en tant que tel en ajoutant l'étiquette NSFW.

    Si vous souhaitez néanmoins obtenir l'accès à ces contenus, vous pouvez les autoriser dans la configuration.

    Nouveau look pour les publications

    Lovejoy est également livré avec un nouveau design pour les articles. Avec une meilleure intégration des liens partagés et la possibilité de "liker" les articles en les parcourant.

    Le nouveau design simplifie également l'exploration et la navigation sur les appareils mobiles.

    Movim ❤️ votre mobile

    L'interface de Movim a été revue pour les appareils mobiles.

    Un nouveau menu permet de basculer rapidement entre les quatre principales sections du client. Vous pouvez toujours accéder au menu complet en glissant votre doigt depuis la gauche de votre écran.

    Chat et salons, nouvelles fonctionnalités et nouveau design

    Nous avons énormément travaillé sur les fonctionnalités liées aux salons de discussions. Ils possèdent désormais la même apparence que les discussions 1-à-1. Vous pouvez intégrer des images dans les discussions en les téléversant ou en envoyant un lien direct vers celles-ci. Finalement vous pouvez facilement auto-compléter les pseudos à l'aide de la touche Tab lors de la rédaction d'un message dans un salon de discussion.

    Depuis Lovejoy, vous pouvez démarrer une discussion privée avec un membre d'un salon d'un seul clic et inviter vos contacts à rejoindre celui-ci en leur envoyant un message d'invitation ou un lien.

    Grâce à la nouvelle fonction de participation automatique, vous pouvez demander à Movim de rejoindre automatiquement vos salons favoris quand vous vous connectez.

    Marqueurs dans le chat

    Movim implémente maintenant le récent standard XMPP Chat Markers qui vous permet de savoir si un contact a lu vos messages. Cette fonction est également implémentée dans des clients tels que Conversations et Dino.

    Stickers!

    Et voici Miho, la nouvelle mascotte du projet Movim.

    À chaque version majeure, le projet finance la création d'un jeu de stickers, qui sont intégrés à Movim et permettent de soutenir la création artistique Libre et les artistes.

    Le jeu de stickers Miho a été créé par Hey-Xander et est maintenant disponible dans Movim.

    Historique

    Avec la prise en charge du standard XMPP Gestion de l’archivage des messages vous pouvez à présent resynchroniser l'historique en vous reconnectant à Movim, pour vos discussions privées mais aussi dans les salons. Ne perdez plus jamais un message entre vos appareils !

    …mais aussi

    Sous le capôt, nous continuons à corriger de nombreux soucis, optimiser et refactoriser le code source de Movim et conserver le cœur propre et sûr. Ceci est rendu possible par un retour continu de notre communauté, via notre salon officiel et notre page GitHub

    À mesure que notre communauté est de plus en plus impliquée, de nouveaux pods ont été lancés en Suède, au Japon, en Allemagne et en Russie. Merci à tous les mainteneurs !

    Migration de notre serveur XMPP officiel vers ejabberd

    L'une des plus grosses tâches de ces derniers mois a été de migrer notre serveur officiel depuis le serveur obsolète Metronome vers ejabberd. Cette migration contient plus de 11,000 comptes, des milliers d'articles, messages et relations.

    Merci à l'équipe de ProcessOne et en particulier à Christophe Romain, Evgeny Khramtsov et Holger Weiß, nous avons largement amélioré le script de migration des données d'un serveur à l'autre et plusieurs fonctions utilisées par Movim après la migration.

    ejabberd est maintenant officiellement recommandé par l'équipe Movim. Pour que Movim fonctionne parfaitement avec votre serveur, veuillez vous référer à notre page wiki de configuration ejabberd.

    Nous sommes proches des 300 utilisateurs connectés simultanément sur nos pods officiels :)

    Aidez-nous !

    Depuis neuf ans maintenant, l'équipe Movim et la communauté ont travaillé gratuitement pour développer la plateforme et les projets afférents. Nous hébergeons les pods officiels pour permettre à nos utilisateurs de bénéficier de Movim au quotidien.

    Pour continuer à maintenir et étendre nos infrastructures, nous avons besoin d'aide. Vous pouvez contribuer via un don ponctuel sur notre compte Paypal ou notre Patreon officiel.

    Vous pouvez aussi contribuer en rapportant votre expérience avec Movim, traduisant le projet, ou en nous aidant à déboguer et améliorer la plateforme :)

    Vous pouvez trouver toutes les informations sur notre site officiel.

    That’s all folks!

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Revue de presse de l'April pour la semaine 43 de l'année 2017

    Linux France - Mardi 31 Octobre

    La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [Developpez.com] La Fondation Linux présente la Community Data License Agreement

    Par Stéphane le calme, le dimanche 29 octobre 2017. Extrait:

    La fondation Linux a présenté la Community Data License Agreement, un nouveau framework pour le partage de grands ensembles de données nécessaires à la recherche, à l'apprentissage collaboratif et à d'autres fins. Dans un billet, la fondation s’est exprimée en ces termes

    Lien vers l'article original: https://www.developpez.com/actu/169274/La-Fondation-Linux-presente-la-Community-Data-License-Agreement-un-nouveau-framework-pour-le-partage-de-grands-ensembles-de-donnees

    [Alternatives-economiques] L’atelier paysan: agriculteurs, inventeurs et… collaborateurs

    Par Alexiane Lerouge, le vendredi 27 octobre 2017. Extrait:

    L'atelier paysan met à disposition des agriculteurs des formations et des plans pour construire eux-mêmes leurs machines et leurs bâtiments. De quoi les rendre plus autonomes.

    Lien vers l'article original: https://www.alternatives-economiques.fr/latelier-paysan-agriculteurs-inventeurs-collaborateurs/00081219

    [Les Echos] L’idylle entre la finance et l’open source

    Par Emmanuel Brochard, le mercredi 25 octobre 2017. Extrait:

    L’idylle entre l’industrie financière et la technologie open source s’étend aujourd’hui bien au-delà de la gratuité initiale des licences open source. Elle est guidée par la volonté de s’affranchir des centaines de systèmes disparates qui exécutent les milliers d’applications de l’entreprise.

    Lien vers l'article original: https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-175250-lidylle-entre-la-finance-et-lopen-source-2125079.php

    [LeMagIT] La ville de Megève partage ses fichiers avec un outil open source français

    Par Philippe Ducellier, le mardi 24 octobre 2017. Extrait:

    Pydio, l’EFSS à déployer sur site, est utilisé depuis deux ans par la DSI de la station. Le contrôle des droits d’accès, l’ergonomie et la maitrise totale des documents ont emporté la décision face aux Dropbox-like américains en mode SaaS et aux alternatives sur site.

    Lien vers l'article original: http://www.lemagit.fr/etude/La-ville-de-Megeve-partage-ses-fichiers-avec-un-outil-open-source-francais

    [Le Point] Jean-Baptiste Kempf: VLC, la success-story d'un entrepreneur français

    Par Marylou Magal, le lundi 23 octobre 2017. Extrait:

    Créateur de VLC, l'ingénieur distribue le logiciel gratuitement, grâce aux fonds de son entreprise personnelle, et présente ses nouveaux projets.

    Lien vers l'article original: http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/jean-baptiste-kempf-vlc-la-success-story-d-un-entrepreneur-francais-23-10-2017-2166586_47.php

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Enquête: "Impact du Logiciel Libre et Open Source en France 2017-2020"

    Linux France - Lundi 30 Octobre

    Le CNLL, le pôle de compétitivité Systematic Paris Region et le Syntec Numérique réalisent en ce moment (et comme à peu près chaque année il faut bien le dire) une grande enquête nationale sur le secteur du logiciel Libre et Open Source en France et ses perspectives.

    Nous mobilisons pour cela toutes les organisations qui utilisent d'une façon ou d'une autre (dans leur système d'information, dans leurs produits…) du logiciel libre / open source, ainsi que les prestataires de services et fournisseurs de solutions libres / open source.

    Objectifs de l'étude

    Nous cherchons à quantifier :

    • le marché et les chiffres clés dans la filière (CA, Emploi, Segments de marché en croissance) ;
    • les attentes et besoins des entreprises et utilisateurs ;
    • l’impact du logiciel Libre et Open Source dans la dynamique d’innovation.

    Les résultats et principaux enseignements seront présentés lors du « Paris Open Source Summit » et communiqués aux médias, le 6 décembre prochain.

    Qui sommes nous ? 

    PAC, la 1ère société d’analyse de marché "IT" en Europe et les Universités de Lyon et de Valenciennes sont missionnés par Syntec Numérique, le CNLL (Union des entreprises du logiciel Libre et Open Source) et le pôle de compétitivité Systematic, pour conduire cette enquête.  
    Nous vous remercions de prendre un peu de temps pour remplir ce questionnaire. Nous vous garantissons l'anonymat de vos réponses.

    [NdM] : les champs « vos coordonnées et celles de votre employeur » sont obligatoires.

    Méthodologie de l'étude

    Cette enquête est réalisée à la fois auprès des entreprises et organisations utilisatrices et des offreurs de solutions et de services en Logiciel Libre et Open Source, avec des questions différenciées selon que vous faite partie de l'un ou l'autre de ces types d'organisations. 

    Le questionnaire se découpe en deux grandes parties :
    - une première partie sur la cartographie (chiffres clés et attentes),
    - une deuxième partie sur la dynamique d’innovation.

    NB: Dans cette étude, nous parlerons indifféremment du logiciel Libre et Open Source, cela peut être pour vous du logiciel Libre, de l’Open Source ou les deux.

