Linux France

S'abonner à flux Linux France
Mis à jour : il y a 6 min 57 sec

Journée du Logiciel Libre - I.U.T de Brive (19) - 07 Février 2014

Jeudi 30 Janvier

PULLCO organise une Journée du Logiciel Libre à Brive le 7 Février.

Ouvert au public (débutants ou confirmés), cette journée sera dédiée à la découverte, l'installation de logiciels libres et distributions GNU/Linux, à des démonstrations, à la documentation, ainsi qu'à des conférences et ateliers.

  • le Vendredi 7 Février de 14h00 à 21h00
  • à l'I.U.T GEII - 7 rue Jules Valès - 19100 BRIVE
  • organisée par Association PULLCO avec l'Association Corrèze-Elab et les étudiants de l'I.U.T GEII de Brive
  • entrée Libre.

Pour de plus amples renseignements et le détail du programme, n'hésitez pas à vous rendre sur le site de Pullco.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

NSA-observer - quels sont les programmes de la NSA ?

Jeudi 30 Janvier

Il y a quelques mois, j'ai commencé à lister les programmes de la NSA, et je ne savais pas qu'il y'en aurait autant. De fil en aiguille, l'idée est devenu un projet, puis un site hébergé par La Quadrature du Net.

Nous avons à ce jour un peu plus de 100 programmes « à jour » (71 programmes, 35 vecteurs d'attaque) (je vous conseille d'ailleurs d'aller voir PHOTOANGLO ;-)), mais surtout, nous avons encore environ 200 programmes où il manque des informations.

La Quadrature lancera ce site le 11 Février pour « The day we fight back », il reste encore pas mal de boulot à faire avant sa mise en production finale.

Il faut, entre autre, compléter le plus possible les différents programmes.

Je propose donc de vous retrouver au local de la Quadrature (19 rue Richard Lenoir 75011 Paris) — et en ligne — mardi 4 février vers 19h pour avancer le plus possible là-dessus. Le travail se fera sur trois pads (ce qui veut dire que vous pouvez le faire aussi à distance, et sans forcément attendre la semaine prochaine ;-)) :

Le travail est assez facile en lui-même et ne demande pas de niveau technique particulier.

Si vous travaillez avec le framework Meteor (ou avec du javascript), que vous avez des idées d'infographies, de fonctionnalités, des bugs à remonter… et que vous voulez aider (merci !), n'hésitez surtout pas à faire signe, nous avons besoin de votre aide !

Et si vous avez des questions, n'hésitez pas !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

1er week-end de février, en Belgique, au FOSDEM

Mercredi 29 Janvier

Comme chaque hiver, malgré le réchauffement climatique, le FOSDEM a lieu à Bruxelles parfois sous un temps clément (ou la neige comme l'année dernière).
Le FOSDEM, Free-OpenSource DEvelopers Meeting ou rencontre de développeurs Libres et Open-Source est un événement annuel, ponctué de conférences et de rencontres.
Même s'il est sponsorisé par des sociétés douteuses pour certains, comme Cisco, google ou même Oracle (suite au rachat de Sun et MySQL), c'est un événement du libre sur un week-end qui rassemble de l'ordre de 5000 développeurs autour de conférences souvent très techniques. Pour autant, il y a des gens très fréquentables qui promeuvent PostgreSQL ou MariaDB, XMPP et autres standards ouverts, on y parle même Python. Vous y retrouverez des utilisateurs de votre distribution, que ce soit Fedora, Mageia, CentOS, Debian ou *BSD (Open, Free), même des ubuntristes :).

Vous pourrez rencontrer l'architecte de Java, les promoteurs de LibreOffice, côtoyer le big data, avoir les dernières informations sur wayland, ext4 ou la FreedomBox.

Et en plus, y a d'la bière, belge.

L'IPv6 n'est pas mort, car… https://fosdem.org/2014/schedule/track/ipv6/

Votre distribution préférée y sera présente :

Mais aussi :

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Solutions Linux, Libres et Open Source 2014 : appel à communication

Mercredi 29 Janvier

La prochaine édition du salon Solutions Linux, Libres et Open Source se déroulera les 20 & 21 mai 2014 au CNIT Paris La Défense. Solutions Linux, Libres et Open Source est aujourd’hui le rendez-vous incontournable des acteurs du logiciel libre et de l'Open Source. L’an passé, le salon a accueilli près de 6000 visiteurs et 2000 personnes sont venues assister aux tables rondes et conférences. Un succès qui s’explique avant tout par la richesse du programme et la qualité des interventions données… et la présence de LinuxFr.org bien sûr qui ne passe jamais inaperçue !

Tables rondes et conférences

Au programme 2014, 9 thématiques seront cette année à l’honneur :

  • Cloud Libre
  • Open source en entreprise : consommation, maîtrise, mutualisation
  • Les nouveaux enjeux des outils collaboratifs Open Source
  • BI / Big data
  • L’Open Source au cœur de la révolution mobile
  • Développement web
  • CMS, CMF, développement spécifique
  • Sécurité
  • Administration Système / clusters / DevOps

Toutes ces thématiques seront abordées autour de tables rondes et conférences spécifiques.

Assises du Libre et de l’Open Source

Les Assises du Libre et de l’Open Source se tiendront quant à elles le 21 mai, avec au programme :

  1. Keynotes d’ouverture
  2. Cycle Education / Formation
  3. Cycle Politiques publiques et stratégie d’innovation
Soumettre votre proposition

Cet appel à communications est à votre disposition afin que vous puissiez présenter lors de ces 2 jours, votre expertise et savoir-faire, en relation avec les préoccupations techniques et décisionnelles des visiteurs du salon.

Un gestionnaire des conférences a été mis en place pour faciliter la soumission et la validation des propositions par le comité de programme. Vos propositions sont à soumettre directement sur la plateforme : http://www.solutionslinux.fr/Appels+%C3%A0+communication_3397.html

conference CHEZ solutionslinux.fr

À compléter avant le 3 mars 2014

Il est important de différencier votre proposition d’intervention à une table ronde et votre proposition d’intervention à une conférence spécifique.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Bitbox, la mini console ARM DIY

Mardi 28 Janvier

La console open hardware et open source Bitbox propose une petite console ARM à une seule puce au design ouvert. Le matériel est limité mais suffisamment puissant pour faire de belles choses : microcontrôleur STM32f4 à 168 MHz, 1 Mo de flash et 192 ko de RAM.

La sortie en VGA 640x480 avec 4096 couleurs est réalisée en pur logiciel (pas de GPU, on génère les pixels à la volée vers la sortie VGA). Une version 2 du design en cours de prototypage propose quelques nouveautés comme le son stéréo et les périphériques USB.

