Linux France

S'abonner à flux Linux France
Mis à jour : il y a 11 min 3 sec

Intercooler.js

Samedi 5 Juillet

Intercooler.js est une énième, mais nouvelle librairie JS pour les sites web orientés client lourd.

Elle propose un mécanisme déclaratif assez intéressant : le comportement de l'interface est codé dans les attributs de balises HTML standard.
Elle simplifie la vie du développeur en évitant de devoir intégrer des évènements sur des sélecteurs JQuery (ou ses concurrents) : celui-ci a le choix de provoquer un appel AJAX ou un appel interne sur une fonction javascript, de manière déclarative dans le code HTML.

Intercooler est basé sur le concept de Partial View Controller. Dans cette approche, le serveur renvoi des fragments de HTML à intégrer dans l'interface.

Quelques exemples valent mieux qu'un long discours :

Cet exemple montre comment provoquer un appel AJAX lors d'un clic dans une div.

<div ic-src="/example/click"> You have not yet clicked the button </div> <button class="btn btn-primary" ic-post-to="/example/click"> Click Me! </button>

Si l'utilisateur clique sur le bouton, le contenu de la div ayant l'attribut ic-src="/example/click" sera remplacé par le retour de l'appel AJAX en POST à l'url /example/click.

Mais grâce à la fonction addURLHandler(handler), on peut faire en sorte que l'url "/example" soit captée en interne :

(function () { var clicks = 0; Intercooler.addURLHandler({ 'url': '/example/click', 'get': function () { return 'You have clicked the button ' + clicks + ' times' }, 'post': function(){ clicks++; } }); })();

Bref, cette librairie offre des possibilités affriolantes, même si elle est encore jeune.
Elle permettrait même à un webdesigner peu versé dans le développement de rajouter un peu d'interactivité dans ses pages.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

pkgsrc 2014Q2 est disponible

Vendredi 4 Juillet

Dans un message à des listes de diffusion pkgsrc et NetBSD, Alistair Crooks a annoncé la disponibilité de la branche pkgsrc-2014Q2. Pkgsrc (prononcer package source) est une infrastructure de construction de logiciels tiers pour NetBSD, ainsi que pour d’autres systèmes de type UNIX. Il permet donc à NetBSD et à d’autres systèmes d’exploitation de disposer de nombreux logiciels sous forme source, mais aussi sous forme binaire.

Les développeurs pkgsrc fournissent une nouvelle version stable chaque trimestre. Comme son nom l’indique, pkgsrc 2014Q2 est donc la deuxième sur les quatre de 2014 et est disponible depuis le 1er juillet dernier, bien que l'annonce soit datée du 3.

Plus de détails sur cette version en particulier en seconde partie de dépêche, qui reprend grandement le courriel d'annonce.

À propos de pkgsrc

Pkgsrc est historiquement le système de paquets pour NetBSD, issu d’un fork en 1997 de la collection de ports FreeBSD. Avec le temps, pkgsrc a évolué, dans le même esprit de portabilité que NetBSD, il est utilisable sur plusieurs systèmes d’exploitation. Ils peuvent alors gérer leur propre collection de paquets sources et binaires. Ainsi, pkgsrc prend en charge une vingtaine de plates‐formes, dont voici un extrait :

  • Cygwin ;
  • Darwin/Mac OS X ;
  • DragonFlyBSD ;
  • FreeBSD ;
  • GNU/kFreeBSD ;
  • Interix/SFU/SUA ;
  • Linux ;
  • Minix3 ;
  • NetBSD ;
  • OpenBSD ;
  • Solaris/illumos.

On notera que, même si des architectures sont prises en charge, cela ne signifie pas pour autant que le projet met à disposition des paquets binaires pour celles‐ci. De plus, les systèmes d’exploitation concernés ne fournissent pas forcément de paquets binaires officiels.

Quelques chiffres

En termes de paquets, pkgsrc-2014Q2 c’est (avec entre parenthèses la différence avec pkgsrc-2014Q1) :

  • 14254 paquets au total pour NetBSD-current/amd64 (- 1) ;
  • 14895 paquets binaires compilés avec clang pour NetBSD-current/x86_64 (+ 1054) ;
  • 12037 paquets binaires compilés avec gcc pour SmartOS/i386  (- 56) ;
  • 12635 paquets binaires compilés avec gcc pour SmartOS/x86_64 (+ 589) ;
  • 13118 paquets binaires compilés avec gcc pour Linux-2.6.32/x86_64 ;
  • 10868 paquets binaires compilés avec gcc pour Darwin 10.8.0/i386 ;
  • 12316 paquets binaires compilés avec clang pour FreeBSD 10/x86_64 (+ 1083).

Ce trimestre, en termes de modifications, il y a eu :

  • 244 paquets ajoutés ;
  • 18 paquets retirés, dont un avec un successeur ;
  • 1 085 paquets mis à jour ;
  • 2 paquets ont été renommés.
Les changements

L'annonce d'Alistair Crooks commence par souligner l'apparition de Python 3.4. Parmi les autres changements notables, on peut constater :

  • l'arrivée d'ElasticSearch ;
  • le départ de Berkeley db-4.6 ;
  • le départ de Xen 2.0 ;
  • le départ d'Apache 1.3 et 2.0 ;
  • PostgreSQL 9.3 est maintenant la version utilisée par défaut ;
  • Lua est maintenant disponible en versions multiples ;
  • les polices de caractères sont maintenant installées dans share/fonts/X11 au lieu de lib/X11/fonts.

Parmi les sujets qui ont suscité un vif intérêt durant la période de stabilisation (appelée en anglais "freeze"), l'un d'eux a particulièrement retenu l'attention de votre serviteur : les difficultés de mise à jour de CUPS. En résumé, CUPS 1.7 semble poser de nombreux problèmes, et la version 1.5 disponible dans pkgsrc-2014Q1 a été intégrée dans pkgsrc-2014Q2 (dans print/cups15) afin que les utilisateurs disposent d'une version fonctionnelle, normalement utilisée par défaut dans le cas de dépendances.

Un autre sujet intéressant a été la demande de retrait de la version 2.6 de Python, laquelle a finalement été repêchée car encore utilisée.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

MathMod-1.0: Dessiner des scènes en utilisant des objets mathématiques!

Vendredi 4 Juillet

MathMod est un logiciel de dessin de formules mathématiques, qu'elles soient sous forme implicite ou paramétrique (de dimension 3 ou 4).

MathMod est une réécriture du logiciel K3DSurf, dont la dernière version date de 2008 et dont je suis aussi l'auteur. Cette réécriture apporte tout de même son lot de nouveautés et d'optimisation de traitement des formules mathématiques. MathMod permet d'animer les objets mathématiques, par rotation ou en utilisant le paramètre temps, de changer les propriétés visuelles de l'objet en temps réel… Développé avec Qt5, il est disponible pour Linux, Windows et MacOSX.

