Linux France

S'abonner à flux Linux France
Mis à jour : il y a 56 min 7 sec

Sortie de Flask 1.0

Mardi 1 Mai

Flask est un micro-framework web pour Python publié sous licence BSD. Il est basé sur Werkzeug, Jinja2, MarkupSafe et ItsDangerous.

Bien que stable depuis longtemps, Flask passe finalement en version 1.0, huit ans après le début de son développement. Cette version aura demandé un an de travail et propose un grand nombre de modifications.

Liste des modifications
  • Abandon de la prise en charge de Python 2.6 et 3.3.
  • L’interface en ligne de commande est plus flexible. Voir la documentation en anglais pour en savoir plus.
  • Si python-dotenv est installé, l’interface en ligne de commande chargera les variables d’environnement depuis les fichiers .flaskenv et .env plutôt que d’avoir à les exporter dans chaque nouveau terminal.
  • Le serveur de développement est multi-threadé par défaut pour permettre de traiter des requêtes concurrentes pendant le développement.
  • flask.ext, précédemment rendu obsolète, est maintenant complètement supprimé. Les imports d’extensions se font dorénavant par le nom de leur paquet.
  • Les messages d’erreur en mode debug sont beaucoup plus explicites lorsque le développeur tente d’accéder à des clés manquantes dans request.form.
  • Un truc trop bien avec les error handlers, qui sont maintenant recherchés par code puis par classe d’exception, d’abord dans le blueprint puis dans l’application. Cela donne un contrôle plus prévisible, avec notamment la possibilité de soulever une HTTPException.
  • Le comportement de app.logger a été grandement simplifié et devrait être plus facile à adapter. Le logger se nomme toujours flask.app, il ajoute un handler seulement s’il n’y en a pas d’enregistré. En aucun cas, il ne supprime de handlers existants. Voir la documentation (en anglais) pour en savoir plus.
  • test_client a maintenant un argument json pour envoyer des données JSON et l’objet Response a maintenant une méthode get_json pour décoder les données comme du JSON dans les tests.
  • Un nouveau test_cli_runner a été ajouté pour tester l’interface en ligne de commande d’une application.
  • Plusieurs parties de la documentation ont été ré-écrites pour être plus claires et pertinentes. C’est un effort continu.
  • Le tutoriel et l’exemple correspondant ont été ré-écrits. Ils utilisent un plan structuré et permettent d’aller dans le détail de chaque aspect afin d’aider les nouveaux utilisateurs à éviter les problèmes communs.

Plusieurs autres modifications ont été faites et apparaissent dans la liste complète des modifications (en anglais).

Correctif de sécurité pour JSON

Précédemment, Flask décodait les entrées JSON en utilisant le type de contenu de la requête. Bien que ces entrées devaient être uniquement codées en UTF-8, Flask était indulgent. Vu qu’il existe en Python des codages non textuels, cela pouvait entraîner une utilisation de la mémoire non désirée.

Dorénavant, Flask détectera le codage des données JSON seulement parmi les formats UTF supportés et n’autorisera plus d’autres types de codage.

Démonstration du framework

Voici le fichier hello.py :

from flask import Flask app = Flask(__name__) @app.route("/") def hello(): return "Bonjour les moules< !" Installation (ou mise à jour) et exécution
  • Installation ou mise à jour depuis PyPI avec pip.
$ pip install -U Flask Participer au projet

Comme beaucoup de projets libres, Flask et l’équipe Pallets sont dépendants de la communauté. Rapporter des problèmes, écrire de la documentation, proposer des correctifs ou répondre aux questions sont autant d’aides qui seront appréciées à leurs justes valeurs. Voir le guide de la contribution (en anglais) pour plus d’information.

De plus, l'association Pallets vient de rejoindre le programme Fiscal Sponsorship de la fondation Python Software.

Ils acceptent maintenant les dons via la fondation Python Software pour soutenir leurs efforts de développement du projet et de la communauté. Cliquer ici pour donner.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

RGPD et logiciels libres pour accompagner les mises en conformité

Mardi 1 Mai

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD, General Regulation on Data Protection en anglais) entre en vigueur le 25 mai 2018. C'est l'occasion pour la société civile (comme La Quadrature du Net) de pouvoir lancer des actions de groupe. C'est l'occasion pour les groupes mondiaux amateurs de données d'expatrier hors Union Européenne les données personnelles qu'ils voudront exploiter après cette date. Et c'est surtout le moment, pour toutes les entreprises et administrations européennes, de se mettre à l'heure.

La suite de la dépêche présente les nouvelles obligations et compare les deux outils qui aideront à les gérer.

Sur le fond, la grande différence entre la loi informatique et libertés et le RGPD (qui la remplace) tient sur le renversement de la logique : avant les personnes devaient prouver une violation de la loi, aujourd'hui les organisations doivent prouver qu'elles s'y conforment bien. Pour cela, il est indiqué pour elles de nommer un DPO (Data Protection Officer ou Délégué à la Protection des Données en français).

Sur la forme par contre, là tout change ! Il ne s'agit plus de faire de déclaration de détention de données a priori, mais de pouvoir prouver à tout moment que les traitements de donnés sont conformes. Pour cela il s'agit de tenir le registre de ses traitements, d'anticiper les risques quant à la perte, au vol ou à la modification de données, de définir des mesures pour l'amélioration continue de son système d'information au regard des risques, et de faire agréer le tout par les parties prenantes. Il s'agit également de préparer ses déclarations d'incident auprès de ses clients, de la CNIL ou des personnes concernées (en fonction de la gravité de l'incident ; notons qu'une perte de téléphone mobile ayant un accès à un compte email de l'organisation constitue un incident).

Et c'est à ce niveau qu'un DPO bien outillé fait toute la différence. Le registre des traitements doit être tenu à jour et communicable sur simple demande, les incidents doivent être déclarés sous les 72h pour le collecteur de données personnelles, et sans délai pour les sous-traitants (au sens RGPD, pas droit des affaires), et la démarche d'amélioration continue doit être mesurable (pour la traçabilité). À ce titre, un bon logiciel n'est pas un luxe.

Deux logiciels sont publiés sous GNU/GPLv3 :

  • Pia initié par le Laboratoire d'Innovation Numérique de la CNIL, backend en RubyOnRails et frontend en Angular 4, s'en tient à la tenue des registres, des risques, des mesures et enregistre l'agrément des parties prenantes, sans distribution de rôles ;
  • PiaLab, fork de Pia, initié par Libre Informatique, backend en Symfony 4 et frontend en Angular 4, fait la tenue des registres, des risques, des mesures, enregistre l'agrément des parties prenantes, a commencé l'intégration de la déclaration des incidents, et permet le travail collaboratif par la définition d'utilisateurs et de rôles pour chacun, dont l'agrément "authentifié" des parties.
Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Boohu le roguelike « pause-café » : quelques nouvelles !

Lundi 30 Avril

Dans une dépêche précédente, je t'ai présenté Break Out Of Hareka's Underground (Boohu), un jeu libre roguelike « pause-café » d'exploration de donjon au tour par tour, mettant en jeu des éléments tactiques et stratégiques. Le jeu en était alors à ses débuts, en version 0.2. Plus de 250 commits plus tard, le jeu a bien évolué et la version 0.6.1 vient d'être publiée !

Sommaire Résumé des nouveautés

Les nouveautés sont nombreuses et à peu près à tous les niveaux. En faire le catalogue serait un peu lourd, du coup on va faire le tour des plus importantes.

Si tu veux tester le jeu avant d'en savoir plus, c'est par ici ! On y trouve des binaires pour Linux (et Windows), pour les autres il faut se référer au README.md sur github.

Améliorations de l'interface

Peut-être que la nouveauté la plus utile pour les nouveaux joueurs d'un point de vue interface est la gestion de la souris pour se déplacer et sélectionner des objets dans les menus. Cette fonctionnalité vient complémenter l'utilisation du numpad ou des raccourcis roguelikes classiques.

En plus de ceci, les améliorations les plus visibles sont les suivantes :

  • des messages colorés en fonction de leur fonction ;
  • des fiches récapitulatives de partie avec historique; on pourra ainsi consulter le nombres de monstres tués, l'or récolté, etc., ainsi qu'une chronologie des grands moments de la partie ;
  • une option -c pour utiliser, alternativement, une caméra centrée ;
  • des améliorations au niveau de l'auto-exploration.

Note technique. Le jeu dispose aussi maintenant de plusieurs backends alternatifs en terminal pour plus de portabilité (le backend par défaut, termbox-go, ne fonctionne pas sous OpenBSD en ce moment, par exemple). Il y a aussi un backend javascript expérimental auquel il manque encore quelques fonctionnalités du fait de quelques limitations dans gopherjs — j'attends de voir si le futur support de WebAssembly dans Go (déjà en cours) donnerait de meilleurs résultats.

Améliorations du Jeu en lui-même

La faune s'est diversifiée, tu pourras donc par exemple rencontrer maintenant des nadres explosifs, des brizzias puants, des spectres-miroir qui absorbent ton mana ou encore des plantes d'Oklob qui te lancent des projectiles acides!

La flore a aussi fait son apparition — et je ne parle pas des plantes d'Oklob, mais d'herbes hautes qui cachent la vue et permettent de jouer à cache-cache avec les monstres. Dans le même genre d'idées, on trouvera des portes dans le donjon, s'ouvrant et fermant automatiquement et qui permettent de jouer sur la ligne de vue du joueur et des monstres.

Le bruit était déjà quelque chose d'important dans Boohu, maintenant le joueur peut aussi entendre des pas en dehors de son champ de vision, représentés par des notes oranges ♫. C'est une idée inspirée de CataclysmDDA et qui, je trouve, contribue pas mal à l'immersion !

Côté objets, il y a pas mal de nouveautés également. On trouvera par exemple de nouvelles armes, comme le bâton-saïjit Frundis ou un fouet produisant des décharges électriques à tous les monstres connectés à la cible ! Diverses potions ont vu le jour, par exemple une potion créant autour de soi des murs temporels ou permettant de se téléporter à un emplacement dans le champ de vision. Il y a quelques nouveaux bâtons magiques aussi, comme le bâton magique d'échange qui permet d'échanger sa position avec celle d'un monstre.

Le personnage peut acquérir quelques nouvelles aptitudes spéciales, comme par exemple : « Ton corps relâche des gaz qui confondent les monstres lorsque tu es gravement blessé ».

La génération des cartes est plus variée également : 5 générateurs différents avec des variations et des modifications ad hoc qui viennent peaufiner le résultat pour lui donner plus de caractère.

Malgré toutes ces additions, le jeu essaie de préserver sa simplicité — en plus du charme de la simplicité en soi, pour un projet libre et perso, cette approche a son côté pratique et suit un peu la philosophie KISS à la Wesnoth.

Captures d'Écran et Let's Play

Kaoseto a fait un petit Let's Play pour Boohu avec asciinema. Pour ceux qui ne connaissent pas, asciinema est un outil très pratique pour faire des asciicasts légers de session dans le terminal sauvegardés en json — seule limitation, pas de son.

Cette première petite vidéo fait un petit tour des mécanismes de base du jeu en prenant le temps de montrer les descriptions des monstres et des objets :

Plus tard dans la partie, les choses se corsent lorsque notre vaillante @ rencontre quelques ogres, un cyclope et une super grenouille un peu bizarre :

L'aventure ne pouvait pas se poursuivre sans faire la rencontre de Marévor Helith, qui a parfois le mauvais goût de te téléporter au mauvais endroit :

Dernier niveau, les escaliers magiques sont proches… C'était sans compter sur les dragons :

Enfin, pour finir, une nouvelle partie, en entier et tout d'un trait (16 min), c'est la revanche contre les événements tragiques précédents :

Vous pouvez consulter la fiche récapitulative de cette épopée tragique !