Deux trois jeux sont déjà dispos, ainsi qu'un récent emulateur Gameboy !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 4 de l'année 2014

Mardi 28 Janvier

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Sud Ouest] Mont-de-Marsan: François Pellegrini, président d'Aquinetic, est nommé à la CNIL

Par Jean-Louis Hugon, le vendredi 24 janvier 2014. Extrait:

Le président de l'association qui réunit les partisans du logiciel libre en Aquitaine a été nommé à la Commission nationale informatique et liberté par le président du Sénat Jean-Pierre Bel

Lien vers l'article original: http://www.sudouest.fr/2014/01/24/mont-de-marsant-francois-pellegrini-president-d-aquinetic-est-nomme-a-la-cnil-1439916-3452.php

Et aussi:

[Miroir Mag] Six clichés qui vous empêchent de vous mettre au logiciel libre

Par Nicolas Boeuf, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Encore mal connus, les logiciels libres continuent de faire peur aux utilisateurs. Doutes sur la fiabilité, nécessité de compétences techniques, habitude des autres systèmes… Autant de freins à leur généralisation. Pourtant, ces logiciels que chacun est libre d’utiliser, modifier ou partager pourraient amener de nombreux bienfaits, s’ils étaient utilisés de manière globale.

Lien vers l'article original: http://www.miroir-mag.fr/13674-six-cliches-qui-vous-empeche-de-vous-mettre-au-logiciel-libre

[Numerama] Le Pacte du Logiciel Libre relancé pour les municipales 2014

Par Julien L., le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

L'April s'apprête à se saisir à nouveau de son bâton de pèlerin. En vue des municipales de 2014, l'association va une fois encore battre la campagne pour promouvoir le logiciel libre. En conséquence, elle commence à mobiliser ses troupes.

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/27309-le-pacte-du-logiciel-libre-relance-pour-les-municipales-2014-maj.html

Voir aussi:

[Solutions-Logiciels] L'open source, vivier des systèmes embarqués critiques

Par Cyrille Comar, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Quels sont les enjeux du développement de l’open source dans la conception de logiciels et systèmes embarqués critiques et sur la révolution tant attendue par les différents acteurs du secteur?

Lien vers l'article original: http://www.solutions-logiciels.com/actualites.php?actu=14336

[L'Informaticien] Le ministère de la Défense renouvelle son contrat «Open Bar» avec Microsoft

Par Emilien Ercolani, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Le contrat «Open Bar» entre le ministère de la Défense et Microsoft a été renouvelé pour la période 2013-2017, dans des conditions toujours aussi opaques.

Lien vers l'article original: http://www.linformaticien.com/actualites/id/31798/le-ministere-de-la-defense-renouvelle-son-contrat-open-bar-avec-microsoft.aspx

Et aussi:

Voir aussi:

[LeDevoir.com] 18 millions en logiciels Microsoft

Par Fabien Deglise, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Québec contrevient à ses propres lois en matière d’ouverture aux logiciels libres

Lien vers l'article original: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/397985/18-millions-en-logiciels-microsoft

[ZDNet] FIC: Snowden partout, cybersécurité nulle part?

Par Antoine Duvauchelle, le mercredi 22 janvier 2014. Extrait:

Le lanceur d'alertes est partout, et a marqué les esprits. On pouvait s'y attendre, mais son influence est telle que la première conférence plénière du FIC s'est posé la question d'un échec de la cybersécurité.

Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/fic-snowden-partout-cybersecurite-nulle-part-39797283.htm

Et aussi:

[basta!] Numérique: cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir

Par Nolwenn Weiler, le lundi 20 janvier 2014. Extrait:

L’économie virtuelle consomme une énergie bien réelle. Les «data centers», qui regroupent les serveurs indispensables à la navigation sur le Web et à la circulation des 300 milliards de courriels, pourriels, photos ou vidéos envoyés quotidiennement, peuvent consommer autant d’énergie qu’une ville de 200 000 habitants. Sans compter le coût environnemental de la fabrication d’équipements toujours plus nombreux. De quoi relativiser l’apport apparemment écologique de l’économie dématérialisée, avec ses «télé-réunions», son commerce en ligne ou ses téléchargements.

Lien vers l'article original: http://www.bastamag.net/Numerique-cette-empreinte

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

RMLLCamp

Lundi 27 Janvier

Du vendredi 14 février 2014 à partir de 17h00, jusqu’au dimanche 16 février 2014 à 22h00 Smile Montpellier - 26, cours Gambetta 34000 Montpellier Tram ligne 3, arrêt Plan Cabanes

Vous aurez la possibilité de dormir sur place, un dispositif sera mis à votre disposition.
Un pad a été ouvert pour l'organisation.

L’idée d’un RMLLCamp est de se réunir pendant plus de deux jours entre les organisateurs et les bénévoles des RMLL pour faire avancer les projets en cours, lancer de nouveaux projets. Les projets peuvent être de nature technique, des outils de communication, etc. Chacun est invité à participer en fonction de son temps disponible, de ses compétences, de ses envies.

Le RMLLCamp a lieu physiquement à un endroit (jour et nuit), mais également en ligne. Des outils pour participer en ligne sont disponibles : IRC, Pads, pont téléphonique, serveur de voix sur IP seront présents. Un réseau filaire et wifi est prévu.

Merci à Smile Montpellier pour son accueil.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Piloter Nessus avec Perl : réunion technique Perl du 29 janvier à Paris

Lundi 27 Janvier

Tester la conformité d'un réseau informatique par rapport à une politique de sécurité nécessite d'exécuter un ensemble d'outils, d'analyser leurs résultats, de produire un rapport formaté. Puis d'industrialiser le processus, afin de pouvoir le répéter, et suivre l'évolution dans le temps. Comment faire ? Mais avec Perl, bien sûr…

La prochaine réunion technique des Mongueurs de Perl aura lieu le mercredi 29 janvier 2014 à Paris, à la Maison des associations du 12ème (181 rue Daumesnil), de 19h30 à 21h30.

Au programme de cette soirée : piloter Nessus avec Perl, par Guillaume Rousse

Elle sera suivie de discussions et débats au café d'à côté. N'hésitez pas à commenter pour confirmer votre venue ou pour plus d'information. Et vous pouvez toujours nous retrouver sur la liste de discussion des mongueurs de Perl parisiens.

Que sont les réunions techniques Perl ? Ce sont des réunions informelles entre passionnés, amateurs ou curieux du langage Perl et des sujets connexes, ouvertes à tous (même débutants). C'est l'occasion de rencontrer d'autres utilisateurs du langage, de découvrir de nouveaux concepts, modules et techniques. L'ambiance est décontractée.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse - janvier 2014

Lundi 27 Janvier

Une nouvelle année, et une nouvelle fournée de journaux. Ceux qui ne sont pas encore passés par leur marchand de journaux ce mois‐ci peuvent trouver en kiosque les nouveaux magazines suivants :

  • GNU/Linux Magazine no167 ;
  • MISC no71 ;
  • Linux Pratique no81 ;
  • OpenSilicium no9 ;

Notons aussi les deux hors-série sous forme de mook (contraction de book (livre) et magazine) :

  • Une mini-bible du langage C (à utiliser de préférence sous Linux) dans le hors-série no70 de GLMF ;
  • La suite des tutoriaux sur GIMP, en mode plus avancé cette fois, dans le hors-série no5 de Linux Pratique Essentiel.
Linux Magazine no167

PHP 5.5 est paru, et le premier article de ce magazine nous en résume les principales nouveautés. Toujours dans le domaine du web nous sont ensuite présentés le module python WTForms et le framework Bootstrap, pour générer des beaux formulaires avec de belles interfaces, puis le framework MeteorJS, pour développer des applications complètement en javascript, aussi bien côté serveur que client.
Les articles phare du mois sont consacrés au noyau Linux : comment le compiler, et comment utiliser DKMS pour conserver la synchronisation entre l'API du noyau et les pilotes.
Vient ensuite un long article sur la correction géométrique d'images prises en vue oblique.
Pour les développeurs, le magazine enchaine par une présentation de LOG4PHP, framework dédié à la génération de logs et se termine par un article montrant comment embarquer des librairies C/C++ au sein d'applications Android. Enfin, mentionnons un article présentant différents bus logiciels, et notamment Abus, qui se caractérise entre autres par une faible empreinte mémoire

MISC no71

Après un éditorial en hommage à Cédric Blancher, ce numéro de MISC débute en expliquant l'une des rares vulnérabilités touchant la pile USB de Windows XP, puis en détaillant la (non)sécurité des systèmes VOIP Cisco. Est ensuite évoqué les évolutions du malware bancaire Zeus : support 64 bits et intégration de TOR.

