Linux France

S'abonner à flux Linux France
Mis à jour : il y a 10 min 13 sec

Un prototype de Lupo Libero

Mardi 24 Juin

Un prototype de Lupo Libero est disponible ! Pour rappel, Lupo est un futur service de stockage de fichiers sur internet, actuellement en campagne de financement participatif.

Voici les principales différences entre Lupo et ce qui existe déjà :

  • toute la partie logicielle est sous licence libre MIT ;
  • les fichiers (ainsi que leurs métadonnées) sont chiffrés (= verrouillés) de bout-en-bout (ou "côté client") : ils sont chiffrés avant d'être envoyés sur Internet, de sorte qu'ils ne peuvent être utilisés/lus sans le mot de passe de l'utilisateur ;
  • le chiffrement n'est pas optionnel ;
  • il est possible et simple de partager un seul fichier alors qu'ils sont tous chiffrés (très peu de services le permettent) ; aucun mot de passe additionnel n'est nécessaire pour chaque partage.

Ce prototype vous permet de visiter le futur service. Un guide présent sur chaque page vous donnera des informations sur le fonctionnement ainsi que des détails techniques.

À noter également que :

  • le texte de la campagne de financement a été grandement simplifié ;
  • le code source est disponible sur Github ;
  • une page du wiki (sur Github également) liste les différences entre le prototype et la première version de Lupo Libero ;
  • il y aura prochainement plus de détails sur l'implémentation sur ce même wiki.

Il ne reste plus que sept jours avant la fin de la campagne de financement. C'est très court mais si ce projet vous intéresse, vous n'avez rien à perdre à le soutenir :) : en cas de succès, certaines contreparties sont particulièrement intéressantes (des gigaoctets à vie) et en cas d'échec tous les contributeurs seront intégralement remboursés.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Le Top 500 de juin 2014

Lundi 23 Juin

Le quarante-troisième Top 500 des supercalculateurs mondiaux est sorti aujourd’hui à l’occasion de la conférence International Supercomputing de Leipzig en Allemagne.

Rappelons que le Top 500 se base sur une soumission volontaire (de nombreuses machines puissantes mais classifiées ne participent pas à la course) et sur un comparateur de performances spécifique extrêmement parallélisable (le code LINPACK, qui concerne la résolution de systèmes d’équations linéaires).

L’analyse dans la suite de la dépêche.

Boring ?

Le développeur Linux bien connu Arnd Bergmann a qualifié ce classement de "Most boring #top500 list ever" et il faut bien reconnaitre qu'on trouve assez peu de surprises dans ce top 500 de juin 2014.
Pour la troisième fois d'affilée, le supercalculateur Tianhe-2 est en tête de liste avec un score (inchangé) de 33,86 pétaFLOPS. Les neuf premiers de la liste sont d'ailleurs exactement les mêmes qu'en novembre dernier et il faut attendre la dixième place pour avoir une petite nouveauté à se mettre sous la dent. Il s'agit d'un Cray XC30 mesuré à 3,14 pétaFLOPS et installé dans un centre de recherche américain non dévoilé.

Comme le souligne Arnd, la diversité technique se réduit encore un peu plus puisque la dernière machine vectorielle (l'Earth Simulator 2) a été éjectée du classement. Tout ce qui subsiste ce sont des clusters de processeurs scalaires (en majorité des x86-64 mais aussi plusieurs POWER).
Même si nous sommes assez loin d'une architecture révolutionnaire et exotique, espérons toutefois que la future montée en puissance dans les datacenters des coeurs de calcul ARM64 entrainera un certain renouvellement au sein du Top 500.

L’évolution par pays

Les USA voient leur total de machines baisser de 265 à 233 dans cette nouvelle liste de juin 2014, tandis que la Chine reprend sa marche en avant et passe de 63 à 76 supercalculateurs.
Ce nombre s'approche du total combiné des trois plus grandes nations européennes (Grande-Bretagne avec 30 machines, France avec 27 machines et Allemagne avec 23) ce qui souligne le dynamisme effréné de la Chine dans cette course mondiale.
La première machine française reste le calculateur Pangea de la firme Total. Son score de 2 098 TFLOPS le classe en seizième position (deux places de moins par rapport à la liste précédente).

Statistiques sur la liste

Le ticket d’entrée pour accéder à cette liste Top 500 de juin 2014 est de 133,7 TFLOPS. Il était de seulement 117,8 TFLOPS il y a six mois.
Si l’on s’intéresse à la puissance cumulée des 500 machines, on arrive à un total de 274 pétaFLOPS. Là encore, l’évolution est notable, puisque le score cumulé était de 250 pétaFLOPS en novembre dernier, et de 223 pétaFLOPS il y a un an.
On trouve maintenant trente‐sept supercalculateurs à plus d’un pétaFLOPS dans la liste, alors qu’ils n’étaient que trente-et-un il y a six mois.
Le nombre moyen de cœur de calcul des machines de cette nouvelle liste Top500 est de 43 301 cœurs par système. Il était de 41 434 il y a six mois et de 38 700 il y a un an.

Enfin le dernier de la liste était encore en position 384 il y a six mois dans le classement de novembre dernier. Cette chute dans le classement est la plus faible enregistrée depuis deux décennies et elle constitue un nouvel indice pour caractériser cette édition comme étant un mauvais cru.

Les systèmes d’exploitation

Encore une micro-progression pour l'OS au manchot puisque les machines tournant sous Linux sont désormais 485 au lieu de 482 il y a six mois. Cela représente 97% du total des machines et même 98,2 % en terme de capacité de calcul.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

G'MIC 1.5.9.3 : Poisson Blending, Seamcarving, OpenMP, et autres joyeusetés !

Lundi 23 Juin

À l'occasion de la sortie, vendredi dernier, de la version 1.5.9.3 de G'MIC (GREYC's Magic for Image Computing), qui est un framework libre pour le traitement d'images, je vous propose de continuer ma petite série d'articles de résumés sur ce que permet de faire ce logiciel, qui a vu le jour en 2008, et qui continue d'évoluer jour après jour, à un rythme qu'on pourrait qualifier de "soutenu".

Sommaire

Salut à tous,

Contexte

Avertissement: Je suis le développeur principal du projet G'MIC. Je ne serai donc probablement pas impartial dans l'écriture du texte qui suit (sans chercher à être de mauvaise foi non plus). Vous voilà prévenus !

G'MIC est un logiciel libre (distribué sous licence CeCILL), développé dans l'équipe IMAGE du laboratoire GREYC, à Caen. Le GREYC est un laboratoire de recherche public ayant des tutelles multiples CNRS, ENSICAEN et Université de Caen ).

Cet article fait suite aux résumés précédents (Février 2014, Octobre 2013, Juillet 2013, Mars 2013, Octobre 2012, Avril 2012, Octobre 2011, Mars 2011, et y en a d'autres plus anciens, mais bon…). Pour plus d'informations sur ce qu'est G'MIC, je vous incite donc à aller jeter un oeil a ces articles précédents !

Au programme de ce journal, un résumé des fonctionnalités nouvelles introduites depuis la sortie de la version 1.5.8.3 (qui était l'objet de mon dernier journal sur le sujet). C'est parti !

Nouvelles fonctions de traitement d'images. 1. Poisson Editing / Seamless blending.

La technique du Poisson Editing en traitement d'image a été popularisée par P. Perez, M. Gangnet et A. Blake dans le papier du même nom (disponible ici, au format PDF). En résumé, elle permet de faciliter l'incrustation d'un bout d'une image A dans une image B, en calculant une solution qui détermine automatiquement les changements colorimétriques à appliquer aux pixels de A pour qu'elle s'incruste le mieux possible dans l'image B (d'où le deuxième sobriquet Seamless blending sous lequel cette technique est connue). Ceci s'obtient en résolvant l'équation de Poisson définie sur le domaine de l'image A.

Un exemple pratique d'utilisation de cette technique : Ici, nous souhaitons ajouter un requin dans un petit étang inoffensif de la campagne française. Si on copie/colle un requin (découpé d'une autre image) sur l'image de l'étang, on va très probablement obtenir quelque chose comme le résultat de gauche, avec des couleurs qui ne s'accordent pas entre les deux images. Le Poisson Editing permet de transformer l'image de gauche en l'image de droite automatiquement, sans avoir à manipuler d'outils de retouches de niveaux ou de couleurs.

Aujourd'hui donc, G'MIC permet cela. Dans le greffon pour GIMP par exemple, vous accédez à cet algorithme par le nouveau filtre Layers / Blend [seamless]. Tous les exemples que je montre ici ont été réalisés en 5 minutes maxi, chacun avec ce filtre, sous GIMP. C'est infiniment plus simple que de se taper les réglages des couleurs et des niveaux à la main !
Le Poisson Editing a beaucoup d'applications amusantes. Ca marche relativement bien pour copier/coller des bouts de têtes par exemple, ce qui permet d'échanger l'intérieur de visages sur deux photos différentes, comme sur l'exemple ci-dessous :

Ou bien sûr, sur une même photo, ça marche aussi ! Nous avons réalisé un tutoriel vidéo de 3m23s qui illustre comment ce dernier exemple a été réalisé, en temps réel. Quand j'ai dit 5 minutes, j'étais plutôt large ! :) Une autre vidéo montre la même opération pour l'échange de visages entre deux images de peintures différentes.

Un dernier exemple pour la route (en théorie assez difficile à réaliser, du fait des différences de couleur de peau). C'est loin d'être parfait, mais si on considère le temps de réalisation (moins de 5 minutes), c'est vraiment pas mal.

À noter que la technique du Poisson Editing est prévue pour être implémentée par les développeurs de GIMP en "natif" dans les prochaines versions de GIMP. Mais en attendant que ça fonctionne :), vous avez donc la possibilité d'utiliser le greffon G'MIC pour GIMP pour réaliser cette opération.