Voici la liste de tous les asciicasts. Merci à kaoseto pour ces asciicasts !

Concernant asciinema, dans les trucs sympas, expliqués dans la doc, on peut par exemple changer la taille de la police en passant des options dans l'url ou bien changer le thème.

Conclusion

Voilà, j'espère que cette dépêche fournit une bonne idée des évolutions de Boohu depuis septembre. Si, au passage, j'ai donné envie de tester à quelques-uns, je serais bien content :)

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

PacketFence version 8 est disponible

Lundi 30 Avril

Inverse annonce la sortie de la version 8 de PacketFence. PacketFence est une solution de conformité réseau (NAC) entièrement libre (GPL v2), supportée et reconnue. Procurant une liste impressionnante de fonctionnalités telles un portail captif pour l’enregistrement ou la remédiation, une gestion centralisée des réseaux filaires et sans fil, le support pour le 802.1X, l’isolation niveau-2 des composantes problématiques, l’intégration aux détecteurs d’intrusions tels Snort et Suricata, la reconnaissance d’appareils avec Fingerbank et plus encore. PacketFence peut être utilisé pour sécuriser efficacement aussi bien des réseaux de petite taille que de très grands réseaux hétérogènes.

La version 8 de PacketFence apporte de nombreuses améliorations telles une API complète, un tout nouveau tableau de bord basé sur netdata l’intégration de la version 2 de Fingerbank, des nouveaux services DNS et DHCP en Go, la prise en charge de plusieurs entités (multi-tenancy) et plus encore, telles que :

  • Support de la mise en application « inline » dans le cas d’un cluster actif/actif ;
  • Support « inline » de la division d’un réseau selon ses rôles attribués, permettant de placer certains matériels dans un réseau de diffusion (broadcast network) spécifique ;
  • Support de l’API JAMF, pour la gestion des appareils Apple ;
  • Usage du cache RADIUS pour le mode cluster..

Et toujours :

  • l’enregistrement des composantes réseaux grâce à un puissant portail captif ;
  • le blocage automatique, si souhaité, des appareils indésirables, tels que les Apple iPod, Sony PlayStation, bornes sans fil et plus encore ;
  • l’enrayement de la propagation de vers et virus informatiques ;
  • le freinage des attaques sur vos serveurs ou diverses composantes réseaux ;
  • la vérification de la conformité des postes présents sur le réseau (logiciels installés, configurations particulières, etc.) ;
  • l’intégration avec Active Directory ;
  • la gestion simple et efficace des invités se connectant sur votre réseau ;
  • des sources d’authentification variées, incluant Facebook et Google.

Retrouvez le descriptif de l'ensemble des usages.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Version majeure 7.0 de Noalyss

Dimanche 29 Avril

Noalyss est le premier serveur de comptabilité (2012) destiné aux sociétés fiduciaires ou aux hautes écoles, il peut gérer la comptabilité de milliers d'entités commerciales (ou associations avec une comptabilité) et d'utilisateurs, les comptabilités sont strictement séparées et indépendantes.

Après beaucoup de réécritures de code, d'améliorations, de corrections, Noalyss est enfin publié en version 7.

C’est une version majeure, la liste des changements se trouve dans le wiki Agenda Développement. Il y a eu une importante réécriture de code.

  • Mise à jour de Noalyss par l’interface administration ;
  • Installation et mise à jour d’extensions par l’interface administration ;
  • Installation de nouveaux modèles de dossiers comptables en ligne ;
  • Amélioration des exports CSV ;
  • Simplification de la sécurité ;
  • Amélioration et réécriture de la gestion de la TVA ;
  • Amélioration de la gestion des périodes ;
  • Nouveau thème.

Les extensions ont aussi été mises à jour, adaptées à cette nouvelle version.

  • Amortissement prorata temporis ;
  • Déclaration TVA fonctionnelle pour la Belgique ; pour la France il faut toujours passer par les rapports avancés ou depuis l'impression journal / tva détaillée ;
  • Amélioration de l’importation des fichiers bancaires en CSV.

À propos de la conformité de NOALYSS avec la loi française ou belge, vous trouverez plus d’information dans le wiki dans la partie législation.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

GIMP 2.10 roule au GEGL

Dimanche 29 Avril

Après six années de développement, une nouvelle version stable de GIMP est sortie le 27 avril 2018 vers 17h00. C'est un jalon important dans l'évolution de cet outil de création d'images, à de nombreux égards…

En particulier, cette sortie se démarque par une refonte totale du moteur de traitement d'image, basé désormais entièrement sur GEGL, comme nous l'évoquerons dans la deuxième partie de la dépêche…
Citons aussi :

  • l'amélioration des fonctions de peinture numérique, notamment avec la possibilité d'utiliser les brosses MyPaint, la peinture symétrique, la rotation et inversion du canevas, etc.
  • la gestion des métadonnées
  • de nouveaux thèmes, notamment un thème sombre par défaut, un nouvel ensemble d'icônes symboliques, ainsi qu'un ensemble d'icônes couleur vectorielles
  • l'ajout de plusieurs nouveaux outils – notamment en résultat de trois années de Google Summer of Code
  • une palette des formats de fichiers pris en charge plus large et plus complète …
Sommaire Conséquences directes de GEGL

De loin, GEGL est la nouveauté majeure, qui explique la longue attente depuis la sortie de GIMP 2.8. Cette bibliothèque, en cours de développement depuis 2000, est née du projet GIMP dans l'optique de remplacer un jour son moteur. Malgré des débuts d'intégration dès GIMP 2.6 (outil GEGL expérimental), puis 2.8 (projection de calques utilisant GEGL), c'est seulement après la sortie de la version 2.8 que son intégration a été accélérée.

La majeure partie du code existant de traitement d'image a donc été retirée en faveur de l'usage de cette bibliothèque externe. Cette séparation signifie que GIMP est désormais davantage une interface graphique autour de GEGL. Une majeure partie des traitements sur les pixels est faite si possible à l'aide de cette bibliothèque (certaines fonctionnalités, telles que la peinture, sont encore implémentées directement dans GIMP pour des raisons de performance) et est donc utilisable par d'autres projets, ce qui est extrêmement intéressant pour tout le monde.

Plusieurs projets sont ainsi déjà en cours de développement, utilisant GEGL comme base, fonctionnalité ou backend supplémentaire. Nous en avions parlé lors de la sortie de GEGL 0.3.0 ou encore lors de la sortie de la version 3.20 de l'environnement de bureau GNOME et de son application intégrée nommée Photos.

Prévisualisation sur canevas

Désormais, le résultat d'un traitement (par exemple un changement de luminosité, de contraste, ou un filtre, bref presque tout traitement passant par une boîte de dialogue) est directement visible sur l'image avant de l'appliquer, ce qui rend la prévisualisation beaucoup plus pratique.

Il est aussi possible de scinder la vue horizontalement ou verticalement, avec une partie du canevas sans et une partie avec prévisualisation de l'effet, comme un « rideau » de prévisualisation qui peut être déplacé à la souris.

Traitement de très grandes images

Un des points forts de GEGL est sa gestion intelligente des tampons, permettant à l'utilisateur d'allouer une partie seulement de sa mémoire à GIMP, mais également de travailler sur des images plus grandes que la mémoire disponible. Un tampon GEGL est une matrice de dalles, chacune pouvant avoir un backend de stockage différent.

Haute précision des couleurs

Une autre fonctionnalité majeure apportée par GEGL est sa prise en charge de diverses profondeurs de couleur dont GIMP tire désormais profit. En particulier, cela signifie que GIMP n'est plus limité à travailler sur des images à 8 bits par composante couleur. GIMP peut désormais travailler sur des images 8, 16 ou 32 bits, en nombre entier ou flottant (le format natif de GEGL est maintenant en 32-bits flottants), et avec codage linéaire ou correction gamma, au choix de l'utilisateur depuis le menu Image > Précision.

Accélération: OpenCL et multi-thread

À travers l'usage de GEGL, GIMP sait désormais tirer parti d'OpenCL, ce qui lui permet d'utiliser bien mieux les possibilités d'un ordinateur moderne et de ses multiples processeurs (CPU, GPU, FPGA, etc.).

Au fil des années cependant, nous avons pu rencontrer des plantages (venant de pilotes graphiques bugués), des glitchs graphiques (notamment avec les pilotes Nvidia), ou des implémentations peu performantes (en particulier avec Beignet pour les cartes Intel). Par conséquent OpenCL est désactivé par défaut (l'option peut être activée dans les préférences).

Par contre, un important travail a été fait pour rendre les opérations GEGL multi-tâches afin d'utiliser au mieux les processeurs modernes, comme les multi-cœurs. Dernièrement GIMP lui-même est devenu multi-tâches, ce qui a été utilisé notamment pour séparer le traitement de la peinture et l'affichage.

Prise en charge améliorée de formats d’image

Puisque la gestion des images passe désormais entièrement par GEGL, cela signifie aussi que GIMP peut profiter davantage de certaines fonctionnalités avancées, en particulier de la possibilité qu'ont certains formats de stocker aussi différentes profondeurs de couleur. Ainsi, GIMP peut désormais charger et sauvegarder des PNG 8 ou 16 bits, du TIFF ou PSD jusqu'à 32 bits, et du FITS jusqu'à 64 bits par composante.

Les gestions des formats OpenEXR, RGBE (pour l'imagerie à grande gamme dynamique (HDR)), WebP (notamment avec les fonctionnalités d'animation) et HGT ont aussi été ajoutées.

De nombreux formats d'images ont également été améliorés. On peut citer le format PSD dont la prise en charge est devenue bien meilleure (même si toujours incomplète).

Prise en charge des métadonnées

GIMP a amélioré sa prise en charge des métadonnées, qui n'étaient pas gérables dans la version précédente, en utilisant gexiv2, un wrapper GObject autour de la bibliothèque de gestion des métadonnées Exiv2. Les métadonnées prises en charge par Exiv2 sont à ce jour les standards Exif, IPTC et XMP.

  • les métadonnées au format Exif contiennent notamment des données techniques sur les conditions de prise de vue : date, heure, coordonnées GPS, réglages de l’appareil (ouverture, temps de pose, etc.), mais aussi des informations sur le matériel utilisé.
  • les métadonnées au format IPTC ou à celui, plus récent, XMP, contiennent des informations plus génériques relatives à l'image en tant que médium d'information, comme une description, un titre, un lieu (sous forme compréhensible par l'humain, soit la ville, pays…), une licence d'utilisation et copyright, citation de sources, etc.

gexiv2 est devenu un projet GNOME à l'occasion de son intégration dans GIMP, lui donnant une visibilité et une pérennité accrue (voir ce billet retraçant l'histoire de cette bibliothèque).

Puisque les métadonnées peuvent contenir des données privées parfois très sensibles (telles que nom, adresse de courriel, coordonnées GPS même !), il est possible de ne pas les exporter et un choix par défaut peut être configuré dans les préférences (lequel peut être outrepassé par format, ou simplement par fichier).

Accès aux fichiers par GIO

Les accès aux fichiers ont été tous portés vers l'interface abstraite et de haut niveau GIO, plutôt que les interfaces bas-niveau de traitement de fichier local.

Cela permet de ne plus considérer un fichier comme nécessairement local, surtout dans un monde dorénavant fortement connecté où il devient de plus en plus courant de vouloir travailler sur des fichiers distants. GIO permet ainsi, par exemple, d'ouvrir une image sur un serveur FTP distant ou sur votre cloud (OwnCloud…) de manière transparente, sans avoir à transférer l'image au préalable (et même à la sauver si l'accès distant permet aussi l'écriture).