Finalement, je tiens à remercier tous ceux et celles qui m'ont soutenu durant toutes ces années par leurs messages de félicitations et d'encouragement et je leur dis : l'aventure ne fait que commencer !

Une description plus détaillée et des copies d'écran sont disponibles en deuxième partie.

NdM: Le logiciel est sous licence GPL2.

Description détaillée :
  1. Support des formules implicites et paramétriques (3D et 4D)
  2. Support de la rotation et de la déformation des surfaces en utilisant le paramètre temps
  3. Utilisation de scripts sous format JSON / Export sous format OBJ des objets 3D
  4. Plus de 140 exemples de modèles mathématiques disponibles
  5. Exporte les scripts de K3DSurf (.k3ds) sous format (.js) de MathMod
  6. Configuration de l'usage de la RAM, des maximums pour les grilles Iso/paramétriques surfaces et des couleurs des champs l'interface graphique
  7. Forum disponible en français et anglais

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Une campagne de don pour le Guide Libre Association

Jeudi 3 Juillet

L'association April lance une campagne de don en faveur de la promotion du logiciel libre en milieu associatif.

Le logiciel libre, porteur d’une idéologie de partage, rejoint les valeurs du monde associatif en général (partage, volontariat, bénévolat, passion, etc.) et de l’éducation populaire en particulier. Paradoxalement, nous constatons régulièrement que les associations sont captives de logiciels et services privateurs de liberté.

Dans le cadre du groupe de travail « Libre Association », nous avons entrepris de « jeter des ponts entre les logiciels libres et le monde associatif » en réalisant un guide répertoriant des méthodes et des outils de travail adaptés aux besoins des associations. Ce guide est prévu pour donner à chaque association les clés de ses libertés informatiques. Il est disponible en version Web et en version papier (PDF).

Nous avions réalisé et diffusé gratuitement à 10 000 exemplaires une première version de ce guide, en 2012, grâce à une subvention de la Fondation Crédit Coopératif. Nous avons par ailleurs été plusieurs fois invités par le Crédit Coopératif au Forum National des Associations et Fondations pour présenter le guide ainsi que des logiciels libres.

Dans la continuité de ces actions, nous souhaitons aujourd'hui financer une nouvelle édition du guide et le distribuer gracieusement auprès des associations. Nous disposons pour cela d'un soutien de la Macif, mais nous souhaitons augmenter notre budget pour maximiser l'impact de notre action.

« Avec notre budget actuel de 5 000 €, nous pouvons imprimer et acheminer environ 3 500 exemplaires. Or, avec 10 000 €, nous pouvons imprimer et acheminer près de 10 000 exemplaires. Soit 3 fois plus ! »1, déclare François Poulain, administrateur et trésorier de l'association. Quant à l'intérêt de parler d'informatique dans un guide papier, celui-ci assure « une version Web du guide existe. Mais force est de constater qu'une URL finit très vite dans la catégorie “à lire plus tard, donc jamais”. C'est pour ça que nous avons entrepris de faire des publications papier. Et la pratique le montre : lorsqu'on discute avec quelqu'un sur un stand et qu'on lui remet la brochure ; on sent bien qu'on fait un heureux. »

L'intégralité de la somme récoltée à cette occasion sera dédiée à la diffusion du logiciel libre en milieu associatif.

  1. Ceci résulte des coûts de mise en production (vérification des fichiers, calibration de l'impression, réglage des machines), qui sont identiques pour 1 ou 10 000 exemplaires imprimés. 

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

La communauté OpenStack se bouge sur Toulouse pour les 4 ans du projet le mercredi 09/07 à 19H00

Jeudi 3 Juillet

La fondation OpenStack et Objectif Libre, PME toulousaine de premier ordre dans la communauté OpenStack (top 20 au niveau mondial en contributions), co-organise le premier Meetup OpenStack dans la ville rose le mercredi 9 juillet à 19h00 à la cantine de Toulouse.

L'objectif de cet évènement : fêter les 4 ans du projet OpenStack, ensemble de logiciel permettant la virtualisation de type IaaS (Infrastructure as a Service), et permettre à la communauté toulousaine de se rencontrer. C'est aussi l'occasion de découvrir ce projet pour ceux qui ne connaissent pas ou qui veulent en savoir plus.

Le meetup débutera par une présentation générale du projet animé par Christophe Sauthier (Président Objectif Libre) suivi d'un retour d'expérience présenté par Lionel Porcheron de Sierra Wireless qui mettra en lumière en quoi la solution OpenStack est au cœur de la révolution IT.

Inscription obligatoire sur le lien suivant : http://www.meetup.com/Toulouse-OpenStack-User-Group/events/187550312/.

N.B : Pour ceux qui ne peuvent pas venir au meetup, Objectif libre organise un petit déjeuner de 9h00 à 11h00 dans ses locaux : "OpenStack : passé, présent, futur". Inscrivez-vous.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Remixez des jeux libres lors de la gamejam redwire

Jeudi 3 Juillet

Le week-end du vendredi 25 au 27 juillet 2014 est organisée une gamejam d'un genre nouveau à Paris. Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, c'est une rencontre de création de jeu vidéo où des équipes doivent créer un prototype dans un temps limité (ici ça sera un weekend).

Ce sera l'occasion de faire du mash-up de briques de jeux en découvrant l'outil libre redwire.io. Nous allons tenter de renverser les méthodes habituelles de création de jeux en jam.

Redwire.io est développé par Jesse Himmelstein du Gamelier, c'est un moteur open source (licence MIT) et gratuit, dans le navigateur, permettant de créer et de remixer des jeux JavaScript simplement (plus d'info sur le github du projet : https://github.com/CyberCRI/RedWire).

Dernières infos, nous serons hébergés pour le weekend chez Mozilla France au cœur de Paris. Comme c’est une tentative expérimentale pour les jammeurs et les organisateurs, n'hésitez pas à venir tester pour la première fois la gamejam ! Nous ramènerons moult goodies ainsi que des Makey Makeys.

À vos claviers pour l'inscription en ligne à cette adresse : http://jamshaker.com/paris/ !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

L'arrivée du BananaPi

Jeudi 3 Juillet

Beaucoup parleront d'un simple clone du Raspberry Pi mais il serait plus pertinent de le définir comme un cousin. Le BananaPi n'a pas la prétention de révolutionner le monde des SBC (Single Board Cumputer) mais d'y apporter les améliorations attendues : de la modularité, de la simplicité et de très bonnes performances.

Avec 1Go de RAM les soucis de rapidité de certaines cartes sont oubliés, son processeur ARM A20 offre une multitude de possibilités en terme d'applications et un excellent rapport entre puissance de calcul et performance énergétique. Il possède également une prise SATA pour brancher un disque dur qui nous permettra aussi de stocker plus de données que sur une simple carte SD. Nous pourrons aussi y installer l'OS pour un démarrage et un accès aux données plus rapide.