2. Seamcarving

Autre algorithme bien connu des traiteurs d'images : Le Seamcarving, permet de réduire ou d'agrandir une image de manière 'intelligente' en supprimant en priorité les portions d'images qui n'ont pas d'intérêt particulier (fond, ou couleurs unies). Ceci, afin de pouvoir redimensionner l'image sans modifier l'aspect ratio des objets ou des structures d'intérêts présents dans les images. Le papier décrivant cet algorithme est disponible ici.
Une implémentation de l'algorithme du Seamcarving a été réalisée dans G'MIC par Andy, un sympathique contributeur anglais. Les deux petits exemples d'utilisation ci-dessous illustrent l'utilité de cette approche pour la réduction puis l'aggrandissement d'image :


Notez que les objets "importants" dans ces deux images n'ont pas été modifiés durant le redimensionnement, et ceci sans intervention manuelle. Par exemple, les mouettes et le bateau gardent leur taille originale. Ca n'est pas parfait bien sûr (les cables du pont par exemple), mais ça peut être utile dans pas mal de cas (cela marche bien sur les panoramas par exemple).
Notons que le seamcarving est déjà disponible dans GIMP, via le greffon Liquid Rescale. L'intérêt pour nous de l'avoir dans G'MIC réside surtout dans le fait de pouvoir le combiner facilement avec tous les autres traitements disponibles de G'MIC, et de pouvoir le proposer pour toutes nos interfaces. Par exemple, vous pouvez facilement tester la technique du Seamcarving en ligne, via le site G'MIC Online, en choisissant le filtre Deformations / Seamcarve.

3. Synthèse de micro-textures.

La synthèse de micro-textures par randomisation de phase est une technique qui a été proposée par B. Galerne, Y. Gousseau et J-M. Morel, et qui permet de synthétiser une image de taille quelconque ayant les mêmes caractéristiques visuelles qu'une image contenant une micro-texture.
Une description complète de l'algorithme peut être vue ici.
Le qualificatif micro- est important ici : la texture originale doit être suffisamment peu structurée pour que la synthèse fonctionne correctement (ça ne marchera pas avec un mur de briques par exemple).
G'MIC implémente maintenant cette technique de synthèse de micro-textures, et vous pouvez vous en servir pour regénérer des textures plus grandes à partir de textures plus petites, comme illustré par l'image suivante :

Dans le greffon G'MIC pour GIMP, cet algorithme est utilisable via le filtre Patterns / Resynthetize texture. Les textures ainsi générées ont en plus la propriété d'être périodiques, donc vous pouvez les mettre sous forme de sprites et en faire des tuiles facilement (pour des jeux vidéos par exemple).

Une conséquence directe d'avoir cet algorithme disponible, est de pouvoir proposer un filtre ajoutant du grain à des images. Mais attention, pas du grain complètement synthétique (type bruit Gaussien ou Poissonien), comme le proposent beaucoup de filtres d'ajout de bruit. Non, ici le grain est resynthétisé à la taille de l'image, à partir d'un échantillon scanné d'une photo argentique contenant du "vrai" grain
(localisé sur un niveau de gris constant). En plus du modèle de grain à resynthétiser, on peut bien sûr régler divers paramètres, comme le mode de blending, son opacité, l'échelle du grain, etc…

4. Montage complexes

Nous avons également ajouté une commande très générique -montage dans G'MIC pour permettre la réalisation d'un "montage" à partir de plusieurs images d'entrées, telle que celui-ci (ici, à partir de 5 images) :

G'MIC possédait déjà diverses commandes pour réaliser des montages simples, mais cette nouvelle commande ajoute plus de flexibilité. L'originalité provient de la façon dont le "plan" de montage est défini. On définit un montage entre deux images numérotées 0 et 1, par H0:1 ou par V0:1 suivant qu'on veut un alignement horizontal ou vertical de ces deux images. Mais on peut également remplacer les indices 0 ou 1 par des expressions de montage Hm:n ou Vm:n, et ceci, à un niveau de récursion quelconque. La commande -montage prend ensuite en argument cette expression, et redimensionne automatiquement toutes les images à leur taille optimale pour générer le montage désiré. L'exemple ci-dessus correspond par exemple à un montage du type VH0:1:H2:V3:4 (où 0=Joconde, 1=Jungle, 2=Fenêtre, 3=Voilier et 4=Fille).
Ajoutez à ceci la possibilité d'exprimer aussi des rotations d'images (R0, pour une rotation de 90°), ou de les symmétriser (_M0, pour un effet mirroir horizontal) et d'ajouter du padding, et vous obtenez une commande vraiment puissante pour réaliser des montages d'images quelconques.
Patrick David, contributeur actif de G'MIC a écrit un article entier sur son blog (blog dont je conseille vivement la lecture, par ailleurs!), à propos de cette fonctionnalité particulière maintenant disponible dans G'MIC.

5. Reconstruction d'une forme à partir d'un squelette.

G'MIC permet également de reconstruire maintenant une forme binaire 2d quelconque à partir de son squelette. Pour le moment, on n'utilise pas beaucoup cette possibilité, mais on peut imaginer faire des choses sympathiques avec ce genre de technique, comme par exemple pouvoir extruder intelligemment une forme 2d sous forme de représentation 3d, comme illustré ci-dessous (la forme 2d initiale est en haut à gauche, en rouge).

On peut aussi utiliser cette reconstruction à partir de squelettes pour générer des rendus artistiques à base de cercles d'une image, comme avec le filtre Artistic / Circle abstraction que nous avons ajouté récemment dans le greffon G'MIC pour GIMP :

À creuser encore, pour peut-être plus d'effets à venir…

6. Simulation de flou de profondeur

Nous avons également ajouté un filtre Degradations / Blur [depth-of-field] qui tente de simuler un flou de profondeur dans une image. Ce type de technique permet de simuler des effets de type Tilt-shift, même si l'effet de flou n'est pas toujours très réaliste. Il y a certainement des choses à améliorer encore sur ce filtre, mais on peut déjà réaliser des choses sympas, comme avec l'exemple ci-dessous, qui donne l'impression qu'une maquette a été photographiée (image de droite).

7. Fractalize

Autre petit filtre amusant, Artistic / Fractalize qui va tenter de déformer le rendu d'une fractale de Mandelbrot de telle sorte qu'elle ressemble le plus possible à une image d'entrée. Un exemple ci-dessous :

Je me rends compte qu'il aurait été opportun de choisir le portrait de Benoît Mandelbrot pour l'exemple…

8. Ascii art

Là encore, une fonctionnalité assez classique ajoutée dans G'MIC, permettant de générer des images de type ASCII Art. On peut choisir différents types de rendus (Noir et Blanc ou coloré), et différents types de jeux de caractères : binaire, ASCII, symboles de maths, ou même dictionnaire personnalisé. Cette dernière opportunité permet par exemple de générer des images de type ASCII-Art d'un personnage, uniquement avec les lettres qui composent son nom ou son prénom (exemple de Gandhi, à droite ci-dessous).

L'utilisation de ce filtre dans GIMP permet naturellement de créer des rendus simultanément sur plusieurs calques d'entrées, et vous pouvez donc facilement générer des vidéos de type ASCII Art sous GIMP.

9. Rebouchage de petits trous.

Nous avons également ajouté un filtre Repair / Inpaint [holes] qui permet de détecter et de "reboucher" les amas de pixels de même couleur formant des petits "trous" dans des images.
Ce type de configuration peut se rencontrer dans le cas d'images avec du bruit impulsionnel (ci-dessous première ligne), ou lorsque l'on essaye de créer des masques à partir d'une segmentation automatique d'une image (ci-dessous, dernière ligne). On peut aussi jouer avec ce filtre pour créer des abstractions d'images (ligne du milieu). C'est un filtre qu'on n'utilisera qu'occasionnellement, mais que de temps gagné dans les cas où on en a besoin !

10. Le jeu : 2048

Alors là, plus pour le fun, on a ajouté le jeu 2048 dans G'MIC. Il est jouable uniquement à partir de l'interface ligne de commande de G'MIC, en lançant la commande gmic -x_2048. Rien de spécial à dire, c'est un 2048, assez simple, cela a été écrit surtout pour tester l'interpréteur de langage de script intégré à G'MIC. C'est souvent avec ce genre de petites démos "hors-sujet" qu'on découvre des petits bugs à corriger ou des améliorations possibles à apporter au code.

Autres améliorations notables

Cela c'était pour les fonctionnalités de traitement d'images "pures", partie la plus visible de l'iceberg.
Quelques mots sur les améliorations notables moins visibles, mais ô combien importantes !

1. Directives OpenMP pour la parallélisation

Les fonctions de traitement d'images de G'MIC reposent essentiellement sur une bibliothèque C++ de traitement d'image générique, nommée CImg. Pour la version 1.5.9.3, nous avons apporté de gros changements dans CImg en y ajoutant des directives OpenMP, afin de paralléliser la plupart des fonctions de calcul et de traitement d'image importantes. Par conséquent, G'MIC en bénéficie aussi. Le résultat immédiat, c'est que les filtres et traitements de G'MIC deviennent plus rapide, car ils peuvent utiliser plusieurs coeurs de calculs si la machine hôte en dispose. C'est particulièrement visible sur des "grosses" images (dès qu'on dépasse une résolution de 1024x1024 en fait). Certaines commandes peuvent aller jusqu'à 6 fois plus rapidement, notamment celles qui utilisent l'évaluateur de formules mathématiques intégré dans G'MIC.
La plupart des opérations arithmétiques et de filtrage des images sont également accélérées. C'est très intéressant pour la retouche photo par exemple. Le support d'OpenMP est aujourd'hui fonctionnel sous Linux et Windows. On a encore quelques problèmes pour que ça tourne sous Mac OS X malheureusement.
En tout cas, l'ajout de directives OpenMP a été un gros travail, mais c'est aussi une grande satisfaction de voir le gain des performances (en même temps, j'ai un PC de bureau à 24 coeurs…).

