Linux France

S'abonner à flux Linux France
Mis à jour : il y a 2 heures 24 min

Des fichiers epub avec LibreOffice 6.1 sans extension

Mercredi 3 Octobre

C'était une fonctionnalité qui, pour certains, manquait à LibreOffice : la faculté d'exporter des fichiers au format epub directement. La concurrence privatrice ne sait pas faire ça (LibreOffice trop forte !).

Elle est apparue dans la version 6 sans être très utilisable à cause d'un problème de gestion des images. Problème corrigé avec la 6.1 (en partie) du coup, ce serait dommage de s'en priver.

Exporter en epub

Une fois le texte rédigé, structuré et mis en forme correctement, (autrement dit, uniquement avec des styles, donc d'un point de vue pratique, uniquement avec le volet latéral), on va sur Fichier > Exporter > Exporter au format EPUB pour pouvoir choisir les options.

Par défaut, ça exporte en EPUB 3, les liseuses ayant un cycle de vie plutôt long, d'une part, et si le document ne comporte que du texte et des illustrations, d'autre part, il est préférable de choisir EPUB 2.

Ensuite, pour avoir une table des matières, elle ne prendra en compte que les titres de premier niveau, choisir En-Tête (option par défaut) comme méthode de scission (en fait ça veut dire par Titre 1, mais bon) et Refusion (aussi option par défaut) comme méthode de mise en page. Ajouter les méta-données, une image d'ouverture au besoin. Le répertoire média personnalisé sert pour l'EPUB 3 et notamment pour tout ce qui bouge (animations).

Il ne reste plus qu'à vérifier à l'aide d'un lecteur d'epub comme Calibre ( Okular étant un peu à la ramasse sur ce coup-là).

À noter : il y a une option Fixé, à éviter parce qu'on perd tout l'intérêt de l'epub, notamment celui d'avoir la taille de caractères qu'on veut pour le confort de lecture. Il est probable que cette fonctionnalité soit surtout utile par exemple pour la BD.

Précautions

Sauf si votre document est basique, du texte sans notes épicétout, il faudra faire attention à deux ou trois trucs :

  1. bien faire attention à l'ancrage des images ;
  2. ne pas oublier dans les Options des images (clic droit et Propriétés) de leur donner un nom (ça c'est plutôt pour vous) et une Alternative (ça c'est pour les lecteurs) ;
  3. si vous avez des notes de bas de page, les passer toutes en notes de fins, certaines liseuses (dont la mienne) et les personnes qui ne lisent pas avec leurs yeux apprécieront ;
  4. éviter pour l'instant d’incorporer des images vectorielles, au format svg donc, en effet il y a un bug et elles sont toutes en deux exemplaires.
EPUB ou PDF

On peut réaliser les deux à partir du même document, c'est maintenant plus facile.

L'immense intérêt du format EPUB sur le PDF, outre qu'il se lit mieux sur une liseuse, c'est qu'il embarque le XML et donc qu'il est très accessible aux personnes qui lisent avec leurs mains ou leurs oreilles ! D'où, d'ailleurs, la nécessité de bien remplir la zone Alternative pour que celles et ceux qui n'ont pas les yeux qu'il faut pour les voir aient accès à l'information, surtout si l'illustration, comme son nom l'indique, illustre le texte en le complétant.

Il n'y a donc pas un format meilleur que l'autre, il y en a un plus lisible que l'autre et accessoirement plus exigeant : avec l'EPUB, les bidouilles de mise en page notamment à base de tableaux ne passent pas, enfin si, comme des tableaux justement… Le PDF en tant que « photocopie électronique » permet de cacher bien des cochonneries techniques.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

OCaml 4.06 et 4.07

Mardi 2 Octobre

La version 4.07.0 du langage OCaml a été publiée le 10 juillet 2018 soit quelques mois après la sortie de la version 4.06.0, annoncée le 3 novembre 2017. OCaml est un langage fonctionnel de la famille des langages ML (dont font partie SML et F#). Il s’agit d’un langage fonctionnel multi‐paradigme fortement typé qui permet de mélanger librement les trois paradigmes : fonctionnel, impératif et objet.

OCaml arrive en version 4.07 avec un tout nouvel espace de nom, Stdlib, pour sa bibliothèque standard. Ce nouvel espace de nom présage l'intégration progressive de nouveaux modules dans la bibliothèque standard.

Un autre changement majeur, OCaml 4.06 marque la fin de la transition vers des chaînes de caractères immutables, changement amorcé dès OCaml 4.02 .

À côté de ces changements majeurs, on retrouve de nombreuses améliorations de qualité de vie : de nouveaux opérateurs d'indexation et des champs hérités pour les types objets. Mais aussi pas mal de travail de fond pour préparer l'intégration de la branche multicore, améliorer les passes d'optimisations Flambda, ou faire évoluer le système de types en fixant des irrégularités.

Sommaire Bibliothèque standard

Une des nouveautés majeures d'OCaml 4.07 est la migration de la bibliothèque standard vers un espace de nom propre Stdlib. Cette migration a pour principal objectif de pouvoir ajouter de nouveaux modules à la bibliothèque standard sans casser les programmes tiers.

Désormais, les modules de la bibliothèque standard sont définis au sein du module Stdlib, module qui est ouvert par défaut par le compilateur. Ainsi le module List est, par défaut, un raccourci pour Stdlib.List. Néanmoins, il est désormais possible de créer un module List sans craindre d'écraser le module Stdlib.List en aval :

let trois = List.length [1;2;3] (* est désormais un raccourci pour *) let trois = Stdlib.List.length [1;2;3] (* ce qui est permet aussi d'écrire *) module List = struct ... end let trois = Stdlib.List.length [1;2;3]

Cette solution a d'ores et déjà permis d'ajouter deux nouveaux modules à la bibliothèque standard Seq et Float. Le nouveau module Seq définit un nouveau type de donnée pour des itérateurs externes, tandis que Float regroupe les constantes réelles et les fonctions opérant sur les Float. De manière similaire, la bibliothèque Bigarray fait désormais partie de la bibliothèque standard.

Le dernier changement majeur est le basculement vers des chaînes de caractères immutables par défaut dans OCaml 4.06. Ce changement avait été amorcé dans OCaml 4.02, avec une dépréciation des fonctions manipulant le type string de manière mutable et une option de configuration renforçant le caractère immutable. Cette dernière option est désormais active par défaut.

Nouveautés dans le langage Opérateurs d'indexation

Après une période d'incubation, il est désormais possible de définir ses propres opérateurs d'indexation en dehors des types array, string et bigarray. C'est particulièrement utile pour manipuler des dictionnaires

module Dict = struct include Map.Make(String) (* import d'un module `Map`classique *) let (.?()) dict clef = find_opt clef dict end open Dict let dict = Dict.of_seq (List.to_seq ["one", 1; "dos", 2; "drei", 3]) let trois = dict.?("drei") (* ou *) let trois = dict.Dict.?("drei")

ou pour définir des formes de tableaux spécialisés sans perdre la syntaxe pratique des tableaux généralistes.

Pour bien marquer la différence entre ces nouveaux opérateurs d'indexation et les opérateurs d'indexation de base, leur nom doit comporter au moins un symbole supplémentaire entre le point . et la parenthèse ouvrante (.

Cependant, la syntaxe a encore besoin d'un peu de rodage pour être vraiment utilisable pour les tableaux multidimensionels des librairies de calcul numérique comme owl.

Au monde des objets

Le système objet d'OCaml a un champ d'application moins vaste que dans les langages orientés objets comme C++ ou Java. En partie parce que le système de module répond à un grand nombre des questions de modularité et d'encapsulations qui sont le domaine des objets dans un langage purement objet.
Les objets n'en demeurent pas moins utiles, et OCaml 4.06 apporte une nouvelle option pour composer plus facilement des types objets : les champs hérités.
Par exemple, on peut partir d'un type animal

type animal = < respire: unit >

qui définit le type d'un objet doté d'une méthode respire sans argument. On peut ensuite définir un type mobile

type mobile = < avance: int >

et combiner les deux

type animal_mobile = < animal; mobile >

Il était déjà possible d'arriver à ce résultat en jonglant avec les types de classes, mais cette nouvelle méthode est bien plus intuitive.

Ce genre de code met en exergue une des particularités du système objet d'OCaml, qui est structurel : un objet n'est défini que par les méthodes qu'on peut lui envoyer et non par sa classe, ce qui donne au final un système qui s'apparente à une version statique du duck-typing à la Python.

Meilleure intégration des types algébriques généralisés

Un des travaux de fond dans OCaml 4.07 a été l'amélioration du traitement des types algébriques généralisés (ou GADT) au sein du vérificateur de types.

Lors de l'introduction des GADT dans OCaml 4.00, ceux-ci se sont souvent vus octroyés des chemins d'exécution particuliers pour séparer cette nouvelle extension du cœur mieux testé du langage. Après sept versions, les codes côté GADT et côté classique ont été unifiés. D'un point de vue utilisateur, cela signifie surtout qu'il n'est plus nécessaire de qualifier les GADT lorsqu'on filtre un schéma avec match:

module M = struct type en_attente = | Fini : en_attente | En_cours : 'a * ('a -> en_attente) -> en_attente end let execute (x : M.en_attente) = match x with | Fini -> M.Fini | En_cours (x,f) -> f x

Alors qu'il fallait précédemment qualifier les branches du match :

let execute (x : M.en_attente) = match x with | M.Fini -> M.Fini | M.En_cours (x,f) -> f x

Une des nouveautés, qui concerne plus les usages avancés, est l'apparition de variants vides, c'est à dire de types de variants sans aucune valeur associée :

type unique = |

Ce type étrange est principalement utile pour créer de manière explicite un nouveau type unique, qui ne sera utilisé que dans le système de type ou dans la génération de code.

Du côté des modules

Pour les utilisateurs avancés, il est désormais plus facile de préserver les alias de modules que ce soit avec module type of ou des contraintes with modules.
Par exemple, avec

module A = struct type t end module B = struct module Alias = A end module type S = module type of B

S est désormais équivalent à

module type S' = sig module Alias = A end

plutôt que

module type S_sans_alias = sig module Alias: sig type t end end

L'ancien comportement peut être rétabli en ajoutant un attribut [@remove_aliases]

module type S_sans_alias = module type of S [@remove_aliases]

Un autre changement est qu'il est désormais possible d'utiliser des substitutions destructives à l'intérieur de sous-modules :

module type S = sig module Inner: sig type t val x: t end end module type S' = S with type Inner.t := int Messages d'erreur

Les messages d'erreur émis par OCaml ne sont pas toujours très clairs. Des efforts sont en cours pour corriger ce point. Par exemple, OCaml 4.07 essaie d'expliquer plus en détails certaines erreurs courantes chez les débutants, par exemple en cas d'oubli d'un argument ()

let un () = 1 let test = (0 = un);;

Error: This expression has type unit -> int
but an expression was expected of type int
Hint: Did you forget to provide `()' as argument?

Le contexte de certaines erreurs est désormais mieux détaillé

let () = if () then ()

Error: This variant expression is expected to have type bool
because it is in the condition of an if-statement

plutôt que juste

Error: This variant expression is expected to have type bool

Les types faiblement polymorphiques, qui auparavant étaient marqués par juste un tiret _, ont maintenant des noms plus explicites

let none = ref None

none: '_weak1 option ref

Cela dans l'espoir de les rendre plus apparents et facilement cherchables, notamment dans le manuel.

Enfin, pour les utilisateurs plus avancés, les messages d'erreurs concernant les foncteurs et modules sont passés de

module F() = struct end let x = F.x

Error: The module F is a functor, not a structure

à une version qui explique pourquoi l'extrait de code plus haut est invalide:

Error: The module F is a functor, it cannot have any components

Documentation

Le manuel de référence a fait peau neuve pour la version 4.07. L'apparence graphique du manuel commençait à faire un peu datée, et un rafraîchissement de façade était de rigueur.

Sur le fond, le manuel s'est enrichi d'un nouveau chapître sur les troubles liés au polymorphisme, que ce soit les types faiblement polymorphiques

let nouvel_identite () = fun x -> x let id = nouvel_identite () let erreur = id id

le polymorphisme d'ordre supérieur

let f identite = identite 1, identite 2.

ou les fonctions polymorphiquement récursives

let rec etrange l = match l with | [] -> 0 | [ _ ] -> 1 | a :: q -> etrange [q];; Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Revue de presse de l'April pour la semaine 39 de l'année 2018

Mardi 2 Octobre

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[ZDNet France] C'est qui le patron sur Microsoft Azure? Linux

Par Steven J. Vaughan-Nichols, le vendredi 28 septembre 2018. Extrait:

Le système d'exploitation le plus répandu sur le cloud Azure de Microsoft aujourd'hui est Linux. L'OS libre a poursuivi sa croissance jusqu'à représenter désormais 50% de toutes les machines virtuelles déployées sur Azure.

Lien vers l'article original: https://www.zdnet.fr/actualites/c-est-qui-le-patron-sur-microsoft-azure-linux-39874301.htm

[Usbek & Rica] Les sciences participatives au coeur de la recherche du futur?

Par la rédaction, le vendredi 28 septembre 2018. Extrait:

La science n'est pas épargnée par le partage et la contribution, et s'ouvre de plus en plus à des publics non spécialistes. Dans le cadre du Turfu Festival, Le Dôme à Caen, espace collaboratif d'innovation ouvert à tous les publics, propose à chacun différentes manières de contribuer à des programmes de recherche, et nous présente cette évolution enthousiasmante.

Lien vers l'article original: https://usbeketrica.com/article/sciences-participatives-recherches-futur

[Clubic.com] Firefox Monitor vous dit si vos données ont été volées

Par Matthieu Legouge, le jeudi 27 septembre 2018. Extrait:

Firefox lance Firefox Monitor, un service qui vous veut du bien puisqu'il est gratuit et vous préviendra en cas de fuite de vos données personnelles.

Lien vers l'article original: https://www.clubic.com/navigateur-internet/mozilla-firefox/actualite-845741-sr-ludo-firefox-monitor-donnees-volees.html

[ZDNet France] Que se passe-t-il si vous essayez de retirer votre code de Linux?

Par Steven J. Vaughan-Nichols, le jeudi 27 septembre 2018. Extrait:

Un débat s'est ouvert dans la communauté du kernel Linux suite à l'adoption du code de conduite. Un développeur banni peut-il reprendre son code? Les experts en droit de linux du passé et du présent pèsent les implications des licences libres et open source.

Lien vers l'article original: https://www.zdnet.fr/actualites/que-se-passe-t-il-si-vous-essayez-de-retirer-votre-code-de-linux-39874249.htm

Et aussi:

[Alternatives-economiques] Gafa: «Il faut prendre la Bastille numérique»

Par Sébastien Soriano, le mardi 25 septembre 2018. Extrait:

Le président de l’Arcep, le gendarme des télécoms, livre ses pistes pour réguler les géants du numérique.

Lien vers l'article original: https://www.alternatives-economiques.fr/gafa-faut-prendre-bastille-numerique/00086228

[The Conversation] Didier Deschamps, ou l’art de capturer la valeur

Par Bérangère Lauren Szostak, le mardi 25 septembre 2018. Extrait:

La victoire de la France en finale de la Coupe du monde malgré une faible possession de balle avait heurté les puristes du football. Les experts en stratégie des organisations, eux, applaudissent.

Lien vers l'article original: http://theconversation.com/didier-deschamps-ou-lart-de-capturer-la-valeur-103861

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Histoire d’un arbre

Dimanche 30 Septembre

Il y a très longtemps un homme bâtissait une arène pour gladiateur intersidéral. 17 ans plus tard l’un de ses modèles vit toujours après avoir voyagé longtemps sur des terres lointaines. Cet article conte les péripéties de cet arbre né dans une jungle jamais révélée, qui grandit à l’ombre d’un temple maya avant de garder d’anciennes ruines infestées d’une espèce d’un autre monde pour se retrouver enfin dans le jardin d’une station spatiale et rappeler aux hommes la terre d’où ils sont nés. C’est aussi une histoire d’homme et de liberté.

Note : ceci est une traduction du dernier billet de blog que j’ai écrit pour le site d’Unvanquished, Unvanquished est un jeu vidéo de stratégie en temps réel à la première personne se déroulant dans un univers de science-fiction opposant deux espèces, imaginez Ellen Ripley luttant pour sa survie sur Klendathu et vous avez l’idée.

Sommaire Il était une fois

Il y a fort longtemps en l’an 2001, un homme du nom de Lloyd Morris s’attela à la conception d’une carte de Capture de drapeau pour Quake Ⅲ Arena. Cette carte fut appelée Tempest Utopia, une carte qu’il décrivait lui-même alors qu’il travaillait dessus comme un « champ de bataille en pleine jungle se tenant sur une autre planète juste avant une tempête ». Bon, c’est vrai que dit comme ça le scenario s’insère pas si mal dans l’univers d’Unvanquished, non ?


Copies d’écran de la carte Tempest Utopia par LloydM telles qu’on les trouve sur son site web personnel

Bien que « générant le plus long fil de discussion dédié à une seule carte sur Quake 3 World à partir de quelques images d’annonce » (citation de son site web), et bien que travaillant dessus pendant de très nombreuses années, il faut croire que cette carte n’a jamais été publiée. Pour cette carte il conçut plusieurs modèles personnalisés, en l’occurrence toutes la végétation et les textures rocailleuses. Plus tard Lloyd rejoignit Splash Damage et nous pouvons lire sur leur site web à son sujet et au sujet de sa carte :

« Le plus court temps qu’il n’a jamais pris pour modéliser une carte était 1 jour. Le plus long fut 7.5 années (et ça continue) pour sa carte Tempest Utopia. Il se dit que s’il termine sa carte, les morts se relèveront de leurs tombeaux, et Enemy Territory sera publié comme un jeu autonome et gratuit. Non, attends !… AAAARGH ! »

Autour de l’année 2004 un autre excellent cartographe (mapper) du nom de Simon O' Callaghan travaillait sur une impressionnante carte de combat à mort pour Quake 3 appelée Pyramid of The Magician. SimonOC travaillait aussi à Splash Damage à cette époque et rencontra LloydM. Émerveillé par les modèles de plante et d’arbre de LloydM il lui demanda s’il pouvait les réutiliser dans sa carte et LloydM lui donna la permission et SimonOC en retextura quelques-uns.


La carte Pyramid of the Magician de Sock dans Quake Ⅲ Arena

À la différence de la carte Tempest Utopia, le carte Pyramid of the Magician fut publiée pour la grande joie des joueurs. Un peu plus tard quelqu’un fit le portage de la carte PoM vers le jeu Tremulous sous le nom de Temple. Et encore plus tard autour de l’année 2007 un homme du nom de Ben Scholzen et connu sous le pseudonyme de DASPRiD publia la version 1.0 de sa célèbre et magnifique carte du nom d’Ancient Remains. Ancient Remains proposait un agencement entièrement original tout en réutilisant les modèles et textures de végétation de Temple/PoM pour les lieux extérieurs.


La carte Ancient Remains de DASPRiD dans Tremulous

Au cours de l’année 2008 un homme nommé Cody Jackson et réputé sous le surnom de Supertanker commença à travailler sur une carte pour Tremulous nommée Station15, une carte dépeignant une station spatiale avec un jardin. Supertanker pensa que l’arbre dans Ancient Remains était superbe et il l’ajouta à sa carte. Puis le projet Unvanquished est venu à la vie et la carte Station15 devint une carte Unvanquished officielle et fut entièrement retexturée.


La carte Station15 de Supertanker dans Unvanquished

Durant l’année 2015 un contributeur d’Unvanquished connu sous le pseudonyme de Keziolio refit à partir de photos en haute résolution certaines textures de végétation y compris celles de l’arbre, mais le modèle était toujours celui de Lloyd Morris.

Alors que nous construisions des dépôts pour les données, Supertanker relicença ses cartes sous la licence Creative Commons Attribution — Partage dans les Mêmes Conditions, et nous avons jeté un regard très attentionné sur nos fichiers et leurs origines. C’est ainsi que nous avons découvert comment débuta l’histoire de cet arbre. Mais si nous étions sûrs sur le plan des textures, qu’en était-il du modèle ?


La carte Station15 éditée dans NetRadiant, avec le fameux modèle d’arbre

Heureusement après toutes ces années Lloyd Morris était toujours joignable et nous lui demandâmes la permission de distribuer son modèle sous la licence CC By SA et il nous donna aimablement la permission dont nous avions besoin.

Comme vous voyez, construire un jeu libre et ouvert est une histoire passionnante en soi ! C’est incroyable de voir comment nous construisons des choses sur le travail de gens géniaux ! Non seulement notre moteur trouve son héritage dans un moteur renommé d’Id Software, même le plus petit bout de donnée comme un simple modèle d’arbre a sa propre histoire avec pleins de gens géniaux croisant leurs chemins. Parce que le soin du logiciel libre est le soin des personnes et de leur travail, il y avait aussi un homme pour trouver ces personnes et prendre soin de ce qu’ils avaient fait et pour en raconter l’histoire.

Nouvelles du front des données

Sur le plan des données, nous sommes fiers de vous annoncer que toutes les cartes et textures de notre super cartographe Jack Purvis connu aussi sous le pseudonyme d’EmperorJack sont désormais relicenciées sons la même licence CC By SA. EmperorJack est célèbre pour les cartes Plat23, Thunder et Forlorn ainsi que les textures ej01 qui furent faites pour Forlorn.

Puisqu’EmperorJack dériva quelques textures depuis un fournisseur bien en vue nous avons eu quelques pourparlers diplomatiques avec un représentant de chez ce fournisseur. Bien que leurs conditions d’utilisations semblaient permissives au premier coup d’œil ils nous pointèrent une clause spéciale et explicite qu’ils avaient écrites contre les licences libres. Mais ils furent aimables avec nous et nous accordèrent gentiment une exception pour permettre à EmperorJack de licencier son travail sous la licence By SA à la condition que nous n’associons pas leur nom à notre travail pour s’assurer que personne ne croit par erreur qu’ils distribuent des choses sous licences libres. Oui, le monde tourne parfois ainsi.


La carte Forlorn d’EmperorJack est désormais entièrement libre

Une texture dans la carte Forlorn (la texture de neige) avait un problème similaire avec un autre fournisseur mais dans ce cas précis nous avons décidé de réutiliser celle de la carte Chasm à la place.

Nous avons une autre bonne nouvelle à vous annoncer : Scott Coxhead aussi connu comme Cr4zy a relicencié son set de texture Tech vers la licence CC By SA 3.0, c’est excellent ! Scott étant quelqu’un de très sympathique, il a aussi donné la permission de distribuer ces textures sous la licence GPLv2+ pour faire plaisir à nos très chers amis de chez Xonotic.


La carte Station15 fait aussi usage des textures Tech, ici sur les boîtes et sur les bordures ainsi que les gros tuyaux sous les grilles

C’est un set de texture que nous distribuons depuis longtemps et qui avait été conçu initialement pour la scène de modification d’Unreal Tournament 3 mais ça se marie très bien dans les cartes qui utilisent les autres textures de thème technique comme ceux de Philip « Blazeer » Klevestav (les sets PK01 et PK02. Ne vous inquiétez pas si le fichier d’information contenu dans l’archive téléchargeable référence toujours les anciens termes légaux (ça a été laissé en l’état) mais la licence est désormais claire. Vous pouvez trouver ces textures dans notre dépôt.


Les modèles de Chris807 : les rocket pod, reactor, repeater, turret, medistation, grenade…

Nous nous inquiétons aussi pour notre prolifique contributeur de modèle Chris807, un super gars qui a modélisé plusieurs de nos superbes modèles de constructions et certains modèles d’armes à venir. Christopher est un talentueux artiste et travailleur indépendant originaire de Vienne spécialisé dans les surfaces dures (hard surfaces). Malheureusement nous n’avons pas vu de signe de vie depuis un long moment et son propre nom de domaine personnel a expiré très récemment ce qui n’est pas très rassurant. Non seulement sa disparition nous préoccupe parce que c’est un chic type mais aussi parce que c’est le dernier dont nous attendons une réponse dans notre effort pour unifier toutes nos licences de modèles. Si vous le connaissez nous serions très heureux d’avoir des nouvelles de lui !

Outils, outils, encore des outils

Oh, et bonne nouvelle ! Après plusieurs années de développement (et une bonne part de test continu) le dépôt Urcheon est désormais hébergé par l’organisation GitHub DæmonEngine, une organisation pensée pour les projets transversaux aux jeux construits autour du moteur Dæmon. l’outil Urcheon est un outil pour construire de manière reproductible les données depuis leurs dépôts, prendre en charge la conversion de modèles, la compression de textures et de sons, ainsi que la compilation de cartes sur la base de profils éditables. Cet outil fut écrit avec nos dépôts de données en tête, mais il est pensé pour être réutilisable par d’autres projets s’ils appliquent une méthode de travail similaire.


Notre mignon granger avait besoin d’une boîte à outil de jardinage

Ce n’est pas le premier outil écrit pour les jeux basés sur Dæmon. Bien sûr les développeurs et contributeurs d’Unvanquished contribuent à des projets existant comme l’éditeur de niveau NetRadiant et le compilateur de map q3map2 pour rendre la vie de nos contributeurs plus facile. Nous avons aussi publié Sloth, un outil pour générer automatiquement les descriptions de «nuanceur» (shader) et Chameleon, un outil interactif et visuel pour retexturer une carte en prenant soin des proportions lorsqu’on remplace des textures par des alternatives ayant des résolutions différentes.

Attention, Urcheon est toujours un peu expérimental et fait usage d’outils très spécifiques et peu communs.

Allons de l’avant, et pavons la route du futur et au-delà ! 