Le dossier de ce numéro est consacré aux protocoles SSL et TLS : comment fonctionnent-ils, comment fonctionnent les autorités de certifications, ou encore quelles sont les infrastructures à mettre en place et comment utiliser au mieux ces protocoles sur des infrastructures complexes (DNSSEC, DANE, etc.).

On voit ensuite le développement d'un standard qui permettrait de bloquer l'utilisation des failles XSS, et les évolutions des réseaux pour faire face au phénomène « big data » (réseau MPLS). S'ensuit un article dédié à certaines astuces utilisées par les malwares sur Android, et enfin, un survol du dernier challenge mis en place par les services secrets britanniques.

Linux Pratique no81

En couverture, un article de six pages sur Samba et son utilisation en tant que serveur de fichiers dans un environnement familial potentiellement hétérogène. En marge de ce tutoriel très clair, plein de logiciels du quotidien sont passés en revue dans ce numéro :

  • Les logiciels de comptabilité, incluant Grisbi, Homebank, Skrooge, Money Manager Ex et KMyMoney ;
  • RipIt, outil simplissisme en ligne de commande pour « Ripper » ses CD ;
  • L'enregistrement du replay d'Arte (jusqu'à 7 jours) avec Qarte ;
  • UFRaw pour le traitement de vos photos numériques brutes ;
  • La mise en œuvre d'une solution de contrôle parental avec proxy et extensions Firefox ;
  • Le firewall pfSense, dont le déploiement est très détaillé.

Côté web, vous découvrirez les premiers pas de l'éditeur Bracket d'Adobe (mais ne vous attendez pas à remplacer votre éditeur actuel) que vous pourrez utiliser pour mettre en œuvre Yeoman pour créer et gérer votre application web. Enfin pour les codeurs, on vous propose Sphinx pour vous aider à -enfin- documenter vos projets et la meilleure manière de créer un greffon pour gedit…en python, forcément ;-)

Les hors-série               Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

François Pellegrini nommé à la CNIL

Dimanche 26 Janvier

François Pellegrini, bien connu pour sa lutte contre les brevets logiciels, pour ses compétences en droit du logiciel et par sa participation au lancement des RMLL vient d'être nommé à la Commission nationale informatique et libertés (CNIL).
La commission est composée d’un collège de 17 personnalités. Les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat ont nommé de droit, respectivement, Nicolas Colin (co-auteur d'un rapport de 2013 sur la fiscalité du numérique) et François Pellegrini.

C'est en décembre que François Pellegrini avait fait acte de candidature. La présidence du Sénat vient de lui signifier qu'il vient d'être choisi au vu de son seul dossier et qu'il n'a pas été tenu compte des sollicitations dont les sénateurs étaient l'objet. L'interlocuteur a même ajouté qu'il souhaitait que cela se sache.

Nous ne pourrons que nous féliciter de ces nominations car avec Nicolas Colin, ce sont deux personnes très au fait de la technique qui viennent d'être nommées. Nous pouvons espérer qu'ils apporteront un éclairage nouveau à la CNIL sur les sujets qu'ils connaissent bien.

On pourra lire la remarquable préface de Michel Rocard (PDF) du livre Droit des logiciels écrit avec Sébastien Canevet. Elle résume en quelques pages le rôle que François Pellegrini a su jouer depuis 2000.

Il y a tout juste 14 ans, François Pellegrini a été chronologiquement le troisième dans l'équipe de lancement des RMLL. C'est lui qui a lancé la bataille contre les brevets logiciels et a su convaincre Michel Rocard du bien fondé de sa démarche. Dans la rubrique Enjeux de Société - Brevets Logiciels de l'ABUL et ses sous-rubriques on trouve essentiellement ses écrits.
Enfin, une recherche de « François Pellegrini » sur Linuxfr.org, donne un nombre d'occurrences assez impressionnant.

Cette nomination est plus qu'une juste reconnaissance du parcours et des compétences de François Pellegrini, c'est aussi l'espoir que l'esprit de liberté et de progrès du logiciel libre puisse être (mieux) compris par les sphères dirigeantes du pays.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Regexcrossword : un subtile mélange de sudoku et de mots croisés, à la sauce Regex

Vendredi 24 Janvier

C'est vendredi, alors voici de quoi se détendre, ou garder les neurones bien chauds pendant le weekend. Il s'agit d'un petit jeu en ligne dont le but est de retrouver des caractères, en suivant les expressions régulières (ou expressions rationnelles) posées en ligne et en colonne.
La présentation est la même que celle des mots croisés, mais la recherche de la solution tend vers celle appliquée pour la résolution d'une grille de sudoku.

Le jeu se découpe en 8 niveaux de difficulté, rassemblant chacun de 5 à 10 grilles.

Bien que les premiers puzzles s'enchaînent facilement, il faut avouer que le dernier niveau présente un défi beaucoup plus corsé, avec une grille de 5×5 caractères à deviner.

Si vous êtes intéressé ou curieux, je vous invite à suivre le lien en bas de dépêche. Bon weekend !

NdM: il s'agit d'un jeu en ligne gratuit dans le but de s'entraîner avec les expressions rationnelles (en anglais regular expressions ou regex). On peut jouer anonymement, mais pour suivre sa progression il faut se connecter avec un compte facebook. Si vous connaissez des alternatives libres, faites en part dans les commentaires.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Le mois de janvier c'est la fête du domaine public !

Vendredi 24 Janvier

Pour célébrer l'événement, une « Journée du domaine public » est organisée à Toulouse ce dimanche 26 janvier. Ateliers et conférences en journée avec Wikimédia France et soirée ciné-concert-débat à l'Utopia en compagnie de Romaine Lubrique (et Calimaq).

Wikimédia France est naturellement sensibilisée à la question comme on peut le lire dans l'article Wikipédia illustre la valeur d'un domaine public vivant ainsi que dans cette interview du contributeur Pierre-Carl Langlais qui cherche à améliorer l'article domaine public de l'encyclopédie.

Soutenu par Framasoft et animé par Véronique Boukali et Alexis Kauffmann, Romaine Lubrique est quant à lui un projet directement dédié au domaine public dont on remarquera la collaboration vidéo avec le site Écrans de Libération et la collaboration audio avec la radio OxyRadio.