2. Autres amélioration globales.

Plus globalement, pas mal d'efforts ont été fournis pour améliorer les performances de G'MIC. L'empreinte mémoire de l'interpréteur a été réduite, ainsi que son temps de compilation (il faut actuellement moins de cinq minutes pour compiler G'MIC sur une machine récente, avec make -j).
Cela reste assez gourmand en mémoire pour le compiler, mais c'est de moins en moins un problème.

Communication / Visibilité 1. Libre Graphics Meeting 2014.

Le projet étant actif, de plus en plus de contributeurs et d'utilisateurs se manifestent, et même si c'est souvent pour des contributions mineures, c'est toujours agréable ! On a pu rencontrer certains utilisateurs au workshop Libre Graphics Meeting qui a eu lieu à Leipzig en Avril dernier. C'était sympa, on a fait le plein d'idées (qui se sont concrétisées par de nouveaux filtres après coup), et on a pu présenter notre projet.
Pour information, voici les slides de teaser qui ont été présentés.

On a rencontré un grand monsieur (par la taille, et par le talent), j'ai nommé Rolf Steinort, instigateur de la série de tutoriels vidéos Meet the GIMP, qui a eu la gentillesse de réaliser un épisode #199 entièrement consacré à G'MIC !

2. Pages de tutoriel

On a également la chance depuis quelques mois d'avoir quelqu'un (Garry Osgood) qui écrit très régulièrement des pages de tutoriel sur l'utilisation de G'MIC, principalement dans le cadre d'une utilisation en ligne de commande. C'est une formidable opportunité pour que les gens découvrent la richesse de G'MIC sans se lancer dans la lecture de la documentation officielle "technique", qui est certes complète mais assez rébarbative. Garry décrit des cas d'utilisation réels, et même s'il y a encore beaucoup à dire, ce qu'il a fait est déjà une très bonne documentation. Je ne peux que vous conseiller d'y jeter un oeil.

3. Tutoriels vidéos

Cette fois, en visant plus les utilisateurs du greffon G'MIC pour GIMP, nous avons ouvert une chaîne Youtube avec des petites vidéos de démonstration de l'utilisation du greffon pour des tâches bien précises. Il y a encore assez peu de contenu, mais des choses assez marrantes déjà :

Vous pouvez y apprendre comment échanger deux visages, créer des logos avec des amas de fruits, comment supprimer la trame dans une photo avec la transformée de Fourier, comment rajeunir quelqu'un sur une photo de portrait, comment réaliser un effet de type "Fractalius" en quelques clics ou encore comment faire un montage d'images facile à partir de plusieurs calques d'entrées.
Je débute en montage vidéo, donc ça n'a pas du tout un aspect professionnel. Mais c'est un début !

4.Mailing list pour développeurs.

Nous avons également ouvert une mailing list pour les gens intéressés par le développement du projet G'MIC. Il y a très peu d'inscrits et très peu d'activité pour le moment, donc je me permets de faire un peu de pub pour ce mode de communication plus technique. Ça se passe ici.

Perspectives et conclusions.

Voilà, je pense avoir fait le tour des nouveautés réalisées depuis ces 4 derniers mois. G'MIC est un projet actif (7 releases en 4 mois), avec encore plein de potentiel d'amélioration. On a encore quelques idées pas encore implémentées, j'espère que ça arrivera dans les prochaines versions.
Actuellement, le greffon G'MIC pour GIMP affiche 394 filtres. Il y en a en réalité plus de 700, mais nous avons arrêté de compter les filtres qui se trouvaient dans le répertoire Testing/, qui ne sont pas toujours biens finis. Le nombre de commandes compris par l'interpréteur dépasse 850, malgré une taille du binaire "raisonnable" (environ 5Mo).
Je finirais, comme d'habitude, par vous conseiller de l'installer et de le tester, si le traitement d'images vous intéresse. Sous Ubuntu, un gentil contributeur allemand propose un PPA toujours mis à jour, malgré les releases fréquentes (merci à lui). L'interface en ligne de commande est à mon avis sous-exploitée, alors pourquoi ne pas tester gmic -demo et vous laisser séduire ? :)

Ah ! Et je salue votre courage d'avoir été jusqu'au bout de ce journal.
À la prochaine, pour de nouvelles aventures !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 25 de l'année 2014

Lundi 23 Juin

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[01netPro.] La cour suprême des Etats-Unis restreint la possibilité de breveter un logiciel

Par Marie Jung, avec l'AFP, le vendredi 20 juin 2014. Extrait:

Dans une décision guettée par de nombreuses firmes informatiques comme Google, IBM et Facebook, la Cour suprême des États-Unis a annulé un brevet car le logiciel se limitait à utiliser "une idée abstraite existante".

Lien vers l'article original: http://pro.01net.com/editorial/622316/la-cour-supreme-des-etats-unis-restreint-la-possibilite-de-breveter-un-logiciel

Voir aussi:

[Les Echos] "No free lunch" pour l’open soure

Par Charles Cuvelliez et JJ Quisquater, le vendredi 20 juin 2014. Extrait:

Le bug "OpenHeart" qui a mis à mal la plupart des sites internet sécurisés est une aubaine pour les détracteurs de l’open source et de son modèle d’affaire ni viable ni fiable, selon eux. C’est seulement l’angélisme qui règne autour de l’opensource qui est mis à mal et c’est tant mieux pour lui.

Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-101303-no-free-lunch-pour-lopen-source-1015417.php

[ZDNet] Open source: le français eNovance passe sous pavillon Red Hat

Par la rédaction, le mercredi 18 juin 2014. Extrait:

L'éditeur français s'est taillé une belle réputation avec ses logiciels développés sur la plate-forme cloud Openstack utilisés notamment par Cloudwatt. Montant de l'opération: 70 millions d'euros.

Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/open-source-le-francais-enovance-passe-sous-pavilon-red-hat-39802641.htm

[SciDev.Net] Piraterie informatique: redéfinir le développement en 'bidouillant'

Par Joshua Howgego, le mercredi 18 juin 2014. Extrait:

Il est ressorti d’une réunion que la diffusion d’une ‘mentalité de pirate’ pour une résolution pratique des problèmes avec les équipements disponibles peut aider à redémarrer le développement - mais seulement avec une gestion coordonnée des informations et des ateliers sur le piratage.

Lien vers l'article original: http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/innovation/actualites/piraterie-informatique-red-finir-le-d-veloppement-en-bidouillant.html

Et aussi:

[Slate.fr] Pourquoi on notera bientôt vos comportements d’usager, de client, de consommateur et d’être humain

Par Jean-Laurent Cassely, le mardi 17 juin 2014. Extrait:

Dans le futur proche imaginé par l'économiste Tyler Cowen, les technologies permettront aux usagers de noter des services, mais l'inverse sera possible… Autant le dire tout de suite: tout le monde ne sera pas premier de la classe.

Lien vers l'article original: http://www.slate.fr/story/88115/noter-comportements-usager-client-consommateur

[Blog hébergé par Mediapart] Et un nouveau profil de libriste

Par André Ani, le mardi 17 juin 2014. Extrait:

Je m’appelle Olivier, j’ai une formation en sciences humaines, et je suis un ex cadre. J’anime chaque samedi le magazine #HotLine sur Radio Ici&Maintenant! (FM 95.2), émission en direct qui traite d’informatique.

Lien vers l'article original: http://blogs.mediapart.fr/blog/andre-ani/170614/et-un-nouveau-profil-de-libriste

Et aussi:

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

LAN à Lille, samedi 5 juillet

Lundi 23 Juin

Petite LAN autour de jeux libres à Akedo pour ce début d'été. Contrairement aux précédents événements, plusieurs jeux sont à l'honneur mais en gardant les trucs et astuces pour bien démarrer.

0 AD, Battle for Wesnoth, Teeworlds, Hedgewars, Xonotic et Warzone 2100 seront de la partie. Les fichiers d'installation ou instructions de compilation GNU/Linux seront également disponibles pour repartir avec ces jeux (les PC gamer sur place sont déjà installés). D'autres peuvent venir s'y ajouter selon la demande.

La soirée se passe au 2 rue Colson à Lille, de 20h à minuit le samedi 5 juillet.

Une participation aux frais de 7€ sera demandée, donnant droit à une boisson et 4 jetons arcade. Les places étant limitées, une réservation est préférable sur place ou sur extPlay.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Rakoshare, un outil de synchronisation de dossiers pour tout le monde

Samedi 21 Juin

Rakoshare est un logiciel, en Go, sous licence MIT, de synchronisation de dossiers entre plusieurs machines. Il se veut simple d'installation et d'utilisation par le plus grand nombre. Fonctionnellement, il est très largement basé sur Bittorrent Sync, un logiciel équivalent mais non-libre.

Sommaire

Rakoshare est un projet sur lequel je travaille depuis l'annonce de Bittorrent Sync, et après avoir vu que depuis tout ce temps il n'y a même pas une annonce de l'ouverture de son code source.

Le but de cette application est de rester extrêmement simple, tant à l'installation qu'à l'utilisation, parce que ce sont là des critères essentiels à l'adoption d'un logiciel. L'une des conséquences est ainsi qu'il n'y a pas besoin d'installer un serveur central; n'importe quelle machine compatible peut se joindre au partage.

Installation

Le binaire en question est prévu, mais pour le moment il vous faudra le compiler par vous-même. Les instructions sont sur la page du projet, il s'agit tout simplement d'une application Go standard.