Grâce à ses atouts, le BananaPi pourrait devenir un des mini-ordinateurs les plus utilisés. Il a fait une entrée plutôt réussie dans le monde des SBC puisque, d'après un sondage de Linux.com, il se classe 5ème des mini-ordinateurs préférés des lecteurs du site, et ce seulement quelques mois après sa sortie.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

gateGhost: Traque-moi si tu peux

Mercredi 2 Juillet

Nous sommes sur LinuxFr.org et je pense qu'il n'est pas essentiel d'expliquer ô combien les traqueurs sont dangereux pour nous.

gateGhost est un logiciel proxy anti-traqueur de publicité qui prévient les risques de tracking sur l'intégralité d'un réseau.

Il fonctionne comme plugin de gatejs et est distribué sous licence GPL v3.

Il est basé sur un système de détection de traqueurs qui fonctionne avec une base de données CSV. Celui-ci permet de bloquer lesdits traqueurs soit par une fermeture de connexion, soit avec un code d'erreur 403. Il est aussi possible d'ajouter d'autres bases de données.

Mode de fonctionnement Les cookies

Le système d'inspection de cookie permet d'éliminer ceux qui n'ont pas été envoyés par le site consulté, ceux qui sont hors de son contrôle. Là aussi, il y a une base de données de noms de cookie à éviter. Le cookie de l'utilisateur est modifié puis forgé avant d'être renvoyé au serveur. Nous n'avons pas constaté d'impact sur la navigation en utilisant cette technique.

Le Referer

L'entête Referer trahit aussi nos mouvements sur la toile, il indique au site consulté d'où provient précisément la requête (le lien source).

L'utilisation de cet entête est tout à fait normale et même importante. Cependant, dans certains cas, il n'est pas souhaitable d'envoyer cette information.

gateGhost enlèvera systématiquement les Referer d'une requête quand le domaine n'est pas estimé comme proche.

En outre, une requête vers ads.tracker.com mais provenant de www.example.com ne sera pas considérée comme de confiance puisque tracker.com ne correspond pas à example.com. Dans ce cas, l'entête Referer est supprimée.

Etag

Une autre technique, plus rare, consiste à faire passer des mouchards par l'entête ETag. Une petite recherche "tracking without cookie" vous permettra de comprendre le mécanisme.

En tout état de cause, et parce que le ETag ne sert plus réellement aux systèmes de cache, l'entête est systématiquement supprimé de la réponse du serveur. Cette option est activée par défaut.

Tout est activable et désactivable à volonté.

Le SSL

Côté inconvénient, gateGhost peut poser problème quand une application, en général pour smartphones, fait du « certificat pinning », c'est-à-dire que le CA de confiance est hardcodé dans l'application. Cela empêche l'interception SSL sans erreur par l'installation d'un CA de confiance.

J'ai encore pas mal de choses à ajouter au projet telles que l'interception « propre » du SSL et la détection d'envoi de données de géolocalisation. Je précise que les contributions sont ouvertes.

Il faut aussi savoir que gateGhost est complémentaire à l'utilisation d'ads blockers ou anti-tracker installés comme greffons sur le navigateur (tel que adblocks ou ghostery), sauf que ces derniers ne s'installent pas sur un réseau et ne protègent donc pas les smartphones. Aussi, gateGhost exécute plus vite les règles via un gestionnaire spécial de mémoire associative disponible dans gatejs sous le nom de NREG.

En tout état de cause le job est fait, et ce, de manière très performante.

Points clefs
  • Conçu pour les grosses architectures
  • ~1900 traqueurs enregistrés dans la base de données avec un système de recherche rapide
  • Système d'inspection des cookies avec jusqu'à 100 noms de cookie connus
  • Système de confiance sur l'entête Referer qui est enlevé quand il est non-voulu
  • Technique de blocage du "tracking without cookie" basée sur l'entête HTTP ETag
  • Possibilité d'ajouter vos traqueurs
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

GNU Dr. Geo 14.07

Mardi 1 Juillet

Dr. Geo 14.07 est un environnement de géométrie interactive et de programmation. De part ses capacités de programmation et d'introspection, il s'adresse aux esprits curieux souhaitant explorer des situations originales de géométrie euclidienne.

Il est livré sous la forme d'une application portable universelle pour GNU/Linux, Mac OS X et Windows.

Son interface simple et intuitive le rend aussi accessible aux enseignants et élèves de l'école primaire et du collège.

Nouveauté
  • Portage vers le canevas graphique Athens de Pharo

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sur la route

Mardi 1 Juillet

Les vacances commencent, profitez de la route pour écoutez nos émissions de jeux libres. Il s'agit de 38 petits spots de deux minutes environ consacrés à des jeux libres (et partiellement libres. Ce point là est détaillé).
Ce sont les spots diffusés lors de la saison 2013-2014 qui vient de se terminer. Ils ont été réalisés en 2013 par RadioLaser et l'association LanPower (Patrice et Quentin). Profitez de votre passage près de Rennes pour écouter Radio Laser sur 95.9 Mhz.
Malheureusement, l'expérience ne sera pas renouvelée la saison prochaine, ce format court ne convenant pas à la Radio.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Ça bouge du côté de la virtualisation chez FreeBSD

Mardi 1 Juillet

La gestion de machines virtuelles et de conteneurs met en œuvre de nombreux sous-systèmes (hyperviseur, émulateur, réseau, système de fichier, gestion des ressources, politique de sécurité et haute disponibilité) qu'il faut faire fonctionner ensemble et maintenir.

Par exemple sous FreeBSD, on pourra utiliser jail, bhyve, qemu, vnet, dummynet, hast, zfs, geom, racct, MAC, audit, ipfw, pf, virtio, carp, devd, devfs, pkg…

Pour simplifier cela, il existe un certain nombre de logiciels offrant à l'administrateur une logique uniforme au-dessus de ces divers éléments. C'est le cas d'une certaine façon de Docker sous Linux mais aussi de Proxmox, CloudStack ou plus simplement de la libvirt.

Faisons un petit tour des différents projets qui avancent dans ce sens sous FreeBSD.

Sommaire La virtualisation sous FreeBSD Des conteneurs

Les jails sont apparus dans FreeBSD le 28 avril 1999 suite à un commit de Poul-Henning Kamp. Ils étaient initialement utilisés par l'hébergeur servetheweb.com pour gérer différentes configurations d'Apache sur une même machine.

Il s'agit d'un moyen de cloisonner l'exécution de différentes applications au sein d'un même système. On parlera donc de partition, ou de conteneur (container). Il serait par contre abusif de parler de machines virtuelles du fait du partage du noyau. Il est également délicat d'évoquer un mécanisme de sécurité. Car si les jails sont des objets pratiques pour appliquer une politique de sécurité, ils ne la portent pas en eux-mêmes. On parle de chroot sécurisé car ils renforcent la sécurité du chroot et non parce qu'il améliore la sécurité du système. C'est toute la nuance entre cloisonner et sécuriser.