    Je répond maintenant!

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Agenda du Libre pour la semaine 44 de l’année 2017

    Linux France - Samedi 28 Octobre

    Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 31 événements (0 en Belgique, 26 en France, 0 au Luxembourg, 5 au Québec, 0 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire [FR Saint-Jean-de-Védas] Repair Café - Le lundi 30 octobre 2017 de 09h00 à 13h00.

    Nous vous proposons ce rendez-vous, où, bricoleurs, acteurs, bénévoles, associations, vous attendent pour vous aider à donner une deuxième vie à vos objets.

    Réparer ensemble, c’est l’idée des Repair Cafés dont l’entrée est ouverte à tous. Outils et matériel sont disponibles à l’endroit où est organisé le Repair Café, pour faire toutes les réparations possibles et imaginables. Vêtements, meubles, appareils électriques, bicyclettes, vaisselle, objets utiles, jouets, et autres. D’autre part sont présents dans le Repair Café des experts bénévoles, qui ont une connaissance et une compétence de la réparation dans toutes sortes de domaines.

    On y apporte des objets en mauvais état qu’on a chez soi. Et on se met à l’ouvrage avec les gens du métier. Il y a toujours quelque chose à apprendre au Repair Café. Ceux qui n’ont rien à réparer prennent un café ou un thé, ou aident à réparer un objet appartenant à un autre. On peut aussi toujours y trouver des idées à la table de lecture qui propose des ouvrages sur la réparation et le bricolage.

    Repair Café est un atelier consacré à la réparation d’objets et organisé à un niveau local, entre des personnes qui habitent ou fréquentent un même endroit, par exemple un quartier ou un village. Ces personnes se rencontrent périodiquement en un lieu déterminé, dans un café, une salle des fêtes ou un local associatif où des outils sont mis à leur disposition et où ils peuvent réparer un objet qu’ils ont apporté, aidés par des volontaires.

    Les objectifs de cette démarche alternative sont divers

    • réduire les déchets
    • préserver l’art de réparer des objets
    • renforcer la cohésion sociale entre les habitants des environs

    Seront présents

    • Autour.com : On se rend des services entre voisins, on partage des infos, on prête, on loue, on donne…
    • L’Accorderie : Est un système d’échange de services entre habitants d’un même quartier ou d’une même ville.
    • La Gerbe : Contribuer à la formation de citoyens éveillés, engagés et solidaires en offrant aux enfants et aux jeunes un espace privilégié d’expression et d’épanouissement Crèche, Centre de loisirs, Scoutisme, Ateliers, chacun peut y trouver un cadre pour son développement grâce au travail d’une équipe de professionnels et de bénévoles.
    • Les Compagnons Bâtisseurs : Prévoient d’amener des outils
    • Les Petits Débrouillards : est un réseau national de culture scientifique et technique, ils viendront avec pleins de conseils et une imprimante 3D.
    • Le Faubourg : Hébergera le Repear Café.
    • Montpel’libre : Sera là avec des pièces informatiques, pour essayer de reconditionner des ordinateurs, dépanner ceux qui ne fonctionnent plus, expliquer comment ça marche, faire comprendre le choix judicieux du logiciel libre, contourner l’obsolescence programmée grâce à GNU/Linux, comment réparer et entretenir son matériel sois-même, nous porterons un jerry.
    • TechLabLR : Accompagne les projets à composantes technologiques afin de les amener au pré-prototype, puis les guider vers les structures d’accompagnements.
    • Violons Dingues : Passionnés de la vie, des autres, de la culture, de l’art, du sport, de la mécanique, de la moto, de la photo, de la musique, des animaux, des insectes, des plantes, de l’environnement, enfin de tout ce qui circule (au propre comme au figuré) sur notre planète.
    • Zéro Waste Montpellier : La démarche "Zéro Waste" est une démarche positive pour aller vers une société zéro déchet et zéro gaspillage.

    • Maison des Associations, 18 bis, rue Fon de l’Hospital, Saint-Jean-de-Védas, Occitanie, France

    • Adresse web http://montpel-libre.fr

    • Tags
      montpel-libre, repair-cafe, atelier

    [FR Cesson-Sévigné] 2017#3 I am your BSD - Le lundi 30 octobre 2017 de 18h00 à 20h30.

    Le meetup BSD de la rentrée scolaire… presque 2 mois après les vacances d'été, nous organisons enfin une nouvelle rencontre

    Au programme, du FreeBSD et de l'OpenBSD, mais aussi les premiers enregistrement vidéos

    Alors oui, ils ne seront pas en direct-live mais pour toutes les personnes qui n'auraient pas eu la possibilité de venir, pourront revoir tout ça sur vimeo

    Il y aura aussi une petite note sur l'EuroBSDCon qui s'est déroulé à Paris cette année, et qui aura lieu en Roumanie l'année prochaine.

    Comme d'habitude, on vous attend

    Talks (ramenez de quoi écrire/troller)

    Les talks sont au format court, 30 minutes avec +/- 10 minutes de battement. Les spectateurs peuvent évidemment poser des questions pendant et après le talk.

    • Olivier va nous faire une présentation du projet BSD Router et nous parler un peu de NanoBSD, une fonctionnalité intéressante présente dans l'ecosystème de FreeBSD

    • Patrick nous fera un retour d'expérience sur le firewall Packet Filter, que ce soit sous FreeBSD ou OpenBSD. 

    • Pierre nous montrera pourquoi et comment il a monté son réseau en utilisant OpenBSD et des outils opensource.

    Speakers (qui sommes nous)

    administrateur système à l'université de Rennes 1 depuis 2010 et utilisateur de FreeBSD depuis 2002 (FreeBSD 4.7). Auteur du portage de glxsb(4) depuis OpenBSD vers FreeBSD 7.1

    • Pierre Emeriaud, cantonnier des autoroutes de l'information et utilisateur d'OpenBSD. Il fabrique de l'internet pour manger, et pour s'amuser, il continue.*
    *

    Communication (où vous pouvez nous entendre)

    • Pour l'organisation on se retrouve dans sur le chan #bsd-rennes chez freenode.net

    • Les news et l'actualité des meetups sont sur le compte Twitter et Mastodon

    • Les enregistrements des meetups/évènements sont sur le compte Vimeo

    • Les projets sont sur le compte Github

    • Le point d'entrée principal, c'est le site web (en cours de construction…)

    • Annonces LinuxFR https://linuxfr.org/tags/bsd/public

    • Agenda du Libre http://www.agendadulibre.org

    • Pour le reste, il reste le mail de contact contact [at] bsd-rennes [dot] fr

    Accessibilité (pour ceux qui veulent nous trouver)

    • En voiture Plusieurs parkings sont à votre dispositions

    • En bus 2 arrêts sont a proximité du lieu de rencontre, arrêt "Clos Courtel" (Lignes C4, 14, 32 et 40) et arrêt "Belle Fontaine" (Lignes 34, 64, 164). Pour plus d'informations, consulter le site du star (http://www.star.fr) ;

    • En vélo Un plan des pistes cyclables était disponible sur le site de rennes métropole (http://ow.ly/n3wz30fY6Dl et http://ow.ly/fUJU30fY6IA via archive.org).

    [QC Québec] Événement Libre au Gouvernement - Le lundi 30 octobre 2017 de 09h15 à 16h30.

    Dans le cadre du S2LQ, l'APELL organise à Québec une journée entière de conférences consacrée au Libre au Gouvernement
    Comment et pourquoi le gouvernement peut maximiser son utilisation des technologies par le libre, réduire ses dépenses et valoriser l'expertise de ses professionnels ?À travers des exemples de réalisations concrètes, nous verrons comment les logiciels libres contribuent à notre développement collectif tout en valorisant les compétences internes des organisations.Vous êtes curieux d'en savoir plus ? Inscrivez-vous à l'événement du lundi 30 octobre !

    [FR Montpellier] Initiation Scratch - Le mardi 31 octobre 2017 de 17h00 à 19h00.

    Blender (initiation)
    Découvrir Blender, logiciel libre de modélisation, d’animation et de rendu en 3D. Il possède de nombreuses fonctions avancées comme, entre autres, la gestion de montage vidéo et la création de jeux vidéo grâce à son moteur de jeu intégré.
    Blender est un logiciel libre et gratuit de modélisation, d’animation et de rendu en 3D, créé en 1995. Il est actuellement développé par la Fondation Blender.
    Il dispose de fonctions avancées de modélisation, de sculpture 3D, de dépliage UV, de texturage, de rigging, d’armaturage, d’animation 3D, et de rendu. Il gère aussi le montage vidéo non linéaire, la composition, la création nodale de matériaux, la création d’applications 3D interactives ou de jeux vidéo grâce à son moteur de jeu intégré (le Blender Game Engine), ainsi que diverses simulations physiques telles que les particules, les corps rigides, les corps souples et les fluides.

    Inkscape
    Dessiner avec Inkscape, logiciel libre, puissant et gratuit qui permet de créer des dessins vectoriels. Vous pourrez ainsi dessiner avec aisance directement en mode numérique et donner corps à vos créations avec des formes, la duplication, la transparence, les transformations ou encore les dégradés et l’ajout de texte.
    Inkscape est un logiciel libre de dessin vectoriel sous licence GNU GPL. Il gère des fichiers conformes avec les standards XML, SVG et CSS du W3C. Il s’agit d’un logiciel multiplateforme, disponible notamment sous Windows, Mac OS X (sous X11), GNU/Linux et FreeBSD.