Utilisation

L'utilisation se résume à choisir un dossier que l'on souhaite partager, créer un id aléatoire (pour être sûr qu'il ne soit pas déjà choisi), et lancer l'application en liant les deux:

$ rakoshare -fileDir ~/myDir -id <myId> -useLPD=true -useDHT=true

La même commande pourra être lancée sur chaque ordinateur qui doit recevoir une copie du dossier. Notez que l'emplacement du dossier ne doit pas nécessairement être le même sur toutes les machines.

Les dessous

Comme les plus attentifs auront pu le remarquer, Rakoshare ré-utilise le protocole bittorrent qui se trouve être un excellent protocole de transport de données. Rakoshare est principalement une glue par dessus celui-ci pour permettre un plus grand dynamisme, notamment sur la manière d'informer les pairs d'un changement dans le dossier et propager ce changement. L’intérêt principal est que l'identifiant est la seule information qui a besoin d'être partagée avec les autres participants: une suite de 40 caractères est suffisante pour mettre d'accord un nombre potentiellement infini de machines

Rakoshare s'inspire également de Couchdb, qui a des idées réellement intéressantes pour la gestion des versions que je réutiliserai. D'autres technologies, comme du multiplexing de connexions, du chiffrement et une gestion des autorisations sont prévues pour les versions à venir.

Rakoshare n'est pas parti de zéro, je suis parti de Taipei-Torrent, un client bittorrent écrit en Go. Le choix de ce langage ne s'est d'ailleurs pas totalement fait au hasard : bien sûr, j'ai commencé à m'y intéresser quand on a commencé à parler de lui, et mes premières impressions ont été celles que tout le monde a à peu près eues: une sémantique extrêmement simple (si vous savez déjà programmer, vous n'apprendrez rien de spécialement neuf) mais suffisamment puissantes pour construire des applications performantes et fiables très rapidement. En plus de ça, les binaires créés sont all-inclusive, c'est à dire qu'ils contiennent absolument tout ce qui est nécessaire; il n'y a plus de problèmes de déploiements. Enfin, la gestion de la concurrence en fait un langage tout à fait adapté pour tout logiciel qui reçoit des informations de l'extérieur à des moments indéfinis, comme par exemple un serveur.

Limitations

Rakoshare en est à sa version Make It Work: ça marche pour un dossier seulement (impossible de synchroniser plusieurs dossiers en même temps), ça passe en clair, il y a quelques instabilités, c'est verbeux et c'est en ligne de commande, il y aura certainement des problèmes si vous êtes derrière un NAT/pare-feu… mais ça marche. Je pense que ce logiciel peut servir à beaucoup de monde, donc j'ai décidé de l'annoncer pour attendre les retours des moules les plus aventureuses.

Rakoshare se limitera fortement à la synchronisation de dossiers. J'estime que ce cas d'utilisation est suffisant pour remplir la majorité des besoins (puisque tout est potentiellement fichier, et à peu près n'importe quel utilisateur comprend les principes de base du système de fichier).

Pourquoi ne pas avoir choisi… rsync ?

rsync est le vénérable outil de transfert de dossiers, initialement connu pour son efficacité dans le protocole de transport lui-même (rsync considère à juste titre que les échanges réseau sont la partie la plus couteuse d'un échange de données, et se débrouille pour minimiser la quantité d'information à faire transiter) mais qui a su s'imposer comme le standard du transfert ad-hoc par son incroyable quantité d'options.

Malheureusement, rsync est un outil assez « bas-niveau », dans la mesure où son invocation reste relativement manuelle, et il n'est fait que pour synchroniser 2 machines entre elles.

unison ?

Unison est écrit en OCaml, un langage qui m'intéressait également, en tout cas théoriquement. Par rapport à rsync, il a l'avantage de gérer les synchronisations dans les deux sens ; malheureusement il est également fait pour les échanges entre 2 machines.

owncloud/seafile ?

L'un des prérequis que je voulais était de ne pas avoir à installer de serveur, pour garder une simplicité maximale. Mon but est bien que les gens qui utilisent Bittorrent Sync (voire Dropbox) utilisent Rakoshare; il ne faut pas passer par une étape aussi limitante.

camlistore ?

Camlistore est un projet de « dépôt » personnel d'un peu tout et n'importe quoi; lâchez-y vos photos et votre musique, et un système d'indexation vous permettra de vous y retrouver plus facilement dans votre masse d'information. Je pense que Camlistore est réellement intéressant pour ceux qui produisent/reçoivent beaucoup d'informations et souhaitent en garder une trace dans un lieu sûr; malheureusement la procédure d'installation n'est pas encore aussi simple, et dans l'état, vous devrez dupliquer vos informations entre votre système de fichiers et Camlistore, les garder en synchronisation…

clearskies ou syncthing ?

Ces deux projets semblent être les alternatives libre les plus connues à Bittorrent Sync; l'une est en Go et introduit une notion inutile (à mon avis) de nœuds en plus d'un nouveau protocole, qui fait (encore à mon avis) l'erreur d'être trop orienté fichier, au lieu d'avoir une vision globale du dossier, comme le fait git avec succès, et l'autre est en C++, que je ne connais pas assez pour pouvoir y contribuer. Oh et il a également son propre protocole.

Les autres ?

Il doit exister encore des dizaines d'alternatives que je n'ai pas citées, mais aucune d'elles n'a su me convaincre dans la simplicité d'installation et d'utilisation. Peut-être fais-je une erreur, l'avenir nous le dira.

L'avenir

Comme dit précédemment, il y a un minimum de points à implémenter avant de pouvoir prétendre avoir un remplacement à Bittorrent Sync, mais je compte justement garder les choses simples (le protocole, basé sur Bittorrent, a peu de chances d'évoluer même si c'est techniquement possible) pour que la communauté de développeurs puisse venir renforcer la bête. Dans un avenir lointain, il sera certainement possible de carrément remplacer Dropbox ou encore réinventer le web… mais ne brusquons pas les choses !

En attendant, vous pouvez jouer avec; n'hésitez pas à remonter les problèmes sur le tracker et à venir discuter sur la liste de diffusion (rakoshare servi-par librelist.com).

Note: ce document est placé sous licence CC0

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

YunoHost 2.0 : l’auto-hébergement à portée de clic

Vendredi 20 Juin

YunoHost 2.0 est sortie ! 10 contributeurs acharnés, 22 mois de labeur et plus de 9 000 tasses de café ont été nécessaire à la sortie de cette version, qui apporte son lot de nouveautés. Petit rappel des faits depuis la première version :

YunoHost est une distribution GNU/Linux facilitant l’installation et l’utilisation d’un serveur. Elle est basée sur Debian Wheezy ainsi que sur d’autres logiciels libres. YunoHost fournit par défaut des services de courriel, de messagerie instantanée ainsi qu’un serveur web permettant de gérer le tout via son navigateur web.

Les possibilités sont étendues via un système d'application : vous pouvez ainsi héberger vos sites web, blogs ou wikis, installer des applications personnelles comme OwnCloud, RoundCube ou Jappix, ou ajouter d'autres services comme un serveur VPN ou de torrent. La liste complète est disponible ici.

Le nom YunoHost se prononce « why you no host », qui signifierait en argot anglais « pourquoi vous n'hébergeriez pas ».

Nouveautés depuis la version 1.0

De manière générale, YunoHost a été rendu beaucoup plus léger et compatible avec le maximum de matériel possible. Vous pouvez ainsi toujours l’installer sur un ordinateur standard x86, mais également sur Raspberry Pi, Cubieboard ou toute autre boîte ARM.

  • migration de Debian 6 Squeeze à Debian 7 Wheezy ;
  • migration du serveur de messagerie XMPP de Ejabberd à Metronome ;
  • migration du serveur web de Apache à Nginx ;
  • migration du Single-Sign-On (SSO) de LemonLDAP::NG à SSOwat ;
  • réécriture du cœur de YunoHost en Python ;
  • ajout d’une interface d’administration en ligne de commande (CLI) ;
  • réécriture de l’interface d'administration en JavaScript statique ;
  • ajout de nombreuses nouvelles fonctionnalités à l’administration : monitoring, gestion des services, du pare-feu, des droits d'accès aux applications, et plus encore… ;
  • création d’une nouvelle interface pour les utilisateurs, leur permettant au passage de gérer leurs alias et transfert de courriel ;
  • ajout de la possibilité d’héberger des applications web sur plusieurs domaines ;
  • simplification du processus d’installation ;
  • ajout d’outils permettant de simplifier l’installation chez soi : UPnP, service de DynDNS automatique entre autres ;
  • nouveau système d’application et packaging de 13 nouvelles applications ;
  • mise en place d’un nouveau site web, d’un nouveau blog, et migration du forum vers une FAQ.
C’est parti !

Attrapez un vieil ordinateur portable ou un Raspberry Pi, branchez le derrière votre box et installez !

Si vous préférez tester, une plateforme de démonstration est disponible, ainsi qu’un live CD/USB pour vous créer un serveur temporaire directement sur votre ordinateur sans toucher aux données des disques durs.

Vous pouvez également installer YunoHost à distance, sur un serveur dédié ou un VPS, et de manière générale sur n’importe quelle machine sous Debian 7 Wheezy.

https://yunohost.org/install

Applications disponibles
  • Wordpress : blog et site web ;
  • RoundCube : webmail ;
  • OwnCloud : stockage et synchronisation de document, musique, photos ;
  • Jappix : client web de messagerie instantanée ;
  • Tiny Tiny RSS : agrégateur de flux d’actualités ;
  • Transmission : serveur torrent ;
  • Jirafeau : partage de fichiers ;
  • DokuWiki : wiki ;
  • Wallabag : sauvegarde de liens à lire plus tard ;
  • Searx : méta-moteur de recherche ;
  • OpenVPN : réseau privé virtuel ;
  • Radicale : serveur de synchronisation contacts/calendrier ;
  • AgenDAV : calendrier partagé ;
  • Zerobin : pastebin ;
  • GateOne : client SSH en ligne ;
  • OranjeProxy : proxy web ;

Plus de détails sur les applications sont disponibles à l'adresse suivante : https://yunohost.org/apps.