Au fil de l'histoire de FreeBSD les jails se sont étoffés avec en particulier une réécriture complète et de nombreux outils satellites tels que vnet qui permet de créer des interfaces réseaux virtuels, racct pour la limitation des ressources.

La configuration des jails est centralisée dans le fichier /etc/jail.conf

# Valeurs par défaut: # utiliser /etc/rc, monter /dev ... exec.start = "/bin/sh /etc/rc"; exec.stop = "/bin/sh /etc/rc.shutdown"; exec.clean; mount.devfs; # Il est possible de définir des paramètres dynamiques path = "/var/jail/$name"; # Une jail typique foo { host.hostname = "foo.com"; ip4.addr = 10.1.1.1, 10.1.1.2, 10.1.1.3; } # On surcharge les valeurs par défaut bar { exec.start = ''; exec.stop = ''; path = /; mount.nodevfs; persist; // dans cette jail, il n'y a aucun processus }

La mise en oeuvre des jails est détaillée dans cette page du Handbook.

Du GNU ou du Linux ou du vieux FreeBSD

Grâce à Debian GNU/kFreeBSD et Gentoo FreeBSD, il est tout à fait possible de déployer un espace utilisateur basé sur la glibc et les outils GNU dans une jail.

Par exemple, pour déployer une jail sous Debian/kFreeBSD, il suffit d'installer le package debootstrap :

pkg install debootstrap debootstrap wheezy /jails/debian-wheezy

Une autre caractéristique intéressante concernant FreeBSD est l'aspect polymorphique du noyau. En effet celui-ci peut se faire passer pour un noyau Linux ou encore pour un FreeBSD d'une version antérieure. Cela permet toutes les combinaisons de jails possibles, sous Linux, sous FreeBSD 5. C'est fort utile pour virtualiser d'anciens serveurs impossibles à migrer sans l'overhead d'une émulation complète du hardware (FreeBSD 5.5 qui ne connaît pas le PCI-Express par exemple).

De véritables VM

Bhyve est un projet d'hyperviseur de type 1 (comme Xen ou KVM) se basant sur les instructions de virtualisation des processeurs Intel et sur Virtio introduit dans FreeBSD 10.

Aujourd'hui, il est possible de lancer des machines virtuelles sous FreeBSD (9+), OpenBSD et Linux (Centos, Ubuntu et Debian) et de faire sous certaines conditions du PCI-passthru.

Quelques projets intéressants Ezjail (l’ancêtre)

Pour gérer des jails, l'outil de référence reste ezjail. Il s'agit d'une collection de scripts facilitant le déploiements de conteneurs.

pkg install ezjail ezjail-admin install ezjail-admin create example.com 'em0|10.0.0.2' ezjail-admin start example.com ezjail-admin console example.com

Il gère entre autres zfs, le chiffrement, ainsi que la création de flavor pour déployer rapidement des machines pré-configurées.

iocage

iocage est un tout jeune projet. Il s'agit également d'un script shell. Contrairement à ezjail qui se veut plus exhaustif, il se base exclusivement sur vnet (pile réseau virtuelle), racct (limitation des ressources) et ZFS.

iocage fetch iocage create -c name=test iocage list iocage limts $uuid vmemoryuse:deny=1g CBSD

On parle beaucoup de Docker sous Linux depuis quelques temps. Une alternative pour FreeBSD pourrait monter en puissance : CBSD (sous licence BSD donc). Il s'agit là encore principalement de scripts shells, même si la prise en compte de l'aspect cluster (réplication, migration) a donné lieu à du développement en C.

Cette application qui permet de créer et gérer des conteneurs mais propose aussi de nombreuses fonctionnalités comme l'intégration de bhyve ou de qemu.

CBSD prend en charge différents modes de virtualisation et beaucoup de fonctionnalités :

  • déploiement rapide de jails from scratch ;
  • import / export d'images ;
  • clones et migrations (y compris sur des noeuds distants) ;
  • snapshots ;
  • accounting au niveau réseau et ressources ;
  • priorités, limite de ressources, quotas ;
  • réplication distante ;
  • jails avec Xorg ;
  • Bhyve ;
  • réseau virtuel pour les jails (VIMAGE) ;
  • prise en charge des architectures non natives via qemu (arm ou mips64) ;
  • dépôt d'images déjà prêtes.

CBSD propose par ailleurs une interface en mode web pour gérer les VM :

Pilote bhyve pour la libvirt

Enfin pour terminer ce panorama, il est à noter qu'il existe désormais un pilote byhve pour la libvirt. Ce qui vous permettra d'introduire de façon indolore un peu de diversité dans votre parc d'hyperviseurs.

virsh connect bhyve:///

Ceci est bien sûr hautement expérimental. Pour l'heure par exemple, vous ne pourrez configurer qu'un seul réseau et qu'un seul disque pour vos VM. Mais les choses avancent à grands pas…

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

AlbatrOS 2.2

Mardi 1 Juillet
Présentation

AlbatrOS est une distribution créée par une petite équipe francophone, qui est construite dans l'esprit du "Keep It Simple Stupid" et dont les caractéristiques sont les suivantes :

  • fonctionne sur des configuration modestes (Bureau LXDE, 512 Mo de RAM suffisent en liveCD/USB) ;
  • bonne accélération graphique (2D et 3D) ;
  • réseau géré (facilement) par "Network Manager" ;
  • les programmes et bibliothèques "standards" sont stockés dans une archive SquashFS ;
  • les programmes additionnels s'installent via le réseau.
RMLL

Une délégation de l'équipe présentera AlbatrOS et ses dérivées, le 9 juillet aux RMLL 2014, à Montpellier.

Utilisation

On peut utiliser AlbatrOS en Live CD (en gravant l'ISO), en Live USB (avec UNetbootin), on peut également l'installer depuis Windows, grâce à un fork de Wubi.

Boot

Le boot se fait via un initramfs, qui contient BusyBox et quelques fichiers.

L'init est simplifié au maximum.

Noyau

Il y a de nouvelles règles pour le choix du noyau :

  • x86 32 bits : version 'longterm' la plus récente. (3.12.21)
  • x86 64 bits : version "stable" - 1 (3.14.8)

Il devrait y avoir une nouvelle version d'AlbatrOS à chaque sortie du noyau Linux, soit à peu près tous les trois mois.

Papyrus

Une Iso de Papyrus est également disponible, cette sous-distribution contient tous les packages "bureautiques" et "graphisme" dans une archive squashfs, ce qui permet à l'ensemble de tenir sur sur un seul CD.

Nouveautés Version 64 Bits

Il y a maintenant deux ISO : une version 32 bits et une version 64 bits.