    Présentation, utiliser GNU/Linux
    Découvrir un système d’exploitation basé sur Linux, libre et gratuit, et repartir avec une distribution Linux sur clé USB (à fournir 2 Go et formatée), facile à installer et à utiliser pas à pas.

    Scratch
    Découvrir une manière simple et ludique d’apprendre la programmation informatique en créant un jeu vidéo basique à l’aide du logiciel Scratch.
    Scratch est une implémentation visuelle et dynamique du langage de programmation Smalltalk fondée sur Squeak. Cette plateforme d’apprentissage de codage comporte de plus de 14,5 millions de projets partagés allant de l’animation à la simulation 3D. Le nombre d’utilisateurs enregistrés est de 12 millions et ne cesse d’augmenter.

    Mardi 03 octobre 2017 de 17h00 à 19h00 Groupe Blender
    Mercredi 04 octobre 2017 de 17h00 à 19h00 Initiation Inkscape
    Mercredi 25 octobre 2017 de 17h00 à 19h00 Créer un ordinateur sous GNU/Linux (avec la distribution Ubuntu Mate), avec Raspberry Pi
    Mercredi 31 octobre 2017 de 17h00 à 19h00 Initiation Scratch
    Salle Nino Rota, Médiathèque Federico Fellini place Paul Bec, 34000 Montpellier

    [FR Quimper] Permanence Linux Quimper - Le mardi 31 octobre 2017 de 17h00 à 18h00.

    Tous les mardis de 17h à 18h, Linux Quimper vous donne rendez-vous au Centre social des Abeilles, 4 rue Sergent Le Flao à Quimper (entrée libre et gratuite).

    Curieux, déjà utilisateur, expert, vous êtes les bienvenu-e-s pour un dépannage, une installation, un conseil, une aide, discuter, échanger, etc… sur Linux et les logiciels libres.

    N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation ou un dépannage de Linux ou avec votre périphérique récalcitrant (imprimante, scanner…).

    Pour les ordinateurs fixes, apportez uniquement votre Unité Centrale, nous avons écrans, claviers, souris.

    Pour une installation d'une distribution GNU/Linux de votre choix sur votre ordinateur, pensez à

    • Sauvegarder vos données personnelles
    • Libérer de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmenter Windows si vous voulez le conserver.

    Renseignements 07 68 59 17 32

    [FR Brignoles] Réunion Formations & Débats - Le mardi 31 octobre 2017 de 18h30 à 23h00.

    GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une soirée atelier / présentation qui aura lieu le mardi 31 octobre 2017, dès 18h30, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.

    À partir de 19h30, ateliers proposés par Jérôme Décamps

    • Information sur l’utilisation du site.
    • Linux comment récupérer son système.

    À partir de 20h30, ateliers proposés par Eric Rojas

    • Outils bureautique LibreOffice

    Cette soirée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.

    Un accès haut débit (Ethernet & Wifi) est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.

    [FR Lille] Permanence autour du libre - Le mardi 31 octobre 2017 de 20h30 à 23h00.

    Comme tous les derniers mardis de chaque mois, Chtinux vous propose sa permanence associative

    Nous vous attendons donc ce mardi 31 octobre à 20H30 au Café Citoyen (Lille).

    Cette manifestation conviviale est ouverte à tous. Vous pourrez y discuter joyeusement Logiciel Libre, de DIY, d'OpenData, chercher de l'aide technique ou proposer vos idées d'évènements… le tout autour de boissons bio-équitables, par exemple les bières « à façon, exclusivités du Café Citoyen

    Si vous venez avec votre ordinateur pour obtenir de l'aide, prévenez-nous en envoyant un courrier électronique à l'adresse bonjour CHEZ chtinux POINT org

    Accessible en métro (station République - Beaux Arts).
    Une connexion Internet est disponible sur place.

    Pour soutenir le Café Citoyen, nous vous demandons d'y acheter au minimum une consommation. Après avoir pris votre boisson au bar, vous pouvez nous rejoindre directement au 2ème étage.

    [QC Montréal] Rencontre Drupal Halloween Meetup - Octobre 2017 - Le mardi 31 octobre 2017 de 18h00 à 20h00.

    We're pleased to invite you to the October 2017 Drupal Montreal meetup, on Tuesday October 31, 6:00pm. It's hosted by Evolving Web, at their shiny new office in the Old Montreal.
    Nous avons le plaisir de vous inviter au prochain Meetup Drupal Montreal qui aura lieu Mardi le 31 Octobre. L'événement se tiendra en les nouveaux bureaux d'Evolving Web dans le Vieux Montréal.
    Agenda

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 1 novembre 2017 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [QC Montréal] Les Mercredis cartographie - Le mercredi 1 novembre 2017 de 18h30 à 21h30.

    OpenStreetMap Montréal revient à la Grande bibliothèque pour la seconde saison des Mercredis cartographie !
    Les cartes font partie de notre quotidien: elles nous servent à nous orienter, localiser des objets, des événements… mais pourquoi se contenter de les utiliser? Découvrez le projet mondial de cartographie OpenStreetMap, apprenez à améliorer la représentation des lieux que vous connaissez et ainsi construire les nouvelles cartes dont vous avez besoin.
    Au programme des Mercredis cartographie : - 18h30 : Accueil des participants, découverte d'OpenStreetMap pour les débutants. Si vous avez déjà assisté à notre présentation « OpenStreetMap, le monde entre nos mains », vous pouvez améliorer les données de Montréal pendant ce temps ! - 19h : Cycle de formation progressif pour s'initier à la contribution à OSM. Au programme cette semaine : dessinez votre maison… et celle de vos voisins ! - 19h30 : Contribution aux importations des données ouvertes de la Ville grâce au gestionnaire de tâches d'OSM Montréal. - 20h : Présentation de la cartothèque par les bibliothécaires de BAnQ, et/ou les dernières actualités de la communauté OpenStreetMap internationale résumées quelques minutes. Pour ne pas perdre le nord. - 20h30 : La communauté locale se retrouve pour travailler sur les projets en cours, et améliorer les données de Montréal dans OSM.

    [FR Quimperlé] Install-Party GNU/Linux - Le jeudi 2 novembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Libre à Quimperlé vous propose d'installer GNU/Linux sur votre ordinateur le samedi 28 septembre 2013 de 14h à 18h à la médiathèque de Quimperlé.

    Apportez votre ordinateur et repartez avec des, gratuits et fonctionnels pour votre utilisation quotidienne.

    Installation d'Ubuntu et conseils pour bien configurer son système.

    Durant tout l'après-midi, les curieux et les indécis sont invités à venir discuter avec la communauté des l*ogiciels libres. Les **Linuxiens* présents se feront un plaisir de répondre aux questions et d'aider les débutants dans leurs premiers pas.

    La fameuse équipe de Linux Quimper, groupe d’utilisateurs de Linux (GUL), viendra soutenir et animer cet événement.

    Tous les passionnés et utilisateurs sont les bienvenus pour aider lors de cette journée.

    Adresse 18 place St-Michel 29300 Quimperlé.

    Entrée Libre.

    [FR Poitiers] Jeudi du Libre - Le jeudi 2 novembre 2017 de 17h30 à 20h30.

    Chaque premier jeudi du mois, les membres de l’APP3L se réunissent au Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ).

    Ils vous invitent à les rejoindre, de 17h30 à 20h30, afin d’échanger et d’en apprendre plus à propos des logiciels libres.

    Si vous le désirez, vous pouvez venir avec votre ordinateur portable ou fixe (nous prêterons écrans, claviers et souris).

    Cette permanence est l’occasion pour chacun de

    • rencontrer d'autres utilisateurs
    • de discuter ou de s’informer
    • de trouver de l’aide (vous pouvez amener votre machine);
    • ou tout simplement de découvrir des alternatives aux logiciels et services privateurs.

    Vous pourrez aussi échanger et vous faire aider dans votre contribution aux communs numériques (Wikipédia, OpenStreetMap), la protection de votre vie privée et les services en ligne respectueux de votre intimité.

    Entrée Libre. Tout Public.

    Accès 64 rue Léon Gambetta 86000 Poitiers

    [FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 2 novembre 2017 de 18h30 à 20h30.

    Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

    Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second mardis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

     Ses rencontres sont ouvertes à tous.

    [FR Caen] Le First-jeudi de Calvix Échange dînatoire canneais - Le jeudi 2 novembre 2017 de 19h00 à 21h00.

    Tous les premiers jeudis du mois, les membres (et non-membres sont également les bienvenues) se rencontrent pour discuter de l'univers des logiciels libres, tout en mangeant (ou juste pour prendre un café). [N.B. le repas n'est pas offert].

    Dans un esprit totalement libre, les sujets vont et viennent en fonction de chacun.

    Venez nombreux.

    [FR Paris] Key signing Party - Le jeudi 2 novembre 2017 de 19h00 à 20h00.

    J'organise une Keysigning party dans les locaux de mozilla.

    Il y a 80 place pour des raisons de sécurité/ assurance je demande au participant de prendre un ticket (sur event brite voir liens pour tous les détails ) pour me rendre compte du nombre de personne qui seront présentes.

    Si vous vous demandez, ce qu’est une KSP, commençons par dire que c’est dans le domaine de la cryptographie, discipline qui s’attache à protéger les messages (en en assurant la confidentialité, l’authenticité et l’intégrité) en utilisant des… clefs.

    Des clefs de chiffrement – pas de cryptage – pour déchiffrer les messages (qui peuvent être décryptés sans en avoir la clef, par force brute par exemple). À part pour Canal+, évitez de parler de crypter un message avec une clef, un algorithme ou un logiciel.