Évènements

Nous serons présents aux RMLL 2014 de Montpellier le 8 juillet pour une conférence.

Nous participons aussi régulièrement à des évènements divers en France et en Belgique, les contributeurs étant bien éparpillés :-) N'hésitez pas à venir nous dire « Bonjour » si vous nous croisez !

Dans tous les cas, que vous ayez une question ou que vous soyez enthousiaste, vous pouvez nous retrouver sur notre salon de discussion à tout moment.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Résumé de l’affaire TrueCrypt

Vendredi 20 Juin

TrueCrypt est un logiciel de chiffrement de disques, multiplateforme, sous licence non-libre (cf annexe en seconde partie), mais dont le code source est accessible. Ses développeurs sont anonymes.

Depuis le 28 mai dernier, le site web officiel TrueCrypt.org redirige vers le sous-domaine de Sourceforge dédié au projet et affiche en rouge un message inquiétant :

ATTENTION : Utiliser TrueCrypt n’est pas sûr car il pourrait contenir des problèmes de sécurité non-corrigés

Cette page explique également aux utilisateurs comment migrer leurs données vers un autre outil de chiffrement… qui n'est autre que BitLocker de Microsoft !

Les faits

Le sous-domaine de Sourceforge hébergeant le projet indique que le développement de TrueCrypt a pris fin en mai 2014, suite à la fin de la période de support de Windows XP et que les systèmes plus récents de Microsoft offrent de base un système de chiffrement. En effet, il est dit que Windows était la cible principale, ce qui expliquerait aussi que la page d’accueil ne dispose que d’informations pour migrer, sous Windows, vers Bitlocker.

En bas de page, il y a un lien vers les instructions pour migrer, depuis Mac OS X, vers la solution intégrée dans ce système d’exploitation, ainsi qu’un équivalent poli de « Google est ton ami » pour les utilisateurs de GNU/Linux (qui pourront se rabattre sur tc-play, voir plus bas). Ce qui étonne certains, c’est que les deux tutoriels conseillent de migrer vers des solutions dont le code source n’est pas accessible, sachant que les développeurs ne voulaient pas utiliser TPM car il pouvait être utilisé par des agences gouvernementales pour récupérer des clés privées.

Sur le site web, on peut télécharger une nouvelle version de TrueCrypt signée avec d’anciennes clés de chiffrement de l’équipe. Celle-ci ne permet que le déchiffrement des données et certains soupçonnent cette version de posséder une porte dérobée. Après tout, ça serait cohérent : miser sur la panique pour que les gens migrent en masse et récupérer un maximum d’informations sensibles…

Hypothèses

Entre soupçons de site cracké et clés utilisées pour signer les versions de TrueCrypt compromises, une pression du gouvernement ou la possibilité que l’alerte ait été mise en place pour protéger les gens d’une porte dérobée dans la dernière version complète de TrueCrypt, la paranoïa s’installe et les rumeurs se multiplient au point que même Le Monde en parle.

Des alternatives libres sous GNU/Linux

Heureusement, sous GNU/Linux on peut toujours utiliser l’utilitaire en ligne de commande tc-play ou un logiciel comme Zulucrypt qui fournit une interface graphique à tc-play (et à LUKS).

Mais la force de TrueCrypt, c’est d’avoir une interface simple à utiliser et d’être multiplateforme. D’un autre côté, même avec une solution de chiffrement auditée, on n’a toujours pas accès au code source de Windows ou de Mac OS X ; qu’espérer, alors, en terme de confidentialité de l’utilisation de ces outils ?

TrueCrypt toujours dans la course?

Néanmoins, il ne faut ni céder à la panique ni faire de suppositions hasardeuses. Même si a priori l’équipe originale ne fera plus de correction de bug, d'après ce billet de la Gibson Research Corporation, TrueCrypt est toujours sûr et on peut en trouver les anciennes versions sur le nouveau site truecrypt.ch tenu, entre autres, par l’ancien président du Parti Pirate suisse.

De plus, TrueCrypt est en train d’être audité et va continuer à l’être, devenant ainsi la première solution de chiffrement de grands volumes de données à avoir été auditée. L’équipe de l’Open Crypto Audit Project, qui s’occupait de cet audit, a aussi publié un miroir de la version 7.1a de TrueCrypt, après l’avoir audité.

Conclusion

Malgré le bruit que tout cela a provoqué, et jusqu’à preuve du contraire, TrueCrypt est toujours fiable ; de plus, il est possible de développer des implémentations alternatives, même si pour l’instant ça reste limité à tc-play sous GNU/Linux.

Annexe sur le caractère non-libre de TrueCrypt

Voir la partie Licence sur la page Wikipédia TrueCrypt, ainsi que les discussions chez Debian, Ubuntu, Redhat, Gentoo et Suse concernant ce logiciel.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie de la version 12.04.03 du logiciel Apache-OFBiz

Vendredi 20 Juin

La fondation Apache vient de publier la version 12.04.03 du logiciel Apache-OFBiz. Apache-OFBiz est un logiciel de gestion d'entreprise (ERP ou PGI en français) open source sous licence Apache 2.0 disponible sur système Linux, Windows et Mac.

Cette version est une "bug fix release" permettant d'améliorer la stabilité du logiciel.
Elle devient maintenant la dernière version stable officielle et les utilisateurs de la version 12.04.02 sont invités à migrer vers celle-ci.

La liste des bugs corrigés n'est pas disponible sur le site officiel pour le moment.
Toutefois, voici une liste non exhaustive des entrées déjà traitées dans cette version.
Cette liste a été construite à partir des informations de commit entre la version 12.04.02 et la version 12.04.03 :

Bug bloquant :
OFBIZ-5194 - ConcurrentModificationException when cancelling an order

Bugs majeurs :
OFBIZ-4794 - Set different ports for testing in a CI environment e.g. Jenkins
OFBIZ-4802 - Help screens in Manufacturing
OFBIZ-4895 - Materials Required By The Running Task in ProductionRunDeclaration doesn't show product names
OFBIZ-4953 - Order item status change issue.
OFBIZ-5193 - Updating EFT Account address resurrects out-of-date EFT Accounts
OFBIZ-5202 - Upload content at party profile is not working
OFBIZ-5263 - Enhance GeoData.xml with Croatia as a member of the European Union
OFBIZ-5275 - Receive inventory generates an error when product has mandatory lotid
OFBIZ-5286 - Load cart from order loses OrderItemAttributes
OFBIZ-5299 - ProudctionRunServices.xml doesn't set dateTimeManufactured in inventoryItem
OFBIZ-5300 - ProductionRunServices doens't set UoM of goods in inventoryItems
OFBIZ-5323 - Type-ahead for tasks on Edit Routing Task Association on a routing does not work
OFBIZ-5324 - Overview of Bills of Material doesn't paginate
OFBIZ-5335 - Using type=accounting-number in form in facility generates wrong output for inventory overview
OFBIZ-5371 - SimpleMethod parameters doesnt work with prefix
OFBIZ-5379 - Sales/Purchase Quote product id auto complete malfunction
OFBIZ-5397 - Incorrect selected ship destination displayed on purchase order entry form
OFBIZ-5409 - JSON Response does not set http status on error
OFBIZ-5411 - Checking with orderAdjustment.productPromoId rather than adjustment.productPromoId
OFBIZ-5429 - Sequence-bank-size attributes does not work anymore
OFBIZ-5439 - Order Return Process doesn't override the Order Adjustment Amount that is provided from Return Screen GUI
OFBIZ-5453 - Set field in (at least) widget screen does not take into account a locale for (at least) the Float type
OFBIZ-5496 - Schedule Job Manager is creating more then one pending job for future.
OFBIZ-5506 - ProductionRunServices.productionRunTaskReturnMaterial: Unknown parameter found: [productionRunTaskProduce.uomId]
OFBIZ-5510 - EditEmplPositionReportingStructs LookupEmplPosition associated popup and dropdown empty
OFBIZ-5512 - ListReportedToEmplPositionReportingStructs displays no results
OFBIZ-5513 - ListPartySkills displays no results
OFBIZ-5519 - Lookups (layered mode) and dropdown menus overlap
OFBIZ-5528 - Order return is not refunding the money
OFBIZ-5544 - The getFeatureIdQtyMap function doesn't include the DISTINGUISHING_FEAT into the featureMap
OFBIZ-5558 - View Calendar broken in Manufacturing
OFBIZ-5562 - Can not show JOB INTERVIEWEE and JOB INTERVIEWER
OFBIZ-5564 - Error when first login and change password
OFBIZ-5571 - Error when search Requirements.
OFBIZ-5575 - Form widget/ FTL pagination, Last does not take to last page
OFBIZ-5611 - If customer pay higher than amount due, POS issues an error 'Problem with order change'.
OFBIZ-5617 - Authorize.net payment services are not handling run time exceptions correctly
OFBIZ-5623 - Scrum component contains private email addresses

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

gatejs proxy HTTP(s)

Vendredi 20 Juin

gatejs est un nouveau proxy HTTP(s) (forward & reverse) qui a pour vocation de remplacer squid, nginx, varnish ou encore apache, dans leurs fonctions de proxy (forward et reverse). Il est publié sous licence GPLv3.