Même si AlbatrOS est conçu pour du matériel modeste, il peut être intéressant de l'utiliser avec des CPU 64 bits, pour de meilleures performances.

Compilation depuis Ubuntu 14.04

Cette distribution a été choisie comme hôte de compilation, pour ces raisons :

  • installation rapide ;
  • toolchain récent ;
  • distribution stable.
Logos

Création de logos pour Albatros  et Papyrus .

Améliorations depuis la version 2.1
  • meilleure gestion du swap ;
  • UTF8 par défaut ;
  • alertes quand la batterie est faible ;
  • montage des disques USB avec l'affichage du label.
Ajout de bibliothèques
  • bibliothèque Xfce (pour Xfburn) ;
  • ajout de la bibliothèque Gtk3 (la version 2.1 avait seulement Gtk2) ;
  • ajout de la bibliothèque Qt4.
Midori comme navigateur par défaut
  • Midori a été choisi pour être le navigateur par défaut et NetSurf est aussi pré-installé. On peut également installer Firefox et Google Chrome ;
  • montage des clé USB avec le label de celles-ci.
Installation sur un disque vierge

Il est maintenant possible d'installer AlbatrOS sur un disque vierge, à l'aide de Gparted et de GRUB.

Dibab

L'outil de compilation, nommé dibab, pèse moins de 5 Mo et permet de générer une ISO sans avoir besoin de droits root.

Les packages

Vous pouvez installer Libreoffice, Gimp, Scribus et plusieurs jeux (dont 0 A.D. pour la version 64 bits).

La liste des packages s'étoffera au fur et à mesure.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Le groupe thématique Logiciel Libre diffuse les trois premiers Livrets bleus du Logiciel Libre

Lundi 30 Juin

Le pôle de compétitivité francilien Systematic Paris-Region a présenté lors de sa convention annuelle 2014 les 3 premiers Livrets bleus du Logiciel Libre conçus et rédigés par son groupe thématique Logiciel Libre (GTLL) :

D’autres seront publiés au cours des deux prochaines années et continueront l’effort de démystification des fondamentaux économiques, juridiques et techniques du logiciel libre, notamment sur les grands défis technologiques que constituent le Cloud, les objets communicants, le big data.

Issus de réflexions collaboratives menées dans le cadre d’ateliers et d’événements au sein du pôle de compétitivité francilien, ces livrets apportent des repères pour comprendre les mécanismes propres à l’open source ; ils invitent les entrepreneurs et acteurs académiques à considérer les avantages de ce mode de développement logiciel extrêmement fertile en termes d'innovation. Le GTLL entend ainsi encourager la coopération entre tous les acteurs de l’écosystème du logiciel libre, et faire valoir cet avantage compétitif construit collectivement et avec le soutien des pouvoirs publics depuis près de 15 ans.

Le logiciel libre représente en France autour de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel dans le secteur du logiciel et des services, et près de 30 000 emplois (source : PAC). 80 % des logiciels commerciaux contiendraient des composants open source. Et il est au cœur des dernières innovations logicielles : Cloud (avec OpenStack), Big Data (avec Hadoop et SciKit Learn), ainsi que l’Internet des objets, la mobilité (Android détenant plus de 75% de parts de marché des appareils vendus dans le monde – source IDC) et le Web. Travailler dans la filière du logiciel libre, c’est construire les outils d’aujourd’hui et de demain.

Cette importance sans cesse croissante de l’open source pour l’industrie logicielle et numérique impose d’agir rapidement dans 3 domaines :

  • la qualité logicielle : les systèmes d’information sous-tendent l’ensemble des activités politiques, économiques et sociales actuelles ; la prévention contre les bugs informatiques est devenue un sujet de préoccupation majeur. À ce titre, la qualité logicielle constitue, avec le Big Data et l’After PC, l’un des trois grands axes de R&D du GTLL de Systematic. Dans ce domaine, le logiciel libre a fait figure de pionnier avec des approches comme l’open innovation, le développement distribué, le développement dirigé par les tests, les architectures modulaires et extensibles, la résilience intégrée dans les protocoles du Web et de l’Internet, etc. – Autant d’expériences et d’expérimentations qu’il faut mieux comprendre et s’approprier pour accroître la qualité des développements logiciels.
  • l’enseignement et les problématiques liées à l’emploi : il est essentiel de former plus d’étudiants, et davantage, à ces technologies et aux modes collaboratifs de R&D de l’open source, notamment aux mécanismes spécifiques imaginés par les acteurs pour coopérer de façon cohérente sur des logiciels de plusieurs millions de lignes de code, sans oublier les notions juridiques, organisationnelles et économiques à la base de l’écosystème du logiciel libre.
  • l’entrepreneuriat et les modèles d'affaires : en exposant les différents mécanismes économiques, marchands ou non, qui existent et les interactions entre les différents intervenants de ce marché, le livret entend démystifier et stimuler la création d’entreprise dans ce segment IT tout en donnant aux investisseurs publics et privés les clés pour juger de la pertinence des business plans qui leur sont présentés.

« On dit souvent que la France est plus forte en savoir-faire qu’en faire-savoir. Avec cette collection, notre ambition est de participer à la démonstration de l’excellence francilienne et française dans le domaine du logiciel libre, excellence qui constitue un atout considérable pour la compétitivité de notre économie, et d’encourager toutes les parties prenantes à en accélérer encore le développement » complète Stéfane Fermigier, président du Groupe thématique Logiciel Libre de Systematic Paris-Region.

NdM : les livrets sont diffusés sous « licence Creative Commons 3.0 CC BY-NC-ND • Pour une utilisation commerciale, nous contacter. »

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 26 de l'année 2014

Lundi 30 Juin

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[ZDNet] La Corée du Sud veut passer aux logiciels libres et open source d'ici 2020

Par Thierry Noisette, le samedi 28 juin 2014. Extrait:

Poussée par les arrêt passés ou futurs du support de systèmes d'exploitation propriétaires, la Corée du Sud a décidé de se libérer de sa dépendance en faisant passer le secteur public au logiciel libre.

Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/la-coree-du-sud-veut-passer-aux-logiciels-libres-et-open-source-d-ici-2020-39803113.htm

Et aussi:

[Next INpact] Rejet de l’amendement surtaxant les ebooks avec verrou numérique

Par Xavier Berne, le vendredi 27 juin 2014. Extrait:

L’amendement écologiste visant à réserver le taux de TVA réduite de 5,5 % aux seuls ebooks sans DRM et de format ouvert a été rejeté hier par l’Assemblée nationale. Le gouvernement et le rapporteur du projet de loi de finances rectificative s’y sont - sans surprise - opposés.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/88388-rejet-l-amendement-surtaxant-ebooks-avec-verrou-numerique.htm

Et aussi:

Voir aussi:

[Numerama] La France déclare officiellement la guerre à l'ICANN

Par Guillaume Champeau, le jeudi 26 juin 2014. Extrait:

Après son échec à faire obstacle à la délégation de nouveaux noms de domaine en .vin et .wine, la France a déclaré jeudi la guerre à l'ICANN, en jugeant qu'elle n'était "plus l'enceinte adéquate pour discuter de la gouvernance de l'Internet".