    L’an dernier Ludovic a donné une interview à Markina Corpus dans laquelle il présente GPG, l’intérêt des signatures et du chiffrement. On peut y lire à propos du système de chiffrement asymétrique avec une clef publique et une clef privée qui est au cœur du format OpenGPG

    [FR Rennes] Rencontres Rennaises de la Monnaie Libre - Le jeudi 2 novembre 2017 de 19h00 à 23h00.

    Pour venir découvrir, échanger des biens et services, se certifier, nous organisons des Rencontres mensuelles tous les premiers mercredis de chaque mois

    L'objectif de ces rencontres est de permettre de développer le réseau d'échanger de la Ğ1 à Rennes. En tant que nous venus, vous serez accompagnés dans la découverte des portefeuilles Cesium, ou pour les utilisateurs avancés, Sakia.

    Nous vous expliquerons les tenants et aboutissants des certifications qui permettent de vérifier nos identités de manière décentralisées.

    C'est aussi le parfait endroit pour échanger quelques produits en Ğ1. N'hésitez pas à prévenir sur ĞChange des produits que vous souhaitez échanger, ou en utilisant la liste de diffusion !

    Vous pouvez dors et déjà réserver le premier Mercredi de chaque mois à 19h,. N'hésitez pas à nous prévenir de votre présence en envoyant un mail à l'adresse de contact

    Le bar des Milles Potes

    Attention, il y a déjà une petite exception pour le mois de Novembre. Le 1er Novembre étant férié, la rencontre se déroulera au 2 Novembre)

    [FR Rennes] Apéro du Libre - Le jeudi 2 novembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    L'association Actux vous donne rendez-vous pour un nouvel Apéro du Libre, jeudi 2 novembre 2017 à partir de 19h, au Papier Timbré, 39 rue de Dinan à Rennes (au croisement de la rue d'Échange).

    Les sont des rencontres conviviales autour d'un verre, pour discuter et échanger entre utilisateurs et curieux de logiciels et culture.

    Pour rappel, cet événement a lieu habituellement tous les premiers jeudi du mois, même heure, même endroit et est ouvert à tous !

    Entrée Libre.

    Plan d'accès http://actux.eu.org/Lieux/PapierTimbre

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 2 novembre 2017 de 19h30 à 22h30.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April, … y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    [QC Montréal] Comment choisir son infrastructure Web ? - Le jeudi 2 novembre 2017 de 17h30 à 19h00.

    Vous avez un projet ? Vous avez des questions sur le choix d'un serveur ou d'une architecture système ?
    Rejoignez-nous jeudi 2 novembre pour une nouvelle séance du Meetup Technologies Web et Logiciels libres !
    Nous verrons ensemble :

    [QC Coteau du Lac] Émission #142 de bloguelinux - Le jeudi 2 novembre 2017 de 20h30 à 21h30.

    bloguelinux.ca est un blogue québécois offrant la diffusion d'un podcast qui traite des logiciels libres, du système d'exploitation Linux et de la technologie en général ; il y a un processeur, il y a un système d'exploitation, c'est certain que ça nous intéresse!
    bloguelinux.ca est enregistré le jeudi à 20h30 toutes les deux semaines.
    Vous pouvez nous écouter en direct lors des enregistrements à l'adresse http://live.bloguelinux.ca ou directement sur notre site à http://www.bloguelinux.ca en cliquant sur la radio dans le panneau de gauche du site.

    Unbee est une association qui relie entre eux les utilisateurs du monde LIBRE sur Mérignac.

    En partenariat avec le Puzzle, tous les 1er vendredis de chaque mois, l'association UNBEE organise une moment d'échange et de discussion autour du logiciels libres UBUNTU, Libreoffice, GIMP, Inskscape…

    Les mérignacais se réunissent pour partager leurs connaissances techniques et philosophiques du numérique LIBRE autour d'une "auberge espagnole"…

    Il n'y a pas d'expert, tout le monde participe et enrichit le débat

    Annexe du Puzzle, cité des Pins à Mérignac 44.85498,-0.65684*POUR PLUS DE RENSEIGNEMENTS, OLIVIER, {::}AU CENTRE SOCIAL ET CULTUREL LE PUZZLE - TEL 05.56.12.17.80*

    A bientôt

    Equipe UNBEE.

    Plan d'accès

    [FR La Roche-sur-Yon] Workshop Docker - Le samedi 4 novembre 2017 de 08h30 à 17h00.

    K’ Rément Libre, en partenariat avec Code2Be, Ozérim et Hisyl, vous propose un Workshop sur Docker le samedi 04 Novembre 2017 à la Loco Numérique à la Roche-sur-Yon.

    Pour toutes infos et inscriptions allez visiter ce formulaire
    https://workshop-docker.krementlibre.org

    Le nombre de place est limité donc ne perdez pas de temps pour vous inscrire. Si nous avons trop de demande il sera possible de réorganiser une seconde session.

    Pour les membres de K’ Rément Libre, Code2Be et Ozérim un tarif réduit est proposé, par contre vous devez fournir l’adresse email correspondant à votre organisation ou association.

    Les bénéfices de cette journée seront entièrement reversés à l’association pour financer ses projets.

    Contactez nous en cas de problème.

    code2be http://code2.be
    Ozérim https://www.ozerim.com
    Hisyl https://www.hisyl.fr
    Loco Numérique http://loco-numerique.fr

    [FR Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 4 novembre 2017 de 09h00 à 12h00.

    Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres?

    Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec le plein de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.

    C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR La Couronne] Permanence - accueil public - Le samedi 4 novembre 2017 de 10h00 à 13h00.

    Notre permanence d'accueil avec le sourire, le café et les gâteaux

    Lieu de rencontre et d'échange convivial pour discuter informatique et outils numériques.

    Cette association permet à chacun de découvrir également l'univers de Linux et par extension de tous les **logiciels* et matériels libres*.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Aix-en-Provence] Samedi Libre Linux Presentation Day - Le samedi 4 novembre 2017 de 10h00 à 18h00.

    Ces Samedis Libres sont organisés par l'Axul en collaboration avec plusieurs associations de logiciels libres des Bouches-du-Rhône (et souvent du Var).

    Ils proposent des présentations générales et une aide technique pour le dépannage et la mise à jour d'ordinateurs avec des logiciels libres. Ils présentent aussi des démonstrations de matériels libres.

    Des informations sont disponibles sur la Culture Libre (OpenStreetMap, Wikipedia…).

    PROGRAMME Linux Presentation Day :

    10h00 - 12h30 Interventions urgentes et démonstrations

    12h30 - 13h30 Déjeuner en commun

    13h30 - 18h00 Présentations avec vidéo-projecteur (à préciser)

    PRÉSENTATIONS POSSIBLES

    Présentation de livres et de sites Internet consacrés au Libre

    Présentations liées aux nouveaux programmes scolaires sur le codage

    • Présentations de Pygame, Python, Scratch et Snap.
    • Présentations de modèles éducatifs libres écrits en HTML5 pour PC ou tablettes quel que soit le système d'exploitation exemple du site PhET.
    • Présentation du projet 1, 2, 3… codez: Enseigner l'informatique à l'école et au collège (Fondation La main à la pâte).
    • Présentations d'autres logiciels éducatifs et/ou scientifiques…

    Autres présentations

    • Comparaison des environnements Cinnamon, GNOME, KDE, LXDE, Xfce et Unity installés avec la même version d'Ubuntu.
    • Distribution Emmabuntüs pour la rénovation d'ordinateurs anciens.
    • Distribution AbulEdu pour les élèves de l'école primaire.
    • Distribution PrimTux pour les élèves de l'école primaire.
    • Distribution Ubuntu Touch sur un téléphone mobile.
    • Distributions Linux installées sur des clefs USB insérées dans des ordinateurs Linux, Windows 7 ou Windows 10.
    • Cohabitation Linux - Windows 10 le cas d'Ubuntu 64 bits.
    • Évolution du projet pédagogique OLPC (One Laptop per Child) : ordinateur XO-4, tablette OLPC partiellement libérée avec F-Droid et différentes machines avec la plate-forme pédagogique Sugarizer.
    • Présentation d'Inkscape, logiciel de dessin vectoriel professionnel pour Windows, Mac OS X et GNU/Linux
    • Présentation de logiciels scientifiques libres (SageMath…)

    NB Certaines démonstrations pédagogiques sont en libre service. Les autres démonstrations seront normalement possibles toute la journée elles seront lancées en fonction des souhaits des visiteurs et des disponibilités des spécialistes.

    Adresse Centre Social et Culturel des Amandiers, 8 allée des Amandiers, Jas-de-Bouffan (cliquer sur ce dernier lien pour avoir un plan détaillé).

    Ces samedis libres et gratuits sont ouverts à toutes et à tous, débutant(e)s ou expert(e)s GNU/Linux, membres ou non d'associations du Libre. Les locaux sont au rez-de chaussée et accessibles par tous.

    Entrée Libre..

    Prochain Samedi Libre

    [FR Wintzenheim] Réunion du Club Linux - Le samedi 4 novembre 2017 de 13h00 à 19h00.

    Comme tous les 3 samedis, le Club Linux de la MJC du Cheval Blanc se réunit et accueille toutes les personnes qui souhaitent découvrir ou approfondir Linux et les Logiciels Libres. Aucune compétence n'est demandée.  