Compatibilité descendante Gestion de LZMA2 et compression interne DEFLATE

GIMP 2.8 proposait de compresser ses images sous les formats hybrides .xcf.gz (gzip) et .xcf.bz2 (bzip2), deux des formats de compression les plus répandus du monde Libre. La version 2.10 apporte la compression LZMA2 (.xcf.xz), bien plus efficace et qui fait son chemin pour remplacer les deux précédents algorithmes un peu partout, et les dépendances de compression sont devenues obligatoires (tout utilisateur de GIMP 2.10 ou supérieur pourra désormais ouvrir vos fichiers .xcf.(gz|bz2|xz)). Il s'agit cependant seulement de compression du fichier complet comme un conteneur.

Il faut savoir que les données sont également compressées au niveau des dalles. Jusqu'à maintenant, l'algorithme basique RLE était utilisé. GIMP 2.10 peut le remplacer par DEFLATE de zlib, permettant des fichiers bien plus petits. Cette compression n'est cependant pas utilisée par défaut, car plus lente, mais reste sélectionnable au moment de sauvegarder son fichier.

Par ailleurs, la compression au niveau des dalles peut permettre d'outrepasser certaines limitations (liées au système d'exploitation ou au système de fichiers par exemple) dans le traitement de documents très volumineux.

Interface applicative

GIMP n'est pas seulement un puissant logiciel de traitement et de création d'image. C'est aussi une plateforme évoluée pour les développeurs de greffons.

GIMP 2.10 continue dans la lignée de la version 2. Utilisant une API stable, tout greffon existant devrait donc continuer de fonctionner. Néanmoins les interfaces historiques de traitement de pixels de l'API de GIMP seront déconseillées au profit du traitement par l'API GEGL. Les développeurs tiers de filtres sont ainsi encouragés à convertir leurs greffons sous la forme d'opérations GEGL, ce qui leur ouvrira également le monde de l'édition non-destructrice, de la haute profondeur de couleurs, de la prévisualisation instantanée, ainsi que de nombreux autres avantages inhérents à GEGL.

Outils Partage de brosses avec MyPaint

MyPaint a un système de brosses différent de GIMP, avec ses avantages et inconvénients. Dans tous les cas, il est intéressant pour les utilisateurs GIMP de pouvoir utiliser ce système de brosses alternatif. C'est pourquoi il a été décidé d'intégrer les brosses MyPaint dans GIMP. C'est probablement un des changements majeurs pour de nombreux peintres qui préféraient MyPaint à GIMP.

MyPaint avait déjà sa bibliothèque libmypaint et a clairement fait la séparation avec son dépôt principal en avril 2014 pour mettre en avant ce genre de possibilité avec son moteur de brosses.

Outil de transformation unifié

Conséquence du Google Summer of Code 2012 (wiki), cet outil permet le redimensionnement, le déplacement, la rotation et la perspective, le tout dans un seul outil.

Notez que les anciens outils de transformation, pour chacune de ces fonctionnalités séparées, n'ont pas été supprimés à cette occasion. En effet, le nouvel outil est basé sur un concept de transformation au jugé uniquement, et l'utilisation des outils dédiés est toujours nécessaire lorsque vous souhaitez effectuer une transformation précise, avec des chiffres (angle, nombre de pixel, etc.). Il s'agit d'un choix du concepteur Peter Sikking (section GIMP de son journal web), qui a écrit la spécification de l'outil.

Outil de transformation 'Warp'

Un autre résultat du Google Summer of Code, 2011 cette fois (wiki), l'outil de « warp » (démonstration en vidéo, billet du développeur) permet de « tordre » l'image directement sur le canevas. Cette fonctionnalité existait en fait déjà sous la forme du greffon iWarp, qui a maintenant été rendu obsolète en faveur de cet outil. Le greffon ne permettait en effet pas de travailler aisément sur une image, contrairement à un outil qui donne la possibilité de voir directement un effet sur le canevas, et d'éditer ou annuler étape par étape.

Extrait d'une vidéo de démo de peinture en miroir (vers 2min45) montrant une utilisation de l'outil Warp pour simuler l'eau (note : l'interface est désormais bien différente depuis cette vidéo) :

Outil de transformation par poignée

Un autre outil de transformation a été intégré : l'outil de transformation par poignée, qui permet de placer des poignées librement sur le canevas et de transformer l'image en fonction du nombre de poignées. 1 poignée permet de déplacer l'image. 2 poignées permettent d'exécuter une rotation ou un redimensionnement en conservant les proportions. 3 poignées permettent un cisaillement ou un redimensionnement sans conserver les proportions. Enfin 4 poignées permettent un changement de perspective. Une vidéo de démonstration est disponible.
Les personnes habituées aux interfaces tactiles pourront se retrouver en terrain familier.

Outil de sélection de premier plan

L'outil de sélection de premier plan manquait de précision, et notamment n'avait pas de notion de sélection partielle d'un pixel, par exemple dans le cas de fibres (cheveux…) ou de textures semi-transparentes, auquel cas un même pixel peut contenir partiellement du premier et de l'arrière-plan.

Le nouvel outil est désormais basé sur des algorithmes de matting théoriquement plus évolués, portés sur GEGL.

Peinture en miroir, dalles et rotation

Il est désormais possible de peindre en miroir dans GIMP, relativement à un axe horizontal, vertical et à un point. Il est aussi possible de peindre en « dalles », copiant un trait en une série similaire à intervalles réguliers (translation) ou encore en rotations multiples autour d'un centre (style « mandalas »).

Cette fonctionnalité est disponible pour tous les outils de peinture de GIMP. Plus de détails et une vidéo disponible sur un billet de journal de bord. L'image animée au-dessus est extraite de ladite vidéo, dessinée par l'artiste Aryeom.

Outils encore dans le bac à sable

Deux outils résultant de Google Summer of Code (2011 et 2013) n'ont malheureusement pas pu faire partie de la version stable. Il s'agit de l'outil de Clonage sans raccord (démonstration en vidéo, section correspondante du journal du développeur) et de l'outil de Déformation N-Point (démonstration en vidéo, billet du développeur). Ces deux outils sont en effet dans le bac à sable à cause de leur état non satisfaisant, soit extrêmement lent, voire bugué ou conduisant à des plantages. Les développeurs souhaitant contribuer pour finaliser ces outils sont les bienvenus !

Pour tester ces outils, lancez GIMP avec l'option --show-playground, puis cochez les options dans les Préférences. Il convient de rappeler que ces outils ne sont pas conseillés pour de la production et peuvent même faire planter GIMP, vous faisant ainsi perdre des données non sauvegardées.

Interface graphique Tableau de bord

Un tableau de bord fait son apparition permettant de suivre l'évolution de l'utilisation du CPU, le cache et le swap occupé.

Mode fenêtre unique par défaut

Si GIMP 2.8 avait rajouté le mode fenêtre unique, celui-ci restait une option à sélectionner, ce que beaucoup d'utilisateurs occasionnels ne savaient pas et n'utilisaient donc jamais. Ce mode étant finalement d'autant plus utile pour ces utilisateurs, afin de ne pas les perturber, il s'agit donc du nouveau mode de fenêtrage par défaut.

Le mode multi-fenêtre existe toujours et est désormais activable comme l'était avant le mode fenêtre unique.

Verrouillage des transformations

Les calques peuvent désormais être verrouillés pour être préservés contre toute transformation accidentelle (déplacement, rotation, etc.).

Rotation et retournement du canevas

Il est désormais possible de faire tourner le canevas, ainsi que de le faire se retourner horizontalement ou verticalement. Il ne s'agit pas d'opérations sur les pixels (donc notamment pas d'une rotation d'image ni d'un miroir), mais uniquement d'une rotation d'UI. Certains peintres utilisent en effet la rotation pour peindre avec leur tablette en diagonale (comme certains écrivent sur une feuille en diagonale) tout en orientant l'image sur l'écran à l'identique, ce qui permet d'atteindre plus aisément certaines zones du canevas.

Le retournement est également beaucoup utilisé par les peintres pour vérifier les problèmes de perspective, de symétrie et de proportions. Dessiner trop longtemps sur le même dessin entraîne en effet parfois une habitude de l'esprit, qui ne se rend plus compte de certaines erreurs autrement évidentes. Retourner régulièrement le canevas permet aux peintres numériques de « rafraîchir » leur cerveau en chamboulant son attente comme si une nouvelle image lui était soumise, et ainsi de découvrir et corriger les erreurs.

Thèmes d'icônes et nouveaux thèmes d'icônes symboliques

Les icônes ne sont désormais plus inclues dans les thèmes, mais sont fournies dans des thèmes d'icônes, indépendamment. GIMP sera désormais fourni avec des thèmes d'icônes symboliques, et un thème d'icône couleur vectoriel, en addition du thème couleur historique.

Cela fait suite aux efforts du projet GNOME pour proposer des alternatives symboliques aux icônes couleur classiques.

Tailles d'icônes

Les icônes des outils étaient de 16 × 16 et 22 × 22. Nous utilisons seulement des multiples de 16 et 24 pour les nouvelles icônes, suivant ainsi l'évolution de GNOME et GTK+.

En outre, plutôt que de proposer un thème particulier « petites icônes » (thème « Small » qui disparaît), il devient désormais possible d'outrepasser les tailles d'icône de n'importe quel thème (officiel, comme personnalisé) dans les préférences, pour peu que le thème d'icône propose une taille adéquate (ou une version vectorielle). Cela permettra notamment d'utiliser GIMP sur des écrans à haute densité de pixels (HiDPI).

Nouveaux thèmes

3 nouveaux thèmes feront leur apparition, dans diverses nuances de gris (un thème clair, un thème gris intermédiaire, et un thème sombre), en plus du thème « Système ».

Recherches d’actions

GIMP possède désormais une recherche-et-activation des actions. Par défaut, l'entrée de recherche est mappée sur /. Cela permet, par exemple, de rechercher des filtres par mot-clé présent dans le nom ou la description du filtre, plutôt que par les menus et sous-menus. Mais cela ne se limite pas aux filtres, ni même aux menus. Toute action présente dans GIMP (c'est-à-dire une opération à laquelle on peut assigner un raccourci clavier) est cherchable et activable par cette nouvelle fonctionnalité.

On peut ainsi rechercher des outils ou fonctions disponibles, mais présents dans aucun menu. Cela pondère notamment le fait qu'il y ait plus d'actions que de raccourcis techniquement possibles (sans compter la mémorisation quasi-impossible si on devait se rappeler un raccourci par action !). Et puis, qui n'avait jamais cherché une fonctionnalité dans les menus qu'on avait déjà utilisé des semaines auparavant, mais qu'on est incapable de retrouver en moins de 10 minutes de tripatouillages dans les menus et sous-menus ?

Notons que l'outil prend en compte la localisation (on peut ainsi chercher dans la langue de l'interface, par exemple en français).

Position des onglets modifiable

Il est désormais possible de placer la barre des onglets, dans le mode à fenêtre unique, de n'importe quel côté (haut, bas, gauche, droite).

Traitement d'images en ligne de commande

Tout d'abord, il est à noter que GIMP n'est pas forcément adapté à du traitement d'image en ligne de commande, en particulier sur de multiples images. Il existe des logiciels véritablement dédiés à ce type de traitement dit « batch », comme ImageMagick, lesquels pourraient être plus pratiques d'utilisation et aussi plus efficaces.