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/29816-la-france-declare-officiellement-la-guerre-a-l-icann.html

Et aussi:

[Computerworld UK] US Limits Software Patents - As EU Boosts Them

Par Glyn Moody, le jeudi 26 juin 2014. Extrait:

[En Europe la clause "en tant que tel" a permis aux brevets logiciels de prendre pied. Aux États-Unis l'attitude dominante est de pouvoir tout breveter s'il "utilise un ordinateur". Enfin, la cour suprême s'est intéressée au problème]
I've written a number of times about the curse of the "as such" clause in Article 52 of the European Patent Convention, which has allowed software patents to creep in to Europe by the backdoor.

Lien vers l'article original: http://blogs.computerworlduk.com/open-enterprise/2014/06/us-moves-forward-on-software-patents---as-eu-moves-backwards/index.htm

[Le Monde.fr] Vie privée et téléphones: décision cruciale de la Cour suprême américaine

Par Martin Untersinger, le mercredi 25 juin 2014. Extrait:

Les téléphones d'aujourd'hui ressemblent davantage à des ordinateurs: la capacité de stockage et la connexion à Internet des smartphones en ont fait les dépositaires d'une grande partie de notre intimité.

Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/06/25/pas-de-fouille-de-telephone-sans-mandat-juge-la-cour-supreme-americaine_4445199_4408996.html

Et aussi:

[Tout Montpellier] 15e édition des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre

Par Frédéric LEMONNIER, le mercredi 25 juin 2014. Extrait:

Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL) se tiendront du 5 au 11 juillet 2014 à Montpellier.

Lien vers l'article original: http://www.toutmontpellier.fr/montpellier-15e-edition-des-rencontres-mondiales-du-logiciel-libre--92335.html

[Industrie et Technologies] Des surplus à l’Open Source

Par Jean-François Preveraud, le mardi 24 juin 2014. Extrait:

La tendance est à l’Open Source, notamment dans le mouvement Maker et autour des FabLab. Mais est-ce là un phénomène si nouveau? Pas si sûr car l’homme a toujours réutilisé et détourné les objets.

Lien vers l'article original: http://www.industrie-techno.com/des-surplus-a-l-open-source.30735

[Mediapart] Profil de libriste, Philippe

Par André Ani, le lundi 23 juin 2014. Extrait:

Bonjour, côté état civil, j’ai 45 ans, marié, deux enfants et un lapin :-) J’ai une formation d’ingénieur en informatique. J’ai travaillé en société de services, dans l’édition de logiciel et j’ai également été responsable informatique. J’ai un peu fait tous les métiers ou presque de l’informatique. Je suis plutôt un généraliste, il n’y a pas vraiment de sujet que je ne puisse pas aborder.

Lien vers l'article original: http://blogs.mediapart.fr/blog/andre-ani/230614/profil-de-libriste-philippe

[Linux Magazine] 34 Free Software Advocates Elected to European Parliament

Par Bruce Byfield, le mercredi 18 juin 2014. Extrait:

[Des groupes de promotion des Logiciels Libres en Europe ont obtenu 162 candidats pro logiciels libres, dont 34 ont été élus au parlement Européen]
Free software advocacy groups in Europe signed up 162 pro-free software candidates, 34 of whom were elected to the European Parliament.

Lien vers l'article original: http://www.linuxpromagazine.com/Online/Features/34-Free-Software-Advocates-Elected-to-European-Parliament

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

FusionDirectory 1.0.8 est sorti !

Lundi 30 Juin

L’équipe de FusionDirectory est heureuse de vous annoncer la publication de la version 1.0.8 de FusionDirectory. Pour ceux qui ne connaissent pas FusionDirectory, il s’agit d’un gestionnaire d’infrastructure. Il est à LDAP ce que Webmin pouvait être à NIS/NIS+ : une interface Web modulaire de gestion complète d’un annuaire LDAP. Sa modularité permet d’offrir aussi la gestion de services qui ne sont pas directement interopérables avec LDAP.

La version 1.0.8 est une version majeure qui contient de nouvelles fonctionnalités intéressantes :

  • simplification de l'utilisation des ACL ;
  • rôles de base installés en standard  ;
  • un web service en lecture seule pour l'instant ;
  • possibilité des changer les icônes, grâce au support de la norme freedesktop.

Et bien sur plein de nettoyage de code, de conversion vers notre API «simple plugin» et de correctifs.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Argonaut 0.9.1 est sorti

Lundi 30 Juin

L’équipe de FusionDirectory est heureuse de vous annoncer la publication de la version 0.9.1 de Argonaut. Pour ceux qui ne connaissent pas Argonaut, il s’agit d’un système client/serveur qui permet de gérer des systèmes en collaboration avec FusionDirectory (getionnaire d'annuaire LDAP). Argonaut permet aussi de s'interfacer avec des outils de déploiements tels que FAI (Fully Automated Install) ou OPSI (Open PC Server Integration).

La version 0.9.1 est une version majeure avec de nouvelles fonctionnalités intéressantes :

  • support FAI 4.0 ;
  • fai2ldif : lecture de classes fai et création de fichiers ldif ;
  • support OPSI ;
  • support Dovecot.

Et aussi beaucoup de correctifs et de nettoyage de code.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Apéro du libre à Rennes le jeudi 3 juillet 2014

Dimanche 29 Juin

L'association Actux vous invite à un nouvel Apéro du Libre, jeudi 3 juillet 2014 à partir de 19h au Papier Timbré, au 39 rue de Dinan à Rennes.

L'apéro du libre est une rencontre conviviale autour d'un verre, pour discuter et faire connaissance entre utilisateurs de Logiciels Libres, débutants ou confirmés. L'apéro est traditionnellement ponctué d'un quizz autour du Libre.

Pour rappel, cet évènement a lieu habituellement tous les premiers jeudis du mois, même endroit, même heure, et est ouvert à tous !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Rencontre KDE Randa (Suisse) - août 2014

Dimanche 29 Juin

Si vous souhaitez aider KDE dans son développement, n’oubliez pas de financer le sprint de la rencontre 2014 à Randa (Suisse) qui aura lieu en aout. Attention, la campagne s’arrête le 9 juillet, il ne reste plus beaucoup de temps !

Si le but est atteint, on aura un logiciel de montage vidéo Kdenlive encore plus stable, plus d’applications portées sous KDE Frameworks 5 (avec un premier port du logiciel de gestion de finances personnelles KMyMoney), des améliorations dans le framework multimédia Phonon, un début de travail sur le lecteur audio Amarok 3, des applications KDE pour l’éducation encore meilleures, une bêta du port du logiciel ludique et éducatif GCompris vers Qt, un livre KDE mis à jour, plus de travail sur Gluon, et un nouvel et fantastique SDK KDE!