    Pendant ces rencontres, informelles,

    nous accueillons celles et ceux qui cherchent une réponse ou souhaitent découvrir Linux et les Logiciels Libres,

    nous installons Linux sur des ordinateurs, la plupart des fois en "dual boot"(*), ce qui permet de conserver l’ancien système (par exemple Windows) et d’utiliser quand même Linux, en choisissant au démarrage,

    nous partageons nos recherches et nos découvertes, les nouveautés.

    Le Club Linux est également impliqué dans une démarche de libération des GAFAM (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) et de promotion de solutions libres comme, entre autres, Wikipedia, Openstreetmap, les Framatrucs (*), les Chatons (*) et beaucoup d’autres.

    (*) : mais on vous expliquera

    [FR Beauvais] Création d'un site web - Le samedi 4 novembre 2017 de 14h00 à 16h30.

    En collaboration avec la MAJI (Maison des Associations de la Jeunesse et des Initiatives), l'association Oisux propose des samedis du Libre à Beauvais au 28 rue de Gascogne. Formations gratuites.

    Création d'un site web: les solutions pour le nom de domaine, l'hébergement et le logiciel

    Inscription par le formulaire de l'association ou appelant la Maji au 03 44 79 40 62

    Venez nombreux.

    Entrée Libre. Tous Public.

    [FR Paris] Premier Samedi du Libre - Le samedi 4 novembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Chaque premier samedi de chaque mois, des bénévoles des associations du Libre vous accueillent au Carrefour Numérique² de la Cité des sciences et de l'industrie (CSI) lors de l'install party du Premier Samedi du Libre (PSL).

    Venez aider ou vous faire aider à installer et paramétrer des logiciels libres et toute distribution GNU/Linux avec les associations d'utilisateurs de FedoraMageiaUbuntu ou Debian, sur netbook, portable, ou tour, PC ou Mac, éventuellement à côté de votre système actuel. Idem si vous avez des difficultés avec GNU/Linux, un périphérique, ou un logiciel libre.

    Nous avons besoin de volontaires pour l'accueil et les installations. Il est utile, mais pas obligatoire, de vous inscrire comme parrainé, parrain, ou visiteur sur le site premier-samedi.org en décrivant votre matériel et vos attentes.

    • 12h00-13h45 déjeuner à la pizzeria Le Verona, 25 avenue Corentin Cariou
    • 14h00-18h00 salle Classe Numérique install party GNU/Linux, toutes distros
    • 14h00-18h00 salle Atelier atelier Blender3D du BUG (Blender3D Users Group)
    • 14h00-18h00 salle LivingLab wikipermanence de l'association Wikimedia
    • 14h00-18h00 salle Studio atelier Brique Internet/auto-hébergement
    • @Hypra_ solutions libres pour malvoyants et non voyants (si présent)
    • soirée dans un lieu à déterminer sur place, généralement dans un bar avenue Corentin Cariou

    Parrainé·e·s

    • pour une installation, venez de préférence dès le début (vers 14h30)
    • sauvegardez sur disque externe, clé usb ou DVD vos fichiers importants
    • supprimez les fichiers et logiciels superflus
    • faites un nettoyage de disque et une défragmentation (utilitaires Windows)
    • n'oubliez pas votre chargeur, vos câbles etc.
    • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
    • apportez un disque dur externe ou une clé usb ou un dvd
    • demandez l'autorisation de prendre des photos
    • n'oubliez pas que nous sommes des bénévoles, pas un S.A.V. ;-)

    Parrains et marraines

    • ISOs de nombreuses distros installables par serveur local Parinux et Raspberry-Pi 3
    • apportez une clé usb 3 ou un dvd, des ISOs, de vos distros favorites
    • demandez si l'installé-e a bien sauvegardé ses fichiers
    • demandez si l'installé-e a bien nettoyé, défragmenté, CHKDSKé
    • si possible, autonomisez l'installé-e, expliquez, laissez-lui le clavier
    • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
    • évitez de commencer une installation complète après 16h00
    • préférez une réinstallation propre à une longue mise à jour
    • terminez ce que vous avez commencé ou passez le relais
    • incitez l'installé-e à se rapprocher de l'association dédiée à sa distribution
    • si possible, installez et lancez l'utilitaire Bleachbit.

    Entrée libre et gratuite, pour tout public.

    Transports

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 4 novembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L

    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

    Comment fonctionne l'école

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [FR Nantes] Permanence Linux - Le samedi 4 novembre 2017 de 15h00 à 18h00.

    Une permanence de Linux Nantes aura lieu de 15 à 18 heure,

    dans l’aile du local associatif "B17".

    Au cours de ces permanences, nous proposons des conseils, des installations ou des réparations.

    Vous pouvez aussi venir pour une première prise d'informations et de contacts.

    Pour vous rendre au local B17

    http://www.linux-nantes.org/Comment-se-rendre-au-local.html

    Notre site

    http://www.linux-nantes.org/

    [FR Brignoles] Réunion Ateliers Libres - Le dimanche 5 novembre 2017 de 10h00 à 19h00.

    GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une journée atelier/présentation qui aura lieu le dimanche 5 Novembre 2017, dès 10h00, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.

    Atelier Libre à la demande.

    Cette journée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.

    Un accès haut débit (Ethernet & Wifi) est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Sortie de gfast-copy et de fast-copy sur www.open-source-projects.net

    Linux France - Samedi 28 Octobre

    Copier un unique (gros) fichier d'une source vers une destination donnée n'est pas une tâche pour laquelle les systèmes sont toujours optimisés.

    Selon la philosophie UNIX, un programme doit accomplir une unique tâche précise et l'accomplir du mieux possible. C'est ce qui a donné naissance à gfast-copy et à fast-copy. Ces programmes font une chose banale mais le font bien :

    J'ai développé ces deux programmes car je copie souvent de gros fichiers (vidéos, image *.iso, grosses archives, etc…) de "droite à gauche" et de "gauche à droite".

    Et je trouvais que les systèmes d'exploitation copiaient trop lentement, car faisant parallèlement autre chose.

    Alors j'ai décider de déléguer cette tâche à un binaire.

    Et j'ai lu dans les GNU/Manuals que'un programme qui dispose d'une interface graphique doit pouvoir accomplir la même tâche dans un (pseudo) terminal.

    Alors j'ai écrit deux petits programmes en langage C :

    • gfast-copy (Graphical Fast Copy)
    • fast-copy (Fast Copy).
    gfast-copy (Graphical Fast Copy).

    gfast-copy dispose d'une interface graphique simple:

    Aligner verticalement:
    Tout en haut se trouve une barre de menu.
    Puis vient :

    • Un bouton étiqueté "Source" avec une icône qui vous permet de choisir le fichier à copier.
      • A côté se trouve un bouton interrupteur affichant une simple icône permettant d'effacer le fichier source ou pas après la copie.
    • Un bouton étiqueté "Destination" avec une icône vous permettant de choisir le l'emplacement et le nom du fichier de sortie (Vous pouvez écraser un fichier).
    • A côté se trouve un bouton permettant de lancer la copie.
      • Et en bas une barre de progression affichant la progression rapide de la copie.
    fast-copy (Fast Copy).

    fast-copy est un outil en ligne de commande permettant de faire la même chose que gfast-copy mais depuis un terminal et du coup plus rapidement.

    Ce programme permet aussi:

    • D'écraser la destination.
    • D'effacer le fichier source après la copie.
    • D'utiliser les appels système au lieu des flux (comportement par défaut).
    $ fast-copy -h fast-copy - a fast chunk file copy program. Usage : fast-copy -r input-file -w output-file [-o] [-s] [-e] [-h] -r Read from file (required). -w Write to file (required). -o Overwrite destination file (optional). -e Erase source file (optional). -s Use syscalls instead of streams (optional only UNIX). -h Print this help message. - Copyright (©) 2017 Brüggemann Eddie <mrcyberfighter@gmail.com> GPLv3. $ Algorithme de copie.
    1. Le programme cherche d'abord la taille optimale de tampon.

    Soit en regardant si la constante BUFSIZ est definie et si elle est assez grande.
    Sinon la taille du tampon est mise à 8192 octets.
    Si le programme utilise les appels systèmes, il va regarder la taille optimale
    du tampon dans le système de fichier.

    1. Le programme définit un tampon de la taille optimale.
    2. Le programme va copier dans une boucle très rapide la source vers la destination affichant une barre de progression.
    3. Une fois la copie effectuée avec succès le programme va mettre à jour le système de fichier.
    4. Si vous le désirez le programme va supprimer le fichier source.
    Compatibilité et portages.

    Les programmes ne requièrent que >= Gtk+-3.14 (fast-copy et ne font qu'un petit usage de GLib et de Gio).

    Les programmes existent pour plusieurs systèmes d'exploitation:

    GNU/Linux:
    • Un paquetage *.deb
    • Un paquetage *.rpm
    • Un tarball basé sur les autotools.
    Windows
    • Un fichier *.exe auto-extractible ne comprenant que gfast-copy.
    • Le tarball permet de compiler avec MSYS2 et Cygwin (les dernières versions en date d'aujourd'hui).
    MacOSX (Sierra 10.12)
    • Le tarball permet de compiler les programmes et vous crée une icône dans le dossier /Applications.

    :note: Vous pourrez télécharger Gtk-3 grâce à brew et suivre les instructions d'installation.

    Notes de l'auteur.

    N'utilisez ces deux programmes que pour copier de gros fichiers. Pour les autres, votre système d'exploitation s'en occupe très bien.

    Si vous préférez la rapidité de votre système d'exploitation alors n'utilisez pas ces programmes.

    • Pourquoi ces programmes ne permettent pas de copier plusieurs fichiers a la fois (surtout fast-copy) ?