Plus proche de GIMP, G'MIC possède aussi une interface en ligne de commande, et on peut même utiliser tout simplement GEGL qui est doté d'un binaire capable d'enchaîner des opérations sur des images directement depuis la ligne de commande. Ainsi inverser les couleurs d'une image PNG avec GEGL puis convertir en JPEG est aussi simple que :

$ gegl source.png -o dest.jpg -- gegl:invert-gamma

Néanmoins de nombreuses personnes continuent à utiliser GIMP pour du traitement d'image en ligne de commande, notamment par habitude ou par connaissance de l'API de GIMP (la même que pour les plugins). Donc nous n'oublions pas ces personnes et deux fonctionnalités petites mais très attendues ont été ajoutées :

  • Lorsqu'une instance GIMP tourne déjà, les commandes batch sont exécutées sur cette instance existante.

  • Une nouvelle macro with-files permet désormais d'exécuter une même suite de commande sur une liste d'images. Ainsi voici comment inverser les couleurs de toutes les images PNG contenues dans un répertoire donné :

$ gimp -i -b '(with-files "*.png" (gimp-invert layer) \ (gimp-file-save 1 image layer \ (string-append basename ".jpg") \ (string-append basename ".jpg") ))' Peinture Historique des couleurs utilisées

Il existe désormais une palette automatique des couleurs récemment utilisées. En outre le dock des couleurs d'avant et arrière-plans affiche les 12 plus récentes couleurs de la dite palette.

Nouveaux modes de fusion des calques

Historiquement GIMP travaillait en espace de couleur perceptuel, ce qui est en train de changer grâce à la haute profondeur de couleur. Pour toute profondeur plus grande que 8 bits par canal, travailler en espace linéaire est bien plus efficace. Nous avons donc créé une nouvelle collection de modes en espace linéaire.
De nombreux modes de calque ont ainsi été nouvellement implémentés.

Bien entendu toute image XCF d'une version précédente sera parfaitement migrée, c'est-à-dire que tout ancien XCF aura le rendu attendu, une fois chargé dans une version de GIMP, et ce, à jamais (si un XCF rend différemment, alors cela est à considérer comme un bug).

Lier la taille de la brosse au zoom

Une nouvelle option est disponible pour tout outil utilisant le moteur de brosses de GIMP : il est désormais possible de lier la taille de la brosse au niveau de zoom (« Lock brush size to zoom »), et pas uniquement à sa taille en pixel.
Ainsi en zoomant davantage, votre brosse rapetissera d'autant, et inversement, de sorte qu'elle aura toujours la même taille sur l'écran (mais pas la même taille en pixel sur le canevas).

Gestion des couleurs

GIMP 2.10 apporte de nombreuses améliorations sur la gestion des couleurs. Notamment, GIMP est passé du moteur LCMS v1 à v2, ajoutant au passage la prise en charge de ICC v4 mais aussi une meilleure fidélité de conversion entre des profondeurs de couleur différentes.
Nous avons en fait même déjà commencé le travail pour remplacer LCMS par babl, notamment pour la conversion entre profils de couleur quand cela est possible. La librairie babl est en effet extrêmement plus rapide que LCMS.

GIMP gérait historiquement les profils de couleurs à l'aide d'un module. Celui-ci a été retiré en faveur d'une implémentation interne et complète, interagissant sur l'ensemble de l'interface. Par exemple, il y a maintenant une prise en charge de la copie d'une image sur une autre avec des profils différents, impliquant une conversion pour garder la fidélité des couleurs.

Les images en niveau de gris peuvent désormais aussi être munies d'un profil de couleur, et plus seulement les images RVB.

Enfin l’interaction utilisateur avec les profils a été revue, rendant la gestion de profils sur les images (assignation, suppression, conversion…) plus simple et compréhensible.

Emplacement standardisé des fichiers de configuration

Les fichiers de configuration ont été déplacés dans une arborescence plus appropriée sur chaque plateforme :

  • Windows : %APPDATA%/GIMP/{GIMP_APP_VERSION}
  • macOS : NSApplicationSupportDirectory/GIMP/{GIMP_APP_VERSION}
  • Tous les autres UNIX : $XDG_CONFIG_HOME/GIMP/{GIMP_APP_VERSION}

Il est à noter sur nos systèmes d'exploitation Libres en particulier, que GIMP adopte donc désormais la spécification XDG.
Cependant seul $XDG_CONFIG_HOME est pris en charge pour le moment. En particulier nous ne séparons pas avec $XDG_CACHE_HOME (GEGL utilise ce dernier par contre), ni $XDG_DATA_HOME.

Les anciens fichiers de configuration seront immédiatement migrés, et convertis si nécessaire (ce dernier point étant aussi une nouveauté), lors du premier lancement de GIMP 2.10.

Multi plate-forme

GIMP est multi plate-forme, et bien qu'on sache qu'il tourne aussi sous BSD ou Solaris par exemple, les plate-formes qui connaissent le plus de succès sont bien entendu Linux, Windows et macOS. Linux a le moins de problèmes, car quasiment tous les développeurs tournent sous Linux comme OS principal.

macOS rencontre un peu d'amour de contributeurs par intermittence. Cela fait déjà un moment que GIMP tourne avec une UI native. Il faut pour cela compiler GTK+ avec le backend « quartz », et non le backend X11 (surtout que X11 n'est plus fourni par défaut sous macOS). L'intégration est désormais portée plus loin avec des migrations d'API Carbon vers Cocoa, ainsi que des changements d'UI pour suivre les règles OSX (notamment au niveau menu, barre des tâches, etc.).

Windows est toujours le vilain petit canard malheureusement, bien qu'il s'agisse probablement de la masse la plus importante des utilisateurs. Un appel d'aide de développeurs Windows avait d'ailleurs été lancé, il y a quelques années, sans grand succès. L'appel tient toujours.

Et après ? GIMP 3.0

GIMP 3.0, la version majeure qui succédera à 2.10, sera aussi la promesse d'un futur radieux. Il s'agira encore une fois d'une refonte en profondeur. Si GIMP 2.10 refondait le moteur avec GEGL, GIMP 3.0 refondra l'interface graphique avec GTK+ 3.0.
Notons que la migration directe à GTK+4 a aussi été évoquée, bien que rien n'ait été formellement décidée à ce sujet pour l'instant.

Qu'est-ce qu'une migration à GTK+ 3.0 apporterait ?

Meilleure prise en charge des dispositifs de pointage

Les utilisateurs avancés utilisent souvent des dispositifs de pointage particuliers, comme les tablettes graphiques. GTK+ 2 avait une prise en charge assez aléatoire, surtout sous Windows où beaucoup de cas de tablettes non fonctionnelles nous étaient rapportées. Cela devrait être beaucoup mieux avec GTK+ 3.

Le branchement à chaud de périphériques USB, parfois chaotique, a été amélioré avec XInput 2. Et bien sûr les fonctionnalités digitales devraient pouvoir être implémentées bien plus facilement (zoom ou rotation du canevas en glissant les doigts, etc.).

Gestion des très hautes densités d'affichage

De plus en plus de gens, en particulier parmi les professionnels de l'image, travaillent avec des écrans à très haute résolution ou très haute densité de pixels (HiDPI, Retina display…). Un travail a été fait sur GIMP 2.10, notamment en auto-détectant la densité de l'écran et en permettant de configurer des icônes de grande taille. Mais ces améliorations restent superficielles, tenant plus de la rustine que de la prise en charge en profondeur.

GIMP 3.0 devrait prendre en charge bien mieux de tels écrans et permettre aux gens de travailler efficacement dans une telle configuration.

Wayland

GDK a un backend « Wayland » disponible pour GTK+3. GIMP pourra donc devenir une application native Wayland.

Wayland pourrait d'ailleurs apporter de nouveaux usages, tels que le dessin multi-pointeur, ainsi que le lancement d'actions par les boutons de tablettes graphiques.

Thèmes améliorés

Les thèmes GTK+3 sont de type « CSS » et permettent notamment des variantes de thèmes (comme les variantes obscures). Cela sera beaucoup plus propre et standard que de créer de nouveaux thèmes à l'infini.

Contributions accrues à GTK+

L'un des principaux problèmes de l'utilisation de GTK+2 est que celui-ci ne peut plus évoluer. GTK+2 accepte des corrections de bugs, mais pas de nouvelles fonctionnalités. C'est donc un bloqueur majeur pour l'évolution de GIMP dès que nous souhaitons une fonctionnalité qui touche le « toolkit » graphique.

Le passage à GTK+3 signifie donc que les évolutions d'interface seront enfin libérées puisqu'il sera désormais permis de contribuer des fonctionnalités de fond à GTK+ au besoin. Et réciproquement cela signifie que GTK+ pourra à nouveau profiter du développement de GIMP, puisque nos contributions à GTK+ étaient forcément limitées.

Traitement d'image non destructif

Nous expliquions déjà dans la nouvelle sur GEGL que le traitement en graphe signifie que le traitement d'image non-destructif sera bientôt possible. Il ne sera plus question d'appliquer un effet, puis de voir, annuler, puis refaire avec des paramètres différents, et ainsi de suite. Vous pourrez appliquer un effet, puis plus tard simplement en changer les paramètres. Vous pourrez même supprimer l'effet et retrouver l'image originelle.

Malheureusement, cela n'est pas présent dans GIMP 2.10 car l'interface graphique n'a pas encore été spécifiée. Le traitement d'image est donc de fait toujours destructif, pour le moment. C'est cependant une des futures étapes majeures de GIMP, actuellement prévu pour GIMP 3.2, bien que cela puisse arriver avant (ou après) en fonction des priorités des contributeurs.

Amélioration globale de l'interface

J'ai récemment créé une liste de discussion sur l'interface graphique de GIMP, et repris en main nos discussions et spécifications sur le sujet, notamment autour du wiki associé. Mon but à terme est d'améliorer drastiquement l'expérience utilisateur, même si je ne me fais pas d'idées sur le fait que cela prendra plusieurs années. Travail en cours…

Amélioration de la plateforme d'intégration

La plateforme d'intégration s'était améliorée, mais elle connaît beaucoup de problèmes ces dernières années (et malheureusement nous n'avons plus vraiment d'administrateur avec du temps libre parmi nous). Idéalement à chaque commit, le code est compilé et testé (tests unitaires) et des messages d'erreur sont envoyés sur les canaux de communication (IRC notamment) pour avertir de tout problème, mais notre plateforme n'est absolument plus fiable. À une époque, nous avions aussi des « nightly builds » pour les utilisateurs friands de nouveautés et qui aiment le risque, mais cela n'existe plus depuis quelques années.

Nous aimerions ajouter aussi des builds et tests pour OSX et Windows dans notre intégration, ce qui est en discussion régulière mais n'est toujours pas fait (et ne risque pas d'arriver de sitôt si on n'arrive même pas à stabiliser les builds Linux), et ce pour les mêmes raisons que le code : absence de contributeurs macOS ou Windows.

En d'autres termes, les contributeurs qui s'intéressent à ces aspects du développement logiciel sont les bienvenus !

Politique de sortie

Je pense que peu de monde est vraiment satisfait de la politique de sortie de GIMP. Cela inclut aussi les développeurs, il ne faut pas croire. En effet, les versions majeures se font attendre des années et les corrections de bug des mois, car on est coincé dans le système à l'ancienne de sorties majeures et mineures où il faut attendre la stabilité de tout un tas de fonctionnalités. Or, certaines fonctionnalités pourraient être prêtes et sorties depuis des années, mais doivent attendre la stabilité d'autres points.