Pour rappel, en France, et sauf exception (cf. le récent cas de Guillaume Apollinaire), une œuvre entre dans le domaine public 70 ans après la fin de l'année civile de la mort de son auteur. C'est donc la promo des morts-en-1943 que nous venons d'accueillir en ce 1er janvier 2014. Et il y a du beau monde sur l'original « Calendrier de l'Avent du domaine public », proposé pendant tout le mois de décembre par le collectif SavoirsCom1 : la philosophe Simone Weil - à ne pas confondre avec la femme politique Simone Veil -, le compositeur Sergueï Rachmaninov, le peintre Chaïm Soutine ou encore les scientifiques Nikola Tesla et David Hilbert. Sans oublier quelques curiosités comme la chienne Lassie ou les fameux Kellogg's Corn Flakes !

On y trouve également la danseuse et muse de Toulouse-Lautrec, Jane Avril, mais également la célèbre sculptrice Camille Claudel. Elles présentent la particularité d'être dans des champs artistiques qui résistent à la numérisation. Heureusement Jane Avril a laissé ses Mémoires, que Romaine Lubrique est allé numériser en mode Do It Yourself grâce au BookScanner du garage de la Quadrature du Net. Quant à Camille Claudel, il se pourrait bien que la donne change avec le boom récent des technologies 3D. Et si demain on se partageait la sculpture comme aujourd'hui la musique sur Internet ?

Ceci vaut pour la France, mais aux USA plus personne n'entre dans le domaine public jusqu'en 2019 ! En cause de récentes lois restrictives et rétroactives (parfois surnommées lois « Mickey Mouse »). D'une manière générale, la durée d'entrée dans le domaine public est désormais aussi longue que complexe. Certains n'hésitent pas à parler de « la culture perdue de la génération copyright » en constatant par exemple qu'il y a bien plus de livres en vente sur Amazon des années 1880 que des années 1980.

On notera cependant que le domaine public est présent dans l'agenda politique avec une proposition de loi « visant à consacrer le domaine public, à élargir son périmètre et à garantir son intégrité », déposée en novembre dernier par Isabelle Attard et le groupe écologiste. Autre bonne nouvelle, le projet d'un calculateur du domaine public, fruit d'un partenariat entre le ministère de la Culture et le chapitre français de l’Open Knowledge Foundation.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Libre en Fête 2014 : découvrir le logiciel libre à l'arrivée du printemps

Jeudi 23 Janvier

Pour la quatorzième année consécutive, l'initiative Libre en Fête est relancée par l'April, en partenariat avec la Délégation aux usages de l'Internet, le réseau Cyber-base de la Caisse des dépôts et l'Agenda du Libre. Entre le vendredi 7 mars et le dimanche 13 avril 2014 inclus, dans une dynamique conviviale et festive, des événements auront lieu partout en France pour permettre au grand public de découvrir les logiciels libres.

Depuis 2001, l'April invite les groupes d'utilisateurs de logiciels libres et les associations de promotion de ces logiciels à organiser, pour l'arrivée du printemps, des événements de découverte à destination du grand public. Pour 2014, l'initiative est relancée pour la quatorzième année consécutive en partenariat pour la sixième fois avec la Délégation aux Usages de l'Internet et pour la quatrième fois avec le réseau Cyber-base de la Caisse des dépôts.

Libre en Fête 2014 peut être l'occasion pour les espaces Cyber-base et autres espaces publics numériques (EPN) ainsi que pour les groupes d'utilisateurs de logiciels libres d'initier un partenariat régulier. Ces groupes d'utilisateurs ont pour objectif de faire découvrir le logiciel libre et ses applications au grand public à travers des actions locales. Ces actions sont non seulement complémentaires aux activités d'un espace Cyber-base ou d'un EPN mais leurs objectifs est le plus souvent intégré à leurs missions.

Les logiciels libres sont des logiciels que tout un chacun peut utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer. Au travers des événements du Libre en Fête, le grand public est invité à découvrir tous les avantages de ces logiciels : des valeurs d'entraide et de coopération, un bien commun accessible à tous favorisant le partage des connaissances, une communauté vivante prête à aider les nouveaux venus.

Une nouvelle fois, une collaboration avec l'Agenda du Libre est mise en place, cet agenda étant utilisé pour recenser tous les événements organisés dans le cadre du Libre en Fête.

Autour du 21 mars, de très nombreux événements auront donc lieu : ateliers de découverte, conférences, débats, fêtes d'installations, projections, rencontres, etc. Le public découvrira ainsi des applications comme la suite bureautique LibreOffice.org, le navigateur Web Mozilla Firefox, le système d'exploitation GNU/Linux ou des projets tels que l'encyclopédie libre et collaborative Wikipédia, la cartographie libre collaborative OpenStreetMap et bien d'autres.

Pour cette édition 2014, les animateurs proposent aux organisateurs d'événements la thématique optionnelle de la maîtrise de ses données informatiques et du respect de sa vie privée (création, ouverture, échanges…).

Faites circuler cette annonce, merci !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Mode et couture libre

Jeudi 23 Janvier

/* LinuxFr propose à ses lecteurs une section « cuisine », pourquoi pas aussi une rubrique « couture » ? */

Le Framablog a présenté le 7 janvier 2014 le logiciel libre Valentina, un logiciel libre de patronage, c’est à dire un logiciel pour dessiner des patrons de couture !

C’est l’occasion de faire un point sur les initiatives libres dans le domaine de la mode, découvrir une offre logicielle encore naissante, et réfléchir sur le concept même de mode libre.

Sommaire Le logiciel Valentina

L’article du Framablog est principalement une traduction de celui d’Alexandre Prokoudine sur le site Libre Graphics World (en anglais).

Valentina est un projet jeune qui a été motivé par un double constat : les logiciels de stylisme ne sont pas libres, et sont surtout très chers ! Alexandre Prokoudine donne l’exemple d’un logiciel à 16 000 $ la licence. Si le coût du traceur est incompressible, le coût d’une licence logicielle peut vite sembler exorbitant. Alexandre explique donc que les stylistes en début de carrière sont contraints d’utiliser des applications simplistes ou des logiciels de CAO génériques et peu adaptés au métier.

Fort de ce constat, l’objectif du projet Valentina est donc de faire à la fois un logiciel libre, mais aussi gratuit. Ces deux réalités sont importantes pour le projet, la gratuité n’est pas ici qu’une conséquence de la liberté.

Pour les intéressés, Roman Telezhinsky et Christine Neupert ont écrit un tutoriel de création de motif (en anglais), et Roman Telezhinsky a publié (en russe, mais avec plein d’images) un article nous montrant étape par étape la confection d’un vêtement assisté de Valentina.


Valentina en action

Pour ceux qui souhaiteraient contribuer, Valentina est un logiciel développé en C++ avec Qt5.

NDA : Mercy à Tanouky pour son journal sur Valentina : Valentina - Outil libre de création de vêtements.

Inkscape, Blender, MakeClothes…

Si ce domaine est peu développé, ce n’est pas la première fois que le logiciel libre s’intéresse au vêtement.

Déjà, bien avant l’équipe de Valentina, Suzan Spencer avait défriché beaucoup de choses en travaillant sur le logiciel de dessin vectoriel Inkscape, on retrouve sur le site Tau Meta Tau physica des tutoriaux pour réaliser des motifs de coutures.