    Car il existe des outils pour cela et le récursivité des chemins de fichiers de destination n'est pas une chose facile.

    Car comme je l'ai dit, je les ai développés à des fins personnelles mais je désire les partager.

    Note: J'ai sûrement péché d'avoir mis une option pour chaque chemin de fichiers mais regardez la notice vous trouverez un exemple de `wrapper' de fast-copy très pratique.

    Performances

    Cela dépend de plusieurs facteurs. L'OS sur lequel est utilisé le programme, la charge de la machine, et bien sûr, la nature des sources/cibles de l'opération de copie :

    • disque dur interne vers un disque dur interne ;
    • disque dur interne vers un disque dur externe ;
    • disque dur externe vers un disque dur interne.
    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Proxmox VE 5.1 avec Ceph pour la production

    Linux France - Vendredi 27 Octobre

    Proxmox Server Solutions GmbH vient de publier la nouvelle version 5.1 de la plateforme open source de virtualisation Proxmox Virtual Environment. Proxmox VE 5.1 est basée sur Debian Stretch 9.2 avec un noyau Linux 4.13 et ZFS 0.7.2.

    La principale nouveauté est l'actualisation de Ceph, le système de stockage réseau distribué, vers sa version 12.2 « Luminous. » Les utilisateurs peuvent utiliser Ceph et Proxmox pour créer rapidement un stockage distribué et redondant. Le backend (Système de fichiers sous-jacent) par défaut pour les Ceph OSDs (Objects Storage Device : périphérique de stockage des objets) est BlueStore FS, qui est plus rapide (par rapport à zfs ou ext pour cette fonction portée par les OSD). BlueStore FS inclut la gestion des sommes de contrôles complète et la compression intégrée.

    Les paquets Ceph pour Proxmox VE sont maintenant directement fournis par l’équipe de développement de Proxmox, ce qui permettra des correctifs de bugs plus rapides.

    ZFS est actualisé à la version 0.7.2, qui optimise les statistiques et l’analyse du stockage. La fonction «zfs send/receive» a été actualisée et permet maintenant la "reprise". Cette nouvelle version ZFS apporte également une réduction de l'utilisation du CPU et amélioration des performances grâce au support du calcul des sommes de contrôle par accélération matérielle, lorsque disponible.

    Autres nouveautés de Proxmox VE 5.1 intégrées à l’interface graphique : le dialogue « create VM », et son contenu, sont améliorés et fusionnés pour faciliter la sélection. Dans la boîte de dialogue de gestion de haute disponibilité, les machines virtuelles peuvent désormais être sélectionnées via un menu déroulant au lieu d'entrer manuellement l'identifiant d'une machine virtuelle.

    La gestion du système a reçu des optimisations avec "shutdown" (services optimisés, corrections de bugs), et des Open Virtualization Format (OVF) peuvent maintenant être importés directement via la ligne de commande.

    Proxmox VE 5.1 est disponible via https://www.proxmox.com/downloads. Proxmox VE est un projet open source distribue sous licence GNU Affero GPL, v3. La Société Proxmox Server Solution propose en outre un support Entreprise a partir de 69,90 par CPU par an.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Actualités Sympa

    Linux France - Mercredi 25 Octobre

    Au début de l'année, nous annoncions le hackathon pour le 20ième^ anniversaire de Sympa (Système de Multi-Postage Automatique) sur ce site. Annonce qui avait posé question puisque Renater n'était alors pas associé à l’événement.

    Si l'association de Renater est tardive, elle a été importante : l'organisme a en effet proposé et pris en charge la présence de David Verdin (leader du projet de 2011 à 2016) lors de l’événement et a depuis aidé activement à transformer la gouvernance et le fonctionnement du projet vers son fonctionnement actuel (accès aux infrastructures et aux données relatives à la documentation, la traduction, l’hébergement du code source, …).

    Ainsi :

    • GitHub héberge maintenant le code et les issues (c'est experimental) ; l'ancien bug tracker a été fermé ;
    • Soji Ikeda (contributeur de longue date) est le nouveau release manager, on compte 8 releases (dont 3 nouvelles versions stables) depuis le hackathon ;
    • le site et la documentation sont en cours de refonte et utiliseront désormais les pages GitHub.

    Nous avons au passage créé les canaux IRC #sympa et #sympa-fr sur freenode.

    Cet été, c'est encore Renater qui finance le stage de Ludovic Muller (déjà contributeur) pour commencer l'implémentation de la maquette réalisée pendant le hackathon. Avec l'aide de Quentin, il expérimente l'utilisation de composants web dans l'interface actuelle.

    Ces mois de collaboration fructueuse avec Renater m'ont permis de découvrir une réelle volonté d'investissement dans le logiciel libre. C'est donc avec un immense plaisir que j'ai accepté la proposition qu'ils m'ont faite de les rejoindre. Je suis développeur sympa et chargé de la valorisation et de la dynamisation du patrimoine open source de leur communauté depuis le 1er octobre.

    Autre bonne nouvelle: David Verdin, est de retour à Renater depuis début septembre pour se consacrer à temps plein à sympa, sa communauté et sa promotion. Avec presque 2 ETP (équivalent temps plein), c'est la première fois depuis longtemps que le projet dispose de tels moyens permanents.

    Comme le monde est petit, Guillaume Rousse (contributeur de sympa, entre autres, lorsqu'il travaillait à l'Inria) a rejoint l'équipe sécurité de Renater.

    Nous serons présents lors du Open Source Summit de Paris et probablement sur d'autres événements comme le Fosdem et la prochaine Perl Conference.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Développement très rapide d'applications libres : Extended Man/XML Frames

    Linux France - Mardi 24 Octobre

    Peu sont ceux qui travaillent sur le gain de temps en création logicielle. Pourtant le libre tout comme le développement rapide permettent d’économiser le temps de travail, base de notre économie.

    Le langage de modélisation unifié UML avait été créé pour le développement rapide d’applications. Les composants y sont modélisés sous forme de vues, de diagrammes et de modèles d’élément. Mais UML n’est pas le seul outil dans ce domaine, UML vise plutôt l’analyse et la conception d’un système d’information tandis que BPMN (Business Process Model and Notation) vise la conception des processus métiers qui font intervenir et interagir des systèmes (c’est une norme ISO depuis 2013).

    Matthieu Giroux est le concepteur d’un framework BPMN nommé Extended Man/XML Frames et est à la recherche de contributeurs. Extended Man/XML Frames est un framework de Développement Très Rapide d’Application (DTRA), c’est un projet libre couvert par la licence GPL et disponible sous Windows et GNU/Linux (et possiblement Mac OS).

    Sommaire

    Note de la rédaction : Matthieu Giroux nous a proposé un journal puis une dépêche qui nous ont paru intéressants. Le journal (et la dépêche initialement soumise) se révélant difficile d’accès pour des personnes ne travaillant pas dans le domaine, plusieurs contributeurs se sont proposés pour retranscrire son témoignage. Cette dépêche reprend donc les éléments donnés par Matthieu dans son journal et dans sa dépêche initiale, en tentant de la rendre accessible à tous et a été complétée sur la base d’une interview de l’auteur par papap. N’hésitez pas vous aussi à participer à l’espace de rédaction collaboratif de LinuxFr.org ! ;-)

    Introduction

    Pour essayer de rassurer les développeurs qui pourraient craindre de perdre leur travail à cause du Développement Rapide ou Très Rapide d’Application, Matthieu Giroux est convaincu que lorsqu’on pourra créer rapidement des applications, les programmeurs pourront devenir chercheurs, pensée qu’il a développée dans son essai « Du geek au génie ». Contrairement à programmeur, chercheur sera un métier qu’un robot ne pourra enlever à l’homme.

    Quand Delphi régnait sur le RAD

    Delphi a été développé en 1995 par Borland comme un outil de développement rapide d’application (RAD) pour Windows.

    Extrait de Wikipédia :

    À la fin des années 1990, Microsoft débauche une grande partie de l’équipe initiale ayant conçu Delphi, dont Anders Hejlsberg (le créateur de Turbo Pascal). Anders Hejlsberg travaillera d’abord sur la bibliothèque de classes du langage Visual J++, puis sur le projet .NET et sera l’inventeur du C#. Le départ de nombreux membres coïncide avec une baisse générale de la qualité du produit ainsi qu’un manque d’investissement marketing de la part de Borland, menant à un déclin progressif de Delphi.

    Une première tentative de créer un clone libre de Delphi appelée Megido a eu lieu en 1998 mais tourna court, et Lazarus Free Pascal fût créé en février 1999 pour sauver ce qui restait de Delphi. Ce fut un rebond salutaire puisque Lazarus a été élu projet du mois sur Sourceforge en août 2017, ce qui témoigne à la fois de la durabilité du projet et de son succès.

    Avec son framework de développement très rapide d’application Extended Man/XML Frames, Matthieu Giroux se place en pionnier de l’automatisation de création logicielle. La démarche de réalisation de logiciel MDA (Architecture Dirigée par les Modèles) existait déjà mais Matthieu considérait que créer des logiciels en copié-collé n’avait pas de sens, c’est pourquoi son framework fut créé bien avant que ne se démocratise la pratique d’Ingénierie dirigée par les modèles.

    Matthieu Giroux nous rapporte qu’entre 2003 et 2006 tandis qu’il travaillait chez Microcelt, son framework développé au départ en Delphi, permettait de gagner trois fois plus de temps que ceux des autres entreprises. Cela avait alerté Cap Gemini qui côtoyait Microcelt sur un projet d’ERP (Progiciel de gestion intégré) pour l’entreprise Le Duff.