Il est développé en JavaScript (2/3) et en C++ (1/3). Il est prévu que la proportion de C++ se réduise au fil du temps. Ce proxy utilise le moteur Javascript V8 et nodejs.

Il a été initialement conçu pour offrir plus de flexibilité sur l'interception et le traitement d'informations en HTTP.

Pour ceux qui ne sont pas pro-JavaScript, il est important de préciser que les performances de gatejs sont proches, voire dans certains cas, supérieures à nginx.

De plus, l'utilisation de Javascript permet d'augmenter la lisibilité des codes, de les factoriser et de renforcer la sécurité, surtout pour des opérations complexes.

Les configurations sont écrites au moyen de la notation d'objets Javascript (JSON).

Ci-dessous une liste de fonctionnalités déjà implémentées :

  • support HTTP 0.9, 1.0, 1.1, Websocket, quic, spdy ;
  • support SSL forward & reverse + SNI ;
  • reverse proxy, stream primary & secondary, pondération, détection de panne, load-sharing iphash / round-robin ;
  • le forward proxy peut transmettre les requêtes en utilisant le champs Host HTTP, mais peut aussi utiliser l'adresse de destination directement ;
  • implémentation généralisée de TPROXY qui permet de spoofer les adresses IP (source ou destination) pour une utilisation totalement transparente ;
  • système de cache ACN (Associative Cache Network) qui permet de mettre en cache les données HTTP forward et/ou reverse et de les partager entre différent serveurs via du multicast ;
  • gestionnaire de plugins très simple mais scalable à souhait ;
  • traitement des requêtes HTTP par un système de pipeline et d'opcodes ;
  • support de l'exécution parallèle de plusieurs workers autonomes ;
  • support de l'utilisation simultanée des options forward et reverse proxy.

Les sources de gatejs étaient fermées pendant plusieurs années, mais différentes raisons ont amené ses créateurs à rendre ouvert ce travail.

Aujourd'hui, gatejs est utilisable en production, les codes initiaux ont déjà vécu et vivent encore en production depuis plusieurs années.

Nous aimerions maintenant pousser gatejs plus loin avec une communauté de développeurs et utilisateurs fidèles.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Support à long terme de Debian: une opportunité à ne pas manquer

Vendredi 20 Juin

Nous le savons tous, la période de maintenance de chaque version stable de Debian (environ 3 ans ¹) est insuffisante pour répondre aux attentes de nombreuses entreprises qui se tournent alors vers Ubuntu LTS ou RedHat. Pour répondre à la demande d'un support étendu un groupe de travail « Debian LTS » a été mis en place avec deux objectifs principaux:

  1. mettre en place l'infrastructure nécessaire
  2. convaincre les entreprises de mutualiser leurs ressources pour assurer le travail nécessaire

Le premier objectif est atteint puisqu'un dépôt « squeeze-lts » est désormais prêt à l'emploi. Il s'agit maintenant d'atteindre le second en convainquant le maximum d'entreprises soit d'apporter des moyens humains soit de participer financièrement.

Si l'on réussit à fédérer suffisamment d'entreprises autour de ce projet ² (et nous savons tous que nombreuses sont celles qui utilisent Debian sur leurs serveurs), alors le support à long terme deviendra la norme, et Debian 7 puis Debian 8 en bénéficieront à leur tour.

C'est pourquoi je vous invite à récupérer le formulaire de soutien et à présenter le projet à votre encadrement pour voir sous quelles modalités votre entreprise pourrait participer et ainsi rejoindre le rang des entreprises contributrices à Debian LTS. Merci!

¹ En fait chaque version de Debian est maintenue jusqu'à la sortie de la version suivante + 1 an. Comme les versions sortent environ tous les deux ans, cela donne trois ans de support sécurité en règle générale. C'est insuffisant, avec un support sécurité de 5 ans, il serait possible de garder 5 ans la version N et de passer directement à la version N+2:

² D'après mes premières statistiques, une cinquantaine d'entreprises pourrait suffire. Mais nous pouvons aller bien au delà et ainsi réduire le coût par entreprise, ou alors utiliser les moyens supplémentaires pour être plus pro-actif en terme de sécurité et/ou investir dans l'infrastructure pour optimiser le travail de l'équipe sécurité.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

e-venement intègre dorénavant TIPI

Vendredi 20 Juin

Le Gouvernement Ayrault avait affiché dès 2012 des intentions politiques très fortes en faveur des logiciels libres dans les administrations publiques. La députée Isabelle Atard vient de relancer la question vers les différents ministères.

e-venement, le logiciel libres de billetterie informatique, gestion des relations aux publics, gestion des réservations de ressources, et bien plus, propose maintenant en standard - pour la partie billetterie dématérialisée et la vente en ligne - l'interfaçage avec TIPI , le système de paiement en ligne développé par le Ministère du Budget, intégré directement au Trésor Public.

Ce système est mis à disposition des collectivités locales de manière totalement gratuite, sans abonnement et sans commission. Il permet le paiement en ligne par carte bancaire sans avoir à passer par une banque privée, un abonnement, des frais de transaction, etc. comme c’est le cas par ailleurs.

Alors que l'austérité et la sobriété sont toujours d'actualité à la tête de l'État, ce n'est pas qu'un détail de pouvoir se passer de prestataires bancaires privés et parfois coûteux… surtout dans la culture.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Concours de programmation CodinGame le 28 juin 2014

Jeudi 19 Juin

La prochaine édition de CodinGame, le challenge de code en ligne, aura lieu le samedi 28 juin 2014 à 18h (heure de Paris).

L'événement accueillera des développeurs du monde entier pour leur permettre de passer un bon moment, défier leurs pairs, gagner des prix ou entrer en contact avec des sociétés qui leur plaisent et qui recrutent.

Le thème de cette édition est « Shadows of the Knight » : incarnez le Chevalier Noir et nettoyez Gotham rongée par le mal et la corruption.

L'objectif du challenge : résoudre deux problèmes de programmation dans le langage de son choix parmi les 19 proposés (C/C++, C#, Java, Javascript, PHP, Python, Python 3, Perl, Go, Dart, Scala, Haskell, Objective-C, Pascal, Ruby, Bash, Groovy et Clojure). La durée moyenne estimée de l'épreuve est de 2h30.

Modalités de participation : c'est en ligne, c'est gratuit, et c'est anonyme pour ceux qui ne souhaitent pas communiquer leurs coordonnées. L’environnement de développement proposé donne accès à un éditeur de code et un shell Bash, pour lancer son programme depuis le navigateur.

Comme d'habitude, le règlement prévoit que le code source des participants soit rendu public sous licence libre GPL v3 et affiché sur le site dès la fin du concours, pour que tout le monde puisse apprendre et progresser en consultant les solutions des autres.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie du connecteur Tuleap Agile Planner pour Eclipse en Open Source

Mercredi 18 Juin

Ericsson, Enalean et Obeo ont annoncé lors de la conférence EclipseCon France (18 et 19 juin 2014) à Toulouse la sortie prochaine du premier outil Open source de gestion de projet agile intégré à Eclipse.

Cette innovation a vu le jour grâce au partenariat avec Ericsson qui a participé au financement des développements, et à la collaboration technique des équipes d’Enalean et d’Obeo. Les ingénieurs Enalean ont complétement retravaillé l'API REST de Tuleap et Obeo s'est chargé de l'intégration dans Eclipse.

L'objectif de ce connecteur est d'accéder aux outils agiles de la forge logicielle Tuleap directement depuis l'environnement de développement Eclipse. Grâce au connecteur Tuleap Agile Planner pour Eclipse, les développeurs accèdent aux outils agile de Tuleap (versions, sprints, mur des tâches, graphique burndown) tout en restant dans Eclipse, évitant les allers-retours entre les différents outils.

Tuleap Agile Planner est intégré avec l'environnement Eclipse Mylyn. Il conserve ainsi l'expérience utilisateur d'Eclipse dénommée « interface centrée sur les tâches » (task-focused interface). Dans Eclipse, cette vue ne montre au développeur que ce qui concerne la tâche en cours, tout en apportant les fonctionnalités spécifiques de Tuleap pour la gestion de projet agile. Un développeur peut facilement lier un cas d'utilisation avec un nouvelle tâche et son code source ou mettre à jour ses cartes sur le mur des tâches par cliquer-glisser. Chacun peut suivre l'avancement d'un sprint ou d'une version ou consulter le graphique du reste à faire (burndown).

Tuleap est la première forge logicielle à proposer un connecteur agile pour Eclipse sous licence Open source.

Tuleap Agile Planner pour Eclipse est entièrement contribué en Open source sous licence EPL. Il sera disponible début juillet 2014. Vous pourrez l'installer en quelques clics depuis le marché Eclipse directement depuis l'interface Mylyn discovery.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Whatever Apéro du 27 et 28 Juin 2014 - Rennes

Mercredi 18 Juin

Hackers, Hackeuses, actuels et en devenir,

Le hackerspace Breizh Entropy a le plaisir de vous inviter à une nouvelle édition des « Whatever Apéros », moment d'échanges, de rencontres, de diffusion et de création de savoirs autour de l'électronique, de l'informatique, de la vie privée, de la création numérique…

Cette Nième édition des « Whatever Apéros » (on a perdu le compte en route, désolé), sera aussi l'occasion de se décrasser un peu les oreilles et les yeux, car elle accueillera la 30eme édition des « Apéros Codelab » (qui eux arrivent à tenir un compte, même après 30 apéros, respect), suivie d'une soirée de concerts et de performances artistiques !

C'est Quand ?

Les vendredi 27 et samedi 28 Juin 2014

C'est où ?

Les ateliers et l’apéro auront lieu à l’Élaboratoire, à Rennes, 48 boulevard Villebois-Mareuil, dans le premier bâtiment à l’entrée sur la gauche, derrière le robot géant.