C'est pourquoi j'ai lancé l'idée, lors du Libre Graphics Meeting 2014 à Leipzig, de changer notre politique de sortie pour adopter le système plus récent dit de « sorties rapides » qu'ont adoptés par exemple les navigateurs ces dernières années. Bien sûr, outre l'aspect « commercial » de numérotation rapide que les gens pourraient reprocher (nous ne prévoyons pas de copier cela à ce jour), je pense bien voir là une solution à l'absence de visibilité sur les développements. Au lieu de voir une sortie majeure comme un « gros » changement qui a beaucoup de fonctionnalités et une sortie mineure comme seulement des corrections, on pourrait simplement voir une sortie comme « quelque chose de prêt », sans discrimination. On devrait pouvoir être capable de sortir une version rapidement, même si c'est pour une ou deux corrections de bug (que l'on juge suffisamment importante pour ne pas faire patienter les gens), ni devoir attendre 10 fonctionnalités quand une est déjà prête.

Après des années de pression interne, cette politique a été adoptée par étape. Nous avons ainsi annoncé, il y a un an, que nous autoriserons de nouvelles fonctionnalités lors de sorties mineures 2.10.x. Néanmoins ces fonctionnalités seront forcément limitées aux fonctionnalités peu "invasives" (au niveau du code).

Sous Linux !

Sur nos systèmes GNU/Linux préférés, les logiciels sont historiquement empaquetés par les distributions diverses. Néanmoins cela a quelques inconvénients, entre autres parce que les mises à jour sont souvent en retard. Et pire, les distributions dites « stables » ne vont mettre à jour que les versions mineures. Comme nous avons déjà manqué quelques freezes de distributions, on ne verra donc pas GIMP 2.10 sur Fedora avant au moins 6 mois, et vraisemblablement pas sur la dernière LTS d'Ubuntu (sortie la veille de la sortie de GIMP 2.10 et supportée jusqu'en 2023) ! Sans même parler de Debian stable…
NB : c'est déjà disponible dans unstable.

Ce type de gestion de versions commence à changer dernièrement, avec les dépôts privés (PPA pour Ubuntu, Copr pour Fedora…) et aussi avec les paquets cross-distributions (Flatpak, Snap, AppImage…).

GIMP est ainsi disponible dans un paquet officiel flatpak, hébergé sur Flathub. Cliquez le lien, et si votre distribution est suffisamment moderne, elle vous proposera d'installer GIMP.
C'est moi-même qui maintient ce paquet, et il est pris en charge officiellement par le projet GIMP. Il fonctionne bien, malgré quelques limitations (et même pertes de fonctionnalités à cause du modèle de sécurité et autres limitations actuelles du format). Ainsi vous pouvez d'ores et déjà installer GIMP 2.10.0 en un clic, là maintenant tout de suite ! Et bonus, vous bénéficierez directement de toute mise à jour future ! :-D

GIMP est aussi disponible dans des paquets tiers pour les divers autres systèmes. Je tiens cependant à rappeler que ces paquets ne sont pas créés par nous. Cela signifie qu'en cas de bugs, nous vous demandons de vous assurer que ceux-ci ne proviennent pas du paquetage, et de rapporter les bugs à l'empaqueteur d'abord. En outre, on ne peut en assurer la qualité ni la conformité, et surtout la sécurité (c’est-à-dire si aucun code malveillant n'a pu être ajouté). C'est pour cette raison que je ne donne pas de liens mais ces paquets sont simples à trouver.

On nous a souvent accusé de privilégier Windows, car on ne proposait pas de binaires Linux (ce qui était simplement la norme jusqu'il y a peu : laisser les distributions s'en occuper). On notera que désormais, la version Linux est la première à sortir, presque immédiatement après l'annonce de la version stable (alors que l'installeur Windows a mis 2 jours et le paquetage macOS n'est pas sorti) ! Il ne s'agit d'ailleurs pas d'un coup de chance : cette situation est faite pour durer ! En tant que mainteneur du flatpak, je prévois de ne jamais laisser passer plus de quelques heures avant la sortie du binaire (en fait même pour cette sortie, le binaire n'a été retardé que parce que j'ai été forcé de lancer la compilation 5 fois d'affilée à cause de divers contretemps ; autrement j'espérais pouvoir sortir le flatpak en même temps que l'annonce).

Liste non-exhaustive

Vous noterez que les notes de sortie de GIMP 2.10.0 ne listent pas exactement les mêmes changements que le présent article (alors même que j'ai contribué massivement à écrire les deux documents, ainsi qu'à une majeure partie des implémentations de fonctionnalités). En fait, le nombre de nouvelles fonctionnalités ou de changements dans GIMP 2.10.0 est tellement énorme que personne n'a même essayé de les compter.

Le fichier NEWS est un peu plus complet, bien qu'il ne soit pas exhaustif non plus (je viens par exemple de me rendre compte qu'au moins une des fonctionnalités de cet article avait été oublié dans NEWS et ce n'est probablement pas la seule).

Il fallait faire des choix de fonctionnalités à citer, qu'on espère pertinents, mais dans tous les cas, ce qualificatif dépendra fortement de chacun. Je vous laisse donc découvrir les autres nouveautés vous-même en croisant les articles.

GIMPez bien!

Le tour des fonctionnalités est terminé. Notons qu'il s'agit en fait d'un survol extrêmement succinct des nouveautés de GIMP 2.10.0 qui représentent véritablement un énorme bond en avant depuis la version 2.8.
Pour plus de détail de diverses fonctionnalités, je peux conseiller de lire les annonces (en anglais) des diverses versions de développement, ainsi que des candidates de sortie, donnant une vision plus incrémentale du développement :

Dans tous les cas, je vous souhaite beaucoup de plaisir à GIMPer toutes vos images, que ce soient des œuvres d'art originales ou de simples photos de vacances à retoucher. :-D

Épilogue : ZeMarmot et le développement de GIMP

Je souhaitais également rappeler que notre studio associatif, LILA, est un contributeur majeur de GIMP (je suis le second plus gros contributeur de GIMP 2.10, après le mainteneur ; et même plus gros contributeur des 6 derniers mois).
Notre but est de promouvoir l'Art Libre et les Logiciels Libres créatifs au niveau professionnel. Nos projets ont donc pour but à terme de rémunérer des créateurs qui utilisent des Logiciels Libres et partagent leurs créations. En particulier nous produisons le film d'animation ZeMarmot.

Ma priorité dans la contribution de GIMP est donc d'en faire un outil de qualité professionnel (ce que j'estime qu'il est dorénavant, bien qu'il puisse encore être énormément amélioré). Cela signifie qu'il doit être fiable et stable (avant même de nous lancer dans ZeMarmot, mes contributions initiales étaient dues à l'existence de plantages trop fréquents de GIMP, que j'ai corrigés depuis), puis qu'il doit bénéficier de nouvelles fonctionnalités pour les usages avancées (ce que je fais aussi).

Si vous appréciez GIMP et notre travail pour l'améliorer, nous vous encourageons donc à contribuer financièrement. Vos dons rémunèreront aussi bien le développement de GIMP que la création du film (lequel peut servir de vitrine pour le logiciel libre, tout en étant une véritable œuvre, et pas seulement une démo technique). Les donations sont possibles sur Liberapay, Tipeee, Patreon, ou autre (que ce soit par virement, chèque, Paypal, bitcoin…).
C'est un moyen de contribuer à l'amélioration constante de ce fabuleux logiciel.

Ze End

NdM : Jehan est aussi un important contributeur à LinuxFr.org, fournissant dépêches de qualité, journaux copieux et commentaires pertinents. Grâce à lui nous sommes régulièrement informés, avec constance et précision, sur le développement de GIMP, les logiciels d'animation et le monde du traitement d'images. Quelques-uns de ses articles sont mentionnés dans la dépêche, beaucoup manquent. Vous pouvez les retrouver en suivant son pseudo ou le tag gimp. En voici un florilège pour découvrir certaines nouveautés oubliées dans la dépêche :

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Agenda du Libre pour la semaine 18 de l'année 2018

Dimanche 29 Avril

Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 38 événements (2 en Belgique, 27 en France, 0 au Luxembourg, 9 au Québec, 0 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

Sommaire [FR Saint-Jean-de-Védas] Repair Café - Le lundi 30 avril 2018 de 09h00 à 13h00.

Nous vous proposons ce rendez-vous, où, bricoleurs, acteurs, bénévoles, associations, vous attendent pour vous aider à donner une deuxième vie à vos objets.

Réparer ensemble, c’est l’idée des Repair Cafés dont l’entrée est ouverte à tous. Outils et matériel sont disponibles à l’endroit où est organisé le Repair Café, pour faire toutes les réparations possibles et imaginables. Vêtements, meubles, appareils électriques, bicyclettes, vaisselle, objets utiles, jouets, et autres. D’autre part sont présents dans le Repair Café des experts bénévoles, qui ont une connaissance et une compétence de la réparation dans toutes sortes de domaines.

On y apporte des objets en mauvais état qu’on a chez soi. Et on se met à l’ouvrage avec les gens du métier. Il y a toujours quelque chose à apprendre au Repair Café. Ceux qui n’ont rien à réparer prennent un café ou un thé, ou aident à réparer un objet appartenant à un autre. On peut aussi toujours y trouver des idées à la table de lecture qui propose des ouvrages sur la réparation et le bricolage.

Repair Café est un atelier consacré à la réparation d’objets et organisé à un niveau local, entre des personnes qui habitent ou fréquentent un même endroit, par exemple un quartier ou un village. Ces personnes se rencontrent périodiquement en un lieu déterminé, dans un café, une salle des fêtes ou un local associatif où des outils sont mis à leur disposition et où ils peuvent réparer un objet qu’ils ont apporté, aidés par des volontaires.

Les objectifs de cette démarche alternative sont divers

  • réduire les déchets
  • préserver l’art de réparer des objets
  • renforcer la cohésion sociale entre les habitants des environs

Seront présents

  • Autour.com : On se rend des services entre voisins, on partage des infos, on prête, on loue, on donne…
  • L’Accorderie : Est un système d’échange de services entre habitants d’un même quartier ou d’une même ville.
  • La Gerbe : Contribuer à la formation de citoyens éveillés, engagés et solidaires en offrant aux enfants et aux jeunes un espace privilégié d’expression et d’épanouissement Crèche, Centre de loisirs, Scoutisme, Ateliers, chacun peut y trouver un cadre pour son développement grâce au travail d’une équipe de professionnels et de bénévoles.
  • Les Compagnons Bâtisseurs : Prévoient d’amener des outils
  • Les Petits Débrouillards : est un réseau national de culture scientifique et technique, ils viendront avec pleins de conseils et une imprimante 3D.
  • Le Faubourg : Hébergera le Repear Café.
  • Montpel’libre : Sera là avec des pièces informatiques, pour essayer de reconditionner des ordinateurs, dépanner ceux qui ne fonctionnent plus, expliquer comment ça marche, faire comprendre le choix judicieux du logiciel libre, contourner l’obsolescence programmée grâce à GNU/Linux, comment réparer et entretenir son matériel sois-même, nous porterons un jerry.
  • TechLabLR : Accompagne les projets à composantes technologiques afin de les amener au pré-prototype, puis les guider vers les structures d’accompagnements.
  • Violons Dingues : Passionnés de la vie, des autres, de la culture, de l’art, du sport, de la mécanique, de la moto, de la photo, de la musique, des animaux, des insectes, des plantes, de l’environnement, enfin de tout ce qui circule (au propre comme au figuré) sur notre planète.
  • Zéro Waste Montpellier : La démarche "Zéro Waste" est une démarche positive pour aller vers une société zéro déchet et zéro gaspillage.

  • Maison des Associations, 18 bis rue Fon de l’Hospital, Saint-Jean-de-Védas, Occitanie, France

  • Adresse web http://montpel-libre.fr

  • Tags
    montpel-libre, repair-cafe, atelier

[FR Grenoble] Conférence introduction à la cryptographie - Le lundi 30 avril 2018 de 19h30 à 21h00.