Avec Inskcape, Le Framablog fait référence à un autre outil, MakeClothes pour Blender.

MakeClothes n’est pas un logiciel de stylisme, c’est un outil pour simuler des vêtements dans des scènes et animations 3D, tout comme MakeHuman est un outil pour modéliser des personnages humains.

Si ce n’est pas un logiciel de stylisme, l’idée de modéliser des vêtements sur un mannequin réalisé avec MakeHuman est très séduisante car cela permettrait de tester une idée non seulement sur un mannequin, mais un mannequin mobile aux libertés multiples, et de bénéficier du moteur physique de Blender !

Malheureusement, il est probable que ce type de solution ne soit pas optimal, et que l’on rencontre les mêmes difficultés que rencontrent ceux qui utilisent Blender pour de l’impression 3D : Blender n’est pas un logiciel de CAO et il a pour vocation de réaliser des images qui ressemblent à la réalité, pas des patrons applicables dans la réalité !

Cependant, il est probable que beaucoup de choses dans le travail de Suzan Spencer pourront servir au projet Valentina, et que les capacités de simulation offerts par des logiciels libres comme Blender ouvriront des portes très intéressantes. L’avenir est donc encourageant.

Mode, droit d’auteur, domaine public et culture libre

Framasoft avait également traduit une conférence TED très intéressante de Johanna Blakley sur la mode et le droit d’auteur : Lessons from fashion’s free culture.

La conférence date de 2010, déjà ! On y apprenait qu’aux États-Unis le droit d’auteur a très peu de prise sur la mode. En effet, le vêtement est considéré comme trop utilitaire pour pouvoir être protégé.

Johanna Bakley va jusqu’à déclarer :

La seule chose qui ne puisse pas être copiée, c’est l’étiquette de la marque commerciale attachée au vêtement.

Malheureusement, ce ne serait pas tout à fait vrai en France, où il n’y a pas de distinction entre les œuvres utilitaires et les œuvres artistiques.

Johanna Blakley montre comment cette absence de limite ne forme aucun frein au développement de l’industrie de la mode ! Le droit d’auteur est souvent invoqué sous prétexte de protéger l’industrie et la créativité, la mode montre que l’on peut s’en passer et que ça marche très bien sans !

Le fin gastronome pourra faire le parallèle avec la cuisine dont ne peut pas protéger les recettes. Avec une cuisine soumise au droit d’auteur, la France n’aurait pas eu la même réputation.

Mais peut-on généraliser le constat de la réussite de la mode et de la cuisine en l’absence de contrainte légale basé sur le principe de droit d’auteur ?

Le blog « Romaine Lubrique » montre qu’à l’inverse, dans un secteur très marqué par le droit d’auteur, celui de l’édition, on trouvait plus de livre de 1880 en vente sur Amazon que de livres de 1980 et qu’ainsi se dessine la « culture perdue de la génération copyright ». On ne sait pas encore si le domaine public est un bon allié commercial, mais culturellement, c’est un désastre.

Des patrons sous licence Creative Commons ?

Alors, existe-t’il des patrons libres, en France ?

Une jeune entreprise Française, 1083 borne in France vend des jeans avec patron-pour-le-faire-soi-même sous licence CC BY-NC. Le nombre 1083 correspond à la distance la plus longue que l’on peut parcourir en France métropolitaine : 1083 km entre Menton et Porspoder. En publiant son patron, l’entreprise a en tête l’idée d’un kit 0 Km, le jean à faire chez soi !


Aperçu d'un patron 1083

Ce n’est pas tout à fait libre mais on s’en approche…
…on s’en éloigne diront les déçus.

En effet, lors de la levée de fond, l’entreprise avait beaucoup communiqué sur le caractère « open-source » (selon leur termes) de leur projet. Ils avaient notamment promis de publier les patrons en « open-source » si 1083 précommandes étaient faites. Le site affiche 2746 précommandes, et le premier patron publié est en Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 (CC by-nc) qui n’est pas une licence dite « open source ».

Peut-être n’est-ce là qu’une mésentente ? En attendant une clarification de la part de 1083, vous pouvez déjà sortir votre machine à coudre et réaliser votre propre jean !

NDA : j’ai envoyé un mail à Thomas Huriez de 1083 pour éclaircir cette histoire de licence, à suivre…

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Évolution de Prof Tux

Jeudi 23 Janvier

La boutique en ligne Prof Tux, un site de conseil sur GNU-Linux et le libre, évolue. Plus de la moitié des tutoriels sont maintenant gratuitement téléchargeables (et sont sous licence GFDL). Mais vous pouvez faire un petit don en Bitcoin (hé oui, c'est nouveau) pour me soutenir, si vous appréciez les tutoriels.

Et je me tourne maintenant un peu plus vers l'aide à la création de sites web pour particuliers, en utilisant des outils libres et des standards ouverts, bien sûr. Ceci afin que chacun, simplement, puisse devenir un acteur du web, et non plus un simple spectateur, consommateur. Pour que tout le monde puisse contribuer, s'exprimer, partager ses idées.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Concours de programmation CodinGame le 25 Janvier 2013

Mercredi 22 Janvier

La prochaine édition de CodinGame, le challenge de code en ligne, aura lieu le samedi 25 janvier 2013 à 18h.

L'événement accueillera des développeurs du monde entier pour leur permettre de passer un bon moment, défier leurs pairs, gagner des prix ou entrer en contact avec des sociétés qui leur plaisent et qui recrutent.

Parmi les nouveautés sur la plate-forme :

  • Python 3 sera enfin disponible !
  • Le thème de cette édition est "Mission to Mars", avec un nouveau type d'exercice qui sort des sentiers battus
  • Objectif du challenge : résoudre un problème de programmation dans le langage de son choix parmi les 15 proposés.
  • Durée maximum de l'épreuve : 4h00.
  • Modalités de participation : c'est en ligne, c'est gratuit, et c'est anonyme pour ceux qui ne souhaitent pas communiquer leurs coordonnées.

L’environnement de développement proposé donne accès à un éditeur de code et un shell Bash, pour lancer son programme depuis le navigateur.
Comme d'habitude, le règlement prévoit que le code source des participants soit rendu public sous licence libre GPL v3 et affiché sur le site dès la fin du concours, pour que tout le monde puisse apprendre et progresser en consultant les solutions des autres.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

FreeBSD 10

Mardi 21 Janvier

Le système d'exploitation FreeBSD est arrivé dans sa dixième cuvée. Cette version très attendue apporte notamment la gestion de l'affichage par le noyau (Kernel Mode Setting) pour les pilotes AMD et l'hyperviseur bhyve.

Sommaire Matériel

Le Raspberry Pi est désormais pris en charge, et de manière générale le support des architectures ARM a été amélioré.

L'architecture ARM supporte désormais les Superpages, améliorant les performances et la scalabilité du système.

Au passage, un nouvel outil est apparu, Crochet, développé par Tim Kientzle. Il permet de construire des images FreeBSD amorçables pour différents modules embarqués comme le Raspberry Pi, les BeagleBones et quelques autres encore.

L'instruction RDRand des processeurs Intel est désormais supportée. Celle-ci permet de générer des nombres aléatoires directement depuis le CPU. Elle est présente dans les processeurs Ivy Bridge et supérieurs.