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Kolab 3.2 : retour d'expérience sous Debian Wheezy

Vendredi 27 Juin

Le webmail Roundcube propose une interface fonctionnelle et moderne pour gérer ses emails. Cependant, il lui manque plusieurs fonctionnalités (calendriers, tâches, partage, synchronisation mobile…) pour être compétitif sur le marché des outils professionnels de travail collaboratif.

Kolab est un projet (presque) clef-en-main proposant une solution complète de travail collaboratif, dont voici les principales fonctionnalités :

  • gestion unifiée des courriers, contacts, calendriers, tâches, fichiers et ressources partagées ;
  • gestion des utilisateurs via LDAP ;
  • accès par interface web (Roundcube) ou IMAP ;
  • prise en charge des protocoles CalDAV/CardDAV/WebDAV et ActiveSync pour synchronisation mobile et bureau.

Bien que la distribution de référence pour le développement et la mise en production de Kolab soit RHEL/CentOS, des paquets Debian sont disponibles. La version 3.2, sortie le 14 février 2014 a apporté des paquets Debian de bien meilleure qualité, ce qui m'a incité à migrer.

La suite de la dépêche présente l'historique du projet, l'architecture de la solution et un retour d'expérience d'installation sous Debian Wheezy.

Sommaire

Versions commerciales

Kolab System, l'entreprise derrière le projet, propose deux produits commerciaux :

  • l'offre grand public MyKolab : du "cloud", mais hébergé en Suisse ;
  • l'offre entreprise Kolab Entreprise : installation et support sur votre matériel.
Architecture de la solution

La principale force du projet est de réutiliser le maximum de composants standards, réduisant ainsi l'effort de développement et de maintenance des fonctionnalités de base, afin de se concentrer sur les fonctionnalités spécifiques.

Pour les DSI en herbe, voici un schéma des différentes briques logicielles dont le projet est constitué.

Transport des courriels : Postfix

Rien que du classique ici : Postfix pour la réception et l'envoi des courriels, et le trio AMaViS + SpamAssassin + ClamAV pour le filtrage antivirus / antispam.

Stockage et authentification : IMAP et LDAP

Le point d'orgue de la solution Kolab est de stocker toutes les données de l'utilisateur dans son compte IMAP. Chaque contact, chaque évènement de calendrier, chaque tâche à réaliser, est stocké comme pièce jointe d'un courriel dans le dossier idoine. Pour cela, les formats ouverts xCal et xCard (dérivés XML des fameux iCal et vCard) sont utilisés.
Ainsi, plutôt que de développer de zéro un serveur de stockage, un système d'authentification et un système de gestion des droits d'accès, l'équipe s'est basée sur le serveur IMAP Cyrus-IMAP.

La gestion des comptes utilisateurs est confiée à un serveur LDAP, par défault 389 Directory Server. Le démon kolabd est en charge de la synchronisation des informations entre les serveurs LDAP et IMAP (création des boîtes aux lettres, partages de dossiers…).

Interface utilisateur : Roundcube

Après avoir utilisé Horde pendant trois ans, Kolab a migré en 2012 vers Roundcube. Plusieurs greffons étendent les fonctionnalités de base du webmail pour l'interfacer avec le serveur.

Derrière le capot, rien que du classique LAMP dans la configuration par défaut.

Synchronisation : sabre/dav et synchrotron

Avant la refonte 3.0, le projet Kolab développait de nombreux connecteurs "natifs" (Thunderbird, Outlook, Android, iOS…) communiquant directement avec le serveur IMAP. Devant la difficulté à maintenir autant de connecteurs, la décision fut prise d'utiliser des protocoles d'échange compris par chacune des plateformes.

Les protocoles calDAV/cardDAV/webDAV sont pris en charge par le célèbre serveur Sabre/DAV, allant piocher directement dans le serveur IMAP.

Le protocole ActiveSync est quant à lui pris en change par Syncroton.

Installation sous Debian Wheezy

L'installation est plus ardue qu'un logiciel 100% PHP comme owncloud, mais des paquets sont disponibles pour les principales distributions, permettant d'automatiser grandement le processus.

Le guide d'installation a désormais une section spécifique à Debian.

Activation des dépôts

Il suffit d'ajouter les dépôts à apt-get, lancer la commande : apt-get install kolab et aller faire chauffer le thé.

Configuration initiale

Les paquets actuels pour la version 3.2 possèdent un bug bloquant dans le script de configuration. Pour le corriger, lancer les commandes suivantes :

wget --no-check-certificate https://issues.kolab.org/attachment.cgi?id=698 -O /tmp/setup_roundcube.patch cd /usr/share/pyshared/pykolab/setup patch < /tmp/setup_roundcube.patch

Il suffit ensuite de lancer la commande : setup-kolab

Le plus simple est de confirmer tous les mots de passe par défaut, tout en copiant dans un coin le mot de passe du Directory Manager, qui nous servira à créer le premier utilisateur.

Création du premier utilisateur et accès

Tout se passe dans votre navigateur, à l'adresse $HOST/kolab-webadmin. Je vous renvoie encore une fois au manuel d'installation.

Lors de la création de votre utilisateur, ajoutez-le dans le groupe kolab-admin et oubliez simplement que Directory Manager existe !

Une fois l'utilisateur créé, vous pouvez accéder au webmail via $HOST/roundcubemail.

Synchronisation mobile

Pour la synchronisation Android, j'utilise l'excellent DAVdroid, ou plutôt son fork par l'équipe de Mirakel, qui permet de synchroniser les tâches en plus des contacts et calendriers.

Il suffit de paramétrer DAVdroid avec comme adresse : $HOST/iRony/

La synchronisation ActiveSync est prise en charge à la racine du domaine (module syncroton), la configuration est donc automatique. Idem pour les appareils Apple qui trouveront automatiquement les ressources cardDAV/calDAV via le dossier virtuel /.well-known/.

Partage WebDAV et module fichiers

Les fichiers sont accessibles à l'adresse $HOST/iRony/files/ avec tout bon client WebDAV.

Le projet ne fournit pas de client dédié pour la synchronisation, mais vous pouvez utiliser toute application générique, comme Syncany par exemple.

En bonus : le client web permet de prévisualiser les fichiers multimedia, les ODF, les PDF, mais aussi de modifier les fichiers texte avec coloration syntaxique !

Le module fichiers étant le plus jeune de la famille, il n'est pas aussi abouti que les autres, mais de solides bases sont déjà là.

Clients pour le bureau

Le client privilégié pour le bureau est bien entendu Kontact du projet KDE. Il permet de profiter de l'intégralité des fonctionnalités de Kolab, dont la synchronisation des notes et des journaux (que le client web ne gère pas encore).