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Haiku R1 bêta 1

Dimanche 30 Septembre

Haiku est un système d'exploitation conçu pour les ordinateurs de bureau. Il est facile à utiliser, léger, et cependant puissant.

Après une longue période sans version publiée (la dernière version alpha date de 2012), une version bêta vient enfin d'être publiée !

Sommaire Qu'est-ce qu'une bêta ?

Le projet Haiku est connu pour son exigence sur la qualité des versions diffusées. Jusqu'en 2009, aucune version compilée n'était disponible au téléchargement, ceci afin de restreindre l'accès aux personnes suffisamment courageuses pour compiler le système elles-même et éviter de décevoir des utilisateurs naïfs.

La version R1 de Haiku est définie comme « un remplaçant de BeOS R5, complet et fonctionnel ». À partir de là, on définit les versions bêta : « toutes les fonctionnalités sont présentes, mais il reste des bugs ». Et les versions alpha : « le système est capable de se compiler lui-même, il est donc possible de l'utiliser au moins pour continuer à le développer » (c'est un peu la notion de « produit minimum viable » dont on entend parler de nos jours).

L'arrivée d'une version bêta est donc une étape importante dans la vie du projet. Elle signifie que le système n'a plus besoin de nouvelles fonctionnalités, et que la prochaine étape est de corriger les bugs restants et de stabiliser le système pour atteindre la version R1.

Qu'est-ce qui a pris autant de temps?

La dernière version alpha date de 2012, cela fait donc presque six ans que rien n'a été publié. Ce n'est pourant pas faute de nouvelles fonctions à présenter (le changelog ci-dessous en est témoin). Pourquoi Haiku n'a pas publié de versions depuis tout ce temps?

Pour comprendre, il faut remonter en 2009. La version_alpha 1_ vient de sortir, une poignée de développeurs sont très actifs sur le projet, ce n'est toujours pas l'année de Linux sur le Desktop. Haiku semble donc promis à un avenir brillant. On y croit fort.

La sortie de la version alpha 1 fut elle aussi une grande étape franchie dans la vie du projet. Et à cette occasion, une discussion s'est engagée entre les développeurs puis avec les utilisateurs pour réévaluer l'objectif de la version R1. En effet, il était clair que quelques années seraient encore nécessaires pour finir Haiku, et BeOS commençait déjà à accuser son âge.

Le but initial de « remplacer BeOS » a donc été étendu, avec par exemple la prise en charge du wifi, une vraie gestion de l'USB, et surtout, quelque chose qui paraissait simple : « l'utilisateur doit pouvoir mettre à jour son système sans tout réinstaller ».

C'est ce dernier élément qui a été plus compliqué que prévu. Nous avons choisi de concevoir un système de gestion de paquets permettant de mettre à jour non seulement le système lui même, mais aussi toutes les applications. Il s'agit là d'un chantier conséquent, avec des impacts à tous les niveaux. Mais surtout, cela a nécessité de mettre en place une infrastructure permettant d'héberger les paquets.

Le problème est que Haiku n'était pas du tout prêt pour cela. Notre unique serveur était alors maintenu par une seule personne, dont ce n'était pas le métier. Nous avons donc été dépassés par le travail à accomplir, avec la mise en place des "buildslaves" pour compiler les paquets, l'hébergement des binaires (qui prennent beaucoup de place), les miroirs à différents endroits dans le monde pour que tous les utilisateurs puissent facilement y accéder, etc.

Nous avons finalement migré toute notre infrastructure sur un nouveau serveur, géré par une équipe d'administrateurs un peu plus conséquente et mieux organisée pour pouvoir accueillir plus de monde. Et ils sont enfin prêts pour publier une version de Haiku !

Qui développe Haiku ?

Le projet a démarré en 2001 suite à l'annonce par Be inc. de l'abandon du développement de BeOS. Plusieurs utilisateurs de BeOS et développeurs d'applications se sont rassemblés avec le projet (un peu fou) de réécrire entièrement le système.

Les contributeurs sont presque tous bénévoles, même si occasionnellement certains travaillent à plein temps sur le projet (en fonction des moyens de l'association qui récolte les dons, et de leurs contraintes professionnelles respectives).

L'équipe qui travaille sur Haiku est ouverte et accueillante aux nouveaux contributeurs, même ceux qui ne maîtrisent pas la programmation en C++ : il y a toujours à faire pour écrire le manuel de l'utilisateur, tester le système et remonter des bugs, traduire les applications dans différents langages, etc. Une spécificité est l'absence d'un « chef », les décisions sont prises par consensus entre tous les membres du projet, ou au pire par un vote s'il n'est pas possible de mettre tout le monde d'accord.

Nouveautés de cette version Gestionnaire de paquets

C'est la grosse nouveauté dans cette version bêta. Il est maintenant possible d'installer des applications très facilement, soit en utilisant la ligne de commande, soit via l'application graphique HaikuDepot, qui permet également de voir quelques captures d'écran des applications et les commentaires et votes des autres utilisateurs.

L'architecture du système de gestion de paquets est innovante : plutôt que d'extraire les fichiers du paquet lors de l'installation, ce dernier est monté dans un système de fichiers virtuel pour exposer les fichiers aux applications. En conséquence, il n'y a pas besoin de faire un suivi des fichiers installés par chaque paquet, l'installation et la désinstallation sont donc instantanées.

Le gestionnaire de paquets conserve un historique des versions précédentes des paquets installés, ce qui permet en cas de problème de redémarrer le système dans un état antérieur et fonctionnel.

Cela a cependant un impact visible pour les utilisateurs: le dossier « system » qui contient Haiku et les applications installées est maintenant en lecture seule puisqu'il est composé uniquement du contenu des paquets (à quelques exceptions près, pour les fichiers de configuration par exemple). C'est sécurisant (il est beaucoup plus compliqué de désinstaller sa glibc maintenant), mais parfois déroutant pour les anciens utilisateurs de BeOS et de Haiku, habitués à bricoler leurs fichiers système.

Mises à jour de WebPositive

Le navigateur WebPositive utilise une versions plus récente de WebKit avec de très nombreuses corrections de bugs et nouvelles fonctionalités. Il est entre autre possible de lire des vidéos YouTube.

Il sait également naviguer avec Gopher, en plus du HTTP.

Préférences réseau

Suite à la prise en charge du wifi dans la version alpha 4, les préférences réseau ont été repensées, pour permettre un accès plus simple à la configuration de chaque carte réseau. Ce panneau de préférences permet également de configurer les services réseau (serveur SSH, FTP, …) et peut être augmenté par des add-ons fournis par des applications tierces (VPN, serveur web, …)

Interface utilisateur

Le diable se cache dans les détails. De nombreux changements subtils ont été faits pour rendre l'interface toujours plus cohérente et agréable à utiliser.

Tracker (l'explorateur de fichier) a vu toute sa partie graphique réécrite avec le nouveau système de « layout », ce qui lui permet de mieux s'adapter à différentes tailles de polices de caractères (sur les écrans haute densité par exemple).

Les quelques icônes manquantes ou qui étaient encore en format bitmap et non vectorielles ont été remplacées.

Le « décorateur » par défaut (qui définit le comportement et l'apparence des décorations de fenêtres) prend en charge Stack&Tile. Il s'agit au départ d'un projet de recherche de l'université d'Auckland dans le but de simplifier la gestion des fenêtres. Sans faire de Haiku un système travaillant uniquement en tiling, il permet d'empiler ou de lier plusieurs fenêtres entre elles (pour toutes les opérations de déplacement, redimensionnement, minimisation, etc). Ceci peut être fait manuellement par l'utilisateur ou bien à l'initiative d'une application. Le navigateur NetSurf par exemple, utilise cette possiblité plutôt que d'implémenter son propre système d'onglets dans une fenêtre.

Multimédia

Le multimédia était à la mode dans les années 90 et s'est donc retrouvé au centre de la stratégie de vente de BeOS. Haiku s'inscrit dans cet héritage et fournit tous les outils nécessaires pour consommer ou créer des fichiers audio et vidéo.

Le décodage et l'encodage sont assurés par ffmpeg. C'est désormais la version 4.0.2 qui est utilisée afin de traiter les formats les plus récents, y compris pour les applications BeOS compilées avec gcc2 (grâce à quelques astuces pour faire fonctionner du code compilé avec gcc2 et gcc7 dans le même binaire).

Le Media Kit peut maintenant traiter des fichiers provenant de l'Internet, sans téléchargement préalable dans un fichier ou un tampon mémoire temporaire. Cela simplifie l'écriture d'applications de streaming pour écouter des webradios, par exemple.

D'autre part, il est possible de regarder la télé via un tuner TNT.

Enfin, un greffon spécifique a été ajouté pour décoder les fichiers audio APE (monkey's audio), l'implémentation dans ffmpeg étant incomplète et ne prenant pas en charge toutes les variantes du format (cela permet en plus de valider le fonctionnement du cadriciel média de Haiku en présence de deux greffons pouvant tous les deux décoder un fichier donné).

Bureau à distance

Il est possible de connecter deux machines fonctionnant sous Haiku et de déporter l'affichage d'applications de l'une vers l'autre.

Ceci est fait au niveau des commandes de rendu entre l'application et le serveur graphique. Il y a donc en principe peu de transferts de données entre les deux machines, sauf si l'application manipule directement les données d'un bitmap dans lequel elle demande aussi au serveur graphique de dessiner.

Cette stratégie permet d'utiliser une bande passante réduite et d'obtenir de bonnes performances (potentiellement meilleures qu'en mode natif, puisque la machine qui fait fonctionner les applications est déchargée du rendu graphique).

Si la machine où on souhaite afficher les applications ne fonctionne pas sous Haiku, il est également possible d'utiliser un client en HTML5 qui fait le rendu dans un canvas javascript. Le serveur graphique se comporte alors comme un serveur web et offre un accès via un websocket pour permettre à l'application HTML5 de récupérer les informations. Toutefois le rendu n'est pas exactement identique dans ce mode de fonctionnement.

Chargeur de démarrage EFI, partitions GPT

Il est désormais possible de démarrer Haiku en EFI et de monter les partitions d'un disque au format GPT (qui remplace l'antique MBR et n'a plus de limite à 4 partitions par disque).

SerialConnect

SerialConnect est un terminal série permettant d'utiliser les ports RS232 (intégrés sur la carte mère de la machine ou via un convertisseur USB).

Bien que rarement utile pour la plupart des utilisateurs, cette application fera le bonheur des bricoleurs qui souhaitent connecter leur Arduino à Haiku. Et de toutes façons, elle faisait partie de la liste des fonctionnalités de BeOS à reproduire.

Les pilotes série (USB et 16C550) ont également été améliorés et complétés.

Bluetooth

Il est possible d'appairer un périphérique Bluetooth avec Haiku. Mais aucun pilote n'a été développé pour l'instant pour faire quoi que ce soit d'autre. Les bases sont en place, au moins.

Amélioration des performances

L'ordonnanceur a été complètement réécrit. Haiku peut maintenant utiliser plus de 8 processeurs (la limite était imposée par l'API de BeOS, donc les applications plus anciennes qui n'ont pas été adaptées ne verront que les 8 premiers). Le nouvel ordonnanceur a connaissance de la topologie des processeurs et de la mémoire cache et utilise ces informations pour programmer l'exécution des threads sur un coeur susceptible de déjà avoir en cache les données nécessaires.

Haiku dispose maintenant d'une version 64 bits qui exploite les capacités des processeurs modernes. Il n'est en revanche pas encore possible de faire fonctionner les applications 32 bits sur un système 64 bits (le travail est très avancé mais n'a pas pu être intégré à temps pour la version bêta1, il le sera sûrement dans une version prochaine).

De façon générale, diverses parties du système ont été optimisées pour le rendre toujours plus réactif : les fonctions memcpy et memset, certains traitements particulièrement inefficaces dans le serveur graphique (pour le clipping avec une forme arbitraire par exemple).

Sécurité

Bien que ça ne soit pas la priorité principale du projet, Haiku se préoccupe un peu de la sécurité et de protéger les données de l'utilisateur.

Plusieurs améliorations récentes à cet effet:

  • Data Execution Prevention pour empêcher le processeur d'exécuter du code depuis une région de la mémoire supposée contenir des données ;
  • Address Space Layout Randomization qui consiste à modifier l'organisation de la mémoire à chaque exécution d'une application afin qu'un attaquant ne puisse pas deviner à l'avance des adresses utilisées pour son attaque ;
  • Supervisor Mode Access Prevention pour empêcher le code noyau d'accéder sans protection aux applications utilisateur (sauf sur demande explicite, via les drapeaux donnés lors de la création d'un espace mémoire) ;
  • Supervisor Mode Execution Prevention pour empêcher le noyau d'exécuter du code provenant d'une application en espace utilisateur.
Un nouveau debugger

Dans la version alpha 4, gdb était l'outil par défaut pour analyser les problèmes d'une application. Il a été remplacé par Debugger, un outil graphique plus facile à prendre en main.

Lorsqu'une application plante, Haiku propose soit d'attacher le Debugger pour une session interactive, soit d'enregistrer un rapport résumé de l'état de l'application (parfois suffisant pour remonter un rapport de bug, surtout si le problème est reproductible), soit enfin de faire un « core dump » de l'application qui pourra ensuite être analysé toujours en utilisant Debugger.

Cette application dispose également d'une interface en ligne de commande, ce qui permet de l'utiliser en cas de crash du serveur graphique ou d'autres composants essentiels du système.

Launch daemon

Un nouveau démon a été introduit pour prendre en charge le démarrage des services et leur maintien en marche. Le démarrage du système n'est donc plus pris en charge par un script bash.

Le démon surveille les services lancés et les redémarre automatiquement en cas de plantage. Il surveille également différents évènements afin de séquencer le démarrage du système, éventuellement en parallélisant plusieurs services.

Pilotes virtio

Virtio est un bus de périphériques utilisé pour les machines virtuelles. Il évite d'émuler du matériel réel dans ces machines et fournit une interface plus appropriée permettant d'améliorer les performances.

Haiku est doté de pilotes virtio pour le réseau, le stockage de masse, la mémoire RAM « ballon » (qui peut être allouée et désallouée à chaud à une machine virtuelle en fonction des besoins), et le générateur de nombres aléatoires (récupérer de l'entropie de façon suffisante dans une machine virtuelle étant compliqué).

Systèmes de fichiers réseau

Il est maintenant possible d'accéder à des partages NFSv4 et Samba.

BKeyStore

Le Key Store permet de stocker des mots de passe pour différentes applications. Dans un premier temps cette API est proposée de façon expérimentale, elle sera amenée à évoluer en fonction des besoins des applications qui l'utilisent.

Essayer Haiku Matériel requis

Vous aurez besoin d'un processeur prenant en charge MMX, de 256Mo de mémoire, d'un écran en 800x600 au moins (certaines fenêtres de préférences ne tiennent pas dans un écran plus petit), et de 2Go d'espace libre sur un disque dur ou une clé USB.
Cependant, il est recommandé d'avoir une machine plus récente, plus de place sur le disque pour installer de nombreuses applications et fichiers, et un peu plus de mémoire pour pouvoir lancer plusieurs applications simultanément.

Les besoins en mémoire sont plus importants que pour BeOS, cela est dû à un manque d'optimisation du système (dans un premier temps le but est d'avoir un système qui fonctionne), à l'augmentation des besoins liés à l'environnement (écrans de plus haute résolution, vidéos HD, sites web de plus en plus gourmands), à une utilisation plus importante de la mémoire en tant que cache pour le système de fichiers (les fichiers étant stockés sur disque dans des paquets compressés, mais décompressés dans le cache en mémoire pour un accès plus rapide — avoir de la place pour cela est donc très important pour les performances du système), et à des choix architecturaux différents pour s'adapter aux contraintes et aux exigences modernes (par exemple, le serveur graphique utilise un « double buffer » et tout le rendu graphique est anti-aliasé, ce n'était pas le cas dans BeOS).
Cependant Haiku peut toujours fonctionner correctement, même sur une configuration modeste.

Haiku fournit des pilotes pour les cartes graphiques Intel et Radeon, à défaut le pilote VESA sera utilisé et il n'est pas certain que le mode graphique natif de l'écran soit disponible (cela dépend du BIOS VESA fourni qui n'inclut pas toujours le mode vidéo de l'écran…). Pour le réseau, les pilotes utilisés sont ceux de FreeBSD 11, assurant une compatibilité avec les contrôleurs les plus courants.

CD/USB live

Vous pouvez facilement graver sur un CD ou copier sur une clé USB l'image de Haiku. Il s'agit d'un système live qui permet également de lancer l'installeur.

L'installeur réplique l'installation existante, il est donc possible de faire des modifications (ajouts de paquets, configuration etc), puis de faire l'installation par la suite en conservant tous vos réglages.

Virtualisation

Il est bien sûr possible d'utiliser Haiku dans une machine virtuelle. Quelques recommandations cependant :

  • pour Qemu, configurer la souris en mode « tablette » ou « écran tactile » permet d'avoir une souris avec des coordonnées absolues, par conséquent cela laisse le système hôte gérer la position de la souris et il n'y a plus de « mouse grab » (capture de la souris dans la fenêtre de qemu) ;
  • pour VirtualBox, il est possible de définir des résolutions d'écrans personnalisées pour le pilote VESA, ceci vous permettra d'utiliser Haiku dans la résolution native de votre écran ;
  • toujours pour VirtualBox, la carte réseau émulée par défaut n'est pas très bien gérée par Haiku, il est préférable de choisir une des alternatives.
Installation

Si Haiku vous plaît, vous pouvez facilement l'installer à partir de l'image live (cela vous sera proposé au premier démarrage, sinon vous trouverez l'installeur dans le menu Deskbar).

Il est recommandé d'avoir une partition de taille réduite pour le système (par exemple, 3Go) et de stocker vos données sur des partitions secondaires. En effet, il reste encore quelques bugs et les corruptions du système de fichier ne sont pas aussi exceptionnelles qu'elles devraient l'être.

N'oubliez pas de faire une sauvegarde de vos données si vous vous lancez dans un partitionnement de disque dur.

Il est possible que vous rencontriez des problèmes au démarrage de Haiku (écran noir, gel sur l'écran de chargement, etc.). Dans ce cas, maintenir la touche shift ou espace enfoncée pendant le démarrage vous permettra d'accéder à un menu permettant de configurer plusieurs options « sans échec ». En particulier, vous pourrez forcer l'utilisation du pilote VESA. Ces changements peuvent être rendus permanents, soit en éditant le fichier de configuration du noyau, soit en mettant en liste noire les pilotes dysfonctionnels.

Logiciels disponibles

Haiku est compatible avec BeOS et permet de lancer les logiciels publiés pour ce dernier. Cependant, ces logiciels vieillissent et la plupart ne sont aujourd'hui plus maintenus.

La logithèque pour Haiku est donc, grosse maille, découpée en trois parties :

  • Des logiciels écrits pour BeOS, soit disponibles uniquement sous forme de binaires (WonderBrush, Sync Modular, soit mis à jour lorsque l'auteur a publié les sources. Un grand nombre de logiciels dans ce deuxième cas sont hébergés par HaikuArchives, une équipe qui assure l'archivage des sources (prise de contact avec les développeurs, clarification des licences, …) et la maintenance, de façon communautaire.
  • Des nouveaux logiciels écrits exclusivement pour Haiku. Ils sont encore rares, mais nous espérons que cela va changer avec la mise à disposition d'une version bêta avec une API stable. Citons par exemple l'éditeur de texte Koder.
  • Des ports de logiciels venus du monde UNIX (au sens large). On trouvera par exemple de nombreux logiciels utilisant Qt (dont LibreOffice qui est enfin fonctionnel après des années de travail), des jeux reposant sur la SDL (version 1 ou 2), etc.

La plupart de ces logiciels sont disponibles via HaikuDepot. Soit ils sont dans le dépôt officiel HaikuPorts, soit dans des dépôts supplémentaires fournis par certains membres de la communauté.

Conclusion : expérience utilisateur

Il devient donc aujourd'hui possible de travailler de plus en plus avec Haiku.

On dispose d'un navigateur web moderne, d'une version de LibreOffice, de quelques jeux, de diverses applications de discussion en ligne. Cependant il reste encore du travail pour fournir une logithèque complète et surtout arriver à se passer complètement des applications portées depuis d'autres systèmes, qui sont très bien pour dépanner mais contribuent peu à l'expérience fortement intégrée que Haiku vise à fournir.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Agenda du Libre pour la semaine 40 de l'année 2018

Samedi 29 Septembre

Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 42 événements (2 en Belgique, 39 en France, 0 au Luxembourg, 1 au Québec, 0 en Suisse en 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

Sommaire [FR Montpellier] Framapermanence - Le lundi 1 octobre 2018 de 18h00 à 21h00.

Réunion du framagroupe montpelliérain. Ces réunions ont pour objectif de monter des projets en droite ligne des activités de Framasoft : Dégooglisons Internet, les Chatons pour Collectif d’Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires, framalibre, framakey, framapack…

 Les thèmes

  • Dégooglisons Internet - P-Y Gosset - TV5Monde
  • Contributopia dégoogliser ne suffit pas
  • discussion autour du projet CHATONS Montpellier
  • BIM Bienvenue sur l’Internet Montpelliérain (BIB, Iloth, Montpel’libre)
  • organiser des Framapermanences
  • des Framapéros
  • discussions libres
  • échanges d’idées
  • faire des perspectives pour les actions futures
  • tout simplement, passer un moment convivial

Ces dernières années ont vu se généraliser une concentration des acteurs d’Internet (Youtube appartient à Google, WhatsApp à Facebook, Skype à Microsoft, etc.). Cette centralisation est nuisible, non seulement parce qu’elle freine l’innovation, mais surtout parce qu’elle entraîne une perte de liberté pour les visiteurs. Les utilisateurs de ces derniers services ne contrôlent plus leur vie numérique leurs comportements sont disséqués en permanence afin de mieux être ciblés par la publicité, et leurs données, pourtant privées (sites visités, mails échangés, vidéos regardées, etc.) peuvent être analysées par des services gouvernementaux.

La réponse que souhaite apporter Framasoft à cette problématique est simple mettre en valeur, pour chacun de ces services privateurs de liberté, une alternative Libre, Éthique, Décentralisée et Solidaire.

Ainsi, nous vous invitons à venir participer aux Framapermanences qui auront lieu à la Maison des Adolescents de l’Hérault, le premier lundi de chaque mois, de 18h00 à 21h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible et auprès de la MDA34.

Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie la Maison des Adolescents de l’Hérault, Framasoft et Montpel’libre.

[FR Montpellier] Points Libres GNU/Linux et Logiciels Libres - Le lundi 1 octobre 2018 de 19h00 à 21h00.

L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres, pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien.

Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes

  • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
  • Préinscription aux prochains Cafés Numériques et Install-Party
  • Premières explorations du système
  • Installations et configurations complémentaires
  • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
  • Prise en main, découverte et approfondissement du système

Les Points Libres ont lieu à la Maison des Adolescents de l’Hérault, le premier lundi de chaque mois, de 19h00 à 21h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible et auprès de la MDA34.

Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie la Maison des Adolescents de l’Hérault et Montpel’libre.

Notre bibliothèque de livres, documents, revues… GNU/Linux, systèmes et logiciels libres est disponible à la consultation dans la salle des partenaires, au premier étage.

[FR Marseille] Ateliers OpenStreetMap PACA (⚠️nouveau lieu) - Le lundi 1 octobre 2018 de 19h00 à 23h00.

⚠️ Changement de lieu

(MarsMedialab/Urban Prod)

Rencontre mensuelle des personnes contributrices ou curieuses à propos d'OpenStreetMap.

Activités probables

Activités possibles en fonction des personnes et envies

  • Initiation à la contribution à OpenStreetMap.
  • Actualité dans l'écosystème OSM.
  • Validation fin saisie des données de la cartopartie au quartier Belsunce https://www.agendadulibre.org/events/16649
  • Utilisation de l'imagerie aérienne fournie par le CRIGE-PACA sur la zone de The Camp à Aix La Duranne.
  • Préparation des prochaines cartoparties et participations à divers événements en lien avec la cartographie libre. Par exemple

    • Font-Vert Cartopartie + utilisation uMap.
    • Jardin des vestiges.
    • Jardin Puget.
  • Et diverses choses comme QGIS, Mapillary, Umap, applications mobiles OSM, etc.

Page du Wiki d'OpenStreetMap sur les réunions de Marseille

Pour les personnes venant pour la première fois, nous avons pour habitude que chacun.e amène quelque chose à boire et/ou à grignoter. De quoi tenir la soirée. N'ayez pas peur de prendre votre gamelle/casse-croûte si vous préférez avoir un vrai repas)

Entrée Libre.

[FR Lyon] Lundi Vie Privée Les mots de passe - Le lundi 1 octobre 2018 de 19h30 à 21h30.

Atelier ouvert à tous, tous niveaux.

Chaque premier lundi du mois: Présentation d'outils et conseils en sécurité informatique, pour protéger sa vie privée numérique sur ordinateur ou smartphone.

À l'heure du numérique, nous avons de plus en plus de mots de passe à retenir.

Utiliser le même mot de passe partout n'est évidemment pas une bonne idée et la solution du post-it sous le clavier n'est pas recommandée.

Heureusement, il existe des outils pour nous faciliter la vie comme les gestionnaires de mots de passe ou les coffres fort numériques.

Ils permettent de gagner du temps et d'améliorer la sécurité de vos données.
Découvrez comment choisir facilement des mots de passe solides et les gérer de manière sécurisée.

On essaiera de mieux comprendre l'utilité des mots de passe, comment ils protègent nos données et pourquoi ils sont indispensables au quotidien.