Stockage

Le système de fichiers ZFS supporte désormais la commande TRIM (qui était déjà supportée par UFS) et la compression LZ4 (backportée sur 9.2). LZ4 est un algorithme de compression particulièrement rapide qui augmente les performances de 50 à 80% par rapport au défaut LZJB pour un ratio de compression plus élevé (jusqu'à 10% sur de larges blocks). La fonctionnalité NOP-write a également été importée d'Illumos. Celle-ci permet de ne pas réécrire les données si le checksum des nouvelles données est identique à celui des anciennes.

UFS de son côté reçoit le support de l'extension de système de fichiers à chaud sur des partitions montées en écriture. Les nouveaux systèmes de fichiers créés bénéficieront également de meilleures performances lors d'un fsck.

FUSE fait son entrée dans le système de base (précédemment un module noyau était disponible dans les ports).

Une nouvelle pile iSCSI implémentée dans le noyau est disponible.

Système

Une étape dans l'abandon de GCC a été franchie, FreeBSD 10 (pour les architectures i386 et amd64) est intégralement compilé à l'aide de LLVM/CLang. Cette bascule est due à une volonté de libérer la base de FreeBSD de la licence GPL v.3 qui régit les versions récentes de GCC. Remercions au passage Chris Lattner, initiateur et mainteneur de CLang, employé d'Apple. Les autres architectures continuent d'utiliser GCC (4.2.1).

Il est toujours possible de compiler le système avec GCC en passant une option dans le src.conf.

L'installeur permet désormais l'installation du système sur des volumes ZFS

FreeBSD 10 intègre désormais nativement la gestion des initiateurs et cibles iSCSI

Réseau

FreeBSD supporte désormais 65536 tables de routage au lieu de 16.
L'implémentation des interfaces virtuelles carp(4) a été réécrite.

Affichage

Les pilotes graphiques libres Intel et AMD n'étaient plus compatibles avec FreeBSD car ils nécessitent un support de l'affichage géré par le noyau (Kernel Mode Setting ou KMS). Il fallait donc fonctionner avec le pilote VESA ce qui était assez pénible (résolution incorrecte et aucun support de la 2D ou 3D). Avec FreeBSD 9.1 il était possible d'utiliser KMS pour les pilotes Intel mais de manière limitée.

FreeBSD 10 prend désormais en charge KMS pour les cartes graphiques AMD, permettant d'utiliser l'accélération 2D et 3D matérielle des puces graphiques de celles-ci. Pour Nvidia il faut toujours utiliser le pilote propriétaire qui n'exploite pas KMS. Concernant Intel, le support était déjà partiel à partir de la version 9.1 mais bien incomplet. FreeBSD 10 apporte des améliorations sur ce point.

Virtualisation

FreeBSD est connu depuis longtemps pour son système de jails, apparu sous FreeBSD 4 (2000). Cela permet de créer d'autres instances de FreeBSD, partielles ou complètes tout en restant sur la même machine physique. On peut ainsi créer des conteneurs systèmes très facilement, à l'instar des conteneurs LXC sous Linux. Combiné avec le linuxulator, il est même possible, avec quelques limitations, de créer des jails Linux.

Mais pour apporter la prise en charge des autres systèmes d'exploitation et outrepasser certaines limites, FreeBSD se dote désormais d'un véritable hyperviseur. Bhyve (BSD Hypervisor, anciennement BHyVe) est un hyperviseur dit de type 2 (qui s'exécute à l'intérieur d'un système d'exploitation à part entière), libre de tout héritage. Il va rapidement être désigné comme un concurrent à Linux-KVM et utilise déjà des périphériques VirtIO.

Bhyve requiert un CPU Intel avec le support VT-x et EPT. Il est actuellement capable de booter toute version de FreeBSD supportant VirtIO (8.4+) ainsi que GNU/Linux et OpenBSD. Le support de UEFI/BIOS n'étant pas encore implémenté, cela limite le nombre d'OS utilisables, toutefois ce support est une priorité pour le projet.

De fait, Bhyve est encore récent et ne supporte pas toutes les fonctionnalités classiques des hyperviseurs, qui sont prévues dans les versions futures, telles que le suspend/resume ou la live migration. Quelques limitations sont également présentes, comme le nombre de vCPU qui ne peut dépasser 16.

Par ailleurs, FreeBSD 10, tout comme FreeBSD 9.2, intègre des pilotes VirtIO ce qui lui permet de fonctionner de manière optimale dans un hyperviseur Linux-KVM ou VirtualBox (et très bientôt bhyve).

Enfin, beaucoup de pilotes Hyper-V ont été intégrés, permettant notamment un meilleur support des périphériques spéciaux et interaction avec l'hyperviseur (périphériques SCSI, synchronisation horloge, signal d'arrêt, migration à chaud).

Performances

Le pare-feu Packet Filter a été réécrit afin d'utiliser un système de verrous plus fin, améliorant sensiblement ses performances sur des machines multi-cœurs.

Applications

Le système de paquets de FreeBSD est désormais basé sur pkgng. Les anciens outils pkg_* ont été retirés.
Si vous souhaitez passer de FreeBSD 9.X à FreeBSD 10.X, il est suggéré d'installer pkg, puis de taper la commande pkg2ng avant de faire la mise à jour vers FreeBSD 10.

FreeBSD abandonne Bind au profil de LDNS et Unbound. Bind pourra toujours être installé en passant par les ports. Cette décision est l'aboutissement d'un long débat car il s'agit d'un changement important dans les habitudes des utilisateurs (une violation de la POLA) cependant le consensus s'est rapidement établi autour du fait que

  • seul un resolver était nécessaire dans le système de base,
  • Bind pose trop régulièrement des problèmes de sécurité, un remplaçant à la commande host(1) était un préalable absolu. Vitaly Magerya a donc implémenté un remplaçant de host basé sur ldns.
Sécurité

Le périphérique de nombres aléatoires random(4) est devenu plus sélectif, utilisant des sources qualifiées de « haute qualité ». Certaines sources jugées douteuses suite à des suspicions de surveillance de la part de certains gouvernements (mode paranoïa) ont été retirées.

Pourquoi choisir FreeBSD ?

Note : ce paragraphe a été ajouté à titre informatif, nul désir de troller. On ne peut affirmer objectivement que FreeBSD est supérieur ou inférieur à Linux. Les deux peuvent remplir les mêmes fonctions. Mais FreeBSD se démarque tout de même sur certains points :

  • Les jails qui sont matures et intégrés au système, tandis que sur Linux on ne sait pas quelle solution est vraiment pérenne (exemple : Xen retiré de la majorité des distributions, puis finalement intégré dans l'upstream du kernel. OpenVZ déprécié puis finalement en cours d'adaptation pour fonctionner en upstream aussi, etc).
  • La présence d'outils comme NanoBSD pour construire une image read-only du système très facilement.
  • Certains barbus préfèrent le système d'init et de configuration à l'ancienne.
  • Possibilité d'avoir une base stable avec des logiciels additionnels dans leur dernière version, ce qui allie les avantages du stable et du rolling release.
  • Le système de fichiers ZFS, très exigeant mais idéal pour du stockage de fichiers en datacenter.
  • Le système de ports, apprécié par certains barbus également, permet de passer ses propres options de compilation. Poudriere permet aussi de se faire très simplement un serveur de compilation de ports et un dépôt pkgng.
Conclusion

FreeBSD10 apporte beaucoup d'innovations et un souffle nouveau, autant pour les desktops que les serveurs.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Quelques nouvelles sur Rust à l’occasion de la 0.9

Mardi 21 Janvier

Mozilla et la communauté Rust ont annoncé la version 0.9 de Rust le 9 janvier.