    Le framework Extended

    En 2008 Matthieu Giroux publie son projet Extended sur un site peu connu. Il s’intéresse alors à ce qui se fait sur le marché et découvre le projet Léonardi GPL, un framework de la société Lyria (rachetée en 2008 par W4). Matthieu porte donc son framework sur Léonardi et crée XML Frames et Man Frames. Pour ne pas se perdre dans tout ces noms, il convient de noter que Léonardi devient W4 Express en décembre 2013 et la société qui le développe, W4, est repris par Itesoft en 2015 pour 2 à 4M€.

    W4 Express était libre à l’époque (et est à l’origine de nombreux clones), mais a été privatisé par la suite (probablement avec la version 9 en 2011). Le framework de gestion de Matthieu devient alors Extended Man/XML Frames. XML Frames permet de créer un logiciel à partir des fichiers passifs (fichiers de description de ce que l’on veut) de W4 Express tandis que Man Frames permet de créer un logiciel très rapidement sans nécessiter ces fichiers. L’ambition d’alors de Matthieu est de créer une partie Web et d’automatiser XML Frames.

    L’interface Ext Pascal (qui connecte Pascal à JavaScript) permet de créer une application web avec des Composants et une adaptation rapide du projet de Matthieu était donc possible. Cependant la partie web ne fut jamais finalisée car le projet fut abandonné en 2015 quand le dernier informaticien (bénévole) du projet Ext Pascal a été débauché par la concurrence c’est à dire une entreprise travaillant sur Uni GUI (et qui payait).

    Une histoire de licences

    Début 2010, Matthieu obtient de Microcelt l’autorisation officielle de publier son travail sous forme libre à condition de redonner les sources à Microcelt. Il publie cette fois son code sur Google Code sous licence GPL pour que cela soit diffusé rapidement et pour imposer le repartage des sources. Mais cela freine les utilisations commerciales, d’où la décision de passer le code sous licence LGPL qui permet la réutilisation sans partage des sources. Les téléchargements augmentent alors.

    Pour essayer de valoriser son travail, Matthieu tente en 2014 la LGPL Sencha, qui oblige de payer pour avoir la licence permissive LGPL au lieu de la GPL. Mais personne ne paye. Matthieu revient alors à la GPL en septembre 2015. Alors qu’il recensait 200 téléchargement par jour, ce changement de licence provoque leur effondrement.

    Publication, conférence

    Constatant le manque de livre sur Lazarus, Matthieu en écrivit un, publié en 2009 et 2010 sous licences libres, livre dans lequel il traite de Lazarus et de son framework Extended Man/XML Frames.

    C’est aussi à cette époque, en mars 2010, qu’advient le Breizh Entropy Congress que nous avions annoncé dans nos colonnes. Matthieu Giroux y avait présenté le Développement Très Rapide d’Applications Libre lors d’une conférence intitulée « Lazarus et développement très rapide en gestion », dont Matthieu n’a malheureusement pas pu se procurer l’enregistrement.

    Lazarus : vers de nouveaux horizons

    En sortant de Microcelt, Matthieu avait découvert que CEGID développait également un framework Delphi, qui semblait moins bien réalisé que W4 Express selon Matthieu, mais qui était aussi plus ancien. CEGID passera de Delphi à Visual Studio .Net se limitant de fait aux plateformes Windows alors que Delphi permettait plus de portabilité et leur aurait permis d’être sur toutes les plates formes excepté GNU Linux (le rachat de CEGID par des fonds américains pourrait expliquer ces choix). De son côté Matthieu porte son framework sur Lazarus le rendant également disponible sur GNU/Linux.

    Matthieu prend conscience que dans le contexte de Gestion des Processus Métiers (BPM) son framework implémente la version BPMN+ de ce qui s’appelle le BPMN (modèle de procédé d’affaire et notation). Le BPMN est une spécification de modélisation qui vise l’analyse et la conception des processus métiers.

    Des routes et des ponts

    On trouve dans cette histoire des similitudes avec ce que décrit Nadia Eghbal dans son livre Roads and Bridges, traduit par Framasoft en 2016 sous le titre "Sur quoi reposent nos infrastructures numériques ?" : en effet, des entreprises font de gros chiffres d’affaires et leurs logiciels se basent sur des briques de logiciels libres qui sont suivis par peu de personnes (Lazarus) voir plus personne du tout comme Ext Pascal.

    Un autre point est ennuyeux, c’est que de nombreuses entreprises du secteur téléchargent, utilisent et développent à partir du développement que Matthieu a publié sous licence libre sans toutefois ni créditer Matthieu, ni publier ou partager leur propre développement sous licence libre, comme la GPL l’exige.

    En quête de contributeurs

    Matthieu est donc à la recherche de contributeurs pour son framework. Extended est un des plus anciens framework de ce type en Pascal, et ce serait désormais selon Matthieu le seul framework BPMN 2 partagé dans ce langage.

    Extended Man/XML Frames permet de créer des applications à partir de W4 Express, sur Windows, GNU Linux, voire Mac OS 32 bits. La partie XML Frames est toujours en développement et Matthieu peut être contacté via son compte Bitbucket.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Revue de presse de l’April pour la semaine 42 de l’année 2017

    Linux France - Mardi 24 Octobre

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [LeMagIT] Transformation : les grands comptes sont convertis à l’open source
    Par Yann Serra, le samedi 21 octobre 2017. Extrait :

    « Présents au Red Hat Forum à Paris, Orange, la Société Générale et autres Engie expliquent pourquoi l’Open Source leur permet d’innover plus facilement. »

    [Numerama] Bruxelles est contre les backdoors… mais invite les États à partager leur savoir‐faire en déchiffrement
    Par Julien Lausson, le jeudi 19 octobre 2017. Extrait :

    « La Commission européenne n’est pas favorable aux portes dérobées, qui affaibliraient gravement la sécurité sur Internet. Par contre, elle estime qu’il faut développer des capacités en matière de déchiffrement. »

    [ZDNet France] Microsoft/Défense: vers une commission d’enquête ?
    Par Louis Adam, le jeudi 19 octobre 2017. Extrait :

    « La sénatrice Joëlle Garriaud‐Maylam a déposé une proposition devant la commission des affaires étrangères et de la Défense du Sénat. Elle entend faire la lumière sur le contrat passé entre Microsoft et le ministère de la Défense. »

    Et aussi :

    Voir aussi :

    [L’Orient-Le Jour] Le droit de propriété intellectuelle au 21e siècle
    Par Joseph E. Stiglitz, Dean Baker et Arjun Jayadev, le jeudi 19 octobre 2017. Extrait :

    « En 1997, lorsque le gouvernement sud-africain a voulu amender sa législation de manière à pouvoir mettre des médicaments génériques à la disposition des malades du sida, l’industrie pharmaceutique mondiale a utilisé tout son arsenal juridique pour s’y opposer, ce qui a retardé la mise en œuvre de cette mesure et causé des dégâts considérables en termes de vies humaines. »

    [Libération] Judith Rochfeld : « La raréfaction des ressources naturelles a obligé à les envisager comme des biens communs »
    Par Amaelle Guiton, le mardi 17 octobre 2017. Extrait :

    « De la biodiversité, aux ressources numériques, comment définir les « communs » ? Plus de 200 contributeurs (économistes, historiens, sociologues) relèvent le défi dans un dictionnaire. Pour la juriste Judith Rochfeld, une des coordinatrices de l’ouvrage, la notion remet en question le principe de propriété privée. »

    [ZDNet France] L’open innovation, la DSI c’est son dada_
    Par Christophe Auffray, le lundi 16 octobre 2017. Extrait :

    « Pour innover grâce au numérique et le faire bien, mieux vaut se passer de la DSI et la cantonner à un rôle d’opérateur. En êtes‐vous certains ? Les DSI du Cigref estiment au contraire que la DSI a des atouts susceptibles d’aider tous les métiers de l’entreprise à innover de manière ouverte. Démonstration. »

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    LibraZiK : nouveautés des six derniers mois

    Linux France - Lundi 23 Octobre

    Salut Les ZiKos,

    Ça fait plusieurs mois que je n’ai pas donné de nouvelles concernant LibraZiK ici. Ceci dit, les malins et malignes qui voulaient suivre ont pu lire le blog de LibraZiK.
    Je vous propose ici une dépêche résumant les derniers épisodes. Alors, quoi de neuf ?

    N. D. M. : LibraZiK est un projet francophone de suite logicielle pour studio audio. Écoute, édition, enregistrement, mixage, masterisation… gestion audio et/ou MIDI, tous les logiciels nécessaires sont regroupés dans une distribution basée sur Debian.