[FR Paris] Émission Libre à vous » sur radio Cause Commune - Le mardi 2 octobre 2018 de 15h30 à 17h00.

Les ambitions de l'émission Libre à vous

La radio Cause commune a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur Internet. Sur le site de la radio on lit Radio associative et citoyenne, les missions de Cause Commune sont de fédérer toutes les initiatives autour du partage et de l’échange de savoirs, de cultures et de techniques.

Nous avons proposé de tenir une émission April intitulée Libre à Vous d'explications et d'échanges concernant les dossiers politiques et juridiques que l'association traite et les actions qu'elle mène. Une partie de l'émission sera également consacrée aux actualités et actions de type sensibilisation. L'émission Libre à vous sera principalement animée par l'équipe salariée de l'April mais aussi par des membres bénévoles de l'association et des personnes invitées. Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d'action, tel est l'objectif de cette émission mensuelle qui sera diffusée en direct chaque 1er mardi du mois de 15h30 à 17h00.

Émission du mardi 2 octobre 2018 de 15h30 à 17h00

L'émission sera diffusée mardi 2 octobre de 15h30 à 17h00. Nous commencerons par une discussion sur le thème des collectivités et des données publiques, à quelques jours de l'entrée en vigueur de nouvelles obligations de diffusion (ou de mise en ligne) de documents et de données publiques pour les administrations et collectivités (7 octobre 2018). Pour cela nous serons en compagnie de Xavier Berne, journaliste à Next INpact ; de Laurence Comparat, adjointe données publiques, logiciels libres et Administration générale de la ville de Grenoble et présidente de l’association OpenData France ; de Tangui Morlier, membre du collectif Regards Citoyens. Nous aurons ensuite un échange téléphonique avec Béatrice Jeanjean, chargée de communication à l'Adullact pour parler du label Territoire Numérique Libre ; la date limite pour candidater est lundi 15 octobre 2018, 23 h 59. Puis nous ferons ensuite le point sur la directive droit d'auteur après le vote en plénière au Parlement européen du 12 septembre.

L'émission dispose d'un flux RSS compatible avec la baladodiffusion ainsi qu'un salon dédié sur le webchat de la radio.

[FR Montpellier] Rencontre Groupe Blender - Le mardi 2 octobre 2018 de 17h00 à 19h00.

Nous avons le plaisir de vous annoncer cette réunion du groupe Blender à Montpellier. (Le premier mardi de chaque mois)

Rencontrer le groupe local d’utilisateurs du logiciel de modélisation 3D Blender pour échanger et actualiser ses connaissances sur ce logiciel à la fois très puissant et riche en potentialités. Attention, il ne s’agit pas d’ateliers d’initiation à Blender.

Les thèmes que nous vous proposons d’aborder

Le programme

  • les activités de Les Fées Spéciales et du Groupe Blender de Montpel’libre
  • premiers pas dans l’univers 3d
  • prise en main des outils de base
  • inscriptions aux formations Blender

Faites passer l’info autour de vous.

Les compte-rendus et contenus des réunions précédentes.

Blender est un logiciel libre de modélisation, d’animation et de rendu en 3D. Cette réunion se veut pour partager du temps autour du projet, s’entre-aider, s’émuler, s’amuser, produire, ou tout simplement discuter. Cette réunion s’adresse à toutes les personnes débutantes, confirmées et même curieuses de l’image en 3D.

Quelques liens utiles

Magazine sur Blender Linux pratique hors-série n°37. Pour apprendre à créer une séquence d’introduction en 3D.

Ces rencontres du groupe Blender ont lieu le premier mardi de chaque mois de 17h00 à 19h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie Montpellier Méditerranée Métropole, la Médiathèque Federico Fellini, Les Fées Spéciales et Montpel’libre.

Tramway ligne 1 arrêt Antigone.
GPS Latitude 43.608299 | Longitude 3.886453
Carte OpenStreetMap

[FR Montpellier] Wikipermanence - Le mardi 2 octobre 2018 de 18h00 à 21h00.

Ces ateliers de contributions animés conjointement avec l’association Montpel’libre et les Archives Départementales de l’Hérault ont pour but de combler le fossé des genres, de rendre plus visibles les femmes dans Wikipédia et amener davantage de femmes à la contribution. C’est une plage horaire où des personnes se réunissent pour découvrir Wikipédia, écrire, modifier, traduire ou illustrer un article.

Les participants pourront soit se créer au préalable un compte sur Wikipédia, soit en créer un le jour même, en venant à la permanence avec un ordinateur. L’espace dispose de quelques postes de travail mais n’hésitez pas à apporter votre propre matériel. Des ressources documentaires (livres, études scientifiques et archives) sur le thème femmes et féminisme en Hérault seront mises à votre disposition.

Pour cette soirée conviviale, chacun amène ce qu’il veut à manger et à boire pour un repas partagé.

Prérequis Pas de connaissance particulière de Wikipédia. Les Wikipermanences s’adressent à tous les publics, qu’ils soient curieux, en questionnement ou des Wikipédien(ne)s chevronné(e)s. Vous pouvez venir pour y découvrir comment débuter, devenir un contributeur, et découvrir comment fonctionne Wikipédia et ses projets frères, partager vos connaissances.

Charte des ateliers Voir la charte de la Wikimedia Foundation.

Informations pratiques Domaine départemental de Pierresvives / 907, rue du Professeur Blayac – Montpellier (34)
Salle de lecture des Archives départementales – entrée libre avant 19h, puis téléphoner au 04 67 67 82 01
Transport Tram ligne 1 arrêt Les Halles ou Tram ligne 3 arrêt Hôtel du département, puis bus n°19 arrêt Léonard de Vinci.
Infos au 04.67.67.30.00 ou serv-educa.archives@herault.fr

Venez participer aux Wikipermanences de Montpellier qui auront lieu aux Archives Départementales de l’Hérault de Pierresvives, le premier mardi de chaque mois, de 18h00 à 21h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible et auprès des Archives Départementales de l’Hérault.

Cet événement est proposé dans le cadre du partenariat qui lie les Archives Départementales de l’Hérault, Wikipédia France et Montpel’libre.

S’abonner ou se désabonner à la liste de diffusion.

Tramway Ligne 3, arrêt Hôtel du département, puis bus n°19 en direction de Pierre de Coubertin arrêt Lycée Léonard de Vinci.
GPS Latitude 43.625171 | Longitude 3.823331

[FR Ecully] Conférence Qu'est-ce qu'un logiciel libre - Le mardi 2 octobre 2018 de 19h00 à 22h00.

Le BIE et l'ALDIL proposent 3 soirées à Ecully pour présenter les logiciels libres.

Nous commençons par une conférence de présentation Qu'est-ce qu'un logiciel libre

[CA-QC Montréal] Linux-Meetup Montréal - Le mardi 2 octobre 2018 de 19h00 à 22h00.

Local de la rencontre à confirmer

Programmation de la rencontre

ATTENTION Le conférencier invité n'a pas encore été choisi. Si vous connaissez des compagnies œuvrant dans le logiciel libre, n'hésitez pas à m'envoyez un message.

Ce mois-ci, nous aurons plusieurs petites présentations éclairs ("lightning talks") reliées à Linux et aux logiciels libres.

Avis aux intéressés, envoyez-moi un courriel si vous voulez présenter quelques choses. Sinon, ce sera des présentations éclairs improvisées avec les gens présents.

Par la suite, si le temps le permet, on fera une discussion de groupe sur un thème déterminé par les gens présents … discussions libres et ouvertes

Lieu
Le Linux-Meetup aura lieu à l'École de Technologie Supérieure de 19:00 à 22:00.

Extras

Pour ceux voulant réseauter avec les autres avant, il y aura un souper de 17:30 à18:45 (Resto-pub Le 100 génies de l'ÉTS au pavillon B).

Nous invitons tous les amateurs de logiciels libres (peu importe la plate-forme) à venir discuter. C'est vraiment une excellente occasion de socialiser et de faire connaissance avec d'autres qui partagent les mêmes intérêts.

La rencontre est gratuite et ouverte à tous (de débutants à experts) et rassemble des gens de diverses professions gestionnaires, professeurs, administrateurs de systèmes, ingénieurs, programmeurs, retraités, étudiants, etc.

Les Linux-Meetup se déroulent simultanément à travers le monde tous les premiers mardis du mois ainsi que dans plusieurs régions du Québec.

Vous pouvez confirmer votre présence sur un ou plusieurs réseaux sociaux afin de promouvoir l'événement Google+, Linkedin, Facebook, Twitter et Meetup

Au plaisir de vous rencontrer

Martial

P.S.: Pour le transport en commun Station de métro Bonaventure

[BE Ottignies-Louvain-la-Neuve] Odoo Experience 2018 - Du mercredi 3 octobre 2018 à 08h00 au vendredi 5 octobre 2018 à 14h00.

Odoo Experience se déroulera à l’Aula Magna (LLN) du 3 au 5 Octobre{::}. L’éditeur belge du logiciel de gestion d’entreprise profitera de l’occasion pour sortir officiellement la nouvelle version du logiciel, Odoo 12.

L’évènement phare de l’entreprise belge Odoo augmente ses entrées de 20 à chaque édition.

Pas étonnant que la société à la fois lauréate du prix Gazelle BW de Trends et nominée en tant que le finaliste de l’entreprise de l’année 2018 de EY, connaisse un tel succès dans les préventes de ses tickets.

Odoo Experience est une combinaison d’ateliers et de conférences donnés par la communauté du logiciel Odoo et ses experts. Venant du monde entier, les partenaires, développeurs, utilisateurs et clients se réunissent à l’Aula Magna de Louvain-la-Neuve pendant trois jours.

Cette “vitrine” d’Odoo sera l’occasion de découvrir le logiciel Odoo et les nouvelles fonctionnalités de

Les participants pourront rapidement comprendre pourquoi des milliers de sociétés ont choisi Odoo pour relever le défi de la digitalisation et de l’intégration.

Participer à Odoo Experience c’est non seulement rencontrer des utilisateurs mais aussi réaliser des démonstrations du logiciel en direct avec nos différents experts.

Les soirées quant à elles, seront le moment idéal pour renforcer son réseau et se détendre avec des dîners à thèmes et des concerts. 

Rendez-vous à l'adresse suivante pour plus d'informations ou réserver vos places > https://www.odoo.com/r/OXP-2018

[FR Le Mans] Permanence mensuelle du samedi après-midi - Le mercredi 3 octobre 2018 de 14h00 à 18h00.

Assistance technique et démonstration concernant les logiciels libres.

[FR Vandœuvre-lès-Nancy] Nos empreintes numériques - Le mercredi 3 octobre 2018 de 15h00 à 17h00.

À travers les différentes technologies numériques que vous utilisez couramment, via les ordinateurs, ordiphones, modems, ou encore ces nouveaux objets connectés, de nombreuses sociétés et institutions gouvernementales collectent des données sur vous.

À quoi cela sert-il Comment font-ils Que risque-t-on

Inscription gratuite aux animations

La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’animation.

[FR Beauvais] Atelier hebdomadaire de partage de connaissances autour des logiciels libres - Le mercredi 3 octobre 2018 de 18h00 à 20h00.

Chaque mercredi soir, l'association propose une rencontre pour partager des connaissances, des savoir-faire, des questions autour de l'utilisation des logiciels libres, que ce soit à propos du système d'exploitation Linux, des applications libres ou des services en ligne libres.

C'est l'occasion aussi de mettre en avant l'action des associations fédératrices telles que l'April ou Framasoft, dont nous sommes adhérents et dont nous soutenons les initiatives avec grande reconnaissance.

L'atelier a lieu dans la salle informatique du Centre Georges Desmarquet géré par l'association Voisinlieu-pour-tous.

[FR Lille] Cours Linux - Le mercredi 3 octobre 2018 de 18h00 à 20h00.

Découvrez LINUX

Une solution économique et écologique

Un système puissant, stable, léger, sans virus et totalement gratuit.

Accédez à des milliers de logiciels libres (Firefox, Thunderbird, LibreOffice, Gimp, 7Zip, VLC, Sunbird, Apache, etc).

Il permet également de récupérer d'anciennes machines.

Découvrir les logiciels libres, cours ou installations niveau débutant tous les mercredis de 18h à 20h à partir du début octobre jusqu’a fin juin dans les locaux de l'association UFJ rue du Mal Assis à Lille (03 20 57 27 11)

[FR Lyon] Comment construire son centre de console rétro - Le mercredi 3 octobre 2018 de 19h30 à 21h00.

Atelier connecté 2018-2019 (mercredi 19h30-21h)

à partir de 16 ans,

Gratuit (Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com)

de 19h30 à 21h

animé par  Romain Deville

Apprenez à manipuler et mettre à votre service les objets connectés.

Comment construire son centre de console rétro en 3 séances

Cycles de 3 séances Mercredis 19 septembre, Mercredi 26 septembre, Mercredi 3 octobre 2018

Dans le Hall de la MPT, vous avez pu découvrir et/ou jouer avec notre borne d’arcade. Lors de ces 3 séances, nous vous apprendrons à réaliser votre propre borne d’arcade afin de jouer en familles ou avec vos amis. N’hésitez plus.
Pour les plus curieux, cela s’installera sur un Raspberry Pi. (si vous avez le votre n’hésitez pas à venir avec, sinon on vous le fournira).

Venez nombreux

[FR Toulouse] Rencontres Tetalab - Le mercredi 3 octobre 2018 de 20h30 à 23h30.

Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

Ouvert au public tous les mercredi soir.

Venez nombreux.

[FR Lille] PyConFR 2018 - Du jeudi 4 octobre 2018 à 09h00 au dimanche 7 octobre 2018 à 17h30.

Conférence annuelle des pythonistes francophones

Conférences (samedi et dimanche)

Durant le week-end, vous aurez l'occasion de participer à des présentations sur des sujets variés, autour du langage Python, de ses usages, des bonnes pratiques, des retours d'expériences, des partages d'idées…

Codage participatif Sprints (jeudi et vendredi)

Les développeurs et développeuses de différents projets open source se rejoignent pour coder ensemble. Chaque personne est la bienvenue pour contribuer, et nous cherchons également à accompagner les débutant·e·s.

Participez au développement de votre projet préféré Nous fournissons l'espace et le matériel nécessaire à l'organisation (tables, chaises, connexion internet… et café).

Retrouvez toutes les infos dont le programme sur https://pycon.fr/2018

[FR Montpellier] Atel’libre PAO Gimp, Inkscape, Scribus, Krita - Le jeudi 4 octobre 2018 de 17h00 à 19h00.

La publication assistée par ordinateur se fait à l’aide de logiciels spécialisés, appelés logiciels de mise en page ou logiciels de PAO, semblables à des logiciels de traitement de texte ordinaires, mais où un accent particulier a été mis sur la disposition des textes et des images sur une page. Le document à imprimer est affiché à l’écran de l’ordinateur exactement tel qu’il sera sur le papier, avec la possibilité de changer la typographie et de voir immédiatement le résultat.

Dans cet atelier vous pourrez aborder des logiciels tels que Gimp, Inkscape, Scribus, Krita… La Publication Assistée par Ordinateur concerne la création des supports de communication. Plaquettes, affiches, cartes de visites, kakemonos et autres outils sont le résultat de ce que vous imaginez, mis en forme grâce à une suite de logiciels.

Ces rencontres du groupe Blender ont lieu le premier jeudi de chaque mois de 17h00 à 19h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie Montpellier Méditerranée Métropole, la Médiathèque Federico Fellini, Les Fées Spéciales et Montpel’libre.

[FR Poitiers] Jeudi du Libre - Le jeudi 4 octobre 2018 de 17h30 à 20h30.

Chaque premier jeudi du mois, les membres de l’APP3L se réunissent au Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ).

Ils vous invitent à les rejoindre, de 17h30 à 20h30, afin d’échanger et d’en apprendre plus à propos des logiciels libres.

Si vous le désirez, vous pouvez venir avec votre ordinateur portable ou fixe (nous prêterons écrans, claviers et souris).

Cette permanence est l’occasion pour chacun de

  • rencontrer d'autres utilisateurs
  • de discuter ou de s’informer
  • de trouver de l’aide (vous pouvez amener votre machine);
  • ou tout simplement de découvrir des alternatives aux logiciels et services privateurs.

Vous pourrez aussi échanger et vous faire aider dans votre contribution aux communs numériques (Wikipédia, OpenStreetMap), la protection de votre vie privée et les services en ligne respectueux de votre intimité.

Entrée Libre. Tout Public.

Accès 64 rue Léon Gambetta 86000 Poitiers

[FR Lyon] Permanence Wiktionnaire - Le jeudi 4 octobre 2018 de 18h00 à 23h00.

Découvrez le Wiktionnaire, dictionnaire collaboratif en ligne, et apprenez à diffuser vos connaissances sur les mots

Que vous soyez amoureux de votre langue maternelle ou apprenants de langues étrangères, le Wiktionnaire vous permet de découvrir et de partager vos savoirs.

Venez pratiquer et apprendre grâce aux connaissances des participants et aux ressources du KoToPo

[FR Limoges] Quelques exemples de système D sans … SystemD - Le jeudi 4 octobre 2018 de 18h00 à 20h00.

La mode depuis quelques temps est de migrer le système de démarrage (init) de la majorité des distributions GNU/Linux grand public ou professionnelles de leur ancien choix vers SystemD.

Or GNU/Linux propose d’autres inits Et d’autres distributions existent, accessibles à tout un chacun ou aux experts

Dans cette session spéciale je vous propose quelques unes testées dernièrement.

[FR Poullan sur Mer] AIL - Le jeudi 4 octobre 2018 de 18h00 à 20h00.

Atelier de découverte et d'initiation aux systèmes, logiciels et autres solutions en lignes libres + Install party. Ouvert à tou.tes.s. Participation libre.

En alternance 1 semaine sur 2 à la médiathèque de Pont-Croix et à la médiathèque de Poullan sur Mer.

Infos détaillées sur L'agenda d'OnYEst

[FR Béziers] Permanences GNU/Linux et Logiciels Libres - Le jeudi 4 octobre 2018 de 18h30 à 21h00.

Afin de lancer une dynamique l’utilisation de GNU/Linux et la Logiciels Libres, nous vous proposons les créneaux suivants pour l’animation d’ateliers de prises en mains et d’accompagnements à GNU/Linux et aux Logiciels Libres

  • À l’IUT de Béziers, le 1e jeudi de chaque mois de 18h30 à 21h00 à l’OpenLab c’est salle D215 - Place du 14 juillet 34500 Béziers. Venez donc nous raconter des histoires de pingouins… sur le banquise ou sur le plage, échanges, informations, conseils, entre-aides Linux, GNU/Linux, KDE… nous ne sommes pas sectaire à partir du moment que l’outil est libre. Il peut même s’agir de BSD, c’est vous dire
  • À la Médiathèque André Malraux de Béziers, le 3e mardi de chaque mois de 15h00 à 17h30 lors des permanences techniques (à confirmer)

Ainsi, voici le calendrier pour le deuxième semestre 2018
jeudi 6 septembre 2018 de 18h30 à 21h00 IUT (fablab, salle D215)
jeudi 4 octobre 2018 de 18h30 à 21h00 IUT (fablab, salle D215)
jeudi 6 décembre 2018 de 18h30 à 21h00 IUT (fablab, salle D215)

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie la Médiathèque de Béziers, l’IUT de Béziers et Montpel’libre.

Bus ligne 3, arrêt Trinité
GPS Latitude 43.34754 | Longitude 3.22244
Carte OpenStreetMap

[FR Caen] Le First-jeudi Échange dînatoire canneais - Le jeudi 4 octobre 2018 de 19h00 à 21h00.

Tous les premiers jeudis du mois, les membres (et non-membres sont également les bienvenues) se rencontrent pour discuter de l'univers des logiciels libres, tout en dînant (ou juste pour prendre un café). [N.B. le repas n'est pas offert].

Dans un esprit totalement libre, les sujets vont et viennent en fonction de chacun.

Venez nombreux.

[FR Lyon] Comment télécharger sur internet - Le jeudi 4 octobre 2018 de 19h00 à 21h30.

(GRATUIT – inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com)

Jeudi 04 octobre 2018 Comment télécharger sur internet

Vous aimez les livres, la musique ou les films mais vous ne savez pas toujours où chercher ni comment télécharger
On verra comment trouver du contenu, les sites utiles et les logiciels à utiliser.
L’occasion de comprendre les différences entre le téléchargement, le Peer to Peer (bittorrent), le direct download (DDL) ou le streaming.
Difficile de ne pas parler d’Hadopi, mais qu’est-ce que c’est exactement et quels sont les risques
Un atelier pour découvrir ensemble comment télécharger facilement (et partager ensemble quelques astuces).

Pensez à prendre votre ordinateur. Si besoin, des ordinateurs sont disponibles en libre accès à l’EPN

Atelier ouvert à tous, tous niveaux.

N'hésitez pas à venir nombreux

[FR Rennes] Apéro du Libre - Le jeudi 4 octobre 2018 de 19h00 à 22h00.

L'association Actux vous donne rendez-vous pour un nouvel Apéro du Libre, jeudi 4 octobre 2018 à partir de 19h, au Papier Timbré, 39 rue de Dinan à Rennes (au croisement de la rue d'Échange).

Les Apéros du Libre sont des rencontres conviviales autour d'un verre, pour discuter, échanger et parfois troller entre utilisateurs et curieux de logiciels et culture libres.

Pour rappel, cet événement a lieu habituellement tous les premiers jeudi du mois, même heure, même endroit et est ouvert à tous !

Entrée Libre.

Plan d'accès http://actux.eu.org/Lieux/PapierTimbre

[FR Lyon] Jeudi du libre OpenSUSE, une distribution Linux pour tous - Le jeudi 4 octobre 2018 de 19h00 à 22h00.

Présentation non technique, destinée au grand public

Le projet openSUSE est une communauté mondiale faisant la promotion de l’usage de Linux partout dans le monde. Il produit aussi une distribution complète pour tous les usages et destinée au plus grand nombre ainsi que de nombreux outils facilitant l’adoption de Linux et permettant à tous de contribuer au projet.

L’orateur Sébastien Poher est administrateur système GNU/Linux, utilisateur d'openSUSE depuis 2016, contributeur et membre du projet et, depuis juin, président d’Alionet, l’association francophone des utilisateurs openSUSE.

 Quelques jours avant la grande install party des Expériences Numériques #21,vous découvrirez peut-être votre prochain système d'exploitation.

En savoir + : https://epn.salledesrancy.com/wp-content/uploads/2018/09/2018-Presentation\_openSUSE.pdf

[BE Grivegnée] Linux Meeting Party - Le jeudi 4 octobre 2018 de 19h30 à 22h30.

Notre "Linux Meeting Party" (table de conversation informelle) a lieu tous les.

Nos prochaines rencontres se tiendront dans un local du "Service de proximité" de Grivegnée, Av. Albert 1er, 5, à Grivegnée-bas. C'est à deux pas de la rue Belvaux (pour l'accès en bus) et un vaste parking est disponible carte interactive d'accès

Venez quand vous voulez entre 19h30 et 22h30 papoter Linux et Logiciels Libres dans la bonne humeur-)

[FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 4 octobre 2018 de 19h30 à 22h00.

Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

Programme non exhaustif

  • Fedora (sa traduction)
  • Parinux, ses bugs et son infrastructure
  • April, … y a toujours quelque chose à faire
  • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
  • Schema racktables, son code
  • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
  • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
  • En vente libre, maintenance et commandes
  • Open street map, une fois par mois
  • Linux-Fr sait faire
  • en vente libre

tout nouveau projet est le bienvenu.

Tous les 1ers jeudis => Les associations Ubuntu-fr  et ouvre-boite organisent une réunion pour leurs membres.

Tous les jeudis, le groupe de travail Sensibilisation de l'April se réunit pour réfléchir à mieux communiquer vers le grand public.

Tous les jeudis, des membres de Framasoft organisent des contrib'atliers et vous invitent à venir participer, tester ou améliorer des logiciels libres

membres de Framasoft organisent des contrib'atliers et vous invitent à venir participer, tester ou améliorer des logiciels libres

[FR Grenoble] Wikiconvention francophone - Du vendredi 5 octobre 2018 à 09h00 au dimanche 7 octobre 2018 à 18h00.

La WikiConvention francophone est un événement de type WikiCon (mot-valise de Wikimedia conference) dédié à la communauté francophone.

Elle a pour but de permettre aux contributeurs francophones des différents projets Wikimédia de se rencontrer et d'échanger sur le partage libre de la connaissance, l'éducation, le libre, etc.

[FR Quimperlé] Point info GNU/Linux - Le vendredi 5 octobre 2018 de 13h30 à 17h30.

Mickaël et Johann vous accueillent.

Conseils, aide et infos pratiques GNU/Linux et Logiciels Libres.
Pas d’inscription, entrée libre. De 13h30 à 17h30

Curieux Déjà utilisateur Expert

Pour résoudre vos problèmes, vous êtes le bienvenue

N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation de GNU/Linux ou de venir avec votre périphérique récalcitrant (imprimante, scanner…) si possible.

Médiathèque de Quimperlé
Tél 02.98.35.17.30

[FR Mérignac] Permanences du libre - Le vendredi 5 octobre 2018 de 19h00 à 21h00.

Unbee est une association qui relie entre eux les utilisateurs du monde libre sur Mérignac.

En partenariat avec le Puzzle, tous les 1er vendredis de chaque mois, l'association Unbee organise un moment d'échange et de discussion autour des logiciels libres Ubuntu, Libre office, Gimp, Inskscape entre autre…

Sur place, vous pourrez consulter magazines et livres sur la même thématique.