Cet article présente l'actualité de ce dernier depuis la version 0.8 détaillée en octobre. Rust est un langage orienté sûreté, concurrence, praticité. Concrètement, c’est un langage compilé, orienté système, et multi-paradigme (procédural, fonctionnel, orienté objet). Ce fut une autre sortie mouvementée dans laquelle ont été réalisés d'importants changements, et l’activité autour de Rust n’a jamais été aussi importante !

Résumé

Côté syntaxe, on assiste à une amélioration et surtout, une réduction de la variété des fermetures dans le langage. Cette version commence la dernière série de changements prévus concernant la façon dont les pointeurs sont traités dans Rust. À commencer par la dépréciation des pointeurs partagés et son symbole @, qu’il faudra remplacer par l’utilisation de types de pointeurs intelligents introduits dans la bibliothèque standard.

Le code source du compilateur et de la bibliothèque standard a été nettoyé, optimisé, et de nombreux bogues ont été corrigés. Le travail sur le compilateur a permis d’améliorer la vitesse de compilation et de faire plus d’optimisations. On peut désormais lier statiquement une bibliothèque à la compilation, et le système d’entrées/sorties de la bibliothèque standard a été réécrit.

La documentation a été améliorée et la présentation revue. L'infrastructure de construction a été elle aussi modifiée. Pour rappel, toute modification de code du dépôt Git passe en premier lieu par un robot de construction afin de la valider à l'issue de l'exécution de tous les tests.

Les changements sont détaillés dans la seconde partie de la dépêche.

Note : Comme la précédente version, la version 0.9 doit être considérée comme une version alpha, adaptée pour les curieux, les pionniers et les amateurs du langage. Il y aura encore une 0.10 et probablement une 0.11.

Sommaire Syntaxe Macros

La macro fmt! a été remplacée par format!. Cette macro (donc implémentée dans le compilateur) transmet ses invocations au module std::fmt pour formater ses arguments à l'exécution en chaines de caractères et flux. Elle a été présentée dans la dépêche sur Rust 0.8, elle offre une syntaxe beaucoup plus sympathique et puissante que les fonctions de bases du module fmt.

De plus les messages d'erreur de formatage ont été améliorés. Désormais tout Rust profite de format! et des macros info!, debug!, warn!, etc. format! est utilisée en interne par print! et println! depuis la version 0.8. D’ailleurs, print et println (affichage de texte sans formatage) ne sont plus importés par défaut.

format!("Salut") // => ~"Salut" format!("{:s}, j'adore !", "LinuxFr") // => ~"LinuxFr, j'adore !" format!("Le nombre est {:d}", 1) // => ~"Le nombre est 1" format!("{:?}", ~[3, 4]) // => ~"~[3, 4]" format!("{valeur}", valeur=4) // => ~"4" format!("{} {}", 1, 2) // => ~"1 2" Type float

Dans la dernière dépêche sur Rust, je ne vous ai pas présenté le type float (qui est un f32 en 32 bits et un f64 en 64 bits). C’est normal, il était présent dans la 0.8 mais il avait déjà été supprimé dans la branche maitre, et n’est donc plus disponible à partir de la version 0.9.

Par ailleurs, on ne peut plus écrire les flottants (entre autres nouvelles restrictions) sous forme octale et hexadécimale.

Pointeurs uniques

Désormais,

let x = box "Test";

équivaut à

let x = ~"Test"; Pointeurs partagés

Les pointeurs partagés (@) sont désactivés par défaut en préparation à leur suppression future (on peut les réactiver avec #[feature(managed_boxes)]). Il faut utiliser les types de la bibliothèque standard Gc (pointeurs gérés par un ramasse-miette) ou Rc (pointeurs gérés par des comptages de référence) à la place.

Les pointeurs @mut ont carrément été supprimés. Il faut utiliser les remplacements possibles qui sont Gc<RefCell<T>> ou de préférence Rc<RefCell<T>>, voire aussi Cell<T> pour les types Pod. La syntaxe devient beaucoup plus verbeuse mais la prochaine version allégera la syntaxe (diverses idées sont en développement/en cours de réflexion).

Fermetures

La syntaxe et l'utilisation des fermetures (ou clôtures ou closures en anglais) ont été modifiées :

  • ~fn s’écrit maintenant proc (args) -> ret { … } et ne peut être appelé qu’une seule fois,
  • &fn s’écrit maintenant |args| -> ret pour correspondre à la forme littérale,
  • @fns a été supprimé.

do qui fonctionnait avec &fn ne fonctionne maintenant plus qu’avec proc. Le premier peut être appelé plusieurs fois, ne nécessite pas d’allocation et ne peut pas être envoyé à une autre tâche ; le second ne peut être appelé qu’une seule fois, requiert une allocation sur le tas et peut être envoyé à une tâche différente (implémente le trait Send).

Compilateur et bibliothèque standard Bibliothèque standard

Toutes les dépendances au C++ ont été supprimées. De nombreuses autres améliorations ont permis de grandement simplifier le débogage.

Rust fournit deux implémentations des tâches et des entrées/sorties, qui ont été séparées du reste de la bibliothèque standard, en deux bibliothèques : libnative et libgreen. Chacune a ses avantages et ses inconvénients, libnative utilise le mécanisme de tâche du système et les appels d’entrées/sorties bloquants de la libc ; libgreen utilise la bibliothèque libuv. On peut ainsi choisir celle qui convient le mieux à notre programme.

Autres changements :

  • std::rt::io est une réécriture de std::io et vient le remplacer dans cette version ;
  • réécriture de std::comm (canaux pour communiquer entre différentes tâches) ;
  • suppression du suffixe _iter des noms des méthodes des itérateurs ;
  • nouveau type natif mutex std::unstable::mutex.
Compilateur

Le processus de compilation a été fortement amélioré, en particulier par trois pull requests. La compilation est plus rapide, et produit des binaires plus performants et de taille réduite.

Autres changements :

  • enum variant passé en expérimental ;
  • amélioration des performances (include_bin!, qui inclut le contenu d'un fichier comme blob binaire : compilation 187x plus rapide) ;
  • désormais l'utilisation de caractère non ASCII dans le nom des identifiants nécessite l'utilisation de feature ;
  • suppression de #[fixed_stack_segment] pour l’utilisation de code C dans Rust, le dépassement de pile sera détecté autrement ;
  • avertissement des codes morts lors de la compilation ;
  • avertissement des conversions de type (casts) inutiles ;
  • l'attribut de crate pkgid renommé en crate_id, l'attribut link disparait (et avec lui author), la déclaration d'utilisation de bibliothèque externe (extern mod) est modifiée et le compilateur reçoit des options pour extraire ces métadonnées, ce qui facilite l'écriture de Makefile, cela permet d'écrire des fichiers Makefile plus évolués ainsi que d'utiliser CMake.
Plateformes supportées

Rust fonctionne désormais sous Windows (7, Server 2008 R2) seulement x86, Linux (diverses distributions) ARM, x86 et x86-64, OSX 10.6 ("Snow Leopard") et ultérieurs x86 et x86-64, ainsi que Android.