La guilde organise une conférence sur la cryptographie au Laboratoire Ouvert de Grenoble avec comme intervenant Xavier Belanger.

Cette conférence présentera les bases de la cryptographie, son histoire et ses usages au quotidien. Des exemples et références seront donnés pour les outils de chiffrement les plus communs (TLS/SSL, OpenSSH, …). Cette présentation s’adresse à tous, informaticiens ou non.

[QC Montréal] Sécurité pratique avec Kubernetes - Le lundi 30 avril 2018 de 12h00 à 13h00.

OWASP dans le cadre des Midis conférence est heureux d'accueillir Greg Castle.
L'événement contiendra une diffusion de «Shipping in Pirate-Infested Waters: Practical Attack and Defense in Kubernetes» présentée à Kubecon 2017, suivie de 20 min. de questions/réponses (en anglais) avec Greg par vidéoconférence.
Biographie :

[FR Montpellier] Rencontre du Groupe Blender - Le mardi 1 mai 2018 de 17h00 à 19h00.

Nous avons le plaisir de vous annoncer cette réunion du groupe Blender à Montpellier (le premier mardi du mois).

Rencontrer un groupe d’utilisateurs du logiciel de modélisation 3D Blender pour échanger et actualiser ses connaissances sur ce logiciel à la fois très puissant et riche en potentialités. Attention, il ne s’agit pas d’ateliers d’initiation à Blender.

Les thèmes que nous vous proposons d’aborder

  • les activités du Groupe Blender de Montpel’libre et Les Fées Spéciales
  • premiers pas dans l’univers 3d
  • prise en main des outils de base
  • inscriptions aux formations Blender
  • présentation de YafaRay, moteur de rendu d’images de synthèse libre utilisant la technique du lancer de rayons intégré à Blender
  • les nouveautés de la dernière version de Blender

Faites passer l’info autour de vous.

Les compte-rendus et contenus des réunions précédentes.

Blender est un logiciel libre de modélisation, d’animation et de rendu en 3D. Cette réunion se veut pour partager du temps autour du projet, s’entre-aider, s’émuler, s’amuser, produire, ou tout simplement discuter. Cette réunion s’adresse à toutes les personnes débutantes, confirmées et même curieuses de l’image en 3D.

Quelques liens utiles
Magazine sur Blender Linux pratique hors-série n°37. Pour apprendre à créer une séquence d’introduction en 3D.

Ces rencontres du groupe Blender ont lieu le premier mardi de chaque mois de 17h00 à 19h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie Montpellier Méditerranée Métropole, la Médiathèque Federico Fellini, Les Fées Spéciales et Montpel’libre.

[FR Pamiers] Atelier bi-mensuel - Le mardi 1 mai 2018 de 18h00 à 20h00.

Soirée bi-mensuelle autour du Logiciel Libre au FabLab de Pamiers

[QC Québec, G1W 3P5] Linux-Meetup Québec - Le mardi 1 mai 2018 de 02h00 à 20h45.

Bonjour à tous!
Vous êtes invités à participer au prochain Linux-Meetup de Québec qui aura lieu le mardi 1 mai 2018 au Centre des loisirs St-Louis de France de 18h à 20:45h. Vous pouvez souper sur place avec nous et les discussions sur le sujet retenu (Le daemon Incron présenté par Bertrand) commenceront vers 19h.
Coordonnées :

[QC Montréal] Mardi c'est Wiki à BAnQ - Le mardi 1 mai 2018 de 18h30 à 21h00.

Wikimédia Canada, BAnQ, la Fondation Lionel-Groulx et l'Acfas, collaborent pour offrir aux usagers de la Grande Bibliothèque à Montréal, des ateliers portant sur le processus de contribution à l’édition francophone de l’encyclopédie libre.
Le premier mardi de chaque mois, des wikipédiens d’expérience partagent leurs connaissances avec tous ceux qui désirent en savoir plus sur cette encyclopédie en ligne, tout particulièrement sur la façon de contribuer au développement de sa version francophone.
L'atelier sera aussi diffusé par visioconférenceà partir de 18 h 30 : https://meet.jit.si/MardiWiki

[QC Montréal] Linux-Meetup Montréal - Le mardi 1 mai 2018 de 19h00 à 21h30.

Local de la rencontre : à confirmer
Programmation de la rencontre
ATTENTION Le conférencier invité n'a pas encore été choisi. Si vous connaissez des compagnies œuvrant dans le logiciel libre, n'hésitez pas à m'envoyez un message.Ce mois-ci, nous aurons plusieurs petites présentations éclairs ("lightning talks") reliées à Linux et aux logiciels libres.Avis aux intéressés, envoyez-moi un courriel si vous voulez présenter quelques choses. Sinon, ce sera des présentations éclairs improvisées avec les gens présents.Par la suite, si le temps le permet, on fera une discussion de groupe sur un thème déterminé par les gens présents … discussions libres et ouvertes !

[FR Lyon] TupperRust - Le mercredi 2 mai 2018 de 19h00 à 22h00.

Bonjour à toutes et à tous,

Certains d'entre vous l'attendaient, la date du prochain TupperRust est prévu le mercredi 2 mai prochain, à 19h à l'ENS de Lyon

Arrêt de métro Debourg, ligne B)

Salle D2 034

Le principe de ce prochain TupperRust est simple vous avez 2 possibilités

  • proposer un projet sur lequel vous pouvez contribuer
  • travailler sur un des projets proposés

Pour cela, merci de vous rendre sur ce pad et d'inscrire vos idées https://pad.hadoly.fr/p/tupperrust-2018-05

Petit conseil travaillez sur des problématiques simples, un bug ou une fonctionnalité pouvant être réalisée en 2h. 

Tous les niveaux sont les bienvenus.

Hackez bien

PS Profitons aussi pour signaler qu'une liste de diffusion a été créée pour l'occasion https://framalistes.org/sympa/info/tupperrust

[FR Rennes] Rencontres Rennaises de la Monnaie Libre - Le mercredi 2 mai 2018 de 19h00 à 23h00.

Pour venir découvrir, échanger des biens et services, se certifier, nous organisons des Rencontres mensuelles tous les premiers mercredis de chaque mois

L'objectif de ces rencontres est de permettre de développer le réseau d'échanger de la Ğ1 à Rennes.

En tant que nous venus, vous serez accompagnés dans la découverte des portefeuilles Cesium, ou pour les utilisateurs avancés, Sakia.

Nous vous expliquerons les tenants et aboutissants des certifications qui permettent de vérifier nos identités de manière décentralisées.

C'est aussi le parfait endroit pour échanger quelques produits en Ğ1.

N'hésitez pas à prévenir sur ĞChange des produits que vous souhaitez échanger, ou en utilisant la liste de diffusion!

Vous pouvez dors et déjà réserver le premier Mercredi de chaque mois à 19h,.

N'hésitez pas à nous prévenir de votre présence en envoyant un mail à l'adresse de contact

Le bar des Milles Potes

[FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 2 mai 2018 de 21h00 à 23h00.

Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

Ouvert au public tous les mercredi soir.

Venez nombreux.

[QC Montréal] 5e Colloque libre de l’Adte 2018 - Le mercredi 2 mai 2018 de 08h30 à 18h30.

Ne manquez pas le 5e Colloque libre de l’Adte 2018!
Logiciels libres, science libre, données ouvertes et ressources éducatives libres pour l’enseignement supérieur, avec la participation de Richard Stallman, initiateur du mouvement du logiciel libre, et de plusieurs conférencières et conférenciers de renom.
Le 5e Colloque libre de l’Adte 2018 peut être déclaré au titre de la formation continue obligatoire, par exemple, auprès de l’Ordre des ingénieurs du Québec.

[QC Montréal] Les Mercredis cartographie - Le mercredi 2 mai 2018 de 18h30 à 21h30.

OpenStreetMap Montréal revient à la Grande bibliothèque pour la seconde saison des Mercredis cartographie !
Les cartes font partie de notre quotidien: elles nous servent à nous orienter, localiser des objets, des événements… mais pourquoi se contenter de les utiliser? Découvrez le projet mondial de cartographie OpenStreetMap, apprenez à améliorer la représentation des lieux que vous connaissez et ainsi construire les nouvelles cartes dont vous avez besoin.
Au programme des Mercredis cartographie : - 18h30 : Accueil des participants, découverte d'OpenStreetMap pour les débutants. Si vous avez déjà assisté à notre présentation « OpenStreetMap, le monde entre nos mains », vous pouvez améliorer les données de Montréal pendant ce temps ! - 19h : Cycle de formation progressif pour s'initier à la contribution à OSM. Au programme cette semaine : dessinez votre maison… et celle de vos voisins ! - 19h30 : Contribution aux importations des données ouvertes de la Ville grâce au gestionnaire de tâches d'OSM Montréal. - 20h : Présentation de la cartothèque par les bibliothécaires de BAnQ, et/ou les dernières actualités de la communauté OpenStreetMap internationale résumées quelques minutes. Pour ne pas perdre le nord. - 20h30 : La communauté locale se retrouve pour travailler sur les projets en cours, et améliorer les données de Montréal dans OSM.

[FR Grenoble] Missing Maps - Cartographier pour la bonne cause - Le jeudi 3 mai 2018 de 14h30 à 17h30.

CartONG et l'Age d'Or vous invitent à un mapathon pour découvrir la cartographie participative et humanitaire dans OpenStreetMap pas besoin d’être un expert, c’est accessible à tout le monde

Nous vous proposons de découvrir comment contribuer à OpenStreetMap durant un mapathon. Cet événement s’inscrit dans le cadre de l’initiative globale Missing Maps, projet humanitaire qui vise à cartographier en amont les parties du mondes vulnérables aux catastrophes naturelles, crises sanitaires, environnementale, aux conflits et à la pauvreté.

Le 3 mai nous cartographierons le Bangladesh en effet, ce mapathon s'inscrit également dans le cadre des journées solidaires organisées dans le quartier Teisseire-Malherbe les 2 et 3 mai 2018, au profit des enfants du Bangladesh souffrant de rachitisme.

Au programme de l'après-midi

  • 14h30 Accueil des participants
  • 14h40 Mots de bienvenue, présentation du projet Missing Maps et du déroulement de l'après-midi
  • 14h50 Présentation de la contribution dans OSM
  • 15h00 Cartographions
  • 17h30 Fin du mapathon, conclusion sur les contributions de l'après-mdi

Si vous en avez un, nous vous recommandons de venir avec votre ordinateur portable personnel. 

Qu’est-ce que Missing Maps

L’objectif du projet Missing Maps est de créer des cartes pour les zones de crise des pays en voie de développement qui en ont le plus besoin. En effet, on peut penser qu’aujourd’hui toutes les parties du monde sont cartographiées, mais en réalité nombreuses régions ne possèdent encore aucunes cartes. L’objectif de Missing Maps est donc de cartographier toutes ces zones encore invisibles sur les cartes, pour permettre par la suite aux collectivités locales et acteurs de l’humanitaire de pouvoir agir plus efficacement en cas de crise.

CartONG

Fondée en 2006, CartONG est une Organisation Non Gouvernementale engagée dans la promotion de l’utilisation de l’information géographique pour améliorer la collecte et l’analyse des données pour l’aide humanitaire d’urgence et le développement de programmes à travers le monde.

===> INSCRIPTIONS ICI

[FR Poitiers] Jeudi du Libre - Le jeudi 3 mai 2018 de 17h30 à 20h30.

Chaque premier jeudi du mois, les membres de l’APP3L se réunissent au Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ).

Ils vous invitent à les rejoindre, de 17h30 à 20h30, afin d’échanger et d’en apprendre plus à propos des logiciels libres.