Nous nous réunissons pour partager nos connaissances techniques et philosophiques du numérique libre, il n'y a pas d'expert, tout le monde participe et enrichit le débat

Avant de venir nous voir, il vaut mieux vérifier les dates dans le calendrier sur notre site internet.

[FR Beauvais] Samedi du Libre sur LibreOffice Calc (tableur) - Le samedi 6 octobre 2018 de 08h30 à 12h00.

Formation et partage de connaissances sur les points suivants

  • Fonctionnalités de base
  • Saisie de données
  • Opérations simples
  • Gestion des feuilles de calcul
  • Références absolues
  • Fonction Si
  • Fonction Recherche

  • Espace Argentine, 11 rue du Morvan, Beauvais, Hauts-de-France, France

  • Adresse web https://oisux.org

  • Tags
    linux, logiciel-libre, libre-office, tableur, oisux

[FR Marseille] April Camp - Du samedi 6 octobre 2018 à 09h30 au dimanche 7 octobre 2018 à 22h00.

April Camp au second semestre 2018 à Marseille

la prochaine édition de l’April Camp aura lieu  samedi 6 octobre et dimanche 7 octobre 2018  au Foyer du peuple  50 rue Brandis 13005 Marseille

L’idée d’un « April Camp » est de se réunir pendant plus de deux jours entre adhérents et soutiens de l’April pour faire avancer des projets en cours, lancer de nouveaux projets. Les projets peuvent être de nature technique, des outils de communication, etc. Chacun est invité à participer en fonction de son temps disponible, de ses compétences, de ses envies.

L’« April Camp » a lieu physiquement à un endroit (jour et nuit si nécessaire), mais également en ligne. Des outils pour participer en ligne sont disponibles IRC, Pads, pont téléphonique, serveur de voix sur IP.

N’hésitez pas à vous inscrire, à proposer des thèmes de travail, à juste passer nous voir. Membre ou pas de l’April vous êtes les bienvenus.

https://wiki.april.org/w/April_Camp_marseille_2018

https://pad.april.org/p/aprilcampmarseille2018

Plan OpenStreet Map

[FR Lyon] Technique de cartographie et d’édition - Le samedi 6 octobre 2018 de 10h00 à 12h00.

Animé conjointement par les associations OSM (OpenStreetMap) et Wikimédia

Gratuit (Inscription obligatoire  à epn@salledesrancy.com )

Les contributeurs OSM (OpenStreetMap) et Wikimedia s’associent pour proposer des ateliers conjoints à la contribution collaborative de la carte OpenStreetMap ou à des projets Wikipedia, Wikidata, Wikisource,…

L’objectif est de découvrir les règles et les usages associés à différents projets de connaissance libre (cartographique, encyclopédique…) pour apprendre à contribuer à leur enrichissement, et à utiliser leurs données.

Créer ses comptes, faire des reports/créations d’informations géographiques sur la carte, contribuer à la Base Adresses Nationale Ouverte (BANO), explorer la richesse de la base de données OSM et des contenus des bases wikipédia, wikidata, wikidictionnaire, wikisource.. Réaliser des cartes personnalisées, éditer des articles encyclopédiques

Venez nombreux

[FR Aix-en-Provence] Samedi Libre - Le samedi 6 octobre 2018 de 10h00 à 18h00.

PROGRAMME Attention aux NOUVEAUX HORAIRES

10h00 - 12h30 Atelier sur la messagerie outils et démonstrations

12h30 - 13h30 Déjeuner en commun

13h30 - 18h00 Interventions sur rendez-vous et démonstrations

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Ces Samedis Libres sont organisés par l'Axul en collaboration avec plusieurs associations de logiciels libres des Bouches-du-Rhône.

Ils proposent des présentations générales et une aide technique pour le dépannage et la mise à jour d'ordinateurs avec des logiciels libres. Ils présentent aussi des démonstrations de matériels libres.

Des informations sont disponibles sur la Culture Libre (OpenStreetMap, Wikipedia…).

PRÉSENTATIONS POSSIBLES

Présentation d'un Fairphone, un téléphone libre et éthique

Présentation de livres et de sites Internet consacrés au Libre

Présentation du nano-ordinateur micro:bit conçu pour rendre l’enseignement et l’apprentissage facile et amusant.

Présentation du nano-ordinateur PyBoard co-développé avec le langage MicroPython

Présentations liées aux nouveaux programmes scolaires sur le codage

  • Présentations de Pygame, Python, Scratch et Snap.
  • Présentations de modèles éducatifs libres écrits en HTML5 pour PC ou tablettes quel que soit le système d'exploitation exemple du site PhET.
  • Présentation du projet 1, 2, 3… codez: Enseigner l'informatique à l'école et au collège (Fondation La main à la pâte).
  • Présentations d'autres logiciels éducatifs et/ou scientifiques…

Autres présentations

  • Comparaison des environnements Cinnamon, GNOME, KDE, LXDE et Xfce installés avec la même version d'Ubuntu.
  • Distribution Emmabuntüs pour la rénovation d'ordinateurs anciens.
  • Distribution PrimTux 2 pour les élèves de l'école primaire.
  • Distribution Pure OS associée au projet Librem pour des ordinateurs avec des matériels et des logiciels libres.
  • Distribution Ubuntu 18.04.
  • Distribution Ubuntu Touch sur un téléphone mobile.
  • Distributions Linux installées sur des clefs USB insérées dans des ordinateurs Linux, Windows 7 ou Windows 10.
  • Cohabitation Linux - Windows 10 le cas d'Ubuntu 64 bits.
  • Évolution du projet pédagogique OLPC (One Laptop per Child) : ordinateur XO-4, tablette OLPC partiellement libérée avec F-Droid et différentes machines avec la plate-forme pédagogique Sugarizer.
  • Présentation d'Inkscape, logiciel de dessin vectoriel professionnel pour Windows, Mac OS X et GNU/Linux
  • Présentation de logiciels scientifiques libres (SageMath…)

NB Certaines démonstrations pédagogiques sont en libre service. Les autres démonstrations seront normalement possibles toute la journée elles seront lancées en fonction des souhaits des visiteurs et des disponibilités des spécialistes.

Adresse Centre Social et Culturel des Amandiers, 8 allée des Amandiers, Jas-de-Bouffan (cliquer sur ce dernier lien pour avoir un plan détaillé).

Ces samedis libres et gratuits sont ouverts à toutes et à tous, débutant(e)s ou expert(e)s GNU/Linux, membres ou non d'associations du Libre. Les locaux sont au rez-de chaussée et accessibles par tous.

Entrée Libre..

Prochain Samedi Libre

[FR Bonneville] Café informatique libre - Le samedi 6 octobre 2018 de 10h00 à 17h00.

Café informatique libre à Bonneville

Bonjour

Tous à vos agendas, le prochain café informatique libre se tiendra prochainement, avec pour thème du jour le dessin vectoriel, pierre angulaire du graphisme sur ordinateur

Quand Le samedi 6 octobre 2018 entre 10h00 et 17h00.

Où? A la médiathèque de Bonneville, au 55 rue du Carroz.

Les activités

  • Support informatique de logiciels libres et réponse à vos questions, dans la limite de nos connaissances et du temps disponible
  • Conversions d'ordinateurs à Linux. Si vous désirez profiter de ce service, nous vous invitons à vous inscrire en nous contactant via ce formulaire
  • Présentation du logiciel Inkscape à 14h00. Olivier et Richard, membres fondateurs de Léman-Libre, vous apprendrons comment créer votre carte de visite

Cet événement est gratuit, mais nous acceptons les donations une tirelire sera présente sur place.

Par ailleurs, nous recrutons de nouveaux membres Si vous souhaitez aller plus loin, développer vos compétences tout en vous amusant rejoignez-nous

Nous nous réjouissons de vous rencontrer

[FR Angers] Fablab Atelier programation robotique - Le samedi 6 octobre 2018 de 12h00 à 13h00.

  Ateliers Enfants /Adultes.

  Programmation  robotique  activité de FABLAB.

  Install-Party GNU-LINUX

  Raspberry

[FR Parigné l'Eveque] Repair Café - Le samedi 6 octobre 2018 de 14h00 à 18h00.

Toute personne peut venir gratuitement réparer un objet avec l’aide de bénévoles et équiper son ordinateur avec des systèmes et logiciels libres.

Le principal objectif est d’éviter de jeter des objets du quotidien qui peuvent encore servir.

Les bénévoles qui vous accueillent (organisateurs et réparateurs) partagent des valeurs communes telles que la curiosité, la volonté d’apprendre, le partage, la transmission de savoirs et de savoir-faire, la solidarité et la préservation de notre environnement.

Les activités proposées au sein du Repair Café sont gratuites.

[FR Ramonville-Saint-Agne] Robot de mail Sympa - Le samedi 6 octobre 2018 de 14h00 à 17h00.

Venez découvrir l'outil de listes de diffusion SYMPA.

Grâce à lui, vous pourrez envoyer des courriels à tous les adhérents de votre association.

Vous pourrez maintenir l'une pour les adhérents, l'autre pour le CA ou le Bureau, etc.

C'est gratuit, ouvert à tous, mais il faut s'inscrire.

Merci de

[FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 6 octobre 2018 de 14h30 à 18h30.

Présentation de l'E2L

Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

  • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
  • comment en prendre possession en fonction des licences,
  • comment les installer en fonction de ses besoins,
  • comment les tester et les utiliser,
  • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
  • comment écrire ses propres logiciels libres.

En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

Comment fonctionne l'école

Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

Programme détaillé sur le site http://e2li.org

[FR Nantes] Permanences - Le samedi 6 octobre 2018 de 15h00 à 18h00.

Les permanences d'octobre 2018 auront lieu les

samedi 6 et 20 octobre 2018 de 15h à 18h dans l’aile du local associatif Bellamy 17.

Au plaisir de vous voir à l'une de ces dates-)

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Zero-K, le jeu de stratégie temps réel libre

Jeudi 27 Septembre

Zero-K est un jeu libre (GPL v2) de stratégie en temps réel inspiré du jeu Total Annihilation. Ce n’est pas un simple clone, il change pas mal la façon de jouer, ce ne sont pas les mêmes unités, par exemple. Zero-K est basé sur le moteur SpringRTS, qui existe depuis au moins 2005, et est à la base un clone de Total Annihilation, mais qui finalement devient un moteur de jeu et permet de développer son propre jeu dessus.

Plus de détails dans la suite de la dépêche.

Sommaire

Je me souviens des toutes premières versions de springRTS ou j’arrivais juste à charger la carte et mon commander, puis j’oubliais un peu le projet et à chaque fois, quelques années après, je re‐testais pour voir ce qu’il était devenu.

Et il y a quelque temps, pareil, je me dis : tiens, qu’est‐ce qu’il devient ce projet SpringRTS ? Ah, il y a une liste de jeux à choisir. Tiens, Zero-K, je connais pas, je vais tester pour voir. Et là, la claque ! Moi qui suis fan de RTS, sous GNU/Linux, on ne peut pas dire qu’on est extrêmement gâtés (et d’autant plus si l’on se limite aux jeux libres). J’ai bien joué un peu a Globulation 2, mais on s’en lasse rapidement car cela manque de profondeur, d’autant plus qu’il n’est plus vraiment développé. 0 AD a l’air prometteur, mais il fait ramer ma machine rapidement et j’avoue que je ne retrouve pas le plaisir que j’avais avec un Age Of Empire. Peut‐être faut‐il encore attendre un peu qu’il mûrisse.

Mais, là, avec Zero-K, on peut dire qu’on tient une pépite d’or. Pour un jeu libre, il ressemble diablement à un jeu commercial de haute qualité. Il est en développement actif. Quand j’ai commencé à jouer, j’ai pu voir apparaître de nouvelles unités, de nouveaux modes de jeux, alors que le jeu paraissait déjà fini.

Si vous voulez voir un peu le gameplay avant de l’installer, voici une vidéo des deux premières missions de la campagne : https://www.youtube.com/watch?v=s_-bWeXBCBQ.

Les ressources

Contrairement à pas mal d’autres RTS, et dans la suite de Total Annihilation, les ressources sont un flux constant, si on ne l’utilise pas, c’est perdu. Il y a deux types de ressources : le métal et l’énergie. L’énergie peut être obtenue en construisant des panneaux solaires ou des éoliennes. Le métal, lui, doit être obtenu en construisant des extracteur sur les mines de métal. Ces mines sont réparties sur toute la carte, et c’est elles qui donnent toute la dimension stratégique : on ne peut pas se contenter de rester dans sa base, car qui contrôle les mines de métal gagne la partie.

Les unités

Ce jeu nous permet de contrôler des armées de centaines de robots de toute sortes, humanoïdes, tanks, avions, bateaux, araignées, robots géants et missiles nucléaires dans des batailles épiques remplies d’explosions. Chaque type d’unité est regroupé dans une usine, et le choix de l’usine de départ doit être fait en fonction du terrain (si y’a de l’eau partout, ne pas prendre les tanks, par exemple).

À noter une particularité : il n’y a pas d’arbre de technologie, ou du moins il est plat, on peut à tout moment construire n’importe quelle unité, même le Detriment, qui est un robot géant qui généralement rase la base ennemie en quelques minutes en fin de partie. Mais comme il coûte extrêmement cher et qu’on a une petite économie au début, c’est illusoire de croire pouvoir le terminer avant que l’ennemi nous ait complètement détruit avec des petites araignées qui coûtent une misère et se produisent à une vitesse phénoménale. C’est d’ailleurs une erreur que font très souvent les débutants.

L’interface

L’interface graphique de Zero-K semble être le raffinement de 40 ans d’expérience dans les UI de RTS : Vous vous souvenez de ce RTS avec lequel vous ne pouviez lancer la construction que d’une seule unité en même temps, obligeant à constamment passer sur tous les bâtiments pour continuer la production ? C’est pénible et ce genre de petits détails sont souvent oubliés dans les RTS. Quand on pense à un détail, on en oublie un autre, comme permettre de donner l’ordre de construire plusieurs bâtiments à la suite.

Dans Zero-K, la file de construction est infinie (il y a même un bouton « produire en boucle ») et l’on peut aussi dire : rajoute cette unité en début de file, parce qu’il me la faut maintenant. En fait, il y a tellement de petites fonctions pratiques, que je ne pourrais certainement pas tout lister ici.

Concernant le déplacement des unités, il y a tout : bouger, attaquer, garder, patrouiller. Mais surtout, quelque chose que je n’avais jamais vue avant : si l’on sélectionne un groupe d’unités et que l’on trace un trait avec la souris, elles iront se disposer tout le long de ce trait, on peut ainsi vraiment déployer ses unités sur de grands terrains. On peut également poser des lignes de bâtiments de la même façon. Voir https://www.youtube.com/watch?v=i_Nl5bRJNyc pour une fonctionnalité de guard sympa.

Concernant les ordres que l’on donne aux unités, on peut les enchaîner en appuyant sur Maj, comme attendu, mais on peut également appuyer sur espace pour rajouter l’ordre au début de la file, ou Maj-<espace> pour le rajouter au milieu de la file, automatiquement à l’endroit où l’unité devra le moins marcher pour effectuer cette tâche en plus.

Pour les raccourcis claviers, on peut en placer sur n’importe quelle action du jeu, et il y a également des raccourcis clavier pour sélectionner des unités selon leur type, leur santé et d’autres paramètres. On peut même écrire des scripts pour définir des groupes automatiques d’unité, pour les dingues de la personnalisation.

Le terra‐forming

Il est possible de changer la hauteur du terrain, pour construire des murs, ou au contraire aplatir pour laisser passer des véhicules, ou construire des rampes pour monter sur les falaises. Il y a des dizaines de raccourcis clavier pour orienter la pente comme on veut, choisir l’altitude en fonction de l’altitude d’un terrain de notre choix, suivre des lignes droites ou à main levée, et bien d’autres choses. J’ai été bluffé par autant de possibilité/complexité pour une feature que je pensais toute simple (voir cette vidéo sur YouTube).

Les modes de jeu

Il y a les classiques comme le mode campagne (pas encore extrêmement développé), mode skirmish contre IA, et le jeu en ligne contre d’autres humains, avec IA ou non. Une particularité : le mode Chicken, ou l’IA ne contrôle pas des robots mais une sorte de race extraterrestre. Des nids poussent de façon aléatoire sur la carte et des vagues d’unités, toutes plus monstrueuses les unes que les autres, arrivent successivement par vagues, de manière très similaire à un jeu de Tower defense.

Contribuer

Les contributeurs sont invités à lire le tout petit Guide des développeurs. Tout est bien organisé, déposé sur GitHub, y compris les graphismes. Ces derniers sont libres, comme indiqué sur la page Credits.

Installation sous GNU/Linux sudo apt-get update sudo apt-get install mono-complete libsdl2-2.0-0 libopenal1 libcurl3 mkdir Zero-K cd Zero-K wget https://zero-k.info/lobby/Zero-K.exe mono Zero-K.exe

(dispo également sous Windows)

Conclusion

Voilà, j’espère avoir fait le tour, tant il y a de choses à dire, et j’espère vous avoir donné envie d’essayer ce jeu et, pourquoi pas, de rejoindre la communauté très sympathique de joueurs en ligne (entre 60 et 200 joueurs en permanence pour le moment).

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Évolution des hyperliens sur LinuxFr.org

Jeudi 27 Septembre

Un matin, une question existentielle a fait jour dans mon esprit, comme ça, venue d'on ne sait où. Probablement dans le même genre que l'envie de Google de virer le www. dans les URL - même si www.example.com et example.com ne sont pas forcément équivalents, ou ses autres envies de virer carrément les URL ou HPKP.

Bref, je me demandais « quels sont les schémas d'URI (scheme) et les domaines les plus utilisés par les visiteurs de LinuxFr.org dans les contenus/commentaires, et est-ce que (plutôt comment) ça a changé au fil des années ? ».

Évidemment ça ne donnera un état/une évolution que sur les visiteurs du site et pas sur Internet en général (même si certains ne connaissent d'Internet que leur réseau social préféré, mais ceux-là ne nous intéressent pas ici, car soit ils ne viennent donc pas sur LinuxFr.org, soit ils y sont en permanence mais ne mettent pas de liens pour en sortir vu qu'ils n'en sortent pas).

(NB : étonnamment cette question a été jugée prioritaire par votre serviteur par rapport à la dépêche « Statistiques 2017 du site LinuxFr.org (2/2) » qui se bonifie en rédaction depuis le 7 janvier…)

    Sommaire C'est plus compliqué que prévu

    Évidemment, ça ne serait pas drôle si c'était facile et rapide. De migrations en migrations, certains contenus/commentaires du site ne sont pas en HTML valides ou ne sont pas bien formés. Donc on va attaquer les données un peu sauvagement à coups de regex, ce qui n'est pas idéal pour analyser. Et bien évidemment on a :

    • des contenus/commentaires qui comportent du code ou des commandes shell type sed -e "s/^$3://" ;
    • des extraits verbatim de logs (dont des URL pourries de logs de serveurs web) qui compliquent un peu plus le job ;
    • de l'ascii art type ¯\_(ツ)_/¯ ;
    • des nommages type ht://Dig ;
    • des gens qui comme moi ont écrit dans du texte http(s)://linuxfr.org ;
    • des contenus/commentaires erronés (ce qui a permis quelques corrections au passage) : par exemple des liens de type
      • http://example.invalidhttp://example.invalid (double URL) ;
      • http://https://example.invalid ou http://ftp://example.invalid (double schéma) ;
      • http%20://example.invalid (espace excédentaire) ;
      • http:/example.invalid (barre oblique manquante) ;
      • news://example.invalid, mailto://example@example.invalid ou xmpp://example@example.invalid (deux barres obliques excédentaires) ;
      • htttp://example.invalid ou htpp://example.invalid ou htt://example.invalid ou http:example.invalid (mauvais schéma) ;
      • absence de schéma example.invalid ;
      • oui ces exemples ne sont pas gentils pour le prochain qui refera cette analyse, mon moi du futur m'en veut déjà ;
    • des dizaines de corrections suite à une erreur dans le script de conversion des contenus lors d'une migration technique du site, qui a converti des liens invalides <a href=http://example.com>example</a> (guillemets manquants) en invalides et inutiles <a href="http:" />example</a> (lien cassé, balise fermante) ;
    • une poignée de corrections sur des liens manquants <a href=""> ;
    • et il ne s'agit pas forcément de liens actifs/cliquables (ça peut être du code, du texte verbatim, une partie commentée, etc.).

    Bref un rappel de pourquoi ça serait mieux d'avoir des pages valides et propres tout le temps.

    Les dépêches

    Dans le contenu des dépêches (les premières en base datant de mars 1999) :

    • du côté des schémas :

      • 1999 : uniquement http ou ftp ;
      • 2000 : les premiers https (feu https://qa.mandrakesoft.com), php et ldaps pour les schémas ;
      • 2002 : les premiers pop, imap, news, mms et smb ;
      • 2003 : les premiers about et irc ;
      • 2004 : les premiers ldap et sftp ;
      • 2005 : les premiers pnm, tivo et udp ;
      • 2006 : les premiers svn et svn+ssh ;
      • 2007 : les premiers file, lastfm et xmpp ;
      • 2008 : les premiers git, itms et silc ;
      • 2009 : rien de neuf ;
      • 2010 : le premier apt, et les parodiques dis et goo (pour Disney/Google);
      • 2011 : rien de neuf ;
      • 2012 : le premier spdy ;
      • 2013 : rien de neuf ;
      • 2014 : les premiers auth, bhyve, gobby et proxy ;
      • 2015 : les premiers chrome, et, ircs et unv ;
      • 2016 : les premiers amqp, appstream, influxdb-timed-mydata, mongodb-timed-mydata, protocol-datatype-datascope et wss (et aussi le livre de T. Nitot surveillance://) ;
      • 2017 : les premiers tcp et ldapi ;
      • 2018 : au moins les premiers dat, ipfs et ssb ;
    • du côté des noms les plus présents (qui peuvent être libristes ou non, et la quantité n'est pas forcément le meilleur indicateur pour juger de la qualité) :

      • 1999 : www.linux-gull.ch, www.freepatents.org, (feu) www.ude.org, www.slashdot.org, (feu) www.linux-mandrake.com, www.xfree86.org, updates.redhat.com, support.free.fr, altern.org et x42.com ;
      • 2000 : mail.gnome.org, www.kde.org, (feu) petition.eurolinux.org, dri.sourceforge.net, www.parinux.org, www.opencascade.com, www.linux-arverne.org (GULL co-fondé par votre serviteur et qui a perdu son tiret depuis) et www.altavista.com ;
      • 2001 : (feu) infonomade.linuxfr.org, lists.debian.org, www.debian.org, packages.debian.org, slashdot.org, www.transfert.net, (feu) www.linux-mandrake.com, www.gnu.org et fr.news.yahoo.com, ;
      • 2002 : www.fosdem.org, www.google.com, www.gnu.org, www.debian.org, www.april.org, slashdot.org, (feu) petition.eurolinux.org, www.mozilla.org et www.gphoto.org ;
      • 2003 : artlibre.org, www.april.org, slashdot.org, www.mozilla.org, sourceforge.net, eucd.info, creativecommons.org, fr.wikipedia.org et www.python.org ;
      • 2004 : www.mozilla.org, www.eyrolles.com, fr.openoffice.org, www.gnome.org, ftp.mozilla.org, sourceforge.net, www.redhat.com, www.openbsd.org et mail.gnome.org ;
      • 2005 : fr.wikipedia.org, en.wikipedia.org, lwn.net, eucd.info, sourceforge.net, wiki.ubuntu-fr.org, www.gnome.org, dev.mysql.com et www.mozilla.org ;
      • 2006 : fr.wikipedia.org, en.wikipedia.org, www.toulibre.org, free-electrons.com, lwn.net, www.aldil.org, sourceforge.net, www.debian.org et www.apitux.org ;
      • 2007 : fr.wikipedia.org, en.wikipedia.org, lwn.net, www.april.org, www.toulibre.org, www.candidats.fr, www.agendadulibre.org, sourceforge.net et maps.google.fr ;
      • 2008 : fr.wikipedia.org, en.wikipedia.org, lwn.net, www.agendadulibre.org, www.toulibre.org, www.openbsd.org, www.april.org, git.kernel.org, www.laquadrature.net ;
      • 2009 : fr.wikipedia.org, en.wikipedia.org, www.zdnet.fr, www.april.org, lwn.net, www.pcinpact.com (devenu nextinpact.com), git.kernel.org, www.openbsd.org et www.silicon.fr ;
      • 2010 : fr.wikipedia.org, www.numerama.com, www.pcinpact.com, en.wikipedia.org, www.zdnet.fr, www.april.org, git.kernel.org, github.com et lwn.net ;
      • 2011 : fr.wikipedia.org, en.wikipedia.org, git.kernel.org, github.com, www.numerama.com, www.april.org, lwn.net, weboob.org et owni.fr ;
      • 2012 : fr.wikipedia.org, en.wikipedia.org, github.com, git.kernel.org, www.pcinpact.com, www.april.org, www.numerama.com, netbsd.gw.com et lwn.net ;
      • 2013 : fr.wikipedia.org, github.com, en.wikipedia.org, www.pcinpact.com, www.april.org, www.framablog.org, www.zdnet.fr, www.numerama.com et illwieckz.net ;
      • 2014 : fr.wikipedia.org, github.com, git.kernel.org, en.wikipedia.org, www.nextinpact.com, www.numerama.com, www.april.org, www.nsa-observer.net et www.openstreetmap.org ;
      • 2015 : www.agendadulibre.org, fr.wikipedia.org, github.com, web.nvd.nist.gov, www.april.org, git.kernel.org, www.nextinpact.com, en.wikipedia.org et pix.toile-libre.org ;
      • 2016 : www.agendadulibre.org, www.agendadulibre.qc.ca, github.com, montpel-libre.fr, www.nextinpact.com, en.wikipedia.org, www.april.org et www.zdnet.fr ;
      • 2017 : www.agendadulibre.org, agendadulibre.qc.ca, fr.wikipedia.org, montpel-libre.fr, github.com, www.meetup.com, www.agendadulibre.ch, linuxmao.org et www.gnu.org ;
      • 2018 (partielle) : www.agendadulibre.org, agendadulibre.qc.ca, fr.wikipedia.org, montpel-libre.fr, linuxmao.org, github.com, gmic.eu et wiki.parinux.org et librazik.tuxfamily.org.