Pour les inconditionnels de Thunderbird et Lightning, deux greffons existent :

Pour les utilisateurs sous Windows, Kolab gère ActiveSync et fonctionne donc avec Outlook.

Quelques optimisations et configurations maison Utiliser le prénom comme nom d'utilisateur

La configuration par défaut est d'utiliser le nom de famille comme nom d'utilisateur. Ceci est OK dans un contexte professionnel, mais assez étrange dans le cadre d'un serveur perso. Il suffit de modifier le fichier /etc/kolab/kolab.conf. Voici mes modifications :

policy_uid = %(givenname)s.lower() primary_mail = %(givenname)s@%(domain)s secondary_mail = { 0: { "{0}@{1}": "format('%(givenname)s.%(surname)s', '%(domain)s')" } }

Effacez les doublons éventuels de ces variables en fin de fichier, dans la section spécifique au domaine. Pour que les modifications soient prises en compte, redémarrer le service kolab-server

Utiliser une adresse externe

Vous avez probablement plusieurs adresses et souhaitez pouvoir les utiliser. Pour cela :

  • enregistrez vos adresses externes dans votre compte utilisateur (via web admin panel)
  • modifiez dans le fichier /etc/kolab/kolab.conf la directive suivante : address_search_attrs = mail, alias, mailalternateaddress
  • dans /etc/roundcubemail/config.inc.php ajoutez 'email:external' => 'mailalternateaddress', à la variable $config['kolab_auth_addressbook']
  • créez une nouvelle identité dans la configuration de Roundcube
Installation d'APC

APC est un module PHP permettant de conserver en mémoire le bytecode préparé pour exécution. Il permet donc de réduire significativement la latence lors des requêtes. Sous Debian Wheezy, son installation se résume à la commande apt-get install php-apc. L'administrateur chevronné pourra configurer aux petits oignons par la suite.

Configuration de MySQL

Le projet Kolab a fait le choix d'utiliser MySQL pour Roundcube. MySQL est souvent décrié pour ses mauvaises performances, mais une configuration adaptée permet d'améliorer grandement la donne.
La configuration par défaut dans Debian vise à utiliser le minimum de mémoire, au détriment des performances. Cependant, plusieurs exemples de configuration sont disponibles dans /usr/share/doc/mysql-server-5.5/examples/.
Pour mon VPS possédant 1 Go de mémoire vive, j'ai choisi la configuration my-large. L'installation se résume à :

zcat /usr/share/doc/mysql-server-5.5/examples/my-large.cnf.gz > /etc/mysql/my.cnf` Désactivation de ClamAV

Si, comme moi, vous savez qu'il ne faut pas ouvrir une pièce jointe binaire, l'antivirus ClamAV installé par défaut ne vous sert à rien et consomme plusieurs centaines de Mo.
Les paquets de Kolab ayant une dépendance forte vers ClamAV, la solution la plus simple est donc de créer un faux paquet clamav-daemon avant l'installation de Kolab.
Amavis et spamassassin fonctionneront toujours sans autre configuration nécessaire.

Note : On peut aller plus loin en désactivant AMaViS et SpamAssassin pour utiliser DSPAM, ce qui permet de faire tourner Kolab dans un VPS doté de 512 Mo de RAM. Ceci demande de modifier la configuration de Postfix à la main.

Le mot de la fin

Le projet Kolab a repris du poil de la bête ces dernières années et la version 3.2 est réellement mature et utilisable dans un contexte personnel avec un minimum de configuration. Le parti pris de réutiliser des briques logicielles éprouvées donne une solution robuste et maîtrisée.

Et les développeurs ne sont pas près de s'endormir sur leurs lauriers. Parmi les fonctionnalités à venir, nous pouvons compter :

  • l'intégration de jabber/xmpp dans Roundcube ;
  • indexation des courriels pour accélérer la recherche et l'intégration dans Roundcube d'une recherche simultanée dans tous les dossiers ;
  • édition collaborative de documents via le module fichiers.

En bon geek, j'aurais bien entendu préféré utiliser comme d'habitude slapd, PostgreSQL, Dovecot… Mais l'apprentissage de ces nouvelles solutions vaut le coup, tant l'ensemble est bien intégré et performant.

Après l'essai de nombreuses solutions, il s'agit selon moi de la solution de travail collaboratif libre la plus aboutie du marché.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Conférence "Technologies Open-Source pour les IHM embarqués" le 30 juin 2014 à Paris

Jeudi 26 Juin

Véritable « vitrine » d’un produit, l’Interface Homme Machine (IHM) graphique est un facteur de différenciation majeur pour les industriels. Développer une interface graphique est structurant pour le développement d'un produit, mais cela implique plusieurs interrogations :

  • Android ou Linux embarqué ?
  • quelles solutions libres pour un système embarqué contraint ?
  • développement d'une interface graphique multiplateformes : rêve ou réalité ?

Vous êtes un professionnel de l’embarqué et vous êtes confronté au choix d’une librairie graphique pour la réalisation de vos projets. Cette conférence présentera un panorama des solutions graphiques dans l’embarqué, les critères de sélection en fonction de vos contraintes projet et leur mise en œuvre concrète à travers des exemples d’application.

Venez découvrir les outils permettant de construire des interfaces graphiques optimisées pour vos plateformes matérielles.

Conférence gratuite et inscription en ligne À Paris, lundi 30 juin 2014 à partir de 13h30.

Conférence organisée par Open-Wide Ingénierie.
Rendez-vous à l'agence Open-Wide
23 rue Daviel, 75013 Paris

À Toulouse, jeudi 3 juillet 2014 à partir de 13h30.

Conférence organisée par Open-Wide Ingénierie et « le club des affiliés du LASS-CNRS »
Rendez-vous au LAAS, 7 avenue du colonel Roche, 31400 Toulouse

La conférence

13h30 : Accueil autour d'un café

Intervenants à Paris & Toulouse :
14h00 - 15h30 : Nicolas AGUIRRE (Toulouse), Pierre FICHEUX (Paris) et Jérémy ROSEN (Paris et Toulouse)

  • Comparatif des solutions existantes et les critères de sélection : les toolkits Qt, EFL, Android, HTML5

  • Focus sur Qt : les innovations de Qt 5.x et démonstrations.

16h00 : Pause café

Intervenant à Paris :
16h30-17h30 : Cédric BAIL, de Samsung

  • Utilisation de la technologie EFL dans les terminaux SAMSUNG.

Intervenants à Toulouse :
16h30 – 17h00 : Vincent PUJOL et Patrick BARRON, d'Actia
17h00 – 17h30 : Camille FAYOLLAS, du LAAS-CNRS

  • « A Software-Implemented Fault-Tolerance Approach for Control and Display Systems in Avionics »
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Pages