Si vous le désirez, vous pouvez venir avec votre ordinateur portable ou fixe (nous prêterons écrans, claviers et souris).

Cette permanence est l’occasion pour chacun de

  • rencontrer d'autres utilisateurs
  • de discuter ou de s’informer
  • de trouver de l’aide (vous pouvez amener votre machine);
  • ou tout simplement de découvrir des alternatives aux logiciels et services privateurs.

Vous pourrez aussi échanger et vous faire aider dans votre contribution aux communs numériques (Wikipédia, OpenStreetMap), la protection de votre vie privée et les services en ligne respectueux de votre intimité.

Entrée Libre. Tout Public.

Accès 64 rue Léon Gambetta 86000 Poitiers

[FR Lyon] Permanence Wiktionnaire - Le jeudi 3 mai 2018 de 18h00 à 23h00.

Découvrez le Wiktionnaire, dictionnaire collaboratif en ligne, et apprenez à diffuser vos connaissances sur les mots

Que vous soyez amoureux de votre langue maternelle ou apprenants de langues étrangères, le Wiktionnaire vous permet de découvrir et de partager vos savoirs.

Venez pratiquer et apprendre grâce aux connaissances des participants et aux ressources du KoToPo

[FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 3 mai 2018 de 18h30 à 20h30.

Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second mardis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

 Ces rencontres sont ouvertes à tous.

[FR Lyon] Jeudis Bidouille - Le jeudi 3 mai 2018 de 19h00 à 22h00.

Atelier gratuit - jeudi 19h00 à 22h00

L’EPN des Rancy (249, rue Vendôme, 69003 Lyon) et (Association Lyonnaise pour le Développement de l'Informatique Libre) vous proposent des rendez-vous mensuels pour accompagner les utilisateurs de logiciel libre dans la résolution de leur problème informatique.

L'objectif de ces ateliers sont l'entraides et dépannages entre utilisateurs de logiciel libres débutants et plus aguerris. L’occasion de voir comment ça marche, de demander un coup de pouce, de faire découvrir une astuce.

Avec la participation des bénévoles de l’ALDIL, Illyse et des utilisateurs de GNU/Linux (Ubuntu, Debian, Mageia, LinuxMint…).

Ces ateliers sont ouverts à tous.

les dates jeudis 21 septembre, 23 novembre, 21 décembre,25 janvier, 01 mars, 29 mars, 03 mai, 24 mai, 31 mai, 14 juin, 21 juin

N'hésitez pas à venir nombreux.

Rappel aucune installation de logiciel sous licence ne pourra être faite sans présentation de la licence et de sa preuve d’achat. Par défaut, les intervenants proposeront des logiciels libres mais s’adaptent à d’autres demandes.

[FR Caen] Le First-jeudi Échange dînatoire canneais - Le jeudi 3 mai 2018 de 19h00 à 21h00.

Tous les premiers jeudis du mois, les membres (et non-membres sont également les bienvenues) se rencontrent pour discuter de l'univers des logiciels libres, tout en dînant (ou juste pour prendre un café). [N.B. le repas n'est pas offert].

Dans un esprit totalement libre, les sujets vont et viennent en fonction de chacun.

Venez nombreux.

[FR Béziers] Permanences MAMIUT GNU/Linux et Logiciels Libres - Le jeudi 3 mai 2018 de 19h00 à 21h00.

Pour faire suite à nos rencontres à la MAM et à l’IUT de Béziers et pour lancer la dynamique, nous vous proposons les créneaux suivants pour l’animation d’ateliers de prises en mains et d’accompagnements à GNU/Linux et aux Logiciels Libres

À l’IUT de Béziers, le 1er jeudi de chaque mois de 19h00 à 21h00 lors de l’OpenLab.

À la Médiathèque André Malraux de Béziers, le 3e mardi de chaque mois de 15h00 à 17h30 lors des permanences techniques.

Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie la Médiathèque de Béziers, l’IUT de Béziers et Montpel’libre.

[BE Liège] Linux Meeting Party - Le jeudi 3 mai 2018 de 19h30 à 22h30.

Notre "Linux Meeting Party" (table de conversation informelle) a lieu tous les.

Elle se tiendra comme d'habitude dans la salle du rez-de-chaussée de la "Fédé ULg", 24 Place du XX Août, à Liège. Cela se trouve en face de l'Université de Liège, à hauteur de l'arrêt de bus carte interactive d'accès.

Venez quand vous voulez entre 19h30 et 22h30 papoter Linux et Logiciels Libres dans la bonne humeur.
Un projecteur est normalement disponible mais l'accès WiFi est incertain.

[FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 3 mai 2018 de 19h30 à 22h30.

Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

Programme non exhaustif

  • Fedora (sa traduction)
  • Parinux, ses bugs et son infrastructure
  • April, … y a toujours quelque chose à faire
  • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
  • Schema racktables, son code
  • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
  • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
  • En vente libre, maintenance et commandes
  • Open street map, une fois par mois
  • Linux-Fr sait faire
  • en vente libre

tout nouveau projet est le bienvenu.

[QC Montréal] Rencontre du Libre - Le jeudi 3 mai 2018 de 17h30 à 21h00.

Rencontre du Libre du CLA se tiendra le jeudi 3 mai 2018, de 17h30 à 21h00 au 3e étage de la Maison Notman, située au 51 rue Sherbrooke Ouest à Montréal.
Cette rencontre mensuelle se déroulera sous le format d’atelier et d’entre-aide. Vous avez une question concernant les logiciels libres ou un problème avec votre système, nous sommes là pour vous aider!
Bienvenue à tous et à toutes. Il n’y a aucune obligation d’être membre pour participer à nos rencontres. N’hésitez pas à venir accompagner! Invitez les personnes de votre entourage à fraterniser avec notre communauté.

[QC Coteau du Lac] Émission #151 de bloguelinux - Le jeudi 3 mai 2018 de 20h00 à 21h00.

bloguelinux.ca est un blogue québécois offrant la diffusion d'un podcast qui traite des logiciels libres, du système d'exploitation Linux et de la technologie en général ; il y a un processeur, il y a un système d'exploitation, c'est certain que ça nous intéresse!
bloguelinux.ca est enregistré le jeudi à 20h00 toutes les deux semaines.
Vous pouvez nous écouter en direct lors des enregistrements à l'adresse http://live.bloguelinux.ca ou directement sur notre site à http://www.bloguelinux.ca en cliquant sur la radio dans le panneau de gauche du site.

[FR Rennes] Atelier Diacamma Syndic - Le vendredi 4 mai 2018 de 18h00 à 20h00.

Gulliver organise un atelier d'utilisation du logiciel Diacamma Syndic (logiciel libre de gestion de copropriété) le

jeudi 4 mai 2018 à 18h00

À la Maison de la Consommation et de l'Environnement (48, boulevard Magenta - 35 000 RENNES)

Nous avons réservé la salle Accueil (qui se trouve à l'entrée).

L'atelier est ouvert à tous (la capacité de la salle étant limitée, n'hésitez pas à nous informer de votre présence afin qu'en cas d'affluence, nous puissions faire le nécessaire).

Plus d'informations à propos du logiciel Diacamma Syndic http://www.diacamma.org/

[FR Mérignac] Permanences du libre - Le vendredi 4 mai 2018 de 19h00 à 21h00.

Unbee est une association qui relie entre eux les utilisateurs du monde libre sur Mérignac.

En partenariat avec le Puzzle, tous les 1er vendredis de chaque mois, l'association Unbee organise un moment d'échange et de discussion autour des logiciels libres Ubuntu, Libre office, Gimp, Inskscape entre autre…

Sur place, vous pourrez consulter magazines et livres sur la même thématique.

Nous nous réunissons pour partager nos connaissances techniques et philosophiques du numérique libre, il n'y a pas d'expert, tout le monde participe et enrichit le débat

Avant de venir nous voir, il vaut mieux vérifier les dates dans le calendrier sur notre site internet.

[FR Strasbourg] Hack ver alli Crypto-monnaies pile ou face » - Le vendredi 4 mai 2018 de 19h00 à 22h00.

conférence-débat

Lieu Le salon (rdc)

Depuis l'apparition mystérieuse du Bitcoin en 2009, des centaines de"crypto-monnaies" ont vu le jour, entraînant une inflation exponentielle du nombre de publications sur le thème des conséquences dites révolutionnaires de la blockchain et de ces monnaies virtuelles décentralisées.

Hors des bulles financières et des scandales de toutes natures, d'autres modèles se dessinent pour penser la monnaie.

Venez discuter des grandes questions soulevées par l'informatique à l'occasion des Hack Ver Alli, chaque premier vendredi du mois. Ces séances grand public du hackerspace Hackstub présenteront des projections-débats, ateliers ou même des conférences gesticulées pour permettre à tout le monde de s'initier à la technique tout en en questionnant nos usages.

Public tout public
Tarif entrée libre
Organisé par Hackstub
Inscription non

[FR Dijon] Atelier de création numérique et électronique - Le vendredi 4 mai 2018 de 20h30 à 23h59.

Le fablab et hackerspace L'abscisse vous propose comme tous les vendredis soir un atelier de création numérique et électronique.

L'atelier est équipé de différents outils perceuse, CNC, Arduino, Raspberry Pi, ordinateurs, oscilloscope, multimètre.

Une ressourcerie est à disposition, vous y trouverez des composants électroniques et des pièces détachées à prix libre.

Vous pouvez venir découvrir l'atelier et les usagers du fablab à partir de 20h30.

Vous pouvez aussi venir pour participer aux travaux numériques en cours, partager vos connaissances et vos savoir-faire.

Tous nos travaux sont libres et documentés sous licence libre.

[QC Montréal] HackQc - Hackthon sur données ouvertes - Du vendredi 4 mai 2018 à 18h00 au dimanche 6 mai 2018 à 19h00.

HackQC revient en force pour une deuxième édition. Cette compétition de programmation fait appel à tous pour créer la meilleure application. Peu importe votre âge ou la régions d'où vous venez, vous êtes invité à venir développer une manière de changer les choses. Le tout se déroulera sous un seul thème : Communautés vertes et environnement urbain.
Ainsi, vous et votre équipe (4 à 6 personnes) avez moins de 48h pour mettre au point une application fonctionnelle, en utilisant le portail de données ouvertes du Gouvernement du Québec. Cette compétition de taille permet de développer la coopération, tout en amenant des solutions innovantes à un problème réel.
Donc, 4 informations importantes à retenir :

[FR Lyon] Technique de cartographie - Le samedi 5 mai 2018 de 10h00 à 12h00.

Atelier gratuit - samedi 10h00 à 12h00

Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com

L’EPN des Rancy (249, rue Vendôme, 69003 Lyon) et l'association OSM (OpenStreetMap) vous propose une série d’ateliers.

L'objection est de découvrir les usages liés à, et contribuer à son enrichissement. Créer son compte personnel, faire des reports/créations d’informations géographiques sur la carte, y compris des données GPS.

S’initier et se perfectionner à l’usage des outils informatiques associés. Intégrer des données externes.

Contribuer à améliorer la Base Adresses Nationale Ouverte (BANO). Explorer la richesse de la base de données OSM, et savoir en tirer partie.

Réaliser des cartes personnalisées. Pour chaque atelier, le contenu sera adapté en fonction des demandes des participants.

Cet atelier est ouvert à tous

les dates Samedis 7 octobre, 9 décembre, 20 janvier, 31 mars, 5 mai

Vous pouvez venir avec votre propre pc (sinon on vous le fournira).

N'hésitez pas à venir nombreux.

[BE Herstal] Atelier de formation à Gimp débutant (Retouche photos) - Le samedi 5 mai 2018 de 10h00 à 12h00.