    On notera les problématiques majeures (brevets logiciels, puis EUCD), les distributions les plus mentionnées de chaque époque, la montée de Wikipédia ou OpenStreetMap, etc.

    En se limitant aux liens des dépêches (ceux avec les compteurs de visites), côté schémas : le tout-web progresse (en partie parce que le site lui-même restreint les choix), avec remplacement http par https, et sinon disparition peu à peu du ftp et du mailto (merci le spam) et d'un peu tout le reste.

    année https:// http:// ftp:// mailto: 1999 0,00 % 94,08 % 4,28 % 1,63 % 2000 0,14 % 96,52 % 2,37 % 0,97 % 2001 0,25 % 96,81 % 2,57 % 0,37 % 2002 1,02 % 97,40 % 1,49 % 0,10 % 2003 0,96 % 98,10 % 0,79 % 0,15 % 2004 0,69 % 98,83 % 0,39 % 0,09 % 2005 1,34 % 98,31 % 0,35 % 0,00 % 2006 1,79 % 97,99 % 0,19 % 0,03 % 2007 1,14 % 98,66 % 0,15 % 0,05 % 2008 2,95 % 96,97 % 0,08 % 0,00 % 2009 2,35 % 97,47 % 0,18 % 0,00 % 2010 4,00 % 95,85 % 0,13 % 0,03 % 2011 9,28 % 90,63 % 0,08 % 0,00 % 2012 12,12 % 87,79 % 0,09 % 0,00 % 2013 16,87 % 83,05 % 0,08 % 0,00 % 2014 24,05 % 75,95 % 0,00 % 0,00 % 2015 31,82 % 68,05 % 0,07 % 0,07 % 2016 44,30 % 55,63 % 0,08 % 0,00 % 2017 55,20 % 44,80 % 0,00 % 0,00 % 2018 77,17 % 22,75 % 0,00 % 0,08 %

    (en omettant 1 gopher://, 1 git://, 1 rsync://, 2 xmpp:, 4 rtsp://, 6 news:, 7 nntp:// et 11 irc://)

    Les liens

    Nouveau contenu du site apparu en 2018, les liens ne sont pas forcément encore très représentatifs (seulement 238 au moment de calculer ces statistiques, avec 34 http et 204 https). Les noms les plus présents sont : www.nextinpact.com, www.dsfc.net, www.developpez.com, github.com, www.lemonde.fr, www.gimp.org, framasphere.org et www.youtube.com.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    WAPT 1.6

    Mercredi 26 Septembre

    Toute l'équipe Tranquil IT est fière de vous annoncer aujourd'hui la release stable de WAPT 1.6.

    WAPT sert à déployer et à maintenir des applications et des configurations sur les postes et serveurs Windows dans les entreprises et les administrations. WAPT est l’équivalent d’apt-get pour Windows : il fonctionne selon le principe des magasins d'applications devenus courants pour les smartphones, sauf qu'il servira les PC et serveurs de votre structure en respectant ses exigences opérationnelles et sécuritaires.

    Ses bénéfices sont un gain de temps évident pour les équipes informatiques, un gain de sécurité vérifié pour l'Organisation et une plus grande souplesse pour toutes les parties prenantes.

    WAPT existe en deux versions, la version Community et la version Enterprise. La version Enterprise est payante et satisfait aux exigences des grandes Organisations, généralement au delà de 300-400 individus.

    Les nouveautés

    Parmi les nouveautés notables de la version 1.6 :

    • Remaniement de la procédure d'installation avec la création d'un wizard simplifié pour l'installation et les premières configurations de la console et du serveur
    • Fonctionnalité d'audit du parc (Enterprise uniquement)
    • Gestion des Windows Update (Enterprise uniquement, Tech-preview)

    Aujourd'hui, après 6 années de développement, WAPT est installé sur plus de 500 000 postes utilisateurs.

    WAPT a été récompensée en février 2018 par l'ANSSI qui lui a décerné la très prisée qualification élémentaire. L'agence française de Cyberdéfense encourage ainsi tout le monde, et notamment les Administrations de l'Etat et les OIV à adopter le produit.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Appel à propositions pour la conférence PyParis de novembre 2018

    Mercredi 26 Septembre

    Après avoir accueilli environ 300 pythonistes en juin 2017, la conférence PyParis revient cette année en novembre (14 et 15 novembre 2018). Les principaux thèmes à l’honneur ne changent pas :

    • l’analyse de données (data science) en Python, avec en corollaire l’apprentissage automatique (machine learning, notamment avec scikit-learn) et ses applications à l’intelligence artificielle ;
    • le Web, le Cloud et les applications ;
    • le langage Python, lui‐même, son évolution, les outils de développement associés, les meilleures pratiques ;
    • l’utilisation de Python dans l’éducation — scolaire, universitaire, ou hors des sentiers battus.

    L’appel à propositions est en ligne pour encore quelques jours. Les présentations se feront en anglais devant une audience internationale (de 250 à 300 personnes attendues). La conférence aura lieu à Paris, à l’EPITA (la billetterie ouvrira prochainement).

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    GHC 8.4 et 8.6

    Mardi 25 Septembre

    GHC, le compilateur Haskell est sorti en version 8.6.1 le 22 septembre 2018.
    Cette dépêche détaille les nouveautés. De plus, nous n'avions pas fait de dépêche pour la version 8.4.1 du 8 mars 2018 ainsi que pour les versions 8.4.2 et 8.4.3 ayant suivi en avril et mai ; cette dépêche tente de combler ce vide.

    Les versions 8.4.2 et 8.4.3 étant principalement des versions mineures consacrées aux corrections de bugs critiques, celles-ci ne seront pas traitées dans cette dépêche.

    Comme d'habitude pour les dépêches concernant les sorties de GHC, nous reviendrons sur les nouveautés de ces versions pour conclure par un petit exemple d'Haskell pour vous donner envie d'utiliser ce langage.

    Sommaire Haskell

    Haskell est un langage de programmation fonctionnel pur et paresseux.

    Le « fonctionnel » signifie qu’on axe l’écriture d’un programme plus sur la transformation des données, que sur des séquences d'instructions à exécuter (contrairement à un langage impératif).

    Le « pur » signifie qu'on limite au maximum les effets de bord, par exemple, il n'est pas possible de modifier une valeur.

    Le « paresseux » signifie que les calculs décrits ne seront réalisés qu'au moment où l'on en aura besoin. Cet aspect permet d’avoir des listes infinies en données, par exemple.

    Version 8.4

    Cette version a apporté beaucoup de nouveautés pour les utilisateurs et utilisatrices chevronnés de GHC. Listons rapidement quelques points :

    • L'extension TypeInType a subi des retouches, notamment en cessant de traiter l'opérateur * de façon différente du reste des opérateurs. Rappelons qu'avec cette extension et au niveau des types, cet opérateur n'indique plus le type Kind d'un type : un type est un Type, d'où le nom de l'extension. Cette notion n'est pas très rigoureuse mais GHC n'est pas non plus un outil de preuve mécanique ! En réalité, TypeInType est un ajout incrémental au fonctionnalités de l'extension PolyKinds et apparentées et sera complètement absorbée & dépréciée par celles-ci dès la version 8.6.
    • Le découplage des classes Semigroup et Monoid a franchi une nouvelle étape. Pour rappel, le changement le plus visible est que l'opérateur <> se trouve désormais dans le module Data.Semigroup alors qu'avant le découplage il appartenait à Data.Monoid. Conceptuellement, les Semigroup sont l'ensemble des types qui admettent une opération binaire associative, comme le +. Un Monoid est un Semigroup a qui on ajoute un élément neutre, comme le 0.
    • Les constantes litérales hexadécimales pour les nombres flottants, grâce à l'extension HexFloatLiterals, permettent de representer un nombre flottant en hexadécimal, 0x0.1p4 == 1.0.
    Version 8.6

    La suite de cette dépêche est consacrée aux changements de GHC 8.6. Cette liste n'est pas exhaustive et représente la vision des auteurs sur les points importants, amusants, ou pouvant être illustrés simplement.

    Les nouveautés sont intégrées au sein de GHC par le biais d'extensions, que l'utilisateur aura la liberté d'activer au non. Certaines extensions deviennent officielles lors de la rédaction du Haskell Report, le dernier datant de 2010 et le prochain étant prévu pour 2020.

    Entre temps, les développeurs Haskell doivent activer de nombreuses extensions. Sous une apparente contrainte, cela apporte au langage une capacité d'évolution assez intéressante puisque les développeurs ne se refusent pas à implémenter des changements importants sous la forme d'extensions.

    Extension à la syntaxe NumericUnderscores

    L'extension NumericUnderscores permet de mettre des _ dans ses nombres, comme 123_456_789. Cela aide la lisibilité.

    Notons que jusqu'à présent on pouvait facilement exprimer des grands nombres "ronds" en utilisant la notation exponentielle, l'extension NumDecimals permettant d'obtenir des nombres entiers le cas échéant.

    Prelude> 1e3 1000 Prelude> 1.123e3 1123 Prelude> :type 1.123e3 1.123e3 :: Num p => p -- Un nombre, autant un flottant qu'un entier Prelude> :t 1.1234e3 1.1234e3 :: Fractional p => p -- Ici c'est forcement un flottant, car la valeur 1123.4 ne peut pas être représentée en entier. -- La nouvelle syntaxe Prelude> 1_123 1123 BlockArguments

    La nouvelle extension BlockArguments permet un groupement implicite différent des expressions et tout particulièrement des blocs do et des fonctions anonymes.

    Par exemple, le bloc suivant va demander le nom de l'utilisateur et le saluer :

    do putStrLn "Quel est votre nom ?" name <- getLine putStrLn ("Bonjour " ++ name)

    Pour effectuer cette action en boucle, on peut utiliser forever qui prend en argument l'action à répéter à l'infini. Jusqu'alors, il fallait mettre des parenthèses disgracieuses à mon goût :

    forever (do putStrLn "Quel est votre nom ?" name <- getLine putStrLn ("Bonjour " ++ name) )

    Ou utiliser l'opérateur ($) qui est peu apprécié car déroutant pour les débutants :

    forever $ do putStrLn "Quel est votre nom ?" name <- getLine putStrLn ("Bonjour " ++ name)

    Dans les deux cas, c'est fort peu confortable.

    La nouvelle syntaxe, avec l'extension BlockArguments, est maintenant :

    forever do putStrLn "Quel est votre nom ?" name <- getLine putStrLn ("Bonjour " ++ name)

    Cela prend tout son sens sur des tests unitaires, comme avec HSpec :

    describe "factorials" $ do it "must be equal 1 when argument is 0" $ do fact 0 `shouldBe` 1 it "must always be positive " $ do property $ \(Positive x) -> fact x >= 1 it "is strictly growing" $ do property $ \(Positive x) -> fact x < fact (x + 1)

    Notez l'abus de ($), qui peut maintenant se remplacer par :

    describe "factorials" do it "must be equal 1 when argument is 0" do fact 0 `shouldBe` 1 it "must always be positive" do property \(Positive x) -> fact x >= 1 it "is strictly growing" do property \(Positive x) -> fact x < fact (x + 1) Environment de development Améliorations des "typed holes"

    Les typed holes sont une syntaxe où le développeur peut laisser des trous dans son programme et demander au compilateur de l'aide pour les combler.

    _ && True

    Cette expression évalue le ET booléan entre _ et True. _ est un typed hole, ainsi le compilateur va simplement nous renvoyer un message d'erreur incluant le type déduit de l'expression, ici Bool :

    <interactive>:28:1: error: • Found hole: _ :: Bool • In the first argument of ‘(&&)’, namely ‘_’ In the expression: _ && True ...

    Depuis GHC 8.6, le support s'améliore et le compilateur fait aussi des suggestions à partir des symboles actuellements accessibles :

    Valid hole fits include otherwise :: Bool (imported from ‘Prelude’ (and originally defined in ‘GHC.Base’)) False :: Bool (imported from ‘Prelude’ (and originally defined in ‘GHC.Types’)) True :: Bool (imported from ‘Prelude’ (and originally defined in ‘GHC.Types’))

    À terme on pourra imaginer une intégration plus poussée dans les éditeurs avec de l'auto-complétion, ou avec la documentation et la fonction interactive :doc.

    Command :doc dans le shell

    La nouvelle commande :doc permet d’accéder à la documentation des fonctions dans le shell ghci.

    Le shell est un des outils les plus importants pour un développeur Haskell, on y passe beaucoup de temps à expérimenter. Jusqu'à présent on pouvait obtenir des informations sur le type :

    >>> :type reverse reverse :: [a] -> [a]

    On peut aussi maintenant demander la documentation associée:

    >>> :doc reverse 'reverse' @xs@ returns the elements of @xs@ in reverse order. @xs@ must be finite

    Le code Haskell étant documenté par Haddock, un langage de documentation intégré à Haskell, on peut maintenant accéder à ces informations dans le shell. Le fait d'avoir un point d'entrée standardisé nous laisse imaginer un meilleur support d'outils dans le futur, tel qu'une intégration aux éditeurs de texte.

    L'argument -fshow-docs-of-hole-fits devrait permettre une interaction entre la documentation et les "typed holes" du paragraphe précédent en affichant la documentation en face des suggestions.

    Extension au mécanisme de programmation générique DerivingVia

    Cette nouvelle extension augmente le mécanisme de dérivation présent dans GHC. Pour bien comprendre cette nouvelle fonctionnalité, il faut faire un petit rappel sur un point clé d'Haskell, les type-class et le mécanisme de dérivation.

    Notion d'instance et de class

    En Haskell, une class est une interface et une instance est l’implémentation de celle-ci pour un type. Le vocabulaire n'est pas du tout le même que celui utilisé plus habituellement dans des langages objets.

    Par exemple, on peut imaginer la classe Shape :

    class Shape t where area :: t -> Float

    Qui propose la fonction area qui, appliquée à n'importe quel type implémentant le type-classe Shape, va retourner sa surface. Par exemple :

    -- Création de deux types, 'Square' et 'Rectangle' data Square = Square Float data Rectangle = Rectangle Float Float -- Implémentation de 'area' pour les deux instance Shape Square where area (Square side) = side * side instance Shape Rectangle where area (Rectangle a b) = a * b

    Avec ici deux types, Square et Rectangle et leur implementation instance de la classe.

    On peut donc maintenant écrire des fonctions polymorphiques fonctionnant uniquement sur les instances de Shape :

    print_area shape = do putStrLn "La surface de la forme est :" print (area shape)

    Nous avons vu ici la création d'instances manuelle.

    deriving

    Haskell propose le mécanisme de deriving qui permet de dériver automatiquement des instances pour nos types. Ce mécanisme a beaucoup évolué et on peut :

    • dériver des comportements proposés par le compilateur ou par une bibliothèque tierce, ici pour le type Point3D nous dérivons les instances Show et Serialize qui permettent d'afficher (avec show) et de sérialiser avec encode / decode :
    data Point3D = Point3D Float Float Float deriving (Show, Serialize)
    • dériver des comportements d'un type interne si le type n'est qu'une encapsulation du précédent. Par exemple :
    data Counter = Counter Int deriving (Num)

    Counter est maintenant un type qui contient un Int, qui implémente toute la classe Num de façon similaire aux Int, donc il implémente les opérations primaires comme l'addition, la soustraction, etc. Mais ce type n'est pas compatible avec un Int.

    C'est très pratique pour faire des interfaces robustes.

    DerivingVia

    DerivingVia est une nouvelle extension qui ajoute une nouvelle manière de dériver. On peut imaginer plusieurs types ayant la même représentation interne et pour lesquels on veuille dériver le même comportement. Au lieu de recopier ce comportement plusieurs fois, on peut faire appelle à derive via.

    Par exemple :

    -- `Normalize` regroupe tous les types pouvant être "normalisés" class Normalize t where normalize :: t -> t -- Un triplet de points représentant une couleur newtype RGBColor = RGBColor (Float, Float, Float) -- Son instance de 'Normalize' instance Normalize RGBColor where normalize (RGBColor (a, b, c)) = RGBColor (a / s, b / s, c / s) where s = sqrt (a * a + b * b + c * c) -- Le même travail est à répéter pour ces nouveaux types, similaires. -- On va gagner du temps avec `deriving via` newtype Direction = Direction (Float, Float, Float) deriving Normalize via RGBColor newtype Position = Position (Float, Float, Float) deriving Normalize via RGBColor

    Ce travail permet ainsi une plus grande réutilisation. L'idée étant que souvent des types représentant des choses incompatibles peuvent avoir des fonctionnalités similaires. On pourrait citer l'exemple des monnaies. Un "Dollar" est incompatible avec un "Euro", ainsi l'addition entre les deux n'a pas de sens. Cependant l'addition entre euros est exactement la même que l'addition entre dollars, il est donc dommage d’implémenter celle-ci pour chaque monnaie.

    Plugin de compilation

    GHC propose une infrastructure de greffons (plugins) permettant aux utilisateurs d'étendre le compilateur sans avoir à mettre les mains dans un code complexe et sans avoir à compiler une nouvelle version du compilateur complet.

    On trouve trois types de greffons :

    • Les greffons d'optimisation, qui permettent d'étendre la phase de génération de code. Par exemple, Herbie permet de réécrire des calculs afin de les rendre numériquement plus stables.
    • Les greffons de validation de type vont étendre la phase de validation des types. Par exemple, thoralf permet de sous-traiter à un solveur SMT des preuves de type. Cela permet d'exprimer assez simplement des preuves plus complexes.
    Les greffons sources

    Introduits par GHC 8.6, ils permettent à un développeur d'observer le code source après analyse syntaxique afin de transformer celui-ci ou de simplement le passer en parallèle à une tâche annexe.

    Ils ont comme intérêt, à mon sens, de permettre de réaliser en parallèle de la compilation d'autres tâches ayant besoin de l'analyse syntaxique et de réutiliser celle-ci. Lorsque je compile mon code, je génère aussi la documentation, je passe un linter dessus, je passe un formateur dessus et je génère des informations comme une base de données des fonctions définies, un graphique des modules, etc. Chacun de ces outils demande actuellement une nouvelle phase d'analyse syntaxique réalisée par un outil externe qui implémente souvent sa propre version limitée et défectueuse du parseur. Pouvoir réaliser ces tâches annexes pendant la compilation principale serait donc un gain en temps et en qualité.

    GHC 8.6 n'etait pas encore sorti que de nombreux projets s’essayaient à la tache :

    • Une réécriture de graphmod permet de générer des graphiques représentant les dépendances entre modules Haskell.
    • hlint-source-plugin permet de réaliser un lint, c'est à dire une analyse du style du code.
    • idiom-bracket L'auteur a judicieusement remarqué qu'il est rare de mettre entre parentheses des listes : on va rarement écrire ([f,g,h]) car les parenthèses semblent redondantes. L'auteur "vole" donc cette syntaxe pour exprimer une toute nouvelle construction.
    Quantified Constraints

    Ceci est une nouveauté phare de cette version qui simplifie les contraintes lors de la définition d'une instance.

    Prenons un exemple simple pour la mise en contexte. Si on veut définir une instance de Show pour une liste de a, on écrira :

    instance Show a => Show [a] where show = ...

    Ce qui veut littéralement dire que [a] admet une instance de Show si et seulement si a admet une instance de Show. Ou, dit autrement, on peut afficher une liste de a si on sait afficher a. Cela a du sens, on va définir l'affichage pour la liste, en déléguant l'affichage de chaque élément aux fonctions déjà définies pour ces éléments.

    Prenons l'exemple plus élaboré d'un type User paramétré :

    data User f = User { nom :: f String , age :: f Int , superUtilisateur :: f Bool }

    Le paramétrage par f permet d'utiliser le même type pour representer de nombreuses variations :

    • User Identity est, à un détail près, un record User sans le paramétrage, il contient donc une String, un Int et un Bool.
    • User Maybe est un User dont tous les champs sont des Maybe, c'est à dire qu'ils peuvent avoir une valeur ou pas. C'est pratique en première étape d'un système de validation, par exemple, on pourrait imaginer une fonction de validation validation :: User Maybe -> Maybe (User Identity).
    • User [] contient une liste pour chaque champs. C'est pratique pour faire du Structure of Array. On pourrait même imaginer une fonction toArray :: [User Identity] -> User [] et fromArray :: User [] -> [User Identity] permettant de passer d'une liste d'utilisateur à un utilisateur contenant des listes et inversement.

    Vous pouvez lire cet article sur les functor functors pour plus de détails sur cet usage.

    Il n'est pas aisé de dériver des instances pour User. En effet, pour pouvoir être affiché, un User f doit pouvoir afficher chaque champs, c'est-à-dire :

    • f String pour le nom
    • f Int pour l'age
    • f Bool pour le superUtilisateur

    Ainsi, pour dériver automatiquement l'instance de Show, il faudrait écrire :

    deriving instance ( Show (f String) , Show (f Int) , Show (f Bool) ) => Show (User f)

    Cette écriture est lourde, source d'erreur, peu générique et évolue difficilement. Par exemple, si demain j'ajoute un champs droitUtilisateur :: f Droits, je devrais ajouter une clause Show (f Droits) à toutes mes instances.

    Ce qui serait agréable c'est de pouvoir dire que si on peut afficher un f b, alors on peut afficher un User f. C'est ce qui est maintenant possible avec QuantifiedConstraints :

    deriving instance (forall b. Show b => Show (f b)) => Show (User f)

    Notez le forall b. Show b => Show (f b) qui signifie que quel que soit b, si on peut afficher b, alors si on sait afficher f b alors on sait afficher User f.

    Cette nouvelle extension apporte donc une très grosse simplification de cas d'instances complexes sur des types paramétriques.

    Plus de test d'exhaustivité

    GHC réalise des tests d'exhaustivité sur les cases et les appels de fonctions. Par exemple, le code suivant :

    data Couleur = Rouge | Vert | Bleu phraseIdiote Rouge = "La lune est rouge, du sang a coulé cette nuit" phraseIdiote Vert = "Les martiens sont tous verts"

    Il manque le cas pour Bleu et le compilateur va s'en rendre compte:

    <interactive>:16:1: warning: [-Wincomplete-patterns] Pattern match(es) are non-exhaustive In an equation for ‘phraseIdiote’: Patterns not matched: Bleu

    Cette capacité est maintenant étendue aux guard et à la syntaxe if étendue. Par exemple, le code suivant ne gère pas le cas ou b est False :

    -- si 'b' est True, retourne '1', sinon... ? foo b = if | b -> 1

    Ce code va maintenant générer un warning lors de la compilation.

    Plus de constante folding

    GHC effectue maintenant plus de constante folding lors de la compilation.

    Par exemple, le code (5 + 4*x) - (3*x + 2) est équivalent à 3 + x tout en coûtant deux multiplications, une addition et une soustraction de moins.

    Extension de PartialTypeSignatures

    PartialTypeSignatures est permet de ne pas expliciter tous les types dans une signature.

    On rappelle qu'en Haskell, les types sont inférés, donc il n'est presque jamais nécessaire de mettre de signature aux fonctions. Cependant cela permet de temps en temps de rendre le code plus lisible, de documenter ou de rendre la signature moins polymorphique.

    PartialTypeSignatures permet de ne préciser que les types necessaires, les autres étant déduits via l'inférence de type.

    C'est particulièrement utile avec certains types complexes ayant beaucoup de contraintes. Par exemple, la signature suivante qui cherche une valeur dans une liste:

    -- 'Eq v' signifie que les valeurs dans la liste doivent pouvoir être comparées search :: Eq v => [v] -> v -> Bool

    Pourrait être simplifiée en:

    _ => [v] -> v -> Bool

    C'est très pratique lors de l'usage de bibliothèques ayant de nombreuses contraintes.

    Depuis GHC 8.6, on peut maintenant utiliser le symbole _ dans plus de contextes, et tout particulièrement lors de la définition d'une instance, par exemple deriving instance Show v => Show [v] qui dérive l'affichage de toute liste dont le type interne dérive l'affichage, pourra être écrit _ => Show [v].

    Heap View

    http://hackage.haskell.org/package/ghc-heap-view est maintenant integré à ghci (le shell) et permet d'observer l'organisation en mémoire des valeurs manipulées. https://patrickdoc.github.io/heap-view.html est une bonne introduction.

    Par exemple :

    >>> import GHC.Exts.Heap >>> p = sum [1..10::Int]

    Cette valeur n'est pas encore évaluée :

    >>> getClosureData p APClosure {info = StgInfoTable {entry = Nothing, ptrs = 0, nptrs = 0, tipe = AP, srtlen = 0, code = Nothing}, arity = 26827633, n_args = 0, fun = 0x0000004201996250, payload = []}

    Chaque objet en mémoire en Haskell commence par une table d'information info qui contient des informations pour le garbage collector et pour l'évaluation. Ici on peut voir que le tipe est AP, une fonction à appliquer.