    Sommaire

    Ces six derniers mois, il y a eu dans LibraZiK :

    • des nouvelles versions pour : DrumGizmo, dpf-plugins, ZynAddSubFX, FFADO, Qtractor ;
    • des nouveaux logiciels : carla, tremelo-lv2, harmonizer-lv2, kn0ck0ut-lv2, audio-dsp-midi-trigger ;
    • des nouvelles diverses.
    Nouvelles versions Drumgizmo

    Drumgizmo passe en version 0.9.14 avec :

    • ligne de commande :
      • reconnaissance du ~ lors de l’utilisation de DrumGizmo en ligne de commande,
      • amélioration de la gestion des tampons OSS,
      • ajout d’une option --no-resampling ;
    • moteur :
      • corrige le masquage des notes on/off,
      • bogue du streamer : s’il y a un loupé de cache sur l’un des fichiers audio (un canal) dans un échantillon, celui‐ci sera décalé en comparaison des autres,
      • bogue du streamer : lorsqu’un tampon sans données est ré‐alloué, nous avons besoin de nous assurer que l’ancien tampon n’est pas utilisé par l’un des identifiants de cache,
      • bogue du rééchantillonneur : corrige une corruption/plantage lors de l’activation/désactivation du rééchantillonneur pendant l’exécution,
      • introduction d’un signal « clear », s’affichant si l’on a une désynchronisation provoquée par le streaming‐disque,
      • corrige un plantage avec une taille de préchargement basse,
      • le statut initial des kits de batterie était « Erreur » lors du premier lancement du greffon ;
    • interface graphique :
      • l’utilisation de la molette de souris sur un onglet fait maintenant passer d’un onglet à l’autre,
      • refactorisation de TextEdit (utilisation de vecteur dans le prétraitement, etc.),
      • corrige un « bonus caché qui n’aurait pas dû l’être »,
      • corrige un chargement gourmand en processeur de l’interface de greffon lorsqu’affiché dans un hôte,
      • aide de Robin Gareus qui a grandement aidé à corriger un bogue,
      • ajout d’un bouton de court‐circuit pour le rééchantillonneur,
      • correction d’un redessinage lors d’un changement de bureau ;
    • général :
      • non corrigé : erreur d’installation lorsqu’il y a des espaces dans le chemin d’installation.

    Note : voir le journal de modification de la version 0.9.14 sur le site officiel (en anglais) pour davantage de détails.

    DPF-plugins

    Nouvelle version LibraZiK des dpf-plugins :

    • ajoute des versions autonomes compatibles JACK — vous pouvez donc les utiliser sans avoir recours à un hôte de greffon ;
    • ajout d’éléments dans le menu pour MVerb, ProM, glBars, Nekobi, et Kars.
    ZynAddSubFX

    Il ne s’agit pas d’une version officielle, mais d’une version de transit pour LibraZiK, intégrant pas mal de correctifs justifiant cette version intermédiaire de ZynAddSubFX.

    Voici la liste des modifications par rapport à la dernière version :

    • correction d’un plantage avec des noms de fichiers .scl et .kbm invalides ;
    • fait en sorte que le greffon réponde aux Program Changes MIDI ;
    • modifie l’ordre de recherche BankDb ;
    • nettoie les indicateurs de clef/note au chargement d’un correctif ;
    • réactive la sauvegarde automatique ;
    • corrige un plantage possible avec trop d’échantillons de PAD ;
    • re‐factorise ADnote pour permettre l’automation de modulation en direct ;
    • ajoute une prise en charge des fichiers de greffon VST Jackoo ;
    • ajoute une proposition d’automatisation ;
    • exclue les . dans le navigateur de fichiers ;
    • corrige les effets pour forcer une sortie à zéro lorsqu’ils sont mis en silence ;
    • microtonal : ajuste les étiquettes de méta‐données ;
    • corrige le réapprentissage MIDI des Control Changes ;
    • corrige une faute de distorsion dans les méta-données d’effets ;
    • mise à jour de la sortie --help de la version autonome ;
    • LV2/VST : corrige un bogue de liaison/espace de noms.
    FFADO

    Cette mise à jour pour FFADO ne concerne que les utilisateurs de LibraZiK en 32 bits. J’ai enfin réussi à réempaqueter la version 32 bits de FFADO 2.3.0 grâce aux conseils d’un des développeurs Debian. Du coup, c’est disponible pour les utilisateurs 32 bits qui rejoignent donc le même niveau de possibilités que les systèmes 64 bits !

    Qtractor

    Il s’agit d’une version rapidement réempaquetée car la version précédente (0.8.2) avait un bogue plutôt relou qui faisait que l’enregistrement d’un clip dans une piste avait une fâcheuse tendance à effacer le clip précédent de cette piste. Tous les utilisateurs de Qtractor sont donc fortement encouragés à mettre à jour !

    Note : pour profiter des nouvelles versions de logiciels, il vous suffit simplement de mettre à jour votre système LibraZiK.

    Nouveaux logiciels Carla

    Carla est entré officiellement dans LibraZiK après avoir été testé pendant quelque temps. Carla est principalement un hôte de greffons aux formats LADSPA, DSSI, LV2 et VST, mais il possède de nombreuses autres fonctionnalités comme un gestionnaire de connexions, un piano virtuel et bien d’autres choses encore. Il n’est pas encore traduit en français donc il faudra vous armer de vos connaissances et souvenirs de cette langue ou d’un bon traducteur en ligne. En cas de doute, n’hésitez pas à demander de l’aide.

    Tremelo-lv2

    tremelo-lv2 est un effet de tremolo plutôt simple à utiliser et rapide à prendre en main avec ses trois contrôles.

    Harmonizer-lv2

    harmonizer-lv2 est un harmoniste ou plutôt, un outil permettant l’harmonisation. Vous lui donnez de l’audio mono en entrée et il vous en ressort une sortie MIDI permettant d’être connectée à un instrument virtuel. Il possède plusieurs contrôles vous permettant de régler finement son comportement.

    Kn0ck0ut-lv2

    kn0ck0ut-lv2 est un traitement audio permettant (entre autres) de supprimer ou d’extraire la partie centrale d’un signal audio à deux canaux. Il possède plusieurs contrôles vous permettant de régler précisément son action et son comportement.

    Audio-dsp-midi-trigger

    audio-dsp-midi-trigger est un outil audio et un outil MIDI en même temps. Il permet de détecter des pics audio sur son entrée audio mono, et envoie des notes MIDI sur sa sortie en fonction.

    Note : pour les nouveaux logiciels, suivez la méthode habituelle d’installation.

    Nouvelles diverses

    Ces derniers temps, les moteurs de rendu qui soutiennent les parties « documentation » (dokuwiki) et « blog » (dotclear) du site ont été mis à jour. Les mises à jour se sont bien déroulées et le site semble fonctionnel, comme à son habitude. Si jamais vous aperceviez quelque chose dans le site qui vous semble différent de ce qu’il était avant cette mise à jour, contactez‐moi.

    Côté documentation, le manuel des logiciels openavproduction est à présent traduit en français grâce à un effort conjoint de l’ami sub26nico et de moi‐même. Ce manuel n’est pas diffusé sur le site de LibraZiK, mais directement sur le site d’openavproduction. Pour rappel, les logiciels d’openavproduction comprennent : Sorcer, Fabla, Luppp et les ArtyFX.

    Et la dernière nouvelle de cette dépêche est que, ces derniers temps, j’ai enfin ramassé mes idées à ce propos pour en faire quelque chose de présentable. Plusieurs personnes m’avaient demandé si elles pouvaient faire un don pour le projet LibraZiK. Après avoir longuement organisé mon cerveau et bataillé dans ma tête, j’ai enfin pris la décision de synthétiser tout cela correctement dans une page du site de LibraZiK. J’ai également développé un profil sur Liberapay pour celles et ceux qui souhaiteraient donner une pièce.

    Une nouvelle version de LibraZiK basée sur Debian Stretch est en développement.

    Outro

    En espérant que LibraZiK soit utile aux musiciens de toutes cordes, anches, mailloches, et autres touches, bonne pratique musicale à toutes et à tous !

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Revue de presse — rentrée 2017

    Linux France - Dimanche 22 Octobre

    La rentrée est quasiment derrière nous et l’automne va s’installer. Vos revues sont au rendez‐vous et ont renouvelé les étalages de votre marchand de journaux préféré. Voici donc notre revue de la presse papier, celle que vous pouvez encore trouver, en 2017, chez votre marchand de journaux.

    Au sommaire de ce mois‐ci, il y a . Il y a aussi :

    • GNU/Linux Magazine France no 208, l’article phare cherche comment identifier un bagage perdu dans une vidéo ou une image à l’aide d’OpenCV, le tout en Python ;
    • Linux Pratique no 103, avec toujours beaucoup de Raspberry Pi et un bel article pour optimiser votre ordinateur (et le Raspi) ;
    • MISC magazine no 93 avec son dossier dédié aux fuites des outils de la NSA ;
    • Hackable Magazine no 20, toujours aussi éclectique, de la réalisation de câbles à l’Arduino, pour la création d’une veilleuse alignée sur la Lune ;
    • Linux Pratique hors‐série no 40 vous prend par la main pour installer un réseau local aux petits oignons pour votre petite entreprise, avec pare‐feu, DHCP, DNS, Wi‐Fi, partage de fichiers et d’imprimantes, VPN et tutti quanti ;
    • GNU/Linux Magazine hors‐série no 92 dédié aux VPN ;
    • Planète Linux no 99 avec son guide de choix de distributions, mais aussi du NextCloud, SuseStudio, de la MAO, etc.
    • Linux Inside nos 37 et 38, Raspberry Pi et Ubuntu ;
    • et la cohorte des Linux Identity avec ses habituels kits, packs et starters pour récupérer des distributions en masse sur d’innombrables CDDVD‐ROM contenant de l’Ubuntu en pagaille, Xubuntu, Ubuntu GNOME, Ubuntu Mentholée, Ubuntu Origins (aka Debian) et Tails. On le répète, mais on attend toujours la clef USB !
    GNU/Linux Magazine no 208

    Linux Pratique no 103

    MISC no 93

    Hackable Magazine no 20

    Linux Pratique hors‐série no 40

    GNU/Linux Magazine hors‐série no 92

    Planète Linux no 99

    Linux Inside nos 37 et 38


    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Pages