L'Apéro Codelab et les concerts auront lieu au théâtre de l'Élaboratoire, au 17 bis Avenue Chardonet.

Qu'est ce qu'il s'y passe ?

Vendredi et samedi, en journée :

  • des conférences (sur l'Art, la vie privée…)
  • des ateliers (sur la création numérique, les logiciels et systèmes libres, l'électronique…).

Un moment de rencontre et de discussion le vendredi soir.

Et le clou du spectacle, le samedi soir :

  • L'Apéro Codelab :
    • Soit un apéro + un forum d'art numérique, pour découvrir et partager des créations libres
    • Des concerts et des performances artistiques

Le programme détaillé est disponible.

Et, si vous êtes inspirés, que ce soit pour un atelier, une conférence, nous présenter votre dernier projet, ou venir faire du bruit à l'apéro codelab, n'hésitez pas à nous faire signe, il y aura toujours de la place !

Tous les ateliers et conférences organisés par le HackerSpace sont, ouverts à tous et à prix libre. L'entrée des concerts est payante (5€).

Venez nombreux, histoire de bien augmenter l'entropie locale !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

pod : un outil de travail collaboratif pour suivre et gérer tâches, documents et autres

Mercredi 18 Juin

POD est un outil de travail collaboratif conçu pour partager documents, tâches et données variés. Il est totalement versionné et propose une granularité fine de gestion des droits. Il est distribué sous licence AGPL.

L'intérêt de POD est d'augmenter la productivité du travail collaboratif :

  • en centralisant l'information (tâches, documents, commentaires, pièces jointes)
  • en implémentant la traçabilité sur vos données : tout est versionné, on ne travaille donc plus seulement avec des données « en l'état » mais également des données « qui ont vécu ».
  • en proposant un outil qui vous permet de gérer au même endroit vos bases de connaissances, vos listes de tâches, vos contacts
Sommaire Statut du projet

Initialement, il s'agissait d'un outil à cheval entre un wiki et un bug-tracker sans possibilité de partage. Désormais l'outil est collaboratif, permettant notamment de gérer les droits d'accès en lecture/écriture de manière fine sur chaque document, de travailler sur le contenu et de savoir qui fait quoi.

POD est à un stade alpha : il est utilisable mais a un périmètre d'utilisation limité car certaines fonctionnalités sont incomplètes, et des cas limite ne sont pas tout à fait correctement gérés. Il est fiable dans la mesure où vous ne perdrez pas de données.

Le code est sale, vous n'allez pas rêver ;) Un grand refactoring est nécessaire, en terme de maintenabilité et également d'architecture afin de découpler backend / frontend.

Les fonctionnalités en détail

Un peu à la manière de « tout est fichier » dans UNIX, POD implémente un modèle de données « tout est document ».

Les documents sont organisés sous forme arborescente, comme on organiserait des fichiers.

Les données que vous pouvez manipuler sont de différents types :

  • commentaire
  • contact (titre + détail du contact)
  • fichier (titre + description + contenu du fichier + nom du fichier)
  • document (titre + description + statut)

Sur ces données, vous pouvez :

  • créer / modifier / déplacer / supprimer des données
  • partager / gérer les droits d'accès à ces données
  • rechercher ces données et filtrer les résultats par type

À la manière d'un wiki, les données sont totalement versionnées ; l'avantage de pod réside dans les différents types de données disponibles.

Les droits d'accès sont gérés avec une granularité fine : chaque élément peut être partagé ou privé, s'il est partagé on peut définir finement les utilisateurs et groupes d'utilisateur y ayant accès en lecture ou lecture/écriture. On peut par exemple stocker au même endroit un document partagé avec toute l'équipe, un document personnel et un document partagé avec des clients.

Captures d'écran Création de documents et autres

Gestion des droits d'accès

Recherche et filtrage

Exemples d'utilisation Base de connaissances

On crééra simplement des documents, organisés sous forme arborescente. C'est un cas nominal.

Todo-list / gestion de tâches

On pourra créer une todo-list en opérant de la manière suivante :

  1. créer un document intitulé « Mes choses à faire »
  2. créer X sous-documents intitulés « Tâche A », « Tâche B »…
  3. lorsqu'on visualise "Mes choses à faire", l'onglet "sous documents" à droite contient la liste des tâches à réaliser et leur statut.

Si l'on modifie le document « Mes choses à faire » et qu'on lui attribue le statut « automatic », alors « Mes choses à faire » devient une « méta-tâche » dont le statut sera « terminé » lorsque toutes les sous-tâches seront dans le statut « terminé ».

Partage de données, données individuelles et collectives au même endroit

Un des intérêts de POD est de présenter un modèle de gestion de droits d'accès très granulaire. Chaque document peut être accessible en lecture ou lecture/écriture pour une liste de groupes et/ou de personnes. Concrètement, cela permet par exemple :

  • de partager un document en lecture avec vos clients mais en écriture avec vos partenaires
  • de stocker au même endroit les éléments à publier et les éléments internes à l'entreprise (ou l'équipe).
  • de stocker au même endroit des documents que vous partagez avec vos collaborateurs et d'autres qui vous sont personnels. Par exemple, vous mettrez un commentaire privé qui sera associé à un document partagé, ce commentaire sera visible de vous seul
Comment ça marche ?

Il s'agit d'une application web basée sur les technologies python3, TurboGears, PostgreSQL. Le thème est à la bootstrap, l'interface est +/- fonctionnelle sur téléphone mobile.

Tester pod, l'installer Test simple

Vous pouvez tester l'application en ligne à l'adresse suivante :

Test avancé

Pour tester l'aspect collaboratif, connectez-vous en demo@localhost, créez un compte via le menu admin -> users (l'adresse de courriel n'est pas vérifiée, aucun courriel n'est envoyé), et utilisez ce nouveau compte dans un onglet de navigation privée ou dans un autre navigateur.

Installation locale

Si vous souhaitez installer l'application, le code source est disponible sous licence AGPL sur un dépôt git sur Bitbucket : https://bitbucket.org/lebouquetin/pod.git

Le dépôt contient également la doc d'installation, qui inclut notamment les premiers pas à suivre pour les utilisateurs qui ne maîtrisent pas PostgreSQL !

La suite…

Plusieurs orientations s'offrent à nous pour transformer cette version en véritable application de travail collaboratif. Les évolutions que l'on envisage sont :

  • Implémenter un modèle de données générique donc personnalisable. Cela permettrait de personnaliser les données que l'on manipule, on peut par exemple imaginer :
    • un modèle de type « ouvrage » qui aurait un titre, un résumé, des auteurs, un numéro ISBN, etc
    • un modèle de type « Compte Rendu d'intervention » qui aurait un auteur, des intervenants, une date d'exécution, un champ description, des remarques, etc, etc
  • Implémenter une véritable API REST/JSON pour proposer un backend générique et permettre à chacun d'implémenter sa propre interface (ou des connexions avec le monde extérieur)
  • Enrichir les modèles de données actuels,
  • Développer une interface réellement responsive probablement en AngularJS,
  • Ajouter différentes fonctionnalités telles que notifications par courriel, tableau de bord, pagination sur la recherche, etc, etc.
  • Corriger les bugs ;)
Remarques, critiques et questions bienvenues

Nous sommes ouvert aux remarques, critiques et questions… c'est d'ailleurs pour cette raison que nous sommes là :-p

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

ApéroLibre de Nantes le 03/07 : "Outils cartographiques" et "Samba4 comme AD"

Mercredi 18 Juin

Retrouvez-nous autour d'un apéro le jeudi 3 juillet (de 18h45 à 21h) à la Cantine Numérique de Nantes pour découvrir deux thématiques : « Outils cartographiques pour la gestion territoriale » et « Samba4 en complément ou en remplacement de Microsoft Active Directory ».

Vous vous intéressez aux logiciels libres ou plus généralement au monde du Libre ?

Alliance Libre vous propose un nouveau format de séminaire : les « ApéroLibres », généralement le troisième jeudi tous les deux mois impairs, de 18h45 à 21h à la Cantine Numérique de Nantes (Chaussée de la Madeleine - 11 Impasse Juton - 44000 Nantes) pour découvrir deux thématiques différentes.

Dates suivantes : les 18 septembre et 20 novembre.

Entrée libre et gratuite - le nombre de places est limité, si vous voulez être sûr d'avoir une place, inscrivez-vous à info AT alliance-libre DOT org.

Outils cartographiques pour la gestion territoriale

Intervenant : Marc Saboureau (Makina Corpus)

La cartographie est un outil qui permet de répondre à des thématiques variées : communication, mise en valeur des données publiques, gestion des territoires…

  • Au service de la communication et dans le cadre de l'exposition Loir-et-Cher 2020, le département a souhaité se présenter sous un nouveau jour à l'aide d'une carte interactive utilisable grâce à une table tactile, présentant l'ensemble des projets départementaux.
  • Afin de mettre en valeur ses données, le Conseil Général de Loire-Atlantique met à disposition de ces citoyens et partenaires, Vuduciel une application diffusant les photographies aériennes de son territoire.
  • Pour la gestion interne de ses sentiers, les trois parcs nationaux : Écrins, Mercantour, Alpi marittime utilisent Geotrek. Cela permet de référencer les tronçons, les points remarquables… et de valoriser la randonnée auprès du grand public.

L'ensemble de ces applications web ont été créées par Makina Corpus, expert en logiciels Open source, qui a exploité les technologies libres et innovantes : OpenStreetMap et les opendata des villes, le studio de conception cartographique TileMill et Leaflet pour l'affichage.