Formation donnée sur 4 jours (28/04 - 05/05 - 19/05 - 26/05)

Les ateliers sont gratuits et le nombre de places limitées (4 à 8 personnes max). Pour participer à un/plusieurs atelier(s), il est obligatoire de s'inscrire au préalable auprès de l'animateur au 0479 94 69 29 ou par courriel (voir ci-dessous).

GIMP est un outil d'édition et de retouche d'image, diffusé sous la licence GPLv3.

[FR Aix-en-Provence] Samedi Libre - Le samedi 5 mai 2018 de 10h00 à 18h00.

PROGRAMME Attention aux NOUVEAUX HORAIRES

10h00 - 12h30 Atelier sur le nano-ordinateur Raspberry Pi

12h30 - 13h30 Déjeuner en commun

13h30 - 18h00 Interventions sur rendez-vous et démonstrations

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Ces Samedis Libres sont organisés par l'Axul en collaboration avec plusieurs associations de logiciels libres des Bouches-du-Rhône.

Ils proposent des présentations générales et une aide technique pour le dépannage et la mise à jour d'ordinateurs avec des logiciels libres. Ils présentent aussi des démonstrations de matériels libres.

Des informations sont disponibles sur la Culture Libre (OpenStreetMap, Wikipedia…).

PRÉSENTATIONS POSSIBLES

Présentation de livres et de sites Internet consacrés au Libre

Présentation du nano-ordinateur micro:bit conçu pour rendre l’enseignement et l’apprentissage facile et amusant.

Présentations liées aux nouveaux programmes scolaires sur le codage

  • Présentations de Pygame, Python, Scratch et Snap.
  • Présentations de modèles éducatifs libres écrits en HTML5 pour PC ou tablettes quel que soit le système d'exploitation exemple du site PhET.
  • Présentation du projet 1, 2, 3… codez: Enseigner l'informatique à l'école et au collège (Fondation La main à la pâte).
  • Présentations d'autres logiciels éducatifs et/ou scientifiques…

Autres présentations

  • Comparaison des environnements Cinnamon, GNOME, KDE, LXDE, Xfce et Unity installés avec la même version d'Ubuntu.
  • Distribution Emmabuntüs pour la rénovation d'ordinateurs anciens.
  • Distribution AbulEdu pour les élèves de l'école primaire.
  • Distribution PrimTux 2 pour les élèves de l'école primaire.
  • Distribution Pure OS associée au projet Librem pour des ordinateurs avec des matériels et des logiciels libres.
  • Distribution Ubuntu 17.10.
  • Distribution Ubuntu Touch sur un téléphone mobile.
  • Distributions Linux installées sur des clefs USB insérées dans des ordinateurs Linux, Windows 7 ou Windows 10.
  • Cohabitation Linux - Windows 10 le cas d'Ubuntu 64 bits.
  • Évolution du projet pédagogique OLPC (One Laptop per Child) : ordinateur XO-4, tablette OLPC partiellement libérée avec F-Droid et différentes machines avec la plate-forme pédagogique Sugarizer.
  • Présentation d'Inkscape, logiciel de dessin vectoriel professionnel pour Windows, Mac OS X et GNU/Linux
  • Présentation de logiciels scientifiques libres (SageMath…)

NB Certaines démonstrations pédagogiques sont en libre service. Les autres démonstrations seront normalement possibles toute la journée elles seront lancées en fonction des souhaits des visiteurs et des disponibilités des spécialistes.

Adresse Centre Social et Culturel des Amandiers, 8 allée des Amandiers, Jas-de-Bouffan (cliquer sur ce dernier lien pour avoir un plan détaillé).

Ces samedis libres et gratuits sont ouverts à toutes et à tous, débutant(e)s ou expert(e)s GNU/Linux, membres ou non d'associations du Libre. Les locaux sont au rez-de chaussée et accessibles par tous.

Entrée Libre..

Prochain Samedi Libre

[FR Geaune] Atelier Les Logiciels Libres pour la photo numérique - Le samedi 5 mai 2018 de 10h00 à 12h00.

Atelier sur l'utilisation des logiciels libres pour la gestion des photos numériques

Elle permet déjà de couvrir un large éventail de besoins recadrage, amélioration du contraste, amélioration de la netteté, correction de la balance des blancs, passage en noir et blanc, application de filtres, HDR et pseudo-HDR, retouche avec calques et masques de calques, création de panoramas, mise en oeuvre du focus stacking (hyperfocus), etc.

[FR Lyon] Edit = Resist - Le samedi 5 mai 2018 de 10h00 à 20h00.

MÉMOIRES // MINORITAIRES
Festival des mémoires LGBTQI et féministes
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
/////////

EDIT = RESIST

Atelier web / Rencontre / Performance

  • Initiation à la contribution sur Wikipédia
  • Rencontre avec Lucia Valdivia - Trajectoires militantes au coeur du mai 68 lyonnais.
  • Réactivation théâtrale du premier Zap Queer en France

#Mai68
#50ansMai68

Rendez-vous au cœur des archives du CEDRATS.

le Centre de Documentation et de Recherche sur les Alternatives Sociales - pour apprendre ensemble à écrire sur Wikipédia.

Il s'agira de créer et d'enrichir un maximum d'articles sur les luttes sociales et minoritaires lyonnaises, dans le sillage de mai 68 - en somme, d'apprendre un maximum de choses sur l'histoire de nos luttes et d'en faire profiter tout le monde en publiant sur l'encyclopédie libre et collaborative la plus consultée au monde.

Cet atelier de contribution collectif nous permettra de faire un point sur les inégalités qui traversent Wikipédia, que ce soit dans son contenu ou dans son usage - gender gap, visibilité des minorités de genre et sexuelle sur l'encyclopédie et parmi les contributeur-trices…

!!! Si vous ramenez vos ordis portables avec wifi c'est mieux

Tracts, photographies, ouvrages, fanzines et archives personnelles diverses sont les bienvenues

** La journée de contribution démarrera à 10h **
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
/////////

*** PROGRAMME DE LA JOURNÉE ***

  • 10h-12h première session de contribution et d'initiation sur Wikipédia. Thématiques envisagées collectifs de lutte lesbiens et radicalités lesbiennes à Lyon, en France et ailleurs.

  • 12h repas partagé - ramène ton houmous et ton jus de betterave.

  • 14h rencontre avec Lucia Valdivia autour de l'ouvrage "Lyon en luttes dans les années 68".

A la suite de son intervention, et en sa présence, il s'agira de compléter Wikipédia à partir de trajectoires militantes individuelles et collectives, au cœur du Mai 68 lyonnais.

  • 17h Goûter et rafraichissement car se sustenter de façon détendue est important.

  • 18h Performance théâtrale - Nous demandons la liberté pour nous et pour vous ».
    Revivez l'envahissement des studios d'RTL par le FHAR en 71 avec des comédien-nes stéphanois-es qui recréeront sous vos yeux ébahis ce coup d'éclat et coup d'envoi des luttes LGBT en France.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
/////////
EDIT = RESIST
SAMEDI 5 MAI
10h-20h
Au CEDRATS
27 montée Saint Sébastien
69001 Lyon

Entrée libre

/////////
➡️contact@memoiresminoritaires.org
➡️memoiresminoritaires.org

[FR Paris] Premier Samedi du Libre - Le samedi 5 mai 2018 de 14h00 à 18h00.

Chaque premier samedi de chaque mois, de 14h00 à 18h00, des bénévoles passionnés de logiciels libres se retrouvent au Carrefour Numérique² de la Cité des Sciences, pour une install-party de distributions GNU/Linux, ainsi que des ateliers et des conférences.

Venez aider ou vous faire aider à installer et paramétrer des logiciels libres et toute distribution GNU/Linux ou Android avec les associations d'utilisateurs de FedoraMageiaUbuntu, Debian pour GNU/Linux ; et Replicant, LineageOS, f-droid pour Android, sur netbook, portable, tour, PC/Mac, ou smartphone, éventuellement à côté de votre système actuel. Idem si vous avez des difficultés avec GNU/Linux, un périphérique, un logiciel libre, ou avec des logiciels libres sous Android.

  • 12h30-13h45 déjeuner à la pizzeria Le Verona, 25 avenue Corentin Cariou
  • 14h00-18h00 salle Classe Numérique install party GNU/Linux, toutes distros
  • 14h00-18h00 salle Atelier atelier Blender3D du BUG (Blender3D Users Group)
  • 14h00-18h00 salle LivingLab atelier Brique Internet/auto-hébergement avec franciliens.net + atelier accessibilité avec des membres de Liberté 0
  • 14h00-18h00 salle Studio wikipermanence de l'association Wikimedia
  • et après 18h,  on continue à échanger et discuter (généralement dans un bar avenue Corentin Cariou)

Pour les salles, voir le plan du Carrefour Numérique.

Nous avons besoin de volontaires pour l'accueil et les installations. Il est utile, mais pas obligatoire, de vous inscrire comme parrainé, parrain, ou visiteur sur le site premier-samedi.org en décrivant votre matériel et vos attentes.

Parrainé·e·s

  • pour une installation, venez de préférence dès le début (vers 14h30)
  • sauvegardez sur disque externe, clé usb ou DVD vos fichiers importants
  • supprimez les fichiers et logiciels superflus
  • faites un nettoyage de disque et une défragmentation (utilitaires Windows)
  • n'oubliez pas votre chargeur, vos câbles etc.
  • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
  • apportez un disque dur externe ou une clé usb ou un dvd
  • demandez l'autorisation de prendre des photos
  • n'oubliez pas que nous sommes des bénévoles, pas un S.A.V. ;-)

Parrains et marraines

  • ISOs de nombreuses distros installables par serveur local Parinux et Raspberry-Pi 3
  • apportez une clé usb 3 ou un dvd, des ISOs, de vos distros favorites
  • demandez si l'installé-e a bien sauvegardé ses fichiers
  • demandez si l'installé-e a bien nettoyé, défragmenté, CHKDSKé
  • si possible, autonomisez l'installé-e, expliquez, laissez-lui le clavier
  • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
  • évitez de commencer une installation complète après 16h00
  • préférez une réinstallation propre à une longue mise à jour
  • terminez ce que vous avez commencé ou passez le relais
  • incitez l'installé-e à se rapprocher de l'association dédiée à sa distribution
  • si possible, installez et lancez l'utilitaire Bleachbit.

Entrée libre et gratuite, pour tout public.

Transports

[FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 5 mai 2018 de 14h30 à 18h30.

Présentation de l'E2L

Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

  • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
  • comment en prendre possession en fonction des licences,
  • comment les installer en fonction de ses besoins,
  • comment les tester et les utiliser,
  • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
  • comment écrire ses propres logiciels libres.

En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

Comment fonctionne l'école

Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

Programme détaillé sur le site http://e2li.org

[FR Lodève] Jeu Ğeconomicus - Le dimanche 6 mai 2018 de 09h30 à 17h30.

Il s’agit d’une partie de jeu, mi collaboratif mi compétitif.

Imprégnez-vous successivement dans une économie classique et une économie en Monnaie libre, sur une période simulée de 80 ans (chaque tour dure de 3 à 5 minutes et simule 8 ans) avec renouvèlement des générations (vous allez mourir et renaitre une fois dans chaque économie) et ressentez la différence

[FR Brignoles] Réunion Ateliers Libres - Le dimanche 6 mai 2018 de 10h00 à 19h00.

GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une journée atelier/présentation qui aura lieu le dimanche 6 mai 2018, dès 10h00, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.

Atelier Libre à la demande.

Cette journée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.

Un accès haut débit (Ethernet & Wifi) est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Pages