Les procédures d'installation déjà en place pour la version 0.8 (pour Windows, Ubuntu, Arch Linux et Gentoo) décrites dans la précédente dépêche sont toujours valables et ont été mises à jour pour cette version. Dès l'annonce, les paquets pour Ubuntu ont été générés dans le PPA hansjorg/rust, une compilation pour Arch est disponible dans le dépôt [community] et pour Gentoo, l'overlay rust contient un ebuild pour cette version. Le tutoriel détaille aussi l'installation sur les différentes plateformes.

Outils de développement rust et rusti

Deux outils ont été supprimés :

Cependant, un projet indépendant d'interpréteur Rust interactif écrit en Ruby est apparu : iRust.

rustpkg

L'outil d'empaquetage et de construction pour Rust rustpkg a été totalement réécrit et amélioré, il est toujours en développement. Il a été modifié pour prendre en compte le nouvel attribut de caisse crate_id, il peut tester les exemples de code dans la documentation, il peut tester les paquets (argument test), il supporte les dépendances d’autres langages telles que les bibliothèques C et détecte des caisses (crates) dans le dossier courant.

Les noms de fichier des bibliothèques (le fichier source contient en entête #[crate_type = "lib"];) sont désormais préfixés avec lib à la compilation.

Autres projets indépendants

Un projet indépendant de l'équipe de développement de Rust a vu le jour : rust-ci. C'est un tableau de bord de l'état de compilation des projets en Rust (voire intégration continue) enregistrés sur Travis CI.

En complément, un projet vise à rassembler la documentation des paquets Rust : http://docs.octayn.net/. Actuellement, seul le projet noise contient une documentation.

Le compteur de lignes de code de Ohloh — Ohcount — a été modifié pour établir les statistiques des projets utilisant Rust. Cette modification vient d'être mise en production, les projets sont mis à jour, le langage Rust est désormais listé dans Ohloh. On peut par exemple suivre le nombre de lignes de code en Rust dans le projet Rust lui-même.

Documentation rustdoc

Pour rappel, rustdoc est l’outil qui génère la documentation à partir des commentaires dans le code source, selon la syntaxe Markdown (syntaxe d’ailleurs utilisée pour les contenus de Linuxfr).

Le consensus semble être qu’utiliser reStructuredText et Sphinx soit la voie à suivre. Ce sont respectivement le langage de balisage léger utilisé pour la documentation de Python, et l’outil qui permet à partir de cette syntaxe de produire la documentation dans plusieurs formats.

Pour le moment, rien n’est décidé, mais la réécriture en cours de rustdoc permettra de changer facilement de syntaxe par la suite.

Tutoriel

Plusieurs paragraphes du tutoriel ont été remaniés pour le rendre plus concret et refléter les nombreux changements du langage (notamment 14 Ownership escape hatches). De nombreux guides ont été remaniés, renommés ou ajoutés.

Côté tutoriel, on a aussi une initiative visant aussi à créer un nouveau tutoriel: Rust tutorials_NG.

Liens

Sauf indication contraire, les contenus liés sont en anglais. Et il y en a un paquet.

Notes de version Nouvelles

Vous pouvez constater, en lisant les “This Week in Rust” que de plus en plus de contributeurs rejoignent le développement de Rust !

Tutoriels

Présentations sur le langage, exemples de code :

Projets Autres Conclusion

Le langage approche à vitesse grand V de la version finale. La version 1.0 est prévue pour la fin de 2014, voir l'état d'avancement de la version 1, mais on en saura plus en cours d'année. Il y aura encore sûrement des changements dans la syntaxe — et dès la parution du la version 0.9, il y en a déjà, voir This week in Rust du 11 janvier — mais le langage est très proche de la complétion et il commence à y avoir suffisamment de ressources en ligne pour apprendre. Il n’y a plus d’excuses pour ne pas se mettre au Rust ! ;)

Futur (0.10)
  • Introduction des types à taille dynamique (Dynamically Sized Types, DST),
  • Suppression totale de @ (une bonne nouvelle pour les chieurs qui trouvaient que Rust avaient trop de pointeurs !),
  • Rajout de sucre syntaxique pour rendre l’utilisation des pointeurs de la bibliothèque standard plus simple,
  • Un vrai ramasse-miettes.
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Parrain-Linux à la recherche de nouveaux membres

Mardi 21 Janvier

Depuis le 1er janvier, le site Parrain-Linux mène une campagne de promotion afin de se faire connaître et de renouveler sa base de membres.

Parrain-Linux est un site de soutien aux nouveaux utilisateurs de Linux.
Son objectif n'est pas celui d'un forum de soutien, les forums des différentes distributions jouant déjà ce rôle. Son objectif, c'est de permettre la rencontre entre des parrains et des filleuls d'une même région afin d'avoir une aide plus personnalisée et plus "sociale".
Le site intègre également les Groupes d'Utilisateurs de Linux (GUL) afin que parrains et filleuls puissent connaître celui proche de chez eux.

Une nouvelle version majeure du site, la version 4, a été mise en ligne le 30 novembre 2013 et, la considérant assez mûre désormais, une campagne de promotion a été lancée le 1er janvier 2014.

Cette campagne vise à renouveler la base des membres. Il faut en effet souligner que les comptes fantômes sont automatiquement désactivés afin de notamment éviter que des filleuls contactent des parrains qui ne leur répondraient jamais.

Le site propose différentes fonctions afin de remplir son objectif :

Le site propose également un forum, essentiellement pour organiser la vie du site, un espace membre, une messagerie privée et une documentation sur le matériel compatible Linux. Son évolution étant régulière, d'autres fonctions sont susceptibles d'apparaître à l'avenir.

Parrains, inscrivez-vous sur Parrain-Linux pour pouvoir être contacté.
Filleuls, inscrivez-vous pour contacter des parrains dans votre région.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Cours : Développement de logiciels libres à l'Université Paris Nord

Mardi 21 Janvier
Et d'un !

Dans la continuité de l'accord cadre entre le ministère de l'Éducation et l'AFUL, les membres de l'Association Francophone des Utilisateurs de Logiciels Libres (AFUL) poursuivent leurs actions de sensibilisation et de formation dans l'enseignement supérieur. Outre les conférences organisées régulièrement dans les universités, grandes écoles et les autres formations diplômantes, des membres de l'AFUL assurent des cours qui sont reconduits chaque année.

Bis repetita non placent

C'est la deuxième année consécutive que l'AFUL assure le cours « Développement de logiciels libres » du Master Programmation et Logiciels Sûrs à l'Université Paris Nord. La collaboration est fructueuse et l'AFUL espère que les contributions des élèves aux différents projets libres dans le cadre des Travaux Pratiques (T.P.) notés seront nombreuses !

Quelques thématiques bien dans l'air du temps :

  • Debian
  • Galette
  • modules JavaScript pour Node.js
  • etc.
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Pages