    Nous pouvons forcer l'évaluation de la valeur :

    >>> p 55 >>> getClosureData p ConstrClosure {info = StgInfoTable {entry = Nothing, ptrs = 0, nptrs = 1, tipe = CONSTR_0_1, srtlen = 0, code = Nothing}, ptrArgs = [], dataArgs = [55], pkg = "ghc-prim", modl = "GHC.Types", name = "I#"}

    Ici, on a une ConstrClosure, c'est à dire un constructeur, un type concret. 55 apparaît bien dans la liste des arguments et on peut voir que le constructeur est I#, le wrapper autour des entiers machine.

    Cela sera sans doute un très bon outil pour comprendre les comportements en mémoire de certains algorithmes.

    On rappelle que le shell ghci vient avec :sprint qui permet d'observer moins de choses, mais au moins l'évaluation paresseuse, les êléments non évalués étant remplacés par _ :

    Création d'une liste l contenant des chaines, tout est paresseux, d'ou l = _ :

    >>> l = ["Hello", "Youpi", "Yoda", "You", "Are", "Beautiful"] >>> :sprint l l = _

    Récupérer le premier élément provoque l'évaluation de seulement celui-ci :

    >>> head l "Hello" >>> :sprint l l = "Hello" : _

    Calculer la longueur de la liste provoque l'évaluation de celle-ci, mais pas des sous éléments. Le premier est toujours évalué.

    >>> length l 6 >>> :sprint l l = ["Hello",_,_,_,_,_]

    map head l va récupérer le premier caractère de chacun des éléments de la liste, ce qui va provoque l'évaluation partielle de ceux-ci :

    >>> map head l "HYYYAB" >>> :sprint l l = ["Hello",('Y' : _),('Y' : _),('Y' : _),('A' : _),('B' : _)]

    La recherche d'un élément =="You" est passionnante. "Hello" est déjà évalué, il ne change rien. "Youpi" doit être évalué jusqu'au i pour réaliser que ce n'est pas la bonne valeur. "Yoda" pareil. "You" est totalement évalué et l’exécution s'arrête :

    >>> any (=="You") l True >>> :sprint l l = ["Hello",('Y' : 'o' : 'u' : 'p' : _),('Y' : 'o' : 'd' : _), "You",('A' : _),('B' : _)]

    La création d'une liste paresseuse qui contient la longueur de tous les éléments de la liste ne change rien :

    >>> l2 = map length l >>> :sprint l l = ["Hello",('Y' : 'o' : 'u' : 'p' : _),('Y' : 'o' : 'd' : _), "You",('A' : _),('B' : _)]

    Mais l'observation du dernier élément force l'évaluation du dernier élément de la première liste :

    >>> last l2 9 >>> :sprint l l = ["Hello",('Y' : 'o' : 'u' : 'p' : _),('Y' : 'o' : 'd' : _), "You",('A' : _),"Beautiful"]

    L'évaluation paresseuse c'est formidable ;)

    MonadFail

    Jusqu'à présent, la classe Monad incluait une fonction fail qui était utilisée en cas d'erreur de pattern dans une do notation. Par exemple, le code suivant, qui fonctionne pour toutes les Monads :

    f = do Just x <- anOperation pure x

    Peut échouer, car il n'y a aucune garantie que la valeur matchée par Just x ne sera pas Nothing. Ainsi Monad incluait une fonction fail pour permettre de surcharger ce comportement.

    Il y a des cas où l'implementation de fail a du sens. Dans les autres cas, fail est implementé comme une exception. Ce qui veut dire que du code qui a l'air parfaitement anodin peut en fait planter lors de l'exécution, ce qui est inadmissible (avis d'un auteur ;) en Haskell où on préfère les erreurs statiques que les erreurs d'exécution.

    Il a donc été décidé de déplacer fail de la classe Monad dans une super classe de Monad, appelée MonadFail.

    Ainsi, le code suivant, qui ne peut pas échouer :

    f = do x <- anOperation pure x

    Aura comme type Monad m => m t et est garanti sans exception.

    Alors que le code suivant, qui peut échouer :

    f' = do Just x <- anOperation pure x

    Aura comme type MonadFail m -> m t et le comportement en cas d'erreur dépend de la Monad utilisée. Par exemple :

    • La monad de liste va ignorer l'élément associé à cet echec
    • Une opération d'IO va réaliser une exception
    • Une monad type Maybe va renvoyer Nothing.

    La différence permet de faire apparaître la notion d'erreur possible dans le type. Bien sûr, l'utilisation de f' dans un contexte Monad (et non MonadError) provoquera une erreur de compilation.

    L'honneur est donc sauf, moins d'erreur à l'exécution, plus d'erreurs à la compilation.

    StarIsStar

    StarIsStar est une nouvelle extension activée par défaut (et désactivable avec NoStarIsStar) qui permet d'utiliser * comme symbole pour Type : le type de la plupart des types. Le but est à terme de désactiver cette extension afin de libérer le symbole * pour qu'il puisse être utilisé comme symbole de multiplication au niveau du type.

    Ce n'est pas clair ? Il faut voir un type comme un ensemble de valeurs possibles. Par exemple, Int est l'ensemble des valeurs 0, 1, 2, 3, ..., -1, -2, -3, .... Il existe aussi un ensemble des types, qui s'appelle Type (ou * avec StarIsStar), cet ensemble contient Int, Double, … et tous les types que vous allez créer.

    Cela a de l’intérêt car on peut aussi définir des types qui ne sont pas dans cet ensemble Type, c'est pratique pour faire des opérations au niveau du type.

    Et le problème c'est que, au niveau du type, n'importe quel symbole Haskell peut être utilisé pour implémenter un opérateur, sauf * qui est un cas particulier pour représenter Type, d'où la motivation pour faire disparaître celui-ci afin de simplifier le compilateur et permettre son utilisation en tant qu'opérateur.

    Parser le Changelog de LinuxFr

    Comme souvent avec les dépêches sur une nouvelle sortie de GHC, celle-ci en profite pour montrer un exemple d'utilisation de Haskell dans la nature ! Il s'agit d'analyser syntaxiquement et de stocker de façon personnalisée les changelogs de ce site où une entrée typique est générée sous cette forme :

    commit ac34cc5d787f569a237d16a2ec8be994c2a37acc Author: Bruno Michel <bmichel@menfin.info> Date: Fri Aug 3 15:58:34 2018 +0200 Revert putting the phare on top of the logo and sidebar

    Un modèle syntaxique correspondant en BNF où les chevrons représentent les terminaux :

    Eol ::= <fin_de_ligne> Lettre ::= <lettre_minuscule> | <lettre_majuscule> Condensat ::= <lettre_minuscule> | <chiffre> | Eol Espace ::= <simple_espace> | <tabulation> Début_e ::= <<> Email ::= Début_e | Lettre | <@> | <.> | <-> | <_> | Fin_e Fin_e ::= <>> Author ::= Lettre | Espace | Email | Eol Date ::= Lettre | <chiffre> | <:> | <+> | <-> | Espace | Eol Message ::= Lettre | Espace | <,> | <-> | <.> | </> | <:> | Eol Log ::= Condensat | Author | Date | Message | <fin_de_fichier>

    Dans cette grammaire, on remarque d'emblée que tous les symboles, terminaux ou non, sont traités de façon ad hoc, même pour les cas ayant des standards les définissant très précisément : adresses électroniques, condensats et dates notamment. Cela vient d'une volonté de simplifier au maximum l'exemple. La suite de cette section montrera comment s'y prendre en Haskell pour exprimer ce que Log exprime en BNF.

    Au sein de l'écosystème Haskell, il existe plusieurs bibliothèques destinées à traiter des grammaires comme celle-ci dont un certain nombre peuvent être regroupées sous l'appellation “Parser Combinators”. Ainsi de parsec qui a longtemps été la vitrine de telles bibliothèques, du fait d'un nom trop bien choisi entre autres choses (le c étant pour … “combinators”). Il y a bien sûr d'autres bibliothèques qui s'y prennent autrement, à l'instar de happy et alex qui sont utilisées pour gérer GHC lui-même. Notre exemple utilisera megaparsec, une alternative de parsec. Dans les paragraphes qui vont suivre, les blocs de code seront tirés d'un fichier source appelé Depeche.hs. Voici l'en-tête qui déclare les modules requis :

    module Depeche where import Data.Either -- base import Data.Foldable -- base import Data.Maybe -- base import Data.Void -- base import Prelude -- base import Text.Megaparsec -- megaparsec import Text.Megaparsec.Char -- megaparsec import Text.Read -- base import qualified Text.Megaparsec.Char.Lexer as Lx -- megaparsec import Data.Time -- time

    Notons qu'à part megaparsec et time, une seule bibliothèque livrée avec GHC fournit les modules requis par cet exemple. La dernière déclaration est dite « qualifiée » dans le sens où toute entité venant de ce module devra être précédée soit du nom de celui-ci, soit d'un préfixe à préciser (ici Lx) ; c'est pour éviter la collision entre les espaces de noms de ce module et du reste des modules de megaparsec qui exposent des entités homonymes. Définissons ensuite les types représentant une entrée du journal :

    data Author = MkAuthor { firstName :: String , lastName :: String , emailAddr :: String } deriving Show data ChangelogEntry = MkEntry { commitHash :: String , commitAuthor :: Author , commitDate :: UTCTime , commitMsg :: String } deriving Show

    Author est un enregistrement à trois champs, chacun étant une chaîne de caractères. Une valeur de ce type est créée avec la fonction MkAuthor, automatiquement générée par le compilateur, et deriving Show permet de generer automatiquement la fonction show d'affichage. Une description similaire est applicable à ChangelogEntry. UTCTime provient de Data.Time et représente une date.

    Passons ensuite aux parseurs qui auront tous ce format :

    type Parser = Parsec Void String

    Ainsi, un parseur est un type composite qui met ensemble un type Parsec, ne se préoccupe pas de personnaliser la gestion des erreurs (Void) et prend en entrée une chaîne de caractères de type String. Tout ça est tout bonnement synonyme de Parser pour nous. Parser a est donc le type qui décrit un parseur d'une valeur de type a. Viennent ensuite les parseurs proprement dit, en commençant par les « sous-parseurs » :

    mixAlnumPunc :: [Char] -> Parser String mixAlnumPunc xs = some (alphaNumChar <|> oneOf xs) parseEmail, parseHash, parseLetters, parseMessage :: Parser String parseEmail = between (single '<') (single '>') (mixAlnumPunc "@.-_") parseHash = many (lowerChar <|> digitChar) parseLetters = many letterChar parseMessage = mixAlnumPunc " ,-./:"

    Cet extrait ressemble furieusement à la grammaire de départ ! Veut-on des Lettre ::= <lettre_minuscule> | <lettre_majuscule> ? Tient : many (lowerChar <|> upperChar) ! Ou alors veut-on un tiret ou un espace souligné, Tiret_ou_blanc_souligné ::= <-> | <_> ? Et bien, voilà : single '-' | single '_' ! Bref, avec les combineurs de parseurs, on définit les éléments syntaxiques d'une manière très proche des notations usuelles.

    Il reste maintenant à mettre ensemble ces petites briques pour bâtir le parseur qui nous intéresse. Si le ciment/sable/boue/gravier joue le rôle de liaison entre plusieurs briques, les différents caractères d'espacement jouent un rôle similaire lorsqu'il s'agit d'assembler des éléments syntaxiques dans notre grammaire. Le sous-parseur suivant permet de passer outre tout espace éventuel avant de passer la main à un autre parseur, ceci afin de ne garder que les briques :

    ignoreBlanks :: Parser a -> Parser a ignoreBlanks = Lx.lexeme (Lx.space space1 empty empty)

    Lx.lexeme est une fonction permettant de décrire un parseur d'espace blanc. Elle peut aussi traiter les commentaires, ce que nous ignorons ici avec empty.

    Alors, où est le principal parseur ?

    parseEntry :: Parser ChangelogEntry parseEntry = do _ <- ignoreBlanks (string "commit") theHash <- ignoreBlanks parseHash _ <- ignoreBlanks (string "Author:") theFirstName <- ignoreBlanks parseLetters theLastName <- ignoreBlanks parseLetters theEmail <- ignoreBlanks parseEmail _ <- ignoreBlanks (string "Date:") theDate <- ignoreBlanks parseUTC -- Voir plus bas theMessage <- ignoreBlanks parseMessage pure $ MkEntry theHash (MkAuthor theFirstName theLastName theEmail) theDate theMessage

    Extraire des composants syntaxiques dans le changelog revient dans notre cas à y aller méthodiquement de gauche à droite et de haut en bas, une étape donnée se déroulant en commençant exactement là où les précédentes étapes se sont arrêtées. La notation do … ← … sert à séquencer les transitions pour faire intervenir un sous-parseur à chaque fois. Là où le résultat intermédiaire est inutile, il est immédiatement abandonné en l'envoyant dans le joker _. À la fin du parsing, tous les éléments sont réunis pour invoquer le constructeur MkEntry.

    Pour terminer, voici une utilisation de notre parseur :

    main :: IO () main = do fromStdIn <- getContents print $ find (\ x -> commitHash x == "a9bfdd7b21320ba18497519f4e2e471d1529c448") $ fromRight [] $ runParser (someTill parseEntry eof) "Changelog" fromStdIn

    Décryptons un peu ce code condensé :

    • someTill parseEntry eof est un parseur qui utilise parseEntry plusieurs fois jusqu'à trouver une fin de fichier eof.
    • runParser p "Changelog fromStdIn applique le parseur p sur l'entrée fromStdIn qui aura le nom de Changelog dans les messages d'erreurs.
    • Un parseur peut échouer et renvoyer Left unMessageD'erreur ou Right leResultat. La fonction fromRight nous permet d'ignorer l'echec et de le remplacer par une liste vide [].
    • find va chercher dans cette liste une entrée avec un numéro de commit précis.

    Pour compiler et expérimenter avec le programme dans le Shell, faire :

    ghc Depeche.hs ./Depeche < 'linuxfr_changelog'

    On pourra aussi l’exécuter directement sans compilation, ce code n'étant pas très demandeur en terme de ressource, il s’exécutera sans souci en mode interprété avec runhaskell Depeche.hs < linuxfr_changelog.

    En conclusion, à partir d'une grammaire utilisant les notations habituelles comme BNF, les bibliothèques comme megaparsec permettent de définir confortablement des analyseurs syntaxiques, le confort résidant dans la similitude entre leur syntaxe à la fois avec des syntaxes comme BNF et du langage Haskell lui-même.

    Addendum
    Le parsing des dates utilise les fonctionnalités de parsing de la libraire Data.Time. En voici le code :

    dateFormat = "%a %b %e %H:%M:%S %Y %Z" parseUTC :: Parser UTCTime parseUTC = do s <- manyTill anySingle eol parseTimeM False defaultTimeLocale dateFormat s
    • manyTill anySingle eol parse jusqu'à la fin de ligne tous les caractères qui seront ensuite passés à parseTimeM.
    • parseTimeM ... va parser la chaîne de caractère en fonction de la chaîne de format spécifiée par dateFormat. On voit ici une des forces de Haskell qui est la possibilité de combiner les fonctions de Data.Time et de Text.Megaparsec ensemble.
    Conclusion

    GHC 8.6.1 n'apporte pas forcement des nouveautés capables de motiver à l'utilisation d'Haskell, mais apporte son lot de petites améliorations qui ensemble rendent GHC plus pratique.

    GHC 8.8, prévu pour mars 2018 devrait apporter son lot de nouveautés avancées au niveau du système de type, et fait quelques promesses concernant les performances du compilateur et du code généré.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Sortie de Fedora 29 beta

    Mardi 25 Septembre

    En ce mardi 25 septembre, les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la version Beta Fedora 29.

    Malgré les risques concernant la stabilité d’une version Beta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 29 et réduisez du même coup le risque de retard. Les versions en développement manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

    La version finale est pour le moment prévue pour le 23 ou 30 octobre.

    Sommaire Expérience utilisateur
    • Passage à GNOME 3.30 ;
    • passage à KDE Plasma 5.13
    • de même pour Xfce 4.13 qui bénéficie enfin de GTK+3 ;
    • le menu de GRUB sera caché par défaut, sauf en cas de dual-boot ;
    • la variable $PATH par défaut change l'ordre des dossiers ~/.bin et ~/.local/bin pour les placer devant afin d'être prioritaires par rapport aux dossiers systèmes, rejoignant ainsi la politique de Debian et Ubuntu ;
    • l'utilitaire Wireshark perd son interface GTK+, seule l'interface Qt est proposée, en adéquation avec le choix du projet ;
    • le synthétiseur vocal festival est proposé à la version 2.5.
    Gestion du matériel
    • Les paquets i686 sont compilés avec les instructions SSE2 ce qui réduit la liste des processeurs compatibles avec Fedora pour cette architecture. Mais pour les processeurs pris en charge un gain notable de performance est possible.
    • Les images pré-générées pour les architectures ARMv7 et aarch64 bénéficient de la ZRAM pour la swap par défaut afin d'améliorer les performances et limiter l'usure des cartes SD de stockage.
    • Prise en charge initiale des FPGA, les cartes 96boards d'Ultra96 et UP² d'Intel proposent des FPGA pour faire des calculs spécialisés comme l'IA ou le machine learning. Fedora propose des outils de base et agnostiques pour les exploiter.
    • Clap de fin pour l'architecture ppc64, sa sœur little endian ppc64le recevra toutes les attentions pour cette famille.
    Internationalisation
    • Mise à jour du gestionnaire d'entrée de saisie IBus vers 1.5.19.
    • La famille de police de caractères Liberation, compatible avec celle de Microsoft, passe à la version 2 proposant plus de caractères UNICODE.
    • Les langues asiatiques chinoises, coréennes et japonaises utiliseront par défaut les polices de Google Noto.
    • Les fichiers des fuseaux horaires de tzdata seront fondés sur le format vanguard en accord avec le choix effectué en amont. Cela améliore la compatibilité avec POSIX.
    Administration système
    • Mise à jour d'OpenShift Origin 3.10.
    • Ajout du module Kubernetes.
    • Ansible utilise Python 3 par défaut.
    • Stratis Storage est mis à jour à la version 1.0.
    • GnuTLS utilise le protocole TLS 1.3 par défaut.
    • Le module p11-kit-proxy gère les bases de données NSS par défaut maintenant en plus d'OpenSLL et GnuTLS.
    • Fusion de Dstat et Performance Co-Pilot pour les statistiques de performance. Dstat n'est plus maintenu en amont mais PCP ajoute le module pcp-dstat pour être compatible avec son illustre prédécesseur.
    • OpenLDAP ne gère plus le module NSS pour la sécurité, suite à son remplacement par défaut par OpenSSL pour Fedora 28.
    • Le fichier /usr/bin/python est fourni par le paquet python-unversioned-command en accord avec la PEP 394. Les paquets de Fedora mentionnent explicitement l'usage de Python 2 ou 3.
    • Les groupes de paquets python-classroom, engineering-and-scientific, development-libs, cloud-management, font-design, mysql, robotics-suite, authoring-and-publishing et electronic-lab utilisent les paquets Python 3. Le groupe python-web est supprimé.
    Développement
    • Binutils passe à la version 2.31.
    • GLibc 2.28 est utilisée par défaut.
    • Node.js 10 est proposé par défaut.
    • Python 3.7 devient la version de référence.
    • Ruby on Rails est sur les rails de la version 5.2.
    • La perle des langages, Perl 5.28, a été mis à jour.
    • Le langage Go passe à la version 1.11.
    • MySQL 8 est proposé pour sa gestion des bases de données.
    • OpenJDK 11 LTS devient la machine virtuelle de référence pour Java.
    • La sélection de paquets compatibles entre eux Haskell Stackage LTS passe de la version 10 à 11.
    Modularité

    Les dépôts modulaires proposent des composants dans des versions différentes de celles des dépôts principaux de Fedora. Apparu dans la version 28, ils n'étaient activés par défaut que sur l'édition Server. Ils sont désormais activés par défaut. Ainsi, tout le monde est capable d'exploiter facilement les modules, par exemple pour installer Node.js dans une version différente de celle proposée.

    Projet Fedora
    • Fedora Workstation Atomic devient Silverblue. Ce projet qui monte en puissance met en avant le projet Atomic pour l'édition phare de Fedora. Cela consiste majoritairement à utiliser Flatpak et rpm-os-tree pour gérer les paquets permettant une meilleure isolation des composants et une plus grande fiabilité du système. Un site web dédié a été conçu pour l'occasion.
    • Les éditions dérivées de Fedora comme les Spins, labs ou conteneurs auront les champs VARIANT et VARIANT_ID renseignés dans le fichier /usr/lib/os-release pour avoir des statistiques plus précises quant à leur utilisation ; ça permet aussi à l'utilisateur de connaître la provenance de l'image.
    • Fedora Scientific a une image VagrantBox en plus des ISO traditionnelles.
    • GCC n'est plus nécessaire dans l'image de compilation de Fedora, réduisant le temps nécessaire à la production des paquets n'en ayant pas besoin.
    • Fedora Cloud aura des images mises à jour mensuellement, pour limiter la taille des mises à jour à effectuer après l'installation.
    • La compilation du bytecode Python est moins magique pour les paquets, les étapes doivent être mieux décrites pour faciliter la transition vers Python 3.
    • Les modules Perl obtenus via CPAN changent leurs URL de search.cpan.org vers metacpan.org dans la description des paquets concernés.
    • Les paquets Erlang ne sont dorénavant liés à aucune architecture.
    Tester

    Durant le développement d'une nouvelle Fedora, comme cette version Beta, le projet propose quasiment chaque semaine des journées de tests. Le but est de tester pendant une journée une fonctionnalité précise comme le noyau, Fedora Silverblue, la mise à niveau, GNOME, l’internationalisation, etc. L'équipe de qualité élabore et propose une série de tests, en général simples à exécuter. Il suffit de les suivre et d'indiquer si le résultat est celui attendu. Dans le cas contraire, un bogue devra être ouvert pour permettre l'élaboration d'un correctif.

    C'est très simple à suivre et requiert souvent peu de temps (15 minutes à une heure maximum) si vous avez une Beta exploitable sous la main.

    Les tests à effectuer et les rapports sont à faire via la page suivante. J'annonce régulièrement sur mon blog les journées de tests planifiées.

    Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrents ou via le site officiel.
    En cas de bogue, n'oubliez pas de relire «rapporter un bogue» la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla, ou de contribuer à la traduction sur Zanata.

    Bons tests à tous !

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Revue de presse de l'April pour la semaine 38 de l'année 2018

    Lundi 24 Septembre

    La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [Le Monde.fr] Linus Torvalds, l’emblématique fondateur de Linux, s’excuse d’avoir été insupportable

    Par _Morgane Tual _, le samedi 22 septembre 2018. Extrait:

    Linus Torvalds, une personnalité majeure du monde de l’informatique, est réputé pour sa personnalité irascible et ses messages d’insultes.

    Lien vers l'article original: https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/09/22/les-excuses-de-linus-torvalds-l-emblematique-et-caracteriel-fondateur-de-linux_5358713_4408996.html

    Et aussi:

    [Génération-NT] Mounir Mahjoubi propose une liste d'alternatives aux grandes plateformes

    Par Jérôme G., le samedi 22 septembre 2018. Extrait:

    Pour "s'ouvrir à la diversité technologique, pensez aux solutions alternatives." C'est le conseil du secrétariat d'État chargé du numérique avec la publication d'une liste forcément non exhaustive.

    Lien vers l'article original: https://www.generation-nt.com/mounir-mahjoubi-alternative-grande-plateforme-actualite-1957437.html

    Et aussi:

    [LeMagIT] L'avenir du libre passe par la conversion des utilisateurs en contributeurs

    Par Thierry Carrez, le vendredi 21 septembre 2018. Extrait:

    Sans contribution et engagement, pas de communauté et sans communauté, pas d’open source. Thierry Carrez, VP Engineering de l’OpenStack Foundation revient dans cette tribune d’expert sur la nécessité d’opérer un changement. Si aujourd’hui, l’open source est au cœur de l’innovation et motorise l’essentiel du logiciel, il est temps de franchir un cap: celui de la conversion des utilisateurs en contributeurs.

    Lien vers l'article original: https://www.lemagit.fr/tribune/Lavenir-du-libre-passe-par-la-conversion-des-utilisateurs-en-contributeurs

    [Numerama] Le développement de CLIP, le système d'exploitation souverain made in France, est ouvert à tous

    Par Julien Lausson, le jeudi 20 septembre 2018. Extrait:

    En gestation depuis plus de dix ans, CLIP, le système d'exploitation souverain made in France, s'ouvre à l'open source. Désormais, n'importe qui peut participer à son développement.

    Lien vers l'article original: https://www.numerama.com/tech/419569-le-developpement-de-clip-le-systeme-dexploitation-souverain-made-in-france-est-ouvert-a-tous.html

    Et aussi:

    [LeDevoir.com] La pertinence des «communs»

    Par Laure Waridel, le jeudi 20 septembre 2018. Extrait:

    Alors que l’on entend de plus en plus parler de l’importance d’un changement de paradigme pour protéger l’environnement et réduire les inégalités, mais que ce genre d’idée est quasi absente de la campagne électorale, nous souhaitons faire connaître ici l’approche des communs. Il s’agit d’une invitation à penser autrement.

    Lien vers l'article original: https://www.ledevoir.com/opinion/idees/537180/la-pertinence-des-communs

    [Libération] Aucun algorithme, jamais, ne pourra défendre la démocratie

    Par Olivier Ertzscheid, le lundi 17 septembre 2018. Extrait:

    Nous avons perdu la bataille contre les algorithmes en ce qui concerne la vie privée. Il faut aujourd'hui se battre pour limiter leur impact sur nos vies publiques et notre destin collectif.