Samba4 en complément ou en remplacement de Microsoft Active Directory

Intervenants : Vincent Cardon et Frédéric Bonnier (Tranquil IT Systems)

Tranquil IT Systems vous propose de découvrir ou d'approfondir vos connaissances de la nouvelle version du logiciel Samba. Samba4 combine judicieusement les avantages de Linux et ceux d'Active Directory et continue de remplir sa promesse historique : « Opening Windows to a wider world ».

Nous vous présenterons nos expériences avec le logiciel et la manière dont il est utilisé en production pour :

  • gérer les comptes utilisateurs et les groupes ;
  • gérer les comptes machines et les GPO ;
  • gérer les partages de fichiers et les droits ;
  • gérer les DNS ;
  • authentifier de manière transparente les utilisateurs.
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

RDV MariaDB Roadshow

Mercredi 18 Juin

Le fork de MySQL, MariaDB, fait son "MariaDB Roadshow" au Novotel Paris Les Halles, le 26 juin 2014. Il s'agit d'un événement à destination de tous les administrateurs de base de données (DBA), mais aussi des développeurs de tous les langages : PHP, Python, Perl, Java, Ruby, C…

Ce rendez-vous propose de vous faire atteindre de nouveaux sommets à travers des fonctionnalités éprouvées et des nouvelles technologies conviviales.

Cette demi-journée sera articulée autour des conférences suivantes :

  • 14h00 : inscription et café de bienvenue ;
  • 14h15 : allocution de bienvenue et introduction ;
  • 14h30 : la nouvelle offre MariaDB : MariaDB 10, MaxScale et plus encore ;
  • 15h15 : haute disponibilité avec MariaDB Enterprise ;
  • 15h45 : pause café ;
  • 16h00 : automatisation & gestion de cluster de base de données avec Severalnines ;
  • 16h30 : Big Data avec MariaDB10, TokuDB et Spider ;
  • 17h00 : évolutivité avec MariaDB et MaxScale : "atteindre de nouveaux sommets" ;
  • 17h45 : résumé et conclusions ;
  • 17h50 : networking & café-mignardises.

Ce rendez-vous est gratuit, mais sur réservation car le nombre de places est limité.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Red Hat Software Collections 1.1

Mercredi 18 Juin

Red Hat a annoncé, le 4 juin dernier, les « Software Collections » en version 1.1. Il s'agit d'un canal (terminologie de Red Hat pour désigner un dépôt logiciel) contenant des logiciels dont les versions sont plus récentes que dans les canaux habituels de la distribution RHEL. La nouvelle est arrivée avant RHEL 7 mais a été quelque peu… éclipsée par la nouvelle version majeure du système phare de la firme de Raleigh.

Les principaux logiciels inclus

Comme pour la version 1.0, on retrouvera des composants parmi les principaux des plateformes LAMP : MySQL 5.5, MariaDB 5.5, PHP 5.4, Python 2.7 et 3.3. On retrouvera aussi Perl 5.16, PostgreSQL 9.2, Ruby 1.9.3 et Rails 3.2.8. Peu de nouveautés de ce côté, à part peut-être quelques précisions sur les versions utilisées, et le fait que cette version de PHP comporte Pear 1.9.4 ainsi que les extensions APC, memcache et Zend OPcache. Node.js est toujours présent, accompagné de npm.

Passons maintenant du côté des nouveautés : pour les langages, nous avons PHP 5.5 (en version 5.5.6), apportant avec lui memcache et Zend OPcache. On peut noter l'arrivée de Ruby 2.0.0, accompagné de Ruby on Rails 4.0.2.

Côté bases de données, il y a aussi du nouveau : MongoDB fait son entrée dans les Software Collections, avec la version 2.4.9, et Red Hat fournit l'extension PHP adéquate, pour PHP 5.5.

Beaucoup les réclamaient, ils ont été entendus : Apache 2.4 et Nginx 1.4 sont disponibles ! Attention toutefois, Nginx n'est disponible qu'en avant-première technologique.

Enfin, pour clore le chapitre des nouveautés, on peut aussi découvrir Thermostat en version 1, un outil de surveillance pour OpenJDK.

Distributions compatibles

Le chapitre 1.3 précise que les Software Collections sont disponibles pour les versions de RHEL 6 et 7 supportées (comprendre : les dernières versions mineures et les versions "z"), uniquement pour les architectures AMD64 et Intel 64.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 24 de l'année 2014

Mardi 17 Juin

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Télérama.fr] Le sens "commun", une alternative au capitalisme ?

Par Weronika Zarachowicz, le samedi 14 juin 2014. Extrait:

Partager les idées, les voitures, les connaissances, les maisons. Le “commun” inspire citoyens, philosophes ou juristes… Le philosophe Pierre Dardot et le sociologue Christian Laval nous éclairent sur cette aspiration grandissante.

Lien vers l'article original: http://www.telerama.fr/monde/le-sens-commun-une-alternative-au-capitalisme,113475.php

Et aussi:

[Slate.fr] Le Conseil national du numérique veut la «neutralité des plateformes». Ça veut dire quoi?

Par Andréa Fradin, le vendredi 13 juin 2014. Extrait:

Les «plateformes» du Net. Il faudra vous faire à cette expression, tant elle est aujourd'hui collée aux lèvres de toute personnalité, politique ou membre de comités de réflexion, en charge de réfléchir à la politique numérique en France et en Europe. Qui sont ces «plateformes»?…

Lien vers l'article original: http://www.slate.fr/story/88461/rapport-conseil-national-numerique-neutralite-plateformes

Et aussi:

[Numerama] Pourquoi les voitures Tesla passent à l'open-source

Par Guillaume Champeau, le vendredi 13 juin 2014. Extrait:

Elon Musk a annoncé que le fabricant de voitures électriques Tesla Motors allait renoncer à l'exclusivité de ses droits sur son portefeuille de brevets. Un choix industriel qui vise à dynamiser le marché, pour bénéficier à Tesla.

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/29681-pourquoi-les-voitures-tesla-passent-a-l-open-source.html

Et aussi:

[Mediapart] Étendre les libertés à l’âge du numérique

Par Edwy Plenel, le mercredi 11 juin 2014. Extrait:

A l’initiative de députés de tous bords, réunis autour du socialiste Christian Paul, l’Assemblée nationale met en place, mercredi 11 juin, une «Commission de réflexion et de propositions sur le droit et les libertés à l’âge du numérique», composée à parité de parlementaires et de représentants de la société civile. Saluant une initiative bienvenue et pluraliste, Mediapart et La Quadrature du net ont accepté d’y participer dans le respect de leur liberté de parole et dans le souci de la publicité des travaux.

Lien vers l'article original: http://blogs.mediapart.fr/edition/libres-enfants-du-numerique/article/110614/etendre-les-libertes-l-age-du-numerique

Et aussi:

[Distributique.com] Vente liée PC/OS: l'UFC-Que Choisir perd son combat contre HP

Par Oscar Barthe, le mercredi 11 juin 2014. Extrait:

Dans le duel judiciaire qui l'oppose à Hewlett Packard, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir vient de se voit infliger un revers par la Cour d'Appel de Paris. Cette dernière a jugé que la vente liée d'un PC et d'un système d'exploitation n'était pas une pratique commerciale déloyale, à l'instar de la Cour de Cassation en juillet 2012.

Lien vers l'article original: http://www.distributique.com/actualites/lire-vente-liee-pc-os-l-ufc-que-choisir-perd-son-combat-contre-hp-21892.html

Et aussi:

Voir aussi:

[Miroir Mag] Cadoles : l’avenir en logiciel libre

Par Marion Chevassus, le mercredi 11 juin 2014. Extrait:

“J’ai attendu d’avoir Bac+2 avant de savoir me servir d’un traitement de texte”, Vincent Febvre pense qu’en France, on est très en retard, question informatique. Ce développeur trentenaire de Cadoles, une jeune entreprise dijonnaise, nous explique pourquoi et quelles conséquences pourraient bien avoir l’ignorance manifeste de la langue html sur notre destin. Un travail à reprendre depuis l’école.

Lien vers l'article original: http://www.miroir-mag.fr/61064-cadoles-lavenir-en-logiciel-libre

Et aussi:

[Next INpact] Isabelle Attard interroge Montebourg sur le projet d'un OS «Made in France»

Par David Legrand, le mardi 10 juin 2014. Extrait:

Il y a quelques semaines, L'Opinion nous apprenait que les services de Bercy se penchaient sur la question de la souveraineté numérique et qu'Arnaud Montebourg avait en tête un projet de système d'exploitation français. Bien que reprenant principalement des propos de Pierre Bellanger, l'article n'a pas tardéà faire réagir à tous les niveaux. Aujourd'hui, c'est la députée Isabelle Attard qui pose officiellement une question au ministre.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/86938-isabelle-attard-interroge-montebourg-sur-projet-dun-os-made-in-france.htm

Et aussi:

Voir aussi:

[Rue89] J’ai pris le contrôle de votre caméra et je vous ai retrouvés

Par Gurvan Kristanadjaja, le lundi 9 juin 2014. Extrait:

Webcams, imprimantes, portes de garage… Vous n’avez pas protégé vos objets connectés? Dommage. Le moteur de recherche Shodan nous a permis d’en prendre les commandes. Nous avons pu prévenir certains d’entre vous.

Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/09/jai-pris-les-commandes-camera-ai-retrouves-252793

[We Demain] La Paillasse, le labo citoyen qui se rêve en «MIT de l’open-source»

Par Côme Bastin, le lundi 9 juin 2014. Extrait:

Ce lieu d’innovation collaborative inaugurait samedi un nouvel espace parisien. Une étape clé pour ce «laboratoire de garage» né en 2011 dans un hackerspace de Vitry-sur-Seine.

Lien vers l'article original: http://www.wedemain.fr/La-Paillasse-le-labo-citoyen-qui-se-reve-en-MIT-de-l-open-source_a547.html

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Pages