    Lien vers l'article original: https://www.liberation.fr/debats/2018/09/17/aucun-algorithme-jamais-ne-pourra-defendre-la-democratie_1679311

    [Developpez.com] Copyright: le rapporteur Axel Voss dit être surpris par un article du texte adopté

    Par Bill Fassinou, le samedi 15 septembre 2018. Extrait:

    Il y a deux jours, la directive sur les droits d’auteur dans l'Union européenne a été adoptée. Ce à quoi personne ne s’attendait, c’est que les eurodéputés, le rapporteur Voss y compris, aient pu manquer un article. C’est pourtant ce qui s’est passé. L’amendement 76, une disposition qui restreint le droit de filmer des événements sportifs, a été adopté apparemment sans qu’une réelle attention lui soit portée.

    Lien vers l'article original: https://www.developpez.com/actu/224444/Copyright-le-rapporteur-Axel-Voss-dit-etre-surpris-par-un-article-du-texte-adopte-les-eurodeputes-ont-ils-examine-tous-les-aspects-de-la-reforme

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Faire ses modèles de pulls au tricot avec LibreOffice

    Lundi 24 Septembre

    Une suite bureautique, ça peut faire rêver et ça ne sert pas qu'à faire des trucs ennuyeux. Ça peut même rendre créatif : la preuve !

    Le constat de départ

    Il se trouve donc que je suis tricoteuse mais pas développeuse et que, depuis des années, je cherchais à mettre au point un truc (modèle, application, que sais-je) pour me permettre de faire moi-même mes modèles de pull au tricot. Il a existé en français (hors applications professionnelles) deux petits logiciels, tous deux développés uniquement pour Windows (dont l'un très mal d'ailleurs) et qui délivraient leurs résultats soit en jpg soit dans un format propriétaire, le type de format qu'on ne peut ouvrir qu'avec le logiciel. Sinon il y a aussi des sites, mais bon.

    L'ambition, c'était de faire quelque chose d'inter-opérable avec mes moyens limités et qui puisse servir pour la rédaction des modèles, dans une optique qui peut être personnelle, de partage ou de commercialisation. Le résultat a été un modèle de feuille de calcul fait avec Calc de LibreOffice, version 6 et 6.1 et qui peut se travailler avec les versions 5.

    Les capacités du modèle

    Ce modèle de feuille de calcul, à partir de quelques données de base, échantillon, choix de la taille dans une liste déroulante, calcule tout ce qui est nécessaire à la confection d'un pull pour adulte à emmanchures droites et col rond. Il délivre les différentes mesures ainsi que le nombre de mailles à monter, à diminuer ou augmenter et de rangs à tricoter. Il donne les dimensions en système métrique, et les convertit en système US/Impérial et il calcule le nombre de pelotes nécessaires et le métrage.

    Cerise sur le gâteau : les différentes données sont reportées sur des schémas cotés. Le fichier est pour l'instant en français et en anglais et la version espagnole est en cours de traduction.

    Ce qu'on peut faire aussi

    On peut aussi décider de travailler à partir de ses propres mensurations, et comme les feuilles sont protégées sans mot de passe, on peut carrément décider de se faire un modèle avec les mensurations des personnes pour lesquelles on tricote. Et évidemment, ne pas s'en tenir aux pulls à cols ronds, mais faire aussi des cols roulés ou des cardigans, voire des pulls à col bateau.

    Couplé avec le tout premier modèle de feuille de calcul pour le tricot que j'ai fait : un classeur dont les cellules sont dans les exactes proportions d'une maille de tricot, on peut ainsi concevoir des pullovers (et donc des modèles de pull) personnalisés facilement.

    Il est, évidemment, possible de copier-coller les données dans un document en traitement de texte pour rédiger le modèle et en faire ce qu'on veut avec le gros intérêt qu'on peut avoir les données dans des tailles différentes ainsi que la quantité de laine pour chaque taille.

    Les limites

    Ce modèle de feuille de calcul ne peut calculer que des emmanchures droites, qui sont, d'ailleurs mes préférées et n'existe qu'en version adulte. Maintenant qu'une version existe, il est possible qu'il soit suivi d'une version pour pull pour enfants.

    L'autre limite, plus ennuyeuse est que ça ne passe pas dans OpenOffice ni Calligra Sheet, mais pas de problème avec Gnumeric par contre.

    C'est sous quel régime ?

    Le fichier modèle lui-même est sous licence By-NC-SA. Ce qu'on en fait est laissé à l'appréciation des utilisateurs et des utilisatrices qui peuvent, par exemple, vendre des modèles de tricot basés dessus s'ils le veulent.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Verilator 4.002

    Lundi 24 Septembre

    La version 4.002 de Verilator a été annoncée à la conférence ORConf2018 en Pologne.

    Verilator est sans conteste le simulateur HDL open-source le plus rapide du « marché ». Il permet de simuler des portegrammes écrits en Verilog synthétisable.

    Synthétisable ? Ce point est important : en effet, le langage [Verilog] permet de décrire des modèles de circuits numériques destinés à être utilisés dans des FPGA mais aussi des ASIC. En plus de la partie « modélisation », Verilog (comme VHDL) inclut la partie tests. On peut donc écrire tout notre testbench en Verilog, puisque nous avons des fonctions d'affichage, d'accès aux fichiers, etc. Cependant, seule une sous-partie du langage Verilog est capable de décrire le circuit final, c'est ce qu'on appelle la partie « synthétisable » car elle peut-être synthétisée en un schéma électronique numérique.

    Si verilator n'est capable de prendre en entrée que du Verilog synthétisable, c'est parce qu'il convertit ce code en un objet en C++ et/ou SystemC (le SystemC n'étant qu'une bibliothèque C++). La partie code de test sera donc écrite en C++/SystemC et le programme final compilé avec gcc.
    Le binaire ainsi compilé peut ensuite être exécuté comme n'importe quel exécutable et lancera la simulation de notre modèle numérique (le portegramme).

    Le résultat est un temps de simulation incroyablement plus rapide qu'avec les simulateurs classiques. Le site officiel donne des vitesses 90 fois supérieures au célèbre simulateur Verilog open-source Icarus. Personnellement sur mon portegramme d'anti-rebond j'obtiens une vitesse 20 fois supérieure, mais c'est en enregistrant des traces très lourdes (700 Mo) permettant de visualiser les signaux une fois la simulation terminée.
    Il est possible de faire tourner des modèles de microprocesseurs écrit en Verilog en «temps réel» (à quelques kiloHertz).

    Concrètement, si on prend l'exemple d'un portegramme simple permettant de filtrer les rebond d'un bouton (pour le code complet c'est par ici). On aura les ports d'entrées sorties suivant :

    module button_deb( // sync design input clk, input rst, // in-out input button_in, output button_valid);

    Une fois «compilé» avec verilator :

    verilator -Wall -cc src/button_deb.v --trace --exe test/test_button_deb.cpp

    On obtient un objet que l'on peut instancier dans son programme principal :

    Vbutton_deb* top = new Vbutton_deb;

    L'accès aux signaux d'entrées/sorties se fait ensuite simplement comme un accès aux variables de l'objet :

    top->rst = 1; top->button_in = 0; top->clk = 0;

    On évalue les valeurs de sorties par l'appel à la fonction «eval()».

    top->eval();

    C'est cet appel à la fonction eval() qui fera avancer la simulation d'un «pas». À nous de connaître le temps que nous souhaitons avoir entre deux pas.

    Hormis la collection de corrections de bugs la fonctionnalité majeure de cette nouvelle version est le support multi-threads qui divise encore le temps de simulation par beaucoup, en fonction du nombre de core présents sur sa machine.

    Cette nouvelle version de Verilator prouve surtout que ce vénérable projet (créé en 1994 d'après la page wikipédia) est encore largement actif, il est désormais pris au sérieux par tous les concepteurs hardware.

    Et si l'on en croit son auteur, la plupart des équipes qui conçoivent des microprocesseurs l'utilisent intensément.

    Bref un très bel exemple d'outil de libération des FPGA ;)

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Agenda du Libre pour la semaine 39 de l’année 2018

    Samedi 22 Septembre

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 43 événements (1 en Belgique, 39 en France, 0 au Luxembourg, 3 au Québec, 0 en Suisse en 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire [CA-QC Montréal] ApacheCon - Du lundi 24 septembre 2018 à 09h00 au jeudi 27 septembre 2018 à 21h00.

    ApacheCon est la conférence internationale de la Apache Software Foundation.

    L'horaire de la ApacheCon North America 2018 est en ligne ici https://apachecon.com/acna18/schedule.html

    [FR Montpellier] Inclusion Numérique - Le lundi 24 septembre 2018 de 09h30 à 11h30.

    Nous initions et formons aux outils et usages numériques tous les publics qui s’en sentent éloignés, voire exclus.

    Dans les années à venir le tout numérique va s’accélérer dans nos démarches quotidiennes accès aux soins, à l’emploi, à l’énergie, au services bancaires, caisses de retraite, loisirs, etc.
    Une grande partie de la population n’a pas jugé utile ou eut l’opportunité d’utiliser des outils numériques, ordinateurs fixes, portables, les smartphones ou les tablettes.

    Nous considérons que l’inclusion numérique est fondamentale pour réduire la fracture
    numérique, encore bien réelle, entre les générations et réduire les inégalités sociales, culturelles, d’accès à l’emploi.
    Dans un monde ultra-connecté avoir des connaissances numériques de base est devenu indispensable quelque soit son âge.

    Nous animons avec bienveillance des ateliers collectifs d’initiation et de pratique des logiciels et des outils numériques libres, en fonction de la demande des utilisateurs.

    Les thématiques que nous vous proposerons

    • Ranger et m’organiser
    • Entretenir son ordinateur
    • Utiliser une clé USB, un disque dur externe
    • Insérer une image
    • Mettre en page un courrier
    • Créer un tableau simple
    • Débuter sur la mise en forme
    • Progresser sur la mise en forme de textes
    • Classer ses recherches
    • Protéger son identité sur l’Internet
    • Tchatter avec une webcam
    • Utiliser les services administratifs en ligne
    • Débuter sur Internet et la messagerie
    • Le podcasting
    • Transférer et enregistrer sa musique
    • Remplir sa déclaration d’impôts
    • Faire des rencontres
    • Stockez ses données en ligne
    • Vendre, acheter, donner ses objets
    • Préparer ses vacances
    • Débuter sur la messagerie
    • Découvrir les réseaux sociaux
    • Faire des économies grâce à Internet
    • Utiliser les sites / applications pour communiquer
    • Débuter avec son téléphone portable
    • Transférer les photos de son téléphone
    • Utiliser les applications de sa tablette, son téléphone
    • Débuter sur sa tablette, son téléphone
    • Transférer et classer ses photos
    • Créer son livre photo
    • Réaliser un diaporama de photos
    • Le photomontage

    • Maison pour tous Albert Camus, avenue de Villeneuve Angoulême, Montpellier, Occitanie, France

    • Adresse web http://montpel-libre.fr

    • Tags
      montpel-libre, formation, atelier

    [FR Paris] Rencontre de la toile francilienne - Le lundi 24 septembre 2018 de 18h30 à 22h00.

    Bienvenue à la deuxième rencontre de monnaie libre après l'été 2018.

    La Toile Francilienne organise cette rencontre ouverte à toutes et tous pour parler de la monnaie libre Ğ1 et participer à son développement et à l’agrandissement du réseau d’utilisateurs.

    L’objectif de ces rencontres est donc de partager de façon conviviale notre expérience de la monnaie libre et de participer à son développement. Les grandes thématiques abordées sont les suivantes

    • Faire découvrir la monnaie libre.
    • Faciliter les rencontres entre membres afin de certifier les nouveaux entrants.
    • Échanger des biens et services en monnaie libre Ğ1.

    Ce lundi 24 septembre, la rencontre aura lieu au  à partir de 18h30 au simplon (https://simplon.co/).

    Cette rencontre est libre et ouverte quelque soit votre niveau de connaissance de la monnaie libre (du novice au plus confirmé). Si le principe vous plaît et que vous êtes curieux d’en savoir plus, n’hésitez plus venez partager avec nous ce moment convivial.

    L’inscription (non-obligatoire mais toujours appréciée pour anticiper sur le nombre de participants) se passe sur le lien Framadate ci-dessous, actualisé régulièrement

    https://framadate.org/mardi-ml

    Si vous avez des questions, n'hésitez pas à communiquer directement sur le framadate ou sur le forum

    https://forum.monnaie-libre.fr/

    [FR Lyon] Lundi entraide et bidouille - Le lundi 24 septembre 2018 de 19h30 à 21h30.

    Atelier de partage de connaissances et d'entraide entre utilisateurs de logiciels libres.

    L'ALDIL et des associations partenaires proposent des rendez-vous réguliers à la MJC de Montchat pour permettre à des utilisateurs de logiciels de se rencontrer.

    L'occasion de découvrir et s'entraider sur différents outils informatiques libres, entre utilisateurs débutants et plus avertis.

    Le moment idéal pour s'initier et libérer votre ordinateur en installant un système GNU/Linux. Des conseils, de l'assistance et un suivi pour le dépannage.
    Menu du jour selon arrivages et pas de thème précis. Au gré des envies et demandes des participants…

    Il n'y a pas d'inscription. Toutefois, nous vous recommandons d'indiquez le but de votre venue par avance (problèmes, questions, besoins) à l'adresse de contact ci-dessous.

    Tout public - Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

    De 19h30 à 21h30 dans l'espace numérique de la MJC de Montchat.

    [FR Montpellier] Inclusion Numérique - Le mardi 25 septembre 2018 de 09h30 à 11h30.

    Nous initions et formons aux outils et usages numériques tous les publics qui s’en sentent éloignés, voire exclus.

    Dans les années à venir le tout numérique va s’accélérer dans nos démarches quotidiennes accès aux soins, à l’emploi, à l’énergie, au services bancaires, caisses de retraite, loisirs, etc.
    Une grande partie de la population n’a pas jugé utile ou eut l’opportunité d’utiliser des outils numériques, ordinateurs fixes, portables, les smartphones ou les tablettes.

    Nous considérons que l’inclusion numérique est fondamentale pour réduire la fracture
    numérique, encore bien réelle, entre les générations et réduire les inégalités sociales, culturelles, d’accès à l’emploi.
    Dans un monde ultra-connecté avoir des connaissances numériques de base est devenu indispensable quelque soit son âge.

    Nous animons avec bienveillance des ateliers collectifs d’initiation et de pratique des logiciels et des outils numériques libres, en fonction de la demande des utilisateurs.

    Les thématiques que nous vous proposerons

    • Ranger et m’organiser
    • Entretenir son ordinateur
    • Utiliser une clé USB, un disque dur externe
    • Insérer une image
    • Mettre en page un courrier
    • Créer un tableau simple
    • Débuter sur la mise en forme
    • Progresser sur la mise en forme de textes
    • Classer ses recherches
    • Protéger son identité sur l’Internet
    • Tchatter avec une webcam
    • Utiliser les services administratifs en ligne
    • Débuter sur Internet et la messagerie
    • Le podcasting
    • Transférer et enregistrer sa musique
    • Remplir sa déclaration d’impôts
    • Faire des rencontres
    • Stockez ses données en ligne
    • Vendre, acheter, donner ses objets
    • Préparer ses vacances
    • Débuter sur la messagerie
    • Découvrir les réseaux sociaux
    • Faire des économies grâce à Internet
    • Utiliser les sites / applications pour communiquer
    • Débuter avec son téléphone portable
    • Transférer les photos de son téléphone
    • Utiliser les applications de sa tablette, son téléphone
    • Débuter sur sa tablette, son téléphone
    • Transférer et classer ses photos
    • Créer son livre photo
    • Réaliser un diaporama de photos
    • Le photomontage

    • Maison pour tous Albert Camus, avenue de Villeneuve Angoulême, Montpellier, Occitanie, France

    • Adresse web http://montpel-libre.fr

    • Tags
      montpel-libre, formation, atelier

    [CA-QC Montréal] SQiL - 15 ans des Linux-Meetup au Québec - Le mardi 25 septembre 2018 de 17h30 à 21h30.

    Venez fêter avec nous, les 15 ans des Linux-Meetup au Québec

    Je suis fier de vous annoncer que notre "sponsor" pour cet événement unique sera Red Hat qui nous accueillera dans leur bureau du Vieux-Montréal (127 St-Pierre) de 17:30 à 21:30

    Personnellement, j'organise les Linux-Meetup tous les premiers mardis du mois, et ce, pratiquement sans arrêt.

    Voici la liste des présentations de la soirée (commençant à 18:30) :

    • Sommaire de mes 15 ans de Linux-Meetup [Martial Bigras]
    • Gestion de cycle de vie Linux avec Satellite 6 [Michael Lessard / Éric Beaudoin] (présentation de la version beta 6.4 avec l'intégration Ansible et Puppet 5)
    • RHEL Roadmap [Michael Lessard / Éric Beaudoin]

    Des goodies Red Hat vous seront remis, un goûter et boisson seront servis, ainsi qu'un immense gâteau pour fêter cet événement unique.

    Cette rencontre est organisée pendant la SQIL (Semaine Québécoise de l'Informatique Libre).

    Nous invitons tous les amateurs de logiciels libres (peu importe la plate-forme) à venir discuter. C'est vraiment une excellente occasion de socialiser et de faire connaissance avec d'autres qui partagent les mêmes intérêts.

    La rencontre est gratuite et ouverte à tous (de débutants à experts) et rassemble des gens de diverses professions gestionnaires, professeurs, administrateurs de systèmes, DBA, ingénieurs, programmeurs, retraités, étudiants, etc.

    Vous pouvez confirmer votre présence sur un ou plusieurs réseaux sociaux afin de promouvoir l'événement.

    En espérant vous y voir en grand nombre

    Martial

    [FR Pertuis] Conférence La cartographie participative, quels enjeux » - Le mardi 25 septembre 2018 de 18h30 à 20h00.

    Avec Jean-Christophe Becquet- Apitux

    Durée 1h30

    Public Tout public à partir de 12 ans

    Cette conférence animée par Jean-Christophe Becquet, président de l'April, association pour la promotion et la défense du logicile libre, présentera l'outil de cartographie libre OpenStreetMap et ses enjeux. Elle sera suivie d'un temps d'échanges avec le public.

    Entrée libre dans la limite des places disponibles

    [FR Brignoles] Reunion Formations & Débats - Le mardi 25 septembre 2018 de 18h30 à 23h00.

    GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une soirée atelier / présentation qui aura lieu le mardi 25 septembre 2018, dès 18h30, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.

     Information sur l’association

    À partir de 20h30, ateliers proposés par Eric Rojas
    Outils GIMP Retouche de vos photos

    Cette soirée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.

    Un accès haut débit (Ethernet & Wifi) est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.

    [FR Grenoble] Soirée Wikipédia initiez-vous à la contribution - Le mardi 25 septembre 2018 de 18h30 à 21h00.

    Ce mardi 25 septembre, les Wikipédiens de Grenoble se réunissent et vous accueillent pour une initiation à la contribution. Que vous soyez déjà contributeur ou simple curieux, venez apprendre à contribuer, et élaborer ensemble des projets d’articles

    Wikipédia est une encyclopédie collaborative chacun peut enrichir les articles sur les thèmes qui lui tiennent à cœur technologie, histoire, littérature, art, science…

    Pendant cette séance, vous apprendrez comment créer, modifier et améliorer des articles.

    Les nouveaux contributeurs y recevront une formation de base à l’édition.

    Les Wikipédiens de Grenoble seront présents pour vous aider et vous conseiller

    Nous conseillons aux participants de se créer au préalable un compte sur Wikipédia.

    Entrée libre de 18h30 à 20h30

    [FR Alençon] Réunion de rentrée - Le mardi 25 septembre 2018 de 19h00 à 20h00.

    eTHiX est la nouvelle association alençonnaise de promotion du "libre" en général et des logiciels libres en particulier dans le but d’une appropriation sociale des outils numériques, d’une informatique responsable et d’une information du citoyen.

    Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion de lancement de cette association.

    Nous pourrons faire le point sur la constitution de l'association et décider ensemble des axes de travail à développer suivant les affinités de chacun.

    Nous pourrons également, vu l'heure, partager les mets et autres agréments de bon aloi que chacun voudra bien ramener.

    • Collectif des Petits Châtelets, 41 chemin des Châtelets, Alençon, Normandie, France
    • Tags ethix, réunion, lancement
    [FR Lille] Permanence associative Chtinux - Le mardi 25 septembre 2018 de 20h30 à 23h00.

    Comme tous les derniers mardis de chaque mois, Chtinux vous propose sa permanence associative

    Nous vous attendons donc ce mardi 25 septembre à 20H30 au Café Citoyen (Lille).

    Cette manifestation conviviale est ouverte à tous. Vous pourrez y discuter joyeusement Logiciel Libre, de DIY, d'OpenData, chercher de l'aide technique ou proposer vos idées d'évènements… le tout autour de boissons bio-équitables, par exemple les bières « à façon, exclusivités du Café Citoyen

    Si vous venez avec votre ordinateur pour obtenir de l'aide, prévenez-nous en envoyant un courrier électronique à l'adresse bonjour CHEZ chtinux POINT org

    Accessible en métro (station République - Beaux Arts).
    Une connexion Internet est disponible sur place.

    Pour soutenir le Café Citoyen, nous vous demandons d'y acheter au minimum une consommation. Après avoir pris votre boisson au bar, vous pouvez nous rejoindre directement au 2ème étage.

    [FR Paris] Kernel Recipes - Du mercredi 26 septembre 2018 à 09h30 au vendredi 28 septembre 2018 à 17h30.

    La 7e édition de Kernel Recipes aura lieu à Paris du 26 au 28 septembre 2018, dans les locaux de Mozilla Paris.

    Au programme de cette nouvelle édition, plus d'une vingtaine d'intervenants venus du monde entier qui participent au développement du noyau.

    La conférence a conservé une dimension humaine. Un peu plus d'une centaine de participants, ce qui facilité les discussions entre les participants et avec les conférenciers.

    Au programme dévelopement, sécurité, réseau, systèmes de fichiers…

    Les inscriptions démarrent fin Août 2018.

    [FR Pertuis] Cartopartie - Le mercredi 26 septembre 2018 de 10h00 à 12h30.

    Cowork

    Balade

    Durée 2h30

    Public Tout public à partir de 12 ans

    Au cours de cet atelier de cartographie participative, les participants sont invités à parcourir les rues du centre ville de Pertuis afin d'enrichir le fonds de carte OpenStreetMap existant. Un moment de rencontre et de travail ludique pour tous les publics

    Sur réservation

    • Médiathèque Les Carmes, 35 avenue du Maréchal Leclerc, Pertuis, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
    • Tags cartopartie, osm, apitux, april
    [FR Vandœuvre-lès-Nancy] Comment naviguer sur le web - Le mercredi 26 septembre 2018 de 15h00 à 17h00.

    Cet atelier consistera à vous familiariser avec l’usage d’un navigateur web, apprendre le fonctionnement général et les fonctionnalités de base.

    Savoir comment visiter un site Internet ou utiliser un moteur de recherche n’aura plus de secret pour vous.

    Inscription gratuite aux ateliers

    La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

    L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’atelier.

    [FR Beauvais] Atelier hebdomadaire de partage de connaissances autour des logiciels libres - Le mercredi 26 septembre 2018 de 18h00 à 20h00.

    Chaque mercredi soir, l'association propose une rencontre pour partager des connaissances, des savoir-faire, des questions autour de l'utilisation des logiciels libres, que ce soit à propos du système d'exploitation Linux, des applications libres ou des services en ligne libres.

    C'est l'occasion aussi de mettre en avant l'action des associations fédératrices telles que l'April ou Framasoft, dont nous sommes adhérents et dont nous soutenons les initiatives avec grande reconnaissance.

    L'atelier a lieu en salle 3.

    [CA-QC Montréal] SQiL - Soirée Wiki à la Cinémathèque québécoise Tahani Rached - Le mercredi 26 septembre 2018 de 18h00 à 21h00.

    mercredi 19 septembre*de 18h à 21h. ATTENTION la date de l'événement vient d'être modifiée. Celui-ci n'aura *pas lieu le 19 septembre tel que prévu initialement.

    Fabrice Montal, programmateur-conservateur à la Cinémathèque québécoise, vous fera découvrir le parcours et les œuvres de la cinéaste Tahani Rached pour mieux les documenter sur Wikipédia et ses projets frères Vous bénéficierez des précieuses ressources documentaires de la Médiathèque Guy-L.-Coté ainsi que d'un accompagnement pour vous aider à contribuer aux projets Wikimédia.

    Ces soirées se veulent conviviales et stimulantes, tout le monde est bienvenu Que vous soyez simplement curieux d'en savoir plus sur les projets Wikimédia ou sur le cinéma d'animation, que vous soyez débutant ou contributeur averti, professionnel, étudiant ou amateur, passionné ou non de cinéma… nous répondons à vos questions

    Cette activité est gratuite et se déroulera à la Médiathèque Guy-L.-Coté, au sein de la Cinémathèque québécoise. Quelques ordinateurs seront disponibles mais il est conseillé d'apporter le vôtre.

    [FR Grenoble] Missing Maps – Cartographier pour la bonne cause - Le mercredi 26 septembre 2018 de 18h30 à 21h30.

    Venez nous aider à cartographier sur OpenStreetMap, la carte du monde collaborative et libre.

    CartONG et La Coop Infolab vous invitent à un mapathon pour découvrir la cartographie participative et humanitaire dans OpenStreetMap pas besoin d’être un expert, c’est accessible à tout le monde

    Nous verrons comment un pays comme Madagascar est directement concerné par ces changements climatiques et comment nous pouvons aider à mieux connaître, comprendre et prévenir les risques liés à ces changements grâce à la cartographie

    Ce mapathon sera l’occasion d’aborder la question des Objectifs de Développement Durable (ODD) et s’inscrit dans le cadre du projet “EducAuRA, objectif 2030” qui a reçu le soutient de la Commission Européenne.

    Le programme de la soirée

    Cet événement s’inscrit dans le cadre de l’initiative globale Missing Maps{::}, projet humanitaire qui vise à cartographier en amont les parties du mondes vulnérables aux catastrophes naturelles, crises sanitaires, environnementale, aux conflits et à la pauvreté.

    Au programme

    • 18h30 accueil des participants
    • 18h40 Mots de bienvenue, présentation du projet Missing Maps, du projet EducAuRA et du déroulement de la soirée
    • 18h50 Présentation de la contribution dans OSM
    • 19h00 Cartographions à Madagascar
    • 21h30 Fin du mapathon, conclusion sur les contributions de la soirée

    Gratuit sur inscription

    [FR Lyon] Comment construire son centre de console rétro - Le mercredi 26 septembre 2018 de 19h30 à 21h00.

    Atelier connecté 2018-2019 (mercredi 19h30-21h)

    à partir de 16 ans,

    Gratuit (Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com)

    de 19h30 à 21h

    animé par  Romain Deville

    Apprenez à manipuler et mettre à votre service les objets connectés.

    Comment construire son centre de console rétro en 3 séances

    Cycles de 3 séances Mercredis 19 septembre, Mercredi 26 septembre, Mercredi 3 octobre 2018

    Dans le Hall de la MPT, vous avez pu découvrir et/ou jouer avec notre borne d’arcade. Lors de ces 3 séances, nous vous apprendrons à réaliser votre propre borne d’arcade afin de jouer en familles ou avec vos amis. N’hésitez plus.
    Pour les plus curieux, cela s’installera sur un Raspberry Pi. (si vous avez le votre n’hésitez pas à venir avec, sinon on vous le fournira).

    Venez nombreux

    [FR Toulouse] Rencontres Tetalab - Le mercredi 26 septembre 2018 de 20h30 à 23h30.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [FR Challans] Permanence Linux - Le jeudi 27 septembre 2018 de 18h00 à 20h00.

    Chaque dernier jeudi du mois, l'association Linux Challans vous donne rendez-vous à l'Albanera Café, 17 rue du Général Leclerc 85300 Challans.

    Nous vous proposons lors de ces rendez-vous mensuels d'échanger autour du Libre, des conseils ou une assistance technique.

    Vous pouvez venir pour vous faire aider, ou aider, à installer et paramétrer une distribution Linux de votre choix ou des logiciels libres sur votre ordinateur.

    Recommandations

    • Sauvegardez vos données avant de venir.
    • Libérez de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmentez Windows si vous voulez le conserver.
    • Nous prévenir de votre passage via la messagerie.

    Au plaisir de vous voir bientôt

    [FR Lille] Internet c'est politique, dicutons-en - Le jeudi 27 septembre 2018 de 18h30 à 19h30.

    Venez nous rencontrer et découvrir les enjeux actuels d'Internet.

    Et ce qu'il est possible de changer en créant son propre fournisseur d'accès à Internet.

    Venez nombreux.

    [FR Lyon] Réunion de lancement organisation des JdLL 2019 - Le jeudi 27 septembre 2018 de 19h00 à 22h00.

    Bonjour à toutes et tous,

    J'espère que vous avez passé un excellent été Septembre étant là, c'est l'occasion de reprendre les bonnes habitudes associatives-).

    Or les Journées du Logiciel Libre (JdLL), qui fêteront leur 21ème anniversaire le 6 et 7 avril 2019, font appel à vous
    En quelques années, le nombre de visiteurs et d'intervenants a considérablement augmenté, faisant de l'évènement un des plus connus et populaires de France pour la thématique qu'il aborde.

    Nous en sommes très heureux et nous vous invitons à rejoindre les bénévoles organisant ce moment convivial de rencontre et d'interaction, de partage et d'entraide.

    C'est la raison pour laquelle l'équipe d'organisation de l'évènement recherche du monde dans plusieurs domaines qui vont de l’élaboration du programme et la recherche d’intervenants, à la communication avec sa gestion des relations publiques et la recherche de partenaires. Les secteurs de la logistique (déploiement du réseau, récupération et acheminement de matériel). Ces différents pôles et leur coordination générale vont devoir se mettre en action rapidement.

    Nous vous invitons donc à nous rejoindre à la première réunion de cette rentrée 2018.
    Elle aura lieu le Jeudi 27 septembre, à 19h au salon de la Maison pour Tous des Rancy (Lyon 3ème).

    Pour toutes précisions, demandes d’informations ou propositions, écrivez-nous à jdll@jdll.org

    N'hésitez pas à faire connaître l'évènement et à inviter à son organisation auprès de votre entourage, de vos connaissances et sur les réseaux sociaux

    Et pour en savoir un peu plus sur l’évènement

    Merci à vous et à bientôt
    L’équipe d’organisation et ses partenaires

    [FR Lyon] Création de jeux vidéos Introduction - Le jeudi 27 septembre 2018 de 19h00 à 21h00.

    Initiez-vous au 10ème art, la création de jeux vidéo.

    – de 19h à 21h  –

    À partir de 16 ans

    Attention la présence à l'ensemble des dates du cycle est requise

    Jeudi 27 septembre 2018 Introduction

    Avec l’association Game Dev Party, découverte des bases de la création de jeux vidéo avec Unity3D game design, intégration de graphismes et de sons, animations, interactions. Une forte motivation à créer des jeux vidéo est requise.

    [FR Jupilles] Atelier échange de savoirs autour de Mageia (linux local) - Le jeudi 27 septembre 2018 de 19h30 à 23h45.

    Echange de savoir sur tous les sujets tournants autour du système d'exploitation Mageia support , version ß test, contribution, traduction…

    Ouvert à tous, curieux, débutants, utilisateurs.

    Installation possible du système sur votre ordinateur portable ou fixe. Pour un ordinateur fixe, classique n'apportez que la tour.

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre et contrib'atelier de Framasoft - Le jeudi 27 septembre 2018 de 19h30 à 22h00.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April, … y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    Tous les 1ers jeudis => Les associations Ubuntu-fr  et ouvre-boite organisent une réunion pour leurs membres.

    Tous les jeudis, le groupe de travail Sensibilisation de l'April se réunit pour réfléchir à mieux communiquer vers le grand public.

    Tous les jeudis, des membres de Framasoft organisent des contrib'atliers et vous invitent à venir participer, tester ou améliorer des logiciels libres

    [FR Quimperlé] Point info GNU/Linux - Le vendredi 28 septembre 2018 de 13h30 à 17h30.

    Mickaël et Johann vous accueillent.

    Conseils, aide et infos pratiques GNU/Linux et Logiciels Libres.
    Pas d’inscription, entrée libre. De 13h30 à 17h30

    Curieux Déjà utilisateur Expert

    Pour résoudre vos problèmes, vous êtes le bienvenue

    N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation de GNU/Linux ou de venir avec votre périphérique récalcitrant (imprimante, scanner…) si possible.

    Médiathèque de Quimperlé
    Tél 02.98.35.17.30

    [FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en - Le vendredi 28 septembre 2018 de 17h00 à 19h00.

    Les logiciels libres parlons-en Ouvrons le dialogue sur l’ouverture des données Partageons nos expériences pour une meilleure répartition des connaissances.

    Cette permanence vous permet de rencontrer le groupe Montpel’libre, ses activités, d’être orienté vers nos ateliers et permanences techniques et d’être accompagné pour une transition digitale progressive et adaptée vers les logiciels libres.

     Proposition de programme

    • discussions autour de l’organisation d’événements
    • gestion des groupes de travail
    • propositions diverses
    • présentation de l’asso

    Montpel’libre est un Groupe d’Utilisateurs GNU/Linux et Logiciels Libres qui promeut les logiciels libres, la culture libre et les biens communs.
    Notre association se situe à la jonction des secteurs d’activités du numérique, des industries culturelles et créatives, de l’économie sociale et solidaire, du développement durable, de la recherche et formation ainsi que de l’éducation populaire et de l’éducation scientifique.
    Elle s’adresse à l’informaticien comme au néophyte, au particulier comme au professionnel ou à l’étudiant et à un public de tout âge.

    Montpel’libre exerce des activités multiples autour de six pôles

    1. PERMANENCES
    2. ATELIERS
    3. CONFÉRENCES / FORMATIONS / EXPERTISE
    4. ÉVÉNEMENTIEL
    5. TECHNIQUE / SÉCURITÉ
    6. PUBLICATION

    Et de plusieurs communautés et groupes de travail.

    Ces permanences sont suivies d’un Apéro refaire le monde convivial et partagé, de 18h30 à 21h30. Elles ont lieu au Faubourg marché, tous les vendredis de 17h00 à 19h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie Le Faubourg Marché et Montpel’libre.

    [FR Montpellier] Initiation aux outils numériques libres - Le vendredi 28 septembre 2018 de 17h00 à 18h00.

    Nous initions et formons aux outils et usages numériques tous les publics qui s’en sentent éloignés, voire exclus.

    Dans les années à venir le tout numérique va s’accélérer dans nos démarches quotidiennes accès aux soins, à l’emploi, à l’énergie, au services bancaires, caisses de retraite, loisirs, etc.
    Une grande partie de la population n’a pas jugé utile ou eut l’opportunité d’utiliser des outils numériques, ordinateurs fixes, portables, les smartphones ou les tablettes.

    Nous considérons que l’inclusion numérique est fondamentale pour réduire la fracture
    numérique entre les générations et réduire les inégalités sociales, culturelles, d’accès à l’emploi.
    Dans un monde ultra-connecté avoir des connaissances numériques de base est devenu indispensable quelque soit son âge.

    Nous animons avec bienveillance des ateliers collectifs d’initiation et de pratique des logiciels et des outils numériques libres, en fonction de la demande des utilisateurs.

    Les thématiques que nous vous proposerons

    • Ranger et m’organiser
    • Entretenir son ordinateur
    • Utiliser une clé USB, un disque dur externe
    • Insérer une image
    • Mettre en page un courrier
    • Créer un tableau simple
    • Débuter sur la mise en forme
    • Progresser sur la mise en forme de textes
    • Classer ses recherches
    • Protéger son identité sur l’Internet
    • Tchatter avec une webcam
    • Utiliser les services administratifs en ligne
    • Débuter sur Internet et la messagerie
    • Le podcasting
    • Transférer et enregistrer sa musique
    • Remplir sa déclaration d’impôts
    • Faire des rencontres
    • Stockez ses données en ligne
    • Vendre, acheter, donner ses objets
    • Préparer ses vacances
    • Débuter sur la messagerie
    • Découvrir les réseaux sociaux
    • Faire des économies grâce à Internet
    • Utiliser les sites / applications pour communiquer
    • Débuter avec son téléphone portable
    • Transférer les photos de son téléphone
    • Utiliser les applications de sa tablette, son téléphone
    • Débuter sur sa tablette, son téléphone
    • Transférer et classer ses photos
    • Créer son livre photo
    • Réaliser un diaporama de photos
    • Le photomontage

    • Mpt Joseph Ricôme, 7 rue Pagès, Montpellier, Occitanie, France

    • Adresse web http://montpel-libre.fr

    • Tags
      montpel-libre, formation, atelier

    [FR Marseille] Apéro Chatons Mensuel Marsnet - Le vendredi 28 septembre 2018 de 18h00 à 22h00.

    Cette année nos apéros ont un thème central autour duquel nous nous retrouvons pour discuter, échanger et en apprendre d'avantage. Des petites démos informelles et des installations pour les novices seront au menu)

    Thème du mois
    Communication et Réseaux Sociaux Alternatifs

    Communication sécurisée: Silence, Signal, Riot Matrix, Conversations …
    : Mastodon, Diaspora, Riot Matrix …

    Utilisation, fonctionnalités, licences, localisation des serveurs, protocoles de chiffrement supportés, comment les utiliser intelligemment à la place ou à coté de Facebook, Twitter, Telegram …

    Venez avec vos ordis et téléphones, on pourra les installer et les essayer ensemble)

    Apportez ce que vous voulez boire ou manger, nous partagerons)

    Et surtout, venez nombreux amis, parents, enfants, tatas, tontons, associations ou pas, tout le monde est bienvenu.

    [FR Quimper] Web et vie privée avec S.Bortzmeyer - Le vendredi 28 septembre 2018 de 19h00 à 21h00.

    Sans faire preuve de naïveté en croyant que la loi nous protège et que tout le monde va la respecter, que peut connaître le citoyen sur les pratiques de surveillance par les États et les entreprises

    Stéphane Bortzmeyer, ingénieur spécialiste des réseaux informatiques, viendra vendredi 28 septembre 2018 de 19h à 21h animer un apéro-discussion au Centre social des Abeilles (02 98 55 33 13) de Quimper 4 rue Sergent Le Flao (plan d’accès) sur « Qui vous observe WEB et vie privée »

    Cette connaissance des pratiques de surveillance par les États et les entreprises est un pré-requis à de futures actions pour améliorer les choses. Par exemple la création au Centre des Abeilles d’un groupe d’échange, de partage et d’entraide où chacun·e· pourra venir poser ses questions et apporter ses connaissances

    [FR Rouffignac Saint-Cernin] Conférence Débat Logiciels LIbres, pour sortir de l'aliénation - Le vendredi 28 septembre 2018 de 20h00 à 23h00.

    Conférence Débat à partir de 20H à la salle des fêtes (sous la mairie)

    Pour féter les 10 ans du club Mammoutux, conférence-débat suivi d'un pot de l'amitié

    Thème de la conférence "Données personnelles et Logiciels Libres, pour sortir de l'aliénation au Numérique".

    Intervenant Jean-Paul Quentin - Président de Mammoutux

    [FR Beauvais] Linux Presentation Day - Le samedi 29 septembre 2018 de 09h30 à 12h00.

    Linux Presentation Day (ou LPD) est l’occasion de découvrir Linux et les logiciels libres. Un grand nombre de groupes d’utilisateurs de Linux (GUL) du monde, ainsi que des entreprises et des universités, organisent deux fois par an, à la même période, des rencontres afin de présenter GNU/Linux et les Logiciels Libres.

    Le prochain Linux Presentation Day aura lieu en France, à partir du solstice d’automne,  c’est-à-dire le dimanche 23 septembre, pendant une semaine, jusqu’au samedi 29 septembre.

    L'association Oisux propose une rencontre pour découvrir Linux et les Logiciels Libres.

    [FR Courbevoie] Atelier langage ADA - Le samedi 29 septembre 2018 de 09h30 à 18h00.

    L'association StarinuX, promotrice du logiciel Libre et Opensource, vous convie à l'atelier

    LANGAGE Ada,

    QUAND: le samedi 29 septembre 2018 de 9h30 à 18h30

    : 48 rue de Colombes 92400 Courbevoie (Gare Courbevoie, SNCF St Lazare <=> La Défense ou RATP bus 275, Pont de Levallois <=> La Défense, arrêt STADE. (attention ce n'est pas le point sur la carte openstreetmap ci-dessus, c'est la bonne rue mais c'est plus près de la voie de chemin de fer)

    PRÉSENTATION

    Son nom vient de Ada Lovelace, pionnière de la science informatique.

    Ada est un langage de programmation inventé par une équipe de CII-Honeywell Bull, orienté objet dont les premières versions remontent au début des années 1980. Il est souvent utilisé dans des systèmes temps réel et embarqués nécessitant un haut niveau de fiabilité et de sécurité. De nos jours, Ada est employé dans toutes les technologies de pointe en France, l'automobile, les transports ferroviaires (ALSTOM, Siemens Transportation Systems, ANSALDO-STS, TGV, Corail, RER, METEOR), les technologies aéronautiques (Thales, Airbus, EADS-Défense) et les technologies spatiales (Thales Alenia-Space, EADS-Astrium, CNES, Arianespace), le nucléaire (CEA)…

    OBJECTIF:

    Ada est un langage du présent et de l'avenir. Apprenez à programmer vos premières applications en langage ADA. Des experts de l'association Ada-France, formateurs de cet atelier, vous encadreront pendant les exercices.

    PROGRAMME:

    Plusieurs exercices encadrés par 4 à 5 membres d'Ada-France et ingénieurs

    • Calcul du nombre Pi (séquentiel),
    • Calcul du nombre d'Or,
    • Horloge apériodique,
    • Le zoo,
    • Traitement d'images.
    • Calculer le nombre Pi (calcul //).

    MODALITÉS - PRÉ-REQUIS - NIVEAU:

    Les débutants en Ada sont acceptés.

    Pour profiter au mieux de cet atelier, il est fortement recommandé d'avoir des connaissances de base en programmation. Nécessité impérative d'avoir un Linux 64 bits, sinon de l'installer en mode virtuel, car le compilateur Ada ne fonctionne qu'en 64 bits.

    FORMATEURS: atelier animé par des membres experts d'Ada-France.

    PRÉCISION: comme à l'accoutumée, une participation de 20 (10 demandeurs d'emploi) / ANNUELLE est demandée, valable pour plus de 10 ateliers.

    INFOS et INSCRIPTION: www.starinux.org/ateliers-sx.php

    Au plaisir de votre présence le 29 septembre, bien à vous,

    Pascal Bessonneau , chargé events de StarinuX.

    [FR Marseille] Install Party GNU/Linux - Le samedi 29 septembre 2018 de 14h00 à 19h00.

    L’association (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party ***{::}GNU/Linux, le, dans la salle du *Foyer du Peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille*{::}.*

    Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.

    Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le, les mascottes de

    Au programme

    DÉCOUVERTE de l’univers des logiciels libres.

    INSTALLATION d’un environnement GNU/ Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

    Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution avec un ensemble de et pour une utilisation quotidienne.

    Ouvert à tous – accessible aux débutant-e-s

    Une participation de 2 euros est demandée.

    L’adhésion à l’association est de 20 euros annuelle.(L’adhésion n’est pas obligatoire).

    Plan d’accés

    [BE Grivegnée] Linux Install Party - Le samedi 29 septembre 2018 de 14h00 à 17h00.

    Venez rencontrer une équipe de passionnés, tous les derniers samedis du mois, de septembre à juin, de 14h00 à 17h00 pour venir installer un Linux sur votre ordinateur.

    On y installera ce que vous voulez ou, si vous n’avez pas d’idée, on cherchera avec vous ce qui vous conviendra le mieux.

    [FR Quimper] install-party - Le samedi 29 septembre 2018 de 14h00 à 18h00.

    Le samedi 29 septembre 2018 de 14h à 18h le Centre des Abeilles 4 rue Sergent Le Flao à Quimper (plan d’accès) invite Linux Quimper à organiser une Install Party.

    Cette install-party sera l’occasion de découvrir, tester et installer sur son ordinateur personnel le système GNU/Linux alternative libre, complète et gratuite, aux systèmes Mac et Windows.

    Des bénévoles, utilisateurs des diverses distributions de GNU/Linux, seront là pour aider, conseiller, partager leurs connaissances avec les personnes qui auront éventuellement apporté leur ordinateur personnel

    Cette journée sera un temps de partage et d’échange. Si vous avez quelques connaissances du système GNU/Linux, n’hésitez pas à venir aider ces personnes qui désirent passez sous ce système libre et gratuit. Inscrivez-vous sur le forum de Linux Quimper. Merci-)

    [FR Rouen] Journée Mensuelle du Logiciel Libre - Le samedi 29 septembre 2018 de 14h00 à 18h00.

    Le samedi 29 Septembre 2018, nous organisons notre Journée Mensuelle du Logiciel Libre à la Maison St Sever à Rouen. (Centre Commercial St Sever, 10-12 rue Saint-Julien 76100 Rouen) de 14h00 à 18h00.

    On fera connaissance avec la toute dernière version de openSUSE, la openSUSE Leap 15, Gnome 3.26, LibreOffice 6.1 et beaucoup d’autres distributions Linux.

    SUSE Linux Enterprise 12 SP4 (beta) sera aussi de la partie et comme vous le savez est la pièce maitresse de openSUSE Leap 15 et qui est maintenue par des ingénieurs SUSE.

    Nous distribuerons gracieusement des DVDs openSUSE 15 de 64 Bits à nos visiteurs dans la limite du stock disponible.

    Le Raspberry Pi 3 ainsi que les Raspberry Pi 2 seront aussi à votre disposition pour votre plaisir de coder

    On pourra discuter du Noyau 4.17.9, si le temps le permet.

    Voici aussi une liste des démonstrations de logiciels libres (FOSS) que nous vous proposerons
    https://nui.fr/blog/logiciels-libres-a-vous-proposer-comme-installation/

    Si vous voulez présenter une distribution Linux ou un logiciel libre, contactez-moi assez rapidement pour la logistique.

    Cet évenement s'inscrit dans la démarche du Linux Presentation Day partout dans le monde https://linux-presentation-day.fr/

    Un autre évenement se tiendra le même jour, le Software Freedom Day que nous animons depuis 2005.

    Nous allons axer des sessions sur l’interopérabilité, de sorte de vous orienter vers une migration en douceur vers le logiciel libre. L'interopérabilité a toujours été notre fer de lance.

    [FR Schiltigheim] Install Party Linux - Le samedi 29 septembre 2018 de 14h00 à 17h00.

    Vous avez un ordinateur fixe ou portable avec un Windows Vista, Seven, 10, ou encore XP et celui-ci est lent ou avec des logiciels indésirables

    Votre utilisation de l’ordinateur se limite à consulter vos mails, stocker vos photos et films de vacances ainsi qu’à faire quelques recherches sur Internet. Vous avez envie d’essayer ou d’adopter un nouveau système plus basé sur une philosophie due partage de connaissances et respectueux de votre vie privée

    Pour vous accompagner dans la transition, l’association Desclicks – L’Informatique Solidaire organise le samedi 29 septembre de 14h à 17h une Install Party Linux dans ses locaux du 3 rue St Paul.

    Au cours de l’Install Party vous pourrez tester un système Linux directement sur votre ordinateur et apprendre à l’installer avec l’aide des bénévoles engagés dans l’association.

    Interface mate sous LinuxMint 19Une distribution Linux – Ubuntu ou LinuxMint par exemple – est un ensemble de programmes permettant de faire fonctionner rapidement votre ordinateur en utilisant moins de ressources que peuvent le faire les alternatives commerciales comme les systèmes Microsoft.

    Ces distributions vous permettent de travailler directement avec des outils Libres LibreOffice pour la bureautique, Firefox pour Internet et Thunderbird pour vos mails.

    De nombreux programmes sont également installables facilement via une logithèque intégrée. La majeure partie des programmes intégrés et disponibles via la logithèque sont Libres.

    Cela signifie qu’ils offrent à chacun les libertés d’utiliser, d’étudier, de (re)distribuer et de modifier leur fonctionnement afin de les améliorer.

    Quelques conseils pour passer une bonne Install party

    • Sauvegardez vos données avant de venir (documents, musiques et films de vacances) sur un support externe
    • Défragmentez votre système Windows si vous souhaitez y conserver un accès
    • Envoyez-nous un petit message pour nous dire que vous venez  à contact AT desclicks POINT net.
    • N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions

    Cette édition s’inscrit dans le cadre national de la fête des possibles. Découvrez les autres événements en Alsace sur le site fete-des-possibles.org

    [FR Tournefeuille] Install party, Logiciels Libres et échanges sur "comment reprendre la main sur notre vie numérique". - Le samedi 29 septembre 2018 de 14h00 à 17h00.

    Vous en avez marre de votre système propriétaire qui fait faire à votre machine des traitements à l'insu de votre plein gré, en particulier de vos données personnelles.

    Vous êtes prêts à faire un grand saut ou un plus petit vers un système d'utilisation libre et éthique de votre machine, avoir accès à des dizaines, centaines ou milliers de logiciels libres développés pour le bien commun de leurs utilisateurs, venez avec un de vos ordinateurs et nos bénévoles vous aideront à lui donner une nouvelle jeunesse

    Si vous souhaitez seulement vous informer sur les bienfaits d'une utilisation plus transparente et conviviale de vos outils numériques, découvrir de nouveaux modèles plus performants et respectueux vis-à-vis de vos usages et souhaits, nous serons là aussi pour vous accueillir et échanger avec vous.

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 29 septembre 2018 de 14h30 à 18h30.

    Présentation de l'E2L

    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

    Comment fonctionne l'école

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [FR Vandœuvre-lès-Nancy] Premiers pas avec LibreOffice - Le samedi 29 septembre 2018 de 15h00 à 17h00.

    Cet atelier vous présentera la suite bureautique LibreOffice, y sera décrit les principales fonctions.

    Celui-ci servira de base pour l’apprentissage des différentes séquences relatifs au traitement de texte, tableur et le module de diaporama.

    Inscription gratuite aux ateliers

    La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

    L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’atelier.

    [FR Vire] Atelier libre - Le samedi 29 septembre 2018 de 16h00 à 19h00.

    Atelier libre ouvert à tous. Venez découvrir, échanger et poser vos questions sur des logiciels ou services libres lors de cet atelier.

    Un focus rapide sera présenté à 17h sur un thème spécifique préparé par un bénévole de l’association.

    [FR Saint Leu d'esserent] Stand Oisux lors de la fête des Possibles - Le dimanche 30 septembre 2018 de 09h00 à 18h00.

    L'association Oisux participe à la démarche "villes en transition énergétique et citoyenne". A ce titre nous prenons notre part aux actions de beauvais-en-transition.info et à la fête des possibles organisée cette année par le groupe ATTAC de Clermont-de-l'Oise. Groupe très sensibilisé à la question des logiciels libres.

    Référencement de l'événement https://fete-des-possibles.org/rdv/carnaval-des-possibles/